Etonnant de constater que ce supergroupe ne dispose même pas d’une page officielle…Lorsqu’on en apprend plus sur son line-up, on reste ébahi face à tant de flou, un peu comme si le projet avait choisi de lui-même de rester dans l’ombre alors qu’il mérite une exposition maximale à la lumière…Composé de figures bien connues de la scène Metal, PEACEMAKER est en quelque sorte un petit secret qu’on se partage entre initiés, et qui nous ramène à notre douce adolescence, lorsque notre apprentissage du Heavy débutait et s’apprêtait à nous conduire sur la route d’une vie de passion. Avec un casting quatre étoiles (Ronny Munroe - chant, METAL CHURCH, TRANS-SIBERIAN ORCHESTRA, Scott Miller - guitare/chant, TANGO DOWN, B.J Zampa - batterie, HOUSE OF LORDS, Yngwie MALMSTEEN, OBSESSION et Rc Ciejek - basse, BELLADONNA), ce nouveau groupe s’impose en termes de crédibilité, mais risque de se voir confiné en espace réduit, faute d’une promotion suffisante…Et cette indifférence programmée serait regrettable au vu du contenu d’un LP qui risque de faire grincer bien des dents et faire grimacer des faciès illustres, puisqu’il n’est rien de moins que l’un des pamphlets Heavy les plus purs et virulents de ces dix dernières années. Mais pas étonnant d’en arriver à cette constatation au vu du pedigree des intervenants, qui d’ailleurs avaient une idée en tête à l’origine, comme nous l’explique le tonitruant vocaliste Ronny Munroe en quelques mots choisis :

« Lorsque Scott et moi avons commencé à parler de l’idée de former un groupe et d’enregistrer ensemble, nous avions deux trois choses à l’esprit. La première, d’y prendre du plaisir, et la seconde, d’écrire des chansons qui nous ramèneraient à notre enfance, lorsque nous découvrions des groupes comme IRON MAIDEN, JUDAS PRIEST ou SAXON. »

Avec de telles références à l’esprit, et un background aussi chargé que le leur, pas surprenant que ce Concrete and Terror sonne comme une énorme bombe de Heavy Metal pur et dur, toutefois très conscient des exigences de son époque. Elaboré avec passion et fougue, ce premier jet est d’une intensité rare, mais se montre aussi très accrocheur dans un domaine pourtant saturé de revival bon marché. Disposant d’une production parfaitement adaptée à ses ambitions, avec une rythmique qui cogne et une guitare qui tranche dans le vif, Concrete and Terror pourrait évidemment s’apparenter à la somme des connaissances de ses concepteurs, mais aussi à une ouverture en regard dans le rétroviseur sur une adolescence qu’aucun des musiciens n’a oubliée. Ainsi, Scott Miller, très enthousiaste à propos de son travail, déclare ceci :

« Nous avons voulu composer un album pour nous, adolescents, lorsque nous n’étions encore que de simples fans de Heavy Metal. J’ai attendu toute ma vie pour composer un disque pareil. C’est du pur Heavy à l’ancienne, comme je l’aimais quand j’étais jeune »

Beaucoup pourraient considérer tous ces arguments comme une habile promotion, mais dès l’entame « Big Block » digérée, il devient évident que le mensonge et l’exagération n’étaient pas de mise au moment de justifier la genèse de PEACEMAKER. Et les esprits les plus vifs auront immédiatement reconnu la patte d’un des groupes les plus emblématiques de sa génération, METAL CHURCH, dont Ronny a bien sûr incarné la voix pendant quelques années, mais dont les théories sur un Heavy lourd et puissant à la lisière d’un Thrash modéré se retrouvent ici. Même instinct pour trouver des plans percutants basés pourtant sur des riffs éprouvés et classiques, même énergie, même amour d’un Metal non édulcoré, et surtout, mêmes performances individuelles pour un résultat collégial cohésif et explosif. Et les deux meneurs de l’aventure de s’impliquer totalement dans l’aspect créatif, et de nous livrer une prestation parfaite, Ronny se mettant à la hauteur des icônes David Wayne et Rob Halford, sans exagérer ses envolées lyriques, et Scott taillant dans le gras à lui seul avec la persuasion des plus grands duellistes, Tipton/Downing en tête de liste, mais aussi la paire Kurdt Vanderhoof/Craig Wells. Avec ces quelques repères, vous imaginez déjà à quelle sauce vous allez être bouffé, mais vous pouvez ajouter à toutes ces allusions de fortes réminiscences du MAIDEN le plus violent, réminiscences qui vous sauteront aux oreilles lorsque vous les tendrez sur l’impitoyable « Me Enemy », à la construction évolutive sombre et tendue. D’ailleurs, le timbre de Ronny n’est pas sans rappeler celui de Bruce Dickinson, spécialement dans cette façon de faire sonner son vibrato naturel de façon théâtrale, bien qu’un titre à la harangue Heavy/Thrash de la trempe de « Social Suicide » ne soit pas sans évoquer le SKIDROW de Slave To The Grind.

