UNDER THE BIG BLACK SUN: Une Histoire du Punk à Los Angeles

John Doe & Tom DeSavia

Camion Blanc

Après le New-York Hardcore, Camion blanc s’intéresse de près à la scène Punk de L.A, qui finalement, ne fut pas si différente en termes d’intensité, de créativité, et de rayonnement temporel et spatial. S’il est vrai que le fan se sentira plus fasciné par le versant le plus radical du Punk venu de la grosse pomme, il est indéniable que le bouillonnement créatif de la Californie représente un pan très important de la culture underground américaine, et a permis à bon nombre de chantres du DIY de se faire un nom, la plupart du temps, par eux-mêmes, comme le voulait leur philosophie du désespoir.

C’est donc cette histoire qui vous est contée via Under The Big Black Sun, titre du troisième album des héros locaux de X, dont John Doe, bassiste/chanteur est l’un des narrateurs de l’œuvre, accompagné de la plume de Tom DeSavia. Dans une optique commune à bon nombre d’ouvrages consacrés à l’underground, ce nouveau pamphlet publié par Camion Blanc laisse donc la parole aux principaux intéressés, qui nous livrent leur version de l’histoire, et surtout, de leur histoire. Ces témoins sont nombreux, et d’importance, puisqu’ils constituent l’ossature du squelette Punk californien, et au travers des quatre cents et quelques pages du bouquin, vous tomberez donc sur la prose de musiciens aussi célèbres qu’Exene Cervenka (X), Henry Rollins (BLACK FLAG), Mike Watt (THE MINUTEMEN), Jane Wiedlin and Charlotte Caffey (GO-GO'S), Dave Alvin (THE BLASTERS), Chris D. (THE FLESH EATERS), Robert Lopez (THE ZEROS, EL VEZ), Jack Grisham (T.S.O.L.), ou Teresa Covarrubias (THE BRAT), mais aussi de journalistes ayant vécu l’aventure intérieure, à l’instar de Pleasant Gehman, Kristine McKenna, ou Chris Morris.

Il était donc impossible de passer sous silence le volume original, qui se retrouve une fois de plus traduit par Angélique Merklen la translationaholic woman de l’impossible, qui s’est une fois de plus démenée pour adapter ses mots à ceux qui les ont prononcés. Ces mêmes mots sont le plus souvent directs, la formulation sans ambages, et le style adapté à celui d’une musique qui n’a jamais fait dans la dentelle ou l’ouvragé à outrance. Nous retrouvons donc des chapitres consacrés à divers groupes, dont X, les WEIRDOS, GERMS et les GO-GO’S sont certainement les plus fameux, ainsi que d’autres plus intimes, et focalisés sur l’underground de l’underground, avec des formations n’ayant pas passé le stade de la démo, ou des quelques concerts. Ces témoignages presque pris sur le vif sont bien évidemment captivants, et dépeignent à merveille la vie dans la capitale californienne, qui fut une des premières à se mettre à l’heure du Punk, après que les RAMONES, les STOOGES et les NEW YORK DOLLS aient tiré la sonnette d’alarme.

Décomposé en petites sections longues de quelques pages, agrémenté de nombreux interludes photographiques fascinants, Under The Big Black Sun se lit comme le journal de bord d’une mémoire Punk parfois chancelante, qui tente de se remémorer à des décennies d’intervalle sa jeunesse perdue, et de célébrer les victimes tombées au champ d’honneur. Si la technique adoptée est la meilleure pour embarquer le lecteur dans un voyage aux confins des portes des clubs et autres buildings lugubres et décatis, il faut quand même reconnaître que ce nouveau volume n’a pas le rayonnement de son aîné NYHC, puisque seuls une poignée de groupes et d’artistes s’y retrouvent évoqués.

L’agencement n’est pas forcément chronologique, et les premiers chapitres plantent le décor avec une acuité graphique bluffante, nous faisant presque entendre les sons de la ville et des discussions animées autour d’un vieux lecteur de cassette fatigué ou d’une platine dans un état similaire. Nous plongeons donc dans l’Amérique désabusée et post-Vietnam de la fin des années 70, qui avait refusé en bloc les effluves pailletés du Disco, et qui commençait à peine à se remettre de la bourrasque Glam’n’Glitter. Si X et les GO-GO’S sont les seuls noms que les encyclopédies « nobles » du Rock ont retenu, de par leur adaptation à des standards radiophoniques et leur familiarisation avec des chiffres de vente dignes du Billboard, les GERMS, BRATZ, EYES, FLESH EATER, ZEROS et autres animateurs de scènes torrides dans les bas-fonds de la ville sont aussi à l’honneur, ce qui permet d’avoir une vue d’ensemble et contrastée du mouvement qui laissait cohabiter les formations éphémères et les groupes à succès. Le ton est évidemment très libre, tout comme l’étaient la technique et l’approche du professionnalisme à l’époque, mais on ne peut s’empêcher de vibrer à l’évocation des débuts de ce mouvement qui a la base, n’avait absolument rien en commun avec la Californie des EAGLES et autres FLEETWOOD MAC. Ici, point d’hôtel, mais pas mal de rumours, des coups du sort, des coups bas, des tragédies, des victoires, et surtout, un gros paquet d’abnégation, et un refus des conventions qui a transformé le Punk en machine de guerre bricolée sur le vif, n’ayant d’autres but que d’annihiler la bienséance pour permettre à des personnalités excentrées et attachantes d’exprimer leur désarroi ou l’exubérance de leur jeunesse.

