When Nuclear Nightmare Turns Real

Killing Fields

08/03/2021

Autoproduction

Le développement des programmes nucléaires, les antagonismes entre les blocs de l’ouest et de l’est dès les années 60, ont mené à une obsession dans les années 80 : la guerre thermonucléaire et son cortège de morts violentes et de débris radioactifs. Les médias se sont rapidement emparés du sujet, puis les artistes, et nous avons eu droit à un joli florilège de films post-apocalyptiques ou pré-apocalyptiques, entre Damien, Apocalypse 2000, Mad Max, The Day After, j’en passe et de beaucoup plus dispensables étrons italiens. Musicalement, l’affaire était suivie de près par les puissances Metal, et l’émergence du champignon fatal dans les chansons se fit à la même époque, via le Ride The Lightning de METALLICA ou la naissance de groupes comme NUCLEAR ASSAULT. Depuis, le créneau a été déserté, et les obsessions ont changé, passant de la guerre totale à la déforestation, les inégalités sociales, la couche d’ozone ou la désertification, mais quelques résistants continuent de nous prévenir du danger à venir, qu’ils estiment encore proche. Il est certain qu’entre le programme iranien et la possession du gros joujou par le branque Kim Jong-un (sans parler des caprices dangereux de l’ex-président orangé), on peut encore s’estimer heureux de ne pas avoir volé en éclats en 2021. Et les brésiliens de KILLING FIELDS l’ont bien compris, et c’est pour cette raison qu’ils dégainent enfin leur première réalisation.      

Fondé en 2002, puis mis en sommeil pour une durée indéterminée, le groupe est enfin sorti de son caisson de cryogénisation pour nous agresser les tympans de son Thrash solide et effectif. Après quasiment vingt ans de non-carrière, le quatuor (T-Rash - batterie, Otávio Magão - guitare lead, Roberto Phrankson - guitare rythmique/basse, et Cid Oliveira - chant) peut donc s’appuyer sur des bases de certitude au moment de proposer son premier EP, ce When Nuclear Nightmare Turns Real sympathique à défaut d’être indispensable.

Le groupe de Natal s’inspire donc des traditions modérées en vogue dans les années 80, et joue l’extrême comme il était joué à l’époque avant que la folie n’emporte le Thrash dans les égouts du Death et du Grind, et avant que les productions se normalisent dans la gravité pour toutes produire le même son édulcoré. Ici, la musique sonne comme une solide démo professionnelle des années 86/87, et le Metal des brésiliens, à défaut d’être original, reproduit les recettes de terreur mises en place par les LAAZ ROCKIT, NUCLEAR ASSAULT et autres passionnés de Heavy véloce. Légèrement punk sur les bords, le style des lusophones fond agréablement en oreilles, en gardant un tempo raisonnable, mais en lâchant un maximum de riffs voraces. On apprécie l’épaisseur de l’ensemble, même si quelques embardées rythmiques ne nous auraient pas dérangés.

KILLING FIELDS s’avoue bien volontiers influencé par l’arrière-garde de la Bay-Area, ce qu’on comprend assez rapidement en découvrant le title-track. Le riffing est made in California (uber alles), la rythmique sent bon la solidité des groupes de Frisco, et l’ambiance résolument Metal éloigne toute sensation de Crossover qui aurait pu rapprocher le groupe des modèles de NUCLEAR ASSAULT. Le maigre répertoire fait donc étalage de capacités d’agencement certaines, et d’un don dans l’accroche. Les riffs porteurs sont efficaces, la batterie sobre et sèche turbine à bon rythme, et le chant légèrement Core de Cid Oliveira apporte la niaque suffisante pour que le produit se montre compétitif. Certes, les défauts sont là, entre le formalisme assumé et l’amateurisme dans le maniement du mid tempo et des ambiances plus légères (« Devil’s Grip »), mais le doigt s’approche du bouton rouge avec une certaine facilité.

Le tout est propre et carré et nous replonge dans la peur des silos atomiques des années 80. On retrouve avec un certain plaisir cette paranoïa nucléaire de notre adolescence qui avait transformé en hymnes des morceaux comme « Nuclear Winter » et « Brain Dead », et ce trip passéiste remis au goût d’un jour aussi incertain laisse éventuellement présager d’un longue-durée digne. Après dix-huit ans de silence, les KILLING FIELDS ont donc choisi l’optique du discours bref mais concis pour revenir à la vie, en espérant que leur retour n’entraîne pas la fin de l’humanité.  

      

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. When Nuclear Nightmare Turns Real

02. Inner Rage

03. Killing Fields

04. Devil’s Grip


Bandcamp officiel


par mortne2001 le 14/05/2022 à 17:47
70 %    37

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Peter Hook and The Light

RBD 24/05/2022

Live Report

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Kaleidobolt + Sacri Monti 24/05 : Shop , Chalons-en-champagne (51)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
ars

Ils auraient du arreter depuis longtemps. Les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures.

24/05/2022, 10:32

asr

Vince Neil n'a jamais su chanter. Il a juste bousille ses cordes vocales en forcant sans aucune technique

24/05/2022, 09:38

Chief Rebel Angel

C'est la tournée qui devait avoir lieu avant le confinement il me semble. Motley Crue ont eu toutes les peines du monde pour justifier ce retour mdr

23/05/2022, 11:25

L\'Anonyme

Vince Neil sait de nouveau chanter ?

23/05/2022, 09:29

Sharon Osbourne sale putain

New Noise, c'est pour les bobos élevés au soja

21/05/2022, 19:50

Le zizi au cancer de LG Petrov

Humungus le sale assisté, c'est pas parce que t'es occupé à boire ton RSA qu'il ne faut pas aller te rencarder sur le net. Enfin, je veux dire, te rencarder pour autre chose que les dernières vidéos de Pascal OP.

21/05/2022, 19:48

Simony

Désolé Humungus !   

21/05/2022, 15:33

Chief Rebel Angel

@Humungus mieux vaut tard que jamais ;)

21/05/2022, 13:52

Humungus

Simony + 1 (comme d'hab'...).Seul bémol à tout ça : Pourquoi vous prévenez si tard du bazar ?!?!

21/05/2022, 13:10

NecroKosmos

Comparez NEW NOISE et METALLIAN et vous comprendrez tout. Et à propos de ROCKHARD, avez-vous déjà vu la version allemande ? Le jour et la nuit...

21/05/2022, 07:23

NecroKosmos

Pas faux, surtout depuis la fermeture du Mondo Bizarro.

21/05/2022, 07:18

Simony

Au-delà de la ligne éditoriale du magazine que l'on aime ou pas, moi c'est plutôt la longévité, 30 ans tout de même, lorsque l'on connait la scène Metal française, c'est une durée qui en impose. Après je parta(...)

20/05/2022, 22:46

Arioch91

J'achète Metallian de temps à autre, p'tet 2 fois par an mais guère plus.Pour moi, ça a toujours frôlé l'amateurisme, ce mag et j'aime pas leur manière de proposer autant de pages pour un gros groupe que pour un groupe net(...)

20/05/2022, 20:42

BOULOGNE WOOD NECRO TRANNY

Rennes, cette ville de clodo et de cafards.

20/05/2022, 19:37

Brutal caca

Comme quoi, on peut faire de la merde sur le long terme. Merci Merdallian!

20/05/2022, 19:36

Jus de cadavre

La scène rennaise qui continue de mettre des taloches bien comme il faut ! Terrible !

20/05/2022, 09:44

Namless

Metallian, ou le magazine non reçu 1 mois et demi après l'avoir commandé ?

20/05/2022, 08:38

Jus de cadavre

J'y trouve un petit coté Revenge aussi... Ça aussi c'est sale décidément !   

19/05/2022, 18:59

Jus de cadavre

Ah ouais   Bestial et old-school la vache ! Je sais pas ce qu'ils bouffent en Australie mais ils aiment le sale !Exce(...)

19/05/2022, 18:56

Fred

Sans parler de la partie restauration avec toutes les pénuries , vaut mieux s’abstenir des stands et apporter sa bouffe . 

19/05/2022, 17:02