Et les deux acolytes ont parfaitement calibré leurs efforts, puisque Concrete and Terror stoppe sa course à l’orée des quarante minutes, s’adaptant à un timing d’époque n’empêchant nullement le quatuor de jouer la diversité. Ainsi, entre deux bourrasques Heavy, la troupe s’autorise une sorte de repos du guerrier en format acoustique, via la superbe fausse ballade « Endless Dream », aux cordes introspectives et aux lignes vocales émotives et puissantes. Loin de se borner à un simple Heavy Metal act de plus, PEACEMAKER préfère moduler son propos et transposer ses fantasmes dans une époque avide de cachet old-school, en adoptant des syncopes Power-Metal peu en vogue dans les années 80, mais devenues figures imposées de nos jours. Ainsi, le surpuissant « Insanity Speaks » évoque PRIMAL FEAR, mais aussi METAL CHURCH dans une version d’actualité, et nous bouscule de son souffle épique, tandis que « Concrete & Terror » laisse la guitare s’épancher en sextolets, propulsant un riff en vibrato sur une rythmique percussive. En gros, la quintessence du Metal d’avant-hier, d’hier et d’aujourd’hui, pour un ensemble qui part les burnes en avant conquérir le cœur des fans de Heavy toujours aussi investis. D’ailleurs, pour être bien sûr d’incruster son image dans la mémoire des fans, le groupe n’hésite pas à terminer son effort par une dernière ruade purement Heavy/Thrash, réconciliant le « Ton Of Bricks » de METAL CHURCH et le « Human Insecticide » d’ANNIHILATOR, dans une ambiance trouble à la JUDAS PRIEST enfin dégagé de ses obligations binaires. Alors, oui, la passion fut bien le moteur de cette réalisation, et PEACEMAKER signe avec Concrete and Terror un album que nous aurions adoré encore adolescents, et qu’adultes nous apprécierons toujours autant. Heavy Metal never dies

 

Titres de l'album :

                          1.Big Block   

                          2.Blood Lust 

                          3.Concrete & Terror

                          4.Endless Dream      

                          5.Insanity Speaks     

                          6.Jane Slain  

                          7.Kill Love Sin         

                          8.Me Enemy 

                          9.Social Suicide        

                         10.The Bomb


par mortne2001 le 14/11/2018 à 17:04
85 %    266

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Block Buster

Losing Gravity

Metalian

Vortex

Ancient Moon

Benedictus Diabolica, Gloria Patri

The Defiants

Zokusho

Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

+ Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Promethean + Chapel Of Disease + Sulphur Aeon

29/09 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Effectivement super petite association de gaillards passionnés et surtout très sympas.
J'ai déjà fait à maintes reprises le trajet jusque Fismes histoire de voir sur scène mais aussi backstage (bah oui, j'suis un gros fana de dédicaces... Une putain de groupie quoi...) des groupes ou de(...)


Aaah !
Effectivement, tu t'étais mal exprimé alors...
Vaut mieux ça.
J'ai déjà connu des têtes de con au niveau sécu mais là, cela faisait un peu beaucoup tout de même.


Vraiment très bonne chronique qui m'a donné envie de redécouvrir ce magnifique album.


J'aime burn excoriate et merci pour la piqure de rappel avec gurkkhas


Une excellente de putain de bonne nouvelle !!


@humungus : j'ai dû mal m'expliquer. Le type a été balancé du public par dessus la barrière et est retombé bien lourdement derrière quoi. Pas sur ses guiboles... et les gars de la secu l'ont relevé ensuite. ;)


Artwork horrible. En espérant qu'il sera un peu plus solide que le dernier.


1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !