Etonnant de constater que ce supergroupe ne dispose même pas d’une page officielle…Lorsqu’on en apprend plus sur son line-up, on reste ébahi face à tant de flou, un peu comme si le projet avait choisi de lui-même de rester dans l’ombre alors qu’il mérite une exposition maximale à la lumière…Composé de figures bien connues de la scène Metal, PEACEMAKER est en quelque sorte un petit secret qu’on se partage entre initiés, et qui nous ramène à notre douce adolescence, lorsque notre apprentissage du Heavy débutait et s’apprêtait à nous conduire sur la route d’une vie de passion. Avec un casting quatre étoiles (Ronny Munroe - chant, METAL CHURCH, TRANS-SIBERIAN ORCHESTRA, Scott Miller - guitare/chant, TANGO DOWN, B.J Zampa - batterie, HOUSE OF LORDS, Yngwie MALMSTEEN, OBSESSION et Rc Ciejek - basse, BELLADONNA), ce nouveau groupe s’impose en termes de crédibilité, mais risque de se voir confiné en espace réduit, faute d’une promotion suffisante…Et cette indifférence programmée serait regrettable au vu du contenu d’un LP qui risque de faire grincer bien des dents et faire grimacer des faciès illustres, puisqu’il n’est rien de moins que l’un des pamphlets Heavy les plus purs et virulents de ces dix dernières années. Mais pas étonnant d’en arriver à cette constatation au vu du pedigree des intervenants, qui d’ailleurs avaient une idée en tête à l’origine, comme nous l’explique le tonitruant vocaliste Ronny Munroe en quelques mots choisis :

« Lorsque Scott et moi avons commencé à parler de l’idée de former un groupe et d’enregistrer ensemble, nous avions deux trois choses à l’esprit. La première, d’y prendre du plaisir, et la seconde, d’écrire des chansons qui nous ramèneraient à notre enfance, lorsque nous découvrions des groupes comme IRON MAIDEN, JUDAS PRIEST ou SAXON. »

Avec de telles références à l’esprit, et un background aussi chargé que le leur, pas surprenant que ce Concrete and Terror sonne comme une énorme bombe de Heavy Metal pur et dur, toutefois très conscient des exigences de son époque. Elaboré avec passion et fougue, ce premier jet est d’une intensité rare, mais se montre aussi très accrocheur dans un domaine pourtant saturé de revival bon marché. Disposant d’une production parfaitement adaptée à ses ambitions, avec une rythmique qui cogne et une guitare qui tranche dans le vif, Concrete and Terror pourrait évidemment s’apparenter à la somme des connaissances de ses concepteurs, mais aussi à une ouverture en regard dans le rétroviseur sur une adolescence qu’aucun des musiciens n’a oubliée. Ainsi, Scott Miller, très enthousiaste à propos de son travail, déclare ceci :

« Nous avons voulu composer un album pour nous, adolescents, lorsque nous n’étions encore que de simples fans de Heavy Metal. J’ai attendu toute ma vie pour composer un disque pareil. C’est du pur Heavy à l’ancienne, comme je l’aimais quand j’étais jeune »

Beaucoup pourraient considérer tous ces arguments comme une habile promotion, mais dès l’entame « Big Block » digérée, il devient évident que le mensonge et l’exagération n’étaient pas de mise au moment de justifier la genèse de PEACEMAKER. Et les esprits les plus vifs auront immédiatement reconnu la patte d’un des groupes les plus emblématiques de sa génération, METAL CHURCH, dont Ronny a bien sûr incarné la voix pendant quelques années, mais dont les théories sur un Heavy lourd et puissant à la lisière d’un Thrash modéré se retrouvent ici. Même instinct pour trouver des plans percutants basés pourtant sur des riffs éprouvés et classiques, même énergie, même amour d’un Metal non édulcoré, et surtout, mêmes performances individuelles pour un résultat collégial cohésif et explosif. Et les deux meneurs de l’aventure de s’impliquer totalement dans l’aspect créatif, et de nous livrer une prestation parfaite, Ronny se mettant à la hauteur des icônes David Wayne et Rob Halford, sans exagérer ses envolées lyriques, et Scott taillant dans le gras à lui seul avec la persuasion des plus grands duellistes, Tipton/Downing en tête de liste, mais aussi la paire Kurdt Vanderhoof/Craig Wells. Avec ces quelques repères, vous imaginez déjà à quelle sauce vous allez être bouffé, mais vous pouvez ajouter à toutes ces allusions de fortes réminiscences du MAIDEN le plus violent, réminiscences qui vous sauteront aux oreilles lorsque vous les tendrez sur l’impitoyable « Me Enemy », à la construction évolutive sombre et tendue. D’ailleurs, le timbre de Ronny n’est pas sans rappeler celui de Bruce Dickinson, spécialement dans cette façon de faire sonner son vibrato naturel de façon théâtrale, bien qu’un titre à la harangue Heavy/Thrash de la trempe de « Social Suicide » ne soit pas sans évoquer le SKIDROW de Slave To The Grind.

Et les deux acolytes ont parfaitement calibré leurs efforts, puisque Concrete and Terror stoppe sa course à l’orée des quarante minutes, s’adaptant à un timing d’époque n’empêchant nullement le quatuor de jouer la diversité. Ainsi, entre deux bourrasques Heavy, la troupe s’autorise une sorte de repos du guerrier en format acoustique, via la superbe fausse ballade « Endless Dream », aux cordes introspectives et aux lignes vocales émotives et puissantes. Loin de se borner à un simple Heavy Metal act de plus, PEACEMAKER préfère moduler son propos et transposer ses fantasmes dans une époque avide de cachet old-school, en adoptant des syncopes Power-Metal peu en vogue dans les années 80, mais devenues figures imposées de nos jours. Ainsi, le surpuissant « Insanity Speaks » évoque PRIMAL FEAR, mais aussi METAL CHURCH dans une version d’actualité, et nous bouscule de son souffle épique, tandis que « Concrete & Terror » laisse la guitare s’épancher en sextolets, propulsant un riff en vibrato sur une rythmique percussive. En gros, la quintessence du Metal d’avant-hier, d’hier et d’aujourd’hui, pour un ensemble qui part les burnes en avant conquérir le cœur des fans de Heavy toujours aussi investis. D’ailleurs, pour être bien sûr d’incruster son image dans la mémoire des fans, le groupe n’hésite pas à terminer son effort par une dernière ruade purement Heavy/Thrash, réconciliant le « Ton Of Bricks » de METAL CHURCH et le « Human Insecticide » d’ANNIHILATOR, dans une ambiance trouble à la JUDAS PRIEST enfin dégagé de ses obligations binaires. Alors, oui, la passion fut bien le moteur de cette réalisation, et PEACEMAKER signe avec Concrete and Terror un album que nous aurions adoré encore adolescents, et qu’adultes nous apprécierons toujours autant. Heavy Metal never dies

 

Titres de l'album :

                          1.Big Block   

                          2.Blood Lust 

                          3.Concrete & Terror

                          4.Endless Dream      

                          5.Insanity Speaks     

                          6.Jane Slain  

                          7.Kill Love Sin         

                          8.Me Enemy 

                          9.Social Suicide        

                         10.The Bomb


par mortne2001 le 14/11/2018 à 17:04
85 %    141

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Helfro

Helfro

Ain

Stance I

Beaten To Death

Agronomicon

Obscura + Fallujah + Allegaeon + First Fragment

RBD / 16/02/2019
Death Mélodique

NECROS CHRISTOS + ASCENSION + VENENUM / Live-report / Rennes

Jus de cadavre / 11/02/2019
Death Old School

Brendan Perry

RBD / 06/02/2019
Country

Concerts à 7 jours

+ Uada + Tribulation

23/02 : Cinema, Alost ()

Photo Stream

Derniers coms

@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)


Cette année ça y va les films qui retracent l'histoire d'un groupe...

Queen, Mayhem, Motley Crue les trois a la fois, a qui le tour ? Limp Bizkit lol

Nirvana ils ont jamais rien fait ? Je me demande.


Ah ! Merci à toi Claude pour les concerts, le bar, l'accueil et l'after qui était tout aussi géniale que la soirée en elle-même.
A très bientôt j'espère.


+1 Humungus pour ton dernier argument...


1) "Vous arrivez à la même conclusion que la "prod" mais je n'ai pas l'impression que ses arguments vous aient particulièrement convaincus" :
Tu m'étonnes que je ne suis pas convaincu bordel ! Jamais dit que j'avais été converti au bouffage de cresson H 24. Juste que pour une fois, et d'(...)


Je comprends ton point de vue et il s'argumente tout à fait.
Par contre je pense qu'on peut vraiment parler de censure même si il n'y a aucune autorité dessous...
Je me demande surtout ou on doit s'arrêter en fait. Un jour on aura droit à "le guitariste de tel groupe a laissé la (...)


Ç'etais une magnifique soirée, que du bonheur, merci à tous, comme je dis souvent ç'est belle bien ensemble que l.on réalise de belles choses. Merci aux groupes, aux publics et l.asso Underground Propaganda et tous ce qui ont fait de cette soirée, un événement !!
Claude pour le No Man'(...)