Rise of Discontent

Split/cross

31/01/2019

Autoproduction

Dans l’underground, le jeu des chaises musicales est une pratique en vogue. Le principe en est simple, vous montez un nouveau projet, vous conviez quatre ou cinq musiciens, vous balancez « Life » de NAPALM DEATH, et les deux, trois ou quatre premiers à s’asseoir ont gagné le droit de s’investir dans le nouveau concept. Répétez l’opération autant de fois que vous avez d’idées, et vous obtenez un paquet de nouveaux groupes composés de personnalités bien connues des amateurs. Ainsi, cette pratique ludique a toujours connu un certain succès auprès de Paul Folk (guitare), Kasey Harrison (basse/chant) et Matt Bear (batterie), puisqu’on retrouve leur nom au casting d’ensembles aussi chatoyants que THE HUMAN RACE IS FILTH, EXTERMINANCE, POLICE STATE, BITTERED, et aujourd’hui SPLIT/CROSS, qui nous propose depuis fin janvier son premier travail en trio, qui ressemble en tous points à celui des précédents groupes nommés. Mais ne boudons pas notre plaisir face à l’hyper-productivité de ces maniaques du bruit, puisque le dit bruit est toujours de grande qualité, et surtout, d’un nihilisme à faire peur, typique de l’école de Pennsylvanie dont sont originaires ces grosses brutes. Et les effluves noisy émanant de South Central PA sont toujours aussi assourdissantes, pour ceux ayant connu comme moi les déflagrations tonitruantes de THE HUMAN RACE IS FILTH, dont ce nouvel EP/LP/Projet semble directement découler. