Je parlais récemment de l’explosion de la scène Metal italienne, en argumentant sur des exemples solides, mais un autre m’en est donné ce matin qui confirme l’impression de domination européenne globale de ce pays pourtant tellement en retard sur les tendances il y a encore quelques années. Ce matin, la donne est différente, puisque l’album en question est le premier long d’une entité pour le moins obscure, au parcours atypique et à la biographie inexistante.

Selon les sources glanées sur le net, TOTALITARIAN serait un one-man band de plus, dont on ignore l’identité, et qui loin de suivre le tracé habituel des formations underground, a décidé d’entrer de plain-pied dans la production en lâchant un full lenght en tant que premier effort.

C’est culotté, pour le moins risqué, mais à l’écoute des cinquante-six minutes de De Arte Tragoediae Divinae, vous comprendrez vite que le format sied admirablement bien à cette production pour le moins opaque et personnelle…

Un nom qui en impose et qui plaque ses valeurs sur la table, un titre en latin, une superbe pochette noire et blanc à l’artistique générique, on sent dès le départ que le BM le plus cru va pointer le bout de sa capuche noire, et pourtant, ce disque offre bien plus que quelques clichés inévitables et autres apparences un peu trop évidentes…

Mais même au niveau musical, les choix de cet auteur italien sont loin d’être les plus faciles et les plus usités. Mais allons plus en avant pour vous expliquer pourquoi.

Pas de démo donc, encore moins de EP, et un pavé qui se comporte en tant que tel et qui vous tombe sur le crâne comme une tuile au détour d’une corniche. Avec TOTALITARIAN, le petit jeu des habituelles comparaisons ne fonctionne pas, tant cette musique aux détours inextricables est indéniablement personnelle et profondément occulte. S’il est évidemment possible de parler de BM en écoutant la première et très longue piste « Supreme Death Worship », cette opinion est rapidement contredite par l’utilisation d’un tempo extrêmement lourd, et des itérations qui finalement font tourner l’inspiration autour d’un ou deux thèmes, répétés jusqu’à la nausée, et inamovibles.

Pour autant il est difficile de rattacher le projet à une forme de Dark Ambient, puisque le musicien utilise des codes instrumentaux parfaitement organiques, s’organisant autour d’une guitare évidemment sous-accordée, et d’une basse en infra qui vibre et tonne sur une rythmique lourde et profonde. Les échos, la linéarité et la souffrance qui émane des motifs employés, combinés au latin employé dans l’intitulé pourraient nous aiguiller sur la fausse piste d’un ABRUPTUM plus cohérent et moins douloureux que dans ses pires moments, mais De Arte Tragoediae Divinae, avec son tir de barrage non-stop est beaucoup trop agencé et réfléchi pour tomber dans le piège de la torture bruitiste gratuite.

D’ailleurs, dès « The Wisdom of Chains » le ton change légèrement, et des blasts un peu fatigués succèdent aux blanches martelées sur la grosse caisse et la caisse claire, pour une symphonie BM très acide, aux riffs tournoyants et aux arrangements sobres.

Un critique a d’ailleurs émis quelques comparaisons somme toute assez valides, en citant les noms de N.K.V.D. ou IRKALLIAN ORACLE, ce qui ma foi n’est pas si éloigné que ça de la réalité tangible de ce premier LP.

Son but ?

Vous assommer sans relâche en assénant des coups répétés à l’envi, et en évitant de se frotter de trop près à une diversité qui n’a pas lieu d’être.

A la rigueur, ce LP pourrait s’apparenter à une longue descente aux enfers, pas à pas sur les marches d’un escalier à colimaçon qui finalement, n’aboutit nulle part et vous laisser déambuler dans une chute longue et lente. Ou à un cauchemar éveillé, perturbé par des exhortations vocales captées d’un autre monde, qui vous plaque au matelas en vous empêchant de bouger le moindre membre.

Un état presque catatonique qui vous transforme en spectateur de votre propre agonie, ce qui n’est pas le moindre des exploits lorsqu’on considère que TOTALITARIAN n’a même pas testé son expérience en format court avant de la valider.

Cinq morceaux, pour presque une heure de longue oppression sans réelle pause, c’est très osé, et pourtant, ça fonctionne. Alors qu’on pourrait croire que cette parcimonie créative engendrerait un ennui certain au bout d’un temps limité, on se prend à être fasciné par cet ascétisme, au point d’encaisser les coups successifs d’un accord tacite tenant presque du masochisme, sans attendre une quelconque évolution de la maltraitance.