Pas grand-chose donc à reprocher à un livre que tous les fans connaissaient déjà, mais qui se voit enfin doté d’une VF à la hauteur de son importance. En tant que lecteur, et passionné par le sujet, j’ai bien évidemment adoré le côté impulsif et bref de l’ouvrage, qui ne perd pas de temps en conjectures, même si j’ai regretté une certaine linéarité de ton, qui s’accorde sur la fin assez mal avec le peu d’artistes mentionnés. Les mêmes noms reviennent en boucle, et si ceux de John Doe, d’Exene, de Jane Wiedlin et Charlotte Caffey et de Darby Crash sont les plus prononcés en toute logique, on finit par se rendre compte que la scène de L.A n’était sans doute pas la plus touffue, à l’inverse de son homologue New-yorkaise. Il est parfois assez redondant de relire les mêmes références, et les derniers chapitres paraissent un peu longs tant ils recyclent des éléments déjà portés à notre connaissance un peu plus tôt. Mais l’aspect générique très « fanzine », avec cette alternance d’auto-interviews, de flyers, et de photographies d’époque est complètement séduisant, ce qui aboutit à un bilan largement positif pour ce soleil sombre qui aura plongé la Californie dans une ombre que les mid 70’s n’auront pas su anticiper de leur stadium Rock ou leur Country un peu poussifs et boursouflés.

 Alors, si vous n’êtes pas nés du bon côté de l’océan, et si le sujet vous captive, Under The Big Black Sun représentera un excellent testament, celui d’une scène qui aura fait grand bruit, au sens propre comme au figuré, et vous allez vous plonger dans des courants qui ont secoué la mer de certitudes de l’Amérique post-Nixon qui allait bouffer son Reaganisme jusqu’au trognon. Un livre à dévorer d’urgence, avec la bande son idoine, une bonne compilation du genre Tooth and Nails faisant largement l’affaire. En version vinyle un peu craqué évidemment.

LANGUE: Français

TRADUCTION : Angélique Merklen

PARUTION: 18 Mai 2017

MAISON D’EDITION D’ORIGINE: Da Capo Press

MAISON D’EDITION FRANCAISE: Camion Blanc

NOMBRE DE PAGES : 426

GENRE : California Punk

DIMENSIONS : 15 x 21 cms

ISBN-10 : 2357799560

ISBN-13 : 978-2357799561

Site Camion Blanc

par mortne2001 le 11/07/2017 à 18:49
   610

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
14/07/2017, 02:22:10
Pas lu ce bouquin, mais pour ceux que cette scène intéresse, matez vous le documentaire "Los Punks". Très très bon film sur toute la scène punk chicanos de LA. Très bien fait, on y trouve des passionnés carrément attachants...

Humungus
membre enregistré
22/07/2017, 17:02:51
A voir également les deux très bon "The Decline of Western Civilization I" et "III"...

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Harmony Corruption

mortne2001 03/07/2020

Little Monsters

mortne2001 30/06/2020

Complicated Mind

mortne2001 15/06/2020

Dossier spécial Bretagne / LA CAVE #5

Jus de cadavre 15/06/2020

Screams and Whispers

mortne2001 12/06/2020

Concerts à 7 jours
Demonical + Mystifier 09/07 : L'usine A Musique, Toulouse (31)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

Je te rejoins totalement LeMoustre concernant METALLIAN.

09/07/2020, 08:12

LeMoustre

Clair. Nomed a bien été réédité, y'a pas de raison.

08/07/2020, 22:48

LeMoustre

Oui, j'ai vu ce système de notation, en gros ça va de 6,5 à 8 pour 90% de disques. Pas évident d'être impartial avec une des sources de revenus directement concernée par une notation. Mais, quand même, à ce moment là autant réduire le champ et noter de 1 à 5, comme certains sites, ce sera(...)

