Etonnant de constater que ce supergroupe ne dispose même pas d’une page officielle…Lorsqu’on en apprend plus sur son line-up, on reste ébahi face à tant de flou, un peu comme si le projet avait choisi de lui-même de rester dans l’ombre alors qu’il mérite une exposition maximale à la lumière…Composé de figures bien connues de la scène Metal, PEACEMAKER est en quelque sorte un petit secret qu’on se partage entre initiés, et qui nous ramène à notre douce adolescence, lorsque notre apprentissage du Heavy débutait et s’apprêtait à nous conduire sur la route d’une vie de passion. Avec un casting quatre étoiles (Ronny Munroe - chant, METAL CHURCH, TRANS-SIBERIAN ORCHESTRA, Scott Miller - guitare/chant, TANGO DOWN, B.J Zampa - batterie, HOUSE OF LORDS, Yngwie MALMSTEEN, OBSESSION et Rc Ciejek - basse, BELLADONNA), ce nouveau groupe s’impose en termes de crédibilité, mais risque de se voir confiné en espace réduit, faute d’une promotion suffisante…Et cette indifférence programmée serait regrettable au vu du contenu d’un LP qui risque de faire grincer bien des dents et faire grimacer des faciès illustres, puisqu’il n’est rien de moins que l’un des pamphlets Heavy les plus purs et virulents de ces dix dernières années. Mais pas étonnant d’en arriver à cette constatation au vu du pedigree des intervenants, qui d’ailleurs avaient une idée en tête à l’origine, comme nous l’explique le tonitruant vocaliste Ronny Munroe en quelques mots choisis :

« Lorsque Scott et moi avons commencé à parler de l’idée de former un groupe et d’enregistrer ensemble, nous avions deux trois choses à l’esprit. La première, d’y prendre du plaisir, et la seconde, d’écrire des chansons qui nous ramèneraient à notre enfance, lorsque nous découvrions des groupes comme IRON MAIDEN, JUDAS PRIEST ou SAXON. »

Avec de telles références à l’esprit, et un background aussi chargé que le leur, pas surprenant que ce Concrete and Terror sonne comme une énorme bombe de Heavy Metal pur et dur, toutefois très conscient des exigences de son époque. Elaboré avec passion et fougue, ce premier jet est d’une intensité rare, mais se montre aussi très accrocheur dans un domaine pourtant saturé de revival bon marché. Disposant d’une production parfaitement adaptée à ses ambitions, avec une rythmique qui cogne et une guitare qui tranche dans le vif, Concrete and Terror pourrait évidemment s’apparenter à la somme des connaissances de ses concepteurs, mais aussi à une ouverture en regard dans le rétroviseur sur une adolescence qu’aucun des musiciens n’a oubliée. Ainsi, Scott Miller, très enthousiaste à propos de son travail, déclare ceci :

« Nous avons voulu composer un album pour nous, adolescents, lorsque nous n’étions encore que de simples fans de Heavy Metal. J’ai attendu toute ma vie pour composer un disque pareil. C’est du pur Heavy à l’ancienne, comme je l’aimais quand j’étais jeune »

Beaucoup pourraient considérer tous ces arguments comme une habile promotion, mais dès l’entame « Big Block » digérée, il devient évident que le mensonge et l’exagération n’étaient pas de mise au moment de justifier la genèse de PEACEMAKER. Et les esprits les plus vifs auront immédiatement reconnu la patte d’un des groupes les plus emblématiques de sa génération, METAL CHURCH, dont Ronny a bien sûr incarné la voix pendant quelques années, mais dont les théories sur un Heavy lourd et puissant à la lisière d’un Thrash modéré se retrouvent ici. Même instinct pour trouver des plans percutants basés pourtant sur des riffs éprouvés et classiques, même énergie, même amour d’un Metal non édulcoré, et surtout, mêmes performances individuelles pour un résultat collégial cohésif et explosif. Et les deux meneurs de l’aventure de s’impliquer totalement dans l’aspect créatif, et de nous livrer une prestation parfaite, Ronny se mettant à la hauteur des icônes David Wayne et Rob Halford, sans exagérer ses envolées lyriques, et Scott taillant dans le gras à lui seul avec la persuasion des plus grands duellistes, Tipton/Downing en tête de liste, mais aussi la paire Kurdt Vanderhoof/Craig Wells. Avec ces quelques repères, vous imaginez déjà à quelle sauce vous allez être bouffé, mais vous pouvez ajouter à toutes ces allusions de fortes réminiscences du MAIDEN le plus violent, réminiscences qui vous sauteront aux oreilles lorsque vous les tendrez sur l’impitoyable « Me Enemy », à la construction évolutive sombre et tendue. D’ailleurs, le timbre de Ronny n’est pas sans rappeler celui de Bruce Dickinson, spécialement dans cette façon de faire sonner son vibrato naturel de façon théâtrale, bien qu’un titre à la harangue Heavy/Thrash de la trempe de « Social Suicide » ne soit pas sans évoquer le SKIDROW de Slave To The Grind.

Et les deux acolytes ont parfaitement calibré leurs efforts, puisque Concrete and Terror stoppe sa course à l’orée des quarante minutes, s’adaptant à un timing d’époque n’empêchant nullement le quatuor de jouer la diversité. Ainsi, entre deux bourrasques Heavy, la troupe s’autorise une sorte de repos du guerrier en format acoustique, via la superbe fausse ballade « Endless Dream », aux cordes introspectives et aux lignes vocales émotives et puissantes. Loin de se borner à un simple Heavy Metal act de plus, PEACEMAKER préfère moduler son propos et transposer ses fantasmes dans une époque avide de cachet old-school, en adoptant des syncopes Power-Metal peu en vogue dans les années 80, mais devenues figures imposées de nos jours. Ainsi, le surpuissant « Insanity Speaks » évoque PRIMAL FEAR, mais aussi METAL CHURCH dans une version d’actualité, et nous bouscule de son souffle épique, tandis que « Concrete & Terror » laisse la guitare s’épancher en sextolets, propulsant un riff en vibrato sur une rythmique percussive. En gros, la quintessence du Metal d’avant-hier, d’hier et d’aujourd’hui, pour un ensemble qui part les burnes en avant conquérir le cœur des fans de Heavy toujours aussi investis. D’ailleurs, pour être bien sûr d’incruster son image dans la mémoire des fans, le groupe n’hésite pas à terminer son effort par une dernière ruade purement Heavy/Thrash, réconciliant le « Ton Of Bricks » de METAL CHURCH et le « Human Insecticide » d’ANNIHILATOR, dans une ambiance trouble à la JUDAS PRIEST enfin dégagé de ses obligations binaires. Alors, oui, la passion fut bien le moteur de cette réalisation, et PEACEMAKER signe avec Concrete and Terror un album que nous aurions adoré encore adolescents, et qu’adultes nous apprécierons toujours autant. Heavy Metal never dies

 

Titres de l'album :

                          1.Big Block   

                          2.Blood Lust 

                          3.Concrete & Terror

                          4.Endless Dream      

                          5.Insanity Speaks     

                          6.Jane Slain  

                          7.Kill Love Sin         

                          8.Me Enemy 

                          9.Social Suicide        

                         10.The Bomb


par mortne2001 le 14/11/2018 à 17:04
85 %    216

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

First Signal

Line of Fire

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)


Je n'entends pas du tout le truc Crust dans ce disque... Par contre, c'est un sacré putain de bon disque, avec un nombre de riffs qui tuent complètement affolant ! Entre Death Mélo et Dark Metal suédois. On oscille pour ma part entre du Tribulation plus vénère, moins prog' et du Dissection pé(...)


"Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired."

1988 soit 30 ans passé.

Oui ils ont quand même sorti un très bon album depuis indiscutable depuis...Le Black Album ! Il y a 28 ans...

-
<(...)


Voir un groupe aussi lourdaud que le Metallica actuel reprendre Thin Lizzy c'est quand même la honte. Finalement Jojo c'était parfait pour eux.