« At One With The Poisoned Seed » continue le travail d’analyse sans rien changer de ses fondements, et opte pour une vitesse rapide mais sous contrôle, toujours surplombée d’incantations vocales propres à faire passer les vomissements de MORTICIAN ou les litanies d’INCANTATION pour de gentilles berceuses susurrées d’une voix surannée et rassurante.

Sans tomber dans le piège aléatoirement monolithique et dispendieux d’un GNAW THEIR TONGUES, TOTALITARIAN trace sa route dans votre inconscient de façon unilatérale, et ne daigne même pas développer quelques digressions un tant soit peu différentes, puisque cette décision reviendrait à nier les préceptes mêmes de son action globale.

Alors on avance, on subit, on souffre, mais on en redemande, tels les sujets d’un gourou enfermés dans le totalitarisme rassurant d’une secte qui n’ouvre jamais ses portes.

On termine même le voyage par deux autres chapitres de plus de treize minutes, qui ne dévient pas d’un iota des dogmes, via un « The Flames of Sempiternal Regret » qui revient à une lourdeur oppressante et terrifiante, amplifiée par une production parfaite, grave, sourde et pourtant à des kilomètres d’un lo-fi à l’économie, d’ordinaire symptomatique de ce genre de projet. Quelques arrangements sobres sont parsemés, et une fois encore, ce sont deux thèmes, et pas plus, qui font tout le travail.

« An Ash Tail... Either Hill », l’épilogue qui est aussi le segment le plus conséquent, revient dans le cadre d’un BM assourdissant, et frappe sans économiser ses forces, se permettant un simple break occulte qui ajoute à l’ambiance glauque, avant de sombrer dans une longue coda ambiante, qui nous laisse plus tétanisés que libérés.

De Arte Tragoediae Divinae (L’art de la Tragédie Divine en VF) peut donc se concevoir comme un enfer de Dante, qui vous laisse traverser les cercles, avant de vous ramener au premier, sans que vous puissiez vous en rendre compte. C’est un disque qui n’hésite pas à assumer ses choix, et qui les suit sans dévier de son entame à son final cauchemardesque.

C’est d’ailleurs un cauchemar à part entière. Mais tout le monde n’a pas les moyens de rêver après tout.


Titres de l'album:

  1. Supreme Death Worship
  2. The Wisdom of Chains
  3. At One With The Poisoned Seed
  4. The Flames of Sempiternal Regret
  5. An Ash Tail... Either Hill

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 04/07/2017 à 18:00
80 %    228

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Helfro

Helfro

Ain

Stance I

Beaten To Death

Agronomicon

Obscura + Fallujah + Allegaeon + First Fragment

RBD / 16/02/2019
Death Mélodique

NECROS CHRISTOS + ASCENSION + VENENUM / Live-report / Rennes

Jus de cadavre / 11/02/2019
Death Old School

Brendan Perry

RBD / 06/02/2019
Country

Concerts à 7 jours

+ Uada + Tribulation

23/02 : Cinema, Alost ()

Photo Stream

Derniers coms

@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)


Cette année ça y va les films qui retracent l'histoire d'un groupe...

Queen, Mayhem, Motley Crue les trois a la fois, a qui le tour ? Limp Bizkit lol

Nirvana ils ont jamais rien fait ? Je me demande.


Ah ! Merci à toi Claude pour les concerts, le bar, l'accueil et l'after qui était tout aussi géniale que la soirée en elle-même.
A très bientôt j'espère.


+1 Humungus pour ton dernier argument...


1) "Vous arrivez à la même conclusion que la "prod" mais je n'ai pas l'impression que ses arguments vous aient particulièrement convaincus" :
Tu m'étonnes que je ne suis pas convaincu bordel ! Jamais dit que j'avais été converti au bouffage de cresson H 24. Juste que pour une fois, et d'(...)


Je comprends ton point de vue et il s'argumente tout à fait.
Par contre je pense qu'on peut vraiment parler de censure même si il n'y a aucune autorité dessous...
Je me demande surtout ou on doit s'arrêter en fait. Un jour on aura droit à "le guitariste de tel groupe a laissé la (...)


Ç'etais une magnifique soirée, que du bonheur, merci à tous, comme je dis souvent ç'est belle bien ensemble que l.on réalise de belles choses. Merci aux groupes, aux publics et l.asso Underground Propaganda et tous ce qui ont fait de cette soirée, un événement !!
Claude pour le No Man'(...)