Ce vendredi soir est le début d'un petit week-end marathon qui s'annonçait sous les meilleurs auspices étant donné le nombre de têtes connues que j'allais y retrouver. On commence tout en lourdeur avec MONOLORD et FIREBREATHER dont la tournée commune posait ses valises à La Cartonnerie de Reims. Une affiche assez audacieuse dans la programmation de la salle et la petite centaine de personnes présente a, j'espère, donné envie à l'équipe de réitérer l'expérience car, de ce que l'on a pu voir en ce vendredi soir, il y a bien un public pour cette musique dans la capitale champenoise.





20h30 pétante, FIREBREATHER, monte sur scène. Le groupe opère en trio avec un bassiste assez remuant ce soir, se courbant sur son pédalier pour quelques effets entre les morceaux ou manquant de tomber lorsque le rythme du Stoner Doom Metal des Suédois s'emballait. Le personnage semble sous l'emprise de quelques substances mais la qualité de son jeu ne s'en fait pas sentir.
Le guitariste chanteur, Mattias Nööjd, connait quelques soucis d'accordage sur sa guitare ce qui dénatura quelque peu un lead de guitare mais la réactivité et l'agilité du bonhomme force le respect car non content de ré-accorder entre deux accords (et le tout à l'oreille), il continue d'assurer les lignes de chant sans trop se perdre en route, quelques petits moments de flottement laisse transparaitre la manœuvre mais chapeau-bas pour la maitrise. Le batteur, lui, joue simple mais efficace, la ride avec une belle cloche bien prononcée en son centre en dit long sur le jeu de Fredrik Käll qui met une énergie pleine de lourdeur au milieu des instruments pas beaucoup plus légers. Quelques apparâts de Fuzz jaillissent de temps en temps, à la faveur d'une basse bien présente dans le mix, mais nous ne sommes pas là dans la branche Californienne du genre.

Le son ce soir est de qualité comme très souvent dans cette salle d'ailleurs, et si les limitations sonores empêchent le groupe de faire trembler les murs de la petite salle de La Cartonnerie, on saisit toutefois la lourdeur du propos de ce groupe qui défend alors son deuxième album, Under A Blood Moon, paru en septembre dernier chez Riding Easy Records.
Après 40 minutes de show le groupe se retire avec les applaudissements du public, les Suédois ont su conquérir ce soir. Le chant au grain rocailleux n'est pas sans rappeler les ORANGE GOBLIN ou même HIGH ON FIRE, de même que la nature très directe du Stoner Doom Metal de FIREBREATHER

Le groupe évoluant sur un matériel différent de la tête d'affiche, l'équipe technique s’affaire à démonter la batterie du groupe d'ouverture, laissant plus de profondeur de scène pour MONOLORD qui opère pourtant en trio également, pourquoi pas un backline commun ? Peu importe, cela nous laisse le temps d'aller faire un premier tour au merchandising bien fourni et surtout de faire marcher la pompe à céréales fermentées du bar.

Quelques minutes plus tard, la lumière s'éteint laissant apparaître un grand back drop en fond de scène représentant le volatile qui orne la pochette du dernier album de MONOLORD. Le rendu est assez beau avec ces couleurs automnales alors qu'une musique country résonne dans la sono pendant l'entrée sur scène des 3 protagonistes. Et paf, premier uppercut, le son est lourd, l'ambiance se fait pesante presque religieuse même lorsque le chant gavé de réverb et de delay de Thomas Jäger entre en lisse. Là aussi, le bassiste du groupe, Mika Häkki, se montre à son avantage, avec quelques lignes en lead où la pédale à fuzz fait immédiatement réagir le public. Il est assez drôle de voir les différences de tenue entre les 3 membres, entre le bassiste à la casquette vissée sur la tête avec un visuel plutôt moderne, un batteur très ancré dans l'esprit Stoner Doom Metal, ça ne joue pas, ça bûcheronne, l'homme assène ses coups comme s'il tenait des troncs de 25 mètres de long, ça tape fort ! Et puis, il y a le chanteur guitariste au style 70's, allant jusqu'à la moustache que je croyais prohibée de nos jours. Le public est comme aimanté, il reste scotché devant la prestation tout en lourdeur de ce trio. Pourtant, on remarque une certaine similitude entre les morceaux du début du show qui commence un peu à se voir, même genre de titre, même lignes de chant avec les mêmes variations et ce jusqu'à ce que le groupe envoie un "The Bastard Son" issu du dernier album, à la faveur d'un changement de guitare.
Et là on sent le groupe passer dans un autre monde, des titres plus originaux, sortant de ce mimétisme à ELECTRIC WIZARD pour se subjuguer et nous offrir un Doom Metal un peu plus classieux. La fin du concert restera de cet acabit, très prenant, parfaitement lourd et s'éloignant un peu de ce son Orange que l'on entend partout. Et le public suit la "mutation" du groupe et réagit très bien à ce que les Suédois nous proposent.  Le groupe aura passé sous silence le deuxième album, Vaenir qui est l'album par lequel j'ai connu ce groupe. Pas un grand manque pour ma part tant j'ai préféré ce que MONOLORD a publié sur ses deux derniers albums, en tout cas des extraits que j'ai pu entendre. C'est le sourire aux lèvres et le sentiment d'avoir réussi leur prestation que le groupe se retire et il ne serait pas étonnant que ce groupe, libéré de l'emprise de SLEEP et ELECTRIC WIZARD devienne un grand nom de la scène dans un futur proche, le même genre de trajectoire qu'un PALLBEARER. Reste à voir si le groupe sera capable de se renouveler et ne pas tomber dans la recette musicale. En attendant, il est certain que FIREBREATHER comme MONOLORD valent le coup de se déplacer en salle, de vrais bons groupes de scène avec un show minimaliste visuellement mais pour ce qui est des sensations auditives, ils nous ont montré leurs capacités ce soir.