08/07/2020, 22:47

Thrashing Metropolity

D'accord avec toi au sujet de la prod, MorbidOM. Très étouffée et décevante.
Sur Utopia Banished la puissance de feu sera décuplée en comparaison. Le son de caisse claire plus sec, les guitares plus massives, les vocaux se détachant mieux.

Je me souviens des toutes premi(...)

08/07/2020, 19:07

MorbidOM

Comme beaucoup j'avais eu du mal avec cet album la prod a beau être du fameux Scott Burns, elle est pas extraordinaire, Barney n'est pas encore au sommet de son art et il était fort difficile de passer après Lee Dorian de toute façon plus pas mal de petits détails. En bref un album de transitio(...)

08/07/2020, 18:37

Thrashing Metropolity

@ LeMoustre :
Mais ça peut carrément arriver. Je me souviens d'albums de Madhouse, Kaizen ou Vulcain trouvés chez Emmaus ou en vide grenier pour 50 cts ou 1 euros ! Des miracles.
Allez, on y croit ! :-D

N'empêche, ce M.S.T... le premier qui passe sous les 25 balles... H(...)

08/07/2020, 18:04

Thrashing Metropolity

Agréable à lire aux chiottes, et c'est déjà pas mal. :-D
Pour la découverte de nouveaux groupes ou de skeuds cultes qu'on aurait raté, autant fouiner sur Youtube et sur les forums spécialisés, il y a de quoi faire.
Non, ce canard est un espace détente pour moi, je le prends de (...)

08/07/2020, 17:57

LeMoustre

Vu, en effet, ce sont les prix Discogs. Bon, ben, faudra avoir un coup de chatte alors. PUC est plus accessible, lui, mais jamais édité en CD. Une box s'impose.

08/07/2020, 17:51

Thrashing Metropolity

Par contre bravo encore pour la chronique ! Super hommage !

J'ignorais qu'il avait chanté dans les Bérus ! :-O

08/07/2020, 17:48

Thrashing Metropolity

Voilà, jamais moins de 60 balles. Certains vendent ça à 200 balles... faut pas déconner.

Album archi culte... de là à être une vache à lait.
Tant pis, on se contentera de youtuyau.

08/07/2020, 17:47

mortne2001

@LeMoustre en moyenne, en CD il tape dans les 60 balles...

08/07/2020, 17:12

LeMoustre

Dans le magasin de disques, je n'ai pas vu de gros anachronisme / pochettes de disques ou affiche, même en regardant. Allez, fais péter ta réponse, Satan. D'ailleurs, grosso merdo à ce niveau, y'a un plan sur le magasin Neseblood, bien connu à Oslo, où n'importe quel metalleux peut aisément p(...)

08/07/2020, 16:52

LeMoustre

Pas extrême, c'est sûr Arioch, on avait bien compris. Je causais pas de ça. Et, oui, Oliv, on est loin des sommaires et articles fournis et de la cinquantaine de chroniques facile d'un Deaf Forever, par exemple. Perso, Metallian, il m'arrive encore de l'acheter car les sommaires sont plus orient(...)

08/07/2020, 16:49

grinder92

C'est noté tout le monde ! Je vous prépare une petite chronique du prochain Maître GIMS qui est de tout beauté ! :-)

08/07/2020, 15:19

LeMoustre

Ah ouais, MST, m'en rappelle de ce disque/groupe, un pote l'avait et il tournait souvent, comme le EP de Nomed. Superbe papier. Si dur que ça a choper ?

08/07/2020, 14:34

Pomah

Faut vraiment que je le réecoute, je n'arrive pas à m'en faire une idée précise. Y'a du bon et du moins bon.

08/07/2020, 14:23

arioch91

@RBD, voir Depeche Mode ici ne me dérange pas outre mesure.

J'ai beau adorer le Thrash ('fin, plus ça va et plus j'adore le Thrash de l'Âge d'or du style) et le Death, mon groupe Ultime n'a rien de Metal puisqu'il s'agit d'Ange.

Et d'ailleurs, je serai ravi qu'on en parl(...)

08/07/2020, 13:23

RBD

Voilà longtemps que je suis habitué aux réactions des métalleux quand je parle de Depeche Mode. Et je sais qu'à chaque fois, j'en trouve qui sont aussi fans et qui sont ravis de sortir du bois. Ils sont particulièrement heureux de pouvoir en parler avec quelqu'un qui partage également leurs g(...)

08/07/2020, 13:12

Arioch91

RockHard porte bien son nom, il est trés orienté Rock et Hard. Le côté musique extrême n'est clairement pas mis en avant.

Pour moi, ça ne m'importe que bien peu.

Et il y a tout de même un ou deux chroniqueurs qui causent Thrash/Black/Death à chaque numéro.

08/07/2020, 12:05

Arioch91

Ah, ben v'là un truc qui donne envie !

08/07/2020, 12:00