Monolord / Firebreather [La Cartonnerie - Reims]

Monolord, Firebreather

La Cartonnerie, Reims (France)

le 04/10/2019

Ce vendredi soir est le début d'un petit week-end marathon qui s'annonçait sous les meilleurs auspices étant donné le nombre de têtes connues que j'allais y retrouver. On commence tout en lourdeur avec MONOLORD et FIREBREATHER dont la tournée commune posait ses valises à La Cartonnerie de Reims. Une affiche assez audacieuse dans la programmation de la salle et la petite centaine de personnes présente a, j'espère, donné envie à l'équipe de réitérer l'expérience car, de ce que l'on a pu voir en ce vendredi soir, il y a bien un public pour cette musique dans la capitale champenoise.





20h30 pétante, FIREBREATHER, monte sur scène. Le groupe opère en trio avec un bassiste assez remuant ce soir, se courbant sur son pédalier pour quelques effets entre les morceaux ou manquant de tomber lorsque le rythme du Stoner Doom Metal des Suédois s'emballait. Le personnage semble sous l'emprise de quelques substances mais la qualité de son jeu ne s'en fait pas sentir.
Le guitariste chanteur, Mattias Nööjd, connait quelques soucis d'accordage sur sa guitare ce qui dénatura quelque peu un lead de guitare mais la réactivité et l'agilité du bonhomme force le respect car non content de ré-accorder entre deux accords (et le tout à l'oreille), il continue d'assurer les lignes de chant sans trop se perdre en route, quelques petits moments de flottement laisse transparaitre la manœuvre mais chapeau-bas pour la maitrise. Le batteur, lui, joue simple mais efficace, la ride avec une belle cloche bien prononcée en son centre en dit long sur le jeu de Fredrik Käll qui met une énergie pleine de lourdeur au milieu des instruments pas beaucoup plus légers. Quelques apparâts de Fuzz jaillissent de temps en temps, à la faveur d'une basse bien présente dans le mix, mais nous ne sommes pas là dans la branche Californienne du genre.

Le son ce soir est de qualité comme très souvent dans cette salle d'ailleurs, et si les limitations sonores empêchent le groupe de faire trembler les murs de la petite salle de La Cartonnerie, on saisit toutefois la lourdeur du propos de ce groupe qui défend alors son deuxième album, Under A Blood Moon, paru en septembre dernier chez Riding Easy Records.
Après 40 minutes de show le groupe se retire avec les applaudissements du public, les Suédois ont su conquérir ce soir. Le chant au grain rocailleux n'est pas sans rappeler les ORANGE GOBLIN ou même HIGH ON FIRE, de même que la nature très directe du Stoner Doom Metal de FIREBREATHER

Le groupe évoluant sur un matériel différent de la tête d'affiche, l'équipe technique s’affaire à démonter la batterie du groupe d'ouverture, laissant plus de profondeur de scène pour MONOLORD qui opère pourtant en trio également, pourquoi pas un backline commun ? Peu importe, cela nous laisse le temps d'aller faire un premier tour au merchandising bien fourni et surtout de faire marcher la pompe à céréales fermentées du bar.

Quelques minutes plus tard, la lumière s'éteint laissant apparaître un grand back drop en fond de scène représentant le volatile qui orne la pochette du dernier album de MONOLORD. Le rendu est assez beau avec ces couleurs automnales alors qu'une musique country résonne dans la sono pendant l'entrée sur scène des 3 protagonistes. Et paf, premier uppercut, le son est lourd, l'ambiance se fait pesante presque religieuse même lorsque le chant gavé de réverb et de delay de Thomas Jäger entre en lisse. Là aussi, le bassiste du groupe, Mika Häkki, se montre à son avantage, avec quelques lignes en lead où la pédale à fuzz fait immédiatement réagir le public. Il est assez drôle de voir les différences de tenue entre les 3 membres, entre le bassiste à la casquette vissée sur la tête avec un visuel plutôt moderne, un batteur très ancré dans l'esprit Stoner Doom Metal, ça ne joue pas, ça bûcheronne, l'homme assène ses coups comme s'il tenait des troncs de 25 mètres de long, ça tape fort ! Et puis, il y a le chanteur guitariste au style 70's, allant jusqu'à la moustache que je croyais prohibée de nos jours. Le public est comme aimanté, il reste scotché devant la prestation tout en lourdeur de ce trio. Pourtant, on remarque une certaine similitude entre les morceaux du début du show qui commence un peu à se voir, même genre de titre, même lignes de chant avec les mêmes variations et ce jusqu'à ce que le groupe envoie un "The Bastard Son" issu du dernier album, à la faveur d'un changement de guitare.
Et là on sent le groupe passer dans un autre monde, des titres plus originaux, sortant de ce mimétisme à ELECTRIC WIZARD pour se subjuguer et nous offrir un Doom Metal un peu plus classieux. La fin du concert restera de cet acabit, très prenant, parfaitement lourd et s'éloignant un peu de ce son Orange que l'on entend partout. Et le public suit la "mutation" du groupe et réagit très bien à ce que les Suédois nous proposent.  Le groupe aura passé sous silence le deuxième album, Vaenir qui est l'album par lequel j'ai connu ce groupe. Pas un grand manque pour ma part tant j'ai préféré ce que MONOLORD a publié sur ses deux derniers albums, en tout cas des extraits que j'ai pu entendre. C'est le sourire aux lèvres et le sentiment d'avoir réussi leur prestation que le groupe se retire et il ne serait pas étonnant que ce groupe, libéré de l'emprise de SLEEP et ELECTRIC WIZARD devienne un grand nom de la scène dans un futur proche, le même genre de trajectoire qu'un PALLBEARER. Reste à voir si le groupe sera capable de se renouveler et ne pas tomber dans la recette musicale. En attendant, il est certain que FIREBREATHER comme MONOLORD valent le coup de se déplacer en salle, de vrais bons groupes de scène avec un show minimaliste visuellement mais pour ce qui est des sensations auditives, ils nous ont montré leurs capacités ce soir.

Setlist MONOLORD : Where Death Meats The Sea / Audhumbla / Lord Of Suffering / The Bastard Son / Rust / Larvae / The Last Leaf / Empress Rising.

Bravo à La Cartonnerie pour cette programmation audacieuse, en espérant qu'elle fasse des petits.

par Simony le 08/10/2019 à 10:00
   281

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Ben
@37.173.192.215
08/10/2019, 20:42:29
Un bel article qui résume cette très belle soirée à la cartonnerie. Ma première dans cette petite salle. Firebreather est une belle découverte pour ma part et je suis tout à fait d'accord qu'on note une influence high n fire.

Jus de cadavre
membre enregistré
09/10/2019, 11:22:30
"faire marcher la pompe à céréales fermentées du bar."
xD

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Universe

mortne2001 29/07/2020

F.F.W.

mortne2001 27/07/2020

Tiamat 2010

RBD 26/07/2020

Créda Beaducwealm

mortne2001 24/07/2020

Les Enfants du Cimetière

mortne2001 20/07/2020

Chimaira 2008

RBD 16/07/2020

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Buck Dancer

Par contre, quand même fort de voir que la sortie d'un morceau de Gojira est devenue un évènement mondial dans la scène metal.
Les mecs sont vraiment au sommet.

07/08/2020, 18:44

RBD

Ça fait rebut retravaillé des sessions de "Magma". Le clip cartoon à base de prêche écolo dans l'air du temps avec références ciné évidentes peut agacer ceux qui préfèrent un Metal plus obscur et rebelle, c'est sûr. Mais ces thèmes ne sont pas nouveaux du tout chez Gojira. La référenc(...)

07/08/2020, 12:24

Satan

A Kairos : Exactement. Il est l'homme de l'ombre, une sorte de fil-rouge. D'ailleurs souvenons-nous comment Abbath galérait à la guitare sur la tournée de "Blizzard Beasts" (si mes souvenirs sont bons).

07/08/2020, 12:20

David Martin

Mortuary mérite vraiment , pour leur 30 ans, de sortir leur meilleur album !! Les connaissant depuis 1989 (Leurs premiers gigs furent les premières parties d'Asshole à Nancy dont j'étais le chanteur) et les ayant suivis depuis tout ce temps, je me réjouis de voir qu'enfin, ils ont un label qui (...)

07/08/2020, 12:19

LeMoustre

C'est a cause de l'argent comme dirait Popeye

07/08/2020, 07:15

Kairos

Kerry king, demonaz a toujours été impliqué dans le groupe, au niveau compo et textes, mais il était dans l’incapacité de tenir la guitare pour raisons de santé.

07/08/2020, 06:59

adrtq

on s'en cogne, les 2 projets sont merdiques,

07/08/2020, 06:46

adrtq

rien de vraiment clack metal ici. Un black thrash bien boring

07/08/2020, 06:45

Satan

Immortal a réussi l'exploit d'être encore plus ridicule que les anciens démêlés de Gorgoroth. Chapeau bas!

06/08/2020, 22:24

Kerry King

Deja Horgh est arrivé tard dans le groupe je crois ?

Mais en soit seul Abbath était sur tout les albums et depuis le début, Demonaz a quitté le groupe pendant une dizaine d'année je crois...

Bref n'y queue n'y tête...

06/08/2020, 21:48

Buck Dancer

C'est vraiment triste et pathétique à lire ce genre de news.

06/08/2020, 21:25

Vincent

C’est PAS BATUSHKA bordel c’est le mec qui a volé le nom et qui a fait Hospodi. Vous le faites exprès c’est pas possible ? Vous voyez bien que la musique n’a rien à voir avec Litourgiya et Panihida.

06/08/2020, 17:53

Humungus

Il est loin le temps ou le Black se voulait aussi le garant d'une certaine spiritualité et intégrité... ... ...

06/08/2020, 17:14

JTDP

En attendant, il y en a un qui doit bien se marrer...

06/08/2020, 14:48

Tranbert

Le R'n'B metal à retenu mon attention donc j'ai ecouté...Ah oui quand même. Faut de tout pour faire un monde. Je dois être trop vieux. Les instrus passent encore, mais la façon de chanter... !NON!

06/08/2020, 12:43

Tranbert

Je l'aime bien aussi ce morceau, et le clip est vachement bien foutu. Rien de très original dans le son et le visuel mais ça le fait bien

06/08/2020, 12:39

Invité

Interstellar 666.6

06/08/2020, 09:32

Gargan

Comme le climat, mouarf.

05/08/2020, 21:55

Oliv

Réchauffé

05/08/2020, 18:54

JTDP

Oui d'accord avec toi Buck Dancer, c'est dans la droite ligne de "magma". Et je le trouve aussi plutôt bon, envoûtant ce morceau. Et le clip est franchement bien foutu !

05/08/2020, 17:29