Setlist MONOLORD : Where Death Meats The Sea / Audhumbla / Lord Of Suffering / The Bastard Son / Rust / Larvae / The Last Leaf / Empress Rising.

Bravo à La Cartonnerie pour cette programmation audacieuse, en espérant qu'elle fasse des petits.

par Simony le 08/10/2019 à 10:00
   154

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Ben
@37.173.192.215
08/10/2019 à 20:42:29
Un bel article qui résume cette très belle soirée à la cartonnerie. Ma première dans cette petite salle. Firebreather est une belle découverte pour ma part et je suis tout à fait d'accord qu'on note une influence high n fire.

Jus de cadavre
membre enregistré
09/10/2019 à 11:22:30
"faire marcher la pompe à céréales fermentées du bar."
xD

Ajouter un commentaire


Sign X

Like a Fire

A New Tomorrow

Universe

Red Death

Sickness Divine

Black Pistol

Sins of the Father

Edge Of Forever

Native Soul

Tom Keifer

Rise

House Of Shakira

Radiocarbon

Crypter

Crypter

Unhold

Here Is The Blood

Lovekillers

Lovekillers feat Tony Harnell

Atomic Cretins

Spiritual Cancer

Maelstrom Vale

Silhouettes

Brain Stroke

Brain Stroke

Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Le batteur de Bloody Sign avait aussi fait un intérim chez Incantation, je l'avais vu en concert avec le groupe à cette époque.

J'avais vu Brutal Rebirth dans un festival non réédité à l'époque de cet album. C'était bien, alors qu'ils passaient entre Waking the Cadaver, Immola(...)


Sinon moi y a 20 ans j’étais en 1999
C’est bien la vie en 2039?


Tout d'accord avec vous. Mais au delà du côté Swamsong énervé c'est surtout l'impression de " déjà entendu" qui, pour l'instant, me dérange un peu.


Oui, j'ai écrit plusieurs fois un commentaire que je n'ai pas posté, car... bon... en fait perso, je ne sais pas quoi en penser...
Y'a du Swansong dans le groove mais avec un son plus brutal quand même...
La construction du morceaux est originale avec pas mal de changements de rythmes(...)


Bah alors ?! Y a Carcass qui sort un nouveau morceau et y a pas de réaction ici ?! Ça m'étonne xD !
Je lui trouve une petite saveur époque Swansong de mon coté, en plus extrême quand même... Mais c'est pas mal !


COMO MUERTOS aussi c'était excellent. Jamais écouté l'album mais je les ai vus une fois en concert lors d'une des premières éditions du Motocultor et j'en garde un très bon souvenir. Ils avaient vraiment du potentiel.


Dévorée par un gremlin géant, quelle horrible fin ! Plaisanterie à part ce n'est pas mal, et ce n'est pas typé Death latino.


Rubrique très sympa. Je retiens Bloody Sign, notamment. Eh oui, les catalogues Holy Records, souvenirs émus...


Vu aussi sur scène à Chaulnes (le "Killer Fest" si mes souvenirs sont bons !) en... 2005 ! Oh bordel ça nous vieillit ça !
C'était carrément bien sur scène, mais en effet pas très suivi. En tout cas ce fest était génial, de bien bons moments !


J'ai vu deux fois il y a bien longtemps GARWALL en concert. Ca tenait bien la route mais le public n'a pas accroché et a pas mal critiqué le groupe pour des raisons que j'ai oubliées. Dommage...


Mark Evans (ex-AC/DC) à la basse exact.


Avec eb plus Mark Evans de AC/DC à la basse je crois , toujours là ce furieux de Angry


Effectivement, je trouve ça toujours bien trouvé de "cacher" quelques références bien senties.
Perso, je préférais la mouture de Hard N Heavy avec le logo précédant celui-ci...
Aaaahhh les fameuses fiches biographiques de groupes... ... ...


Celui là il prend direct une option pour les tops albums de 2020 (alors que les tops 2019 sont même pas encore bouclés xD) ! Les deux extraits sont juste terribles...
Je l'attend, c'est peu de le dire !
Et artwork excellent au passage ! Vivement !


C'est exactement ça :) c'est un des magazines qui a monté ma culture métallique, je trouvais ça cool de faire un petit clin d'oeil de la sorte en mode extrême ahahaha


Très bonne nouvelle !!! :)


Vivement ! Déjà six ans que nous, ouailles de l'Eglise du Saint-Riff Rédempteur, attendons la venue de ce nouveau Messie sonore... Il était temps !


Pis histoire de me faire encore plus regretter la bazar, cerise sur le milk shake de l'infortune y'a COUNTESS aussi sur l'affiche...
AAAAAAAARRRRRRGGGHHH !!! !!! !!!


!!! !!! !!! Dé-goû-té !!! !!! !!!
Je suis GORGON depuis 1995 et est toujours souhaiter les voir en live...
Là je suis tombé sur cette annonce de fest seulement hier (donc bien trop tard pour moi afin d'organiser mon WE)...
Autrement dit sans moi quoi...
Ca va gâcher ma (...)


Strasbourg me voilà !
Bonne nouvelle de revoir aussi "souvent" en ce moment les TATTS sur la route...
Toujours un plaisir de revoir ces vieux briscards en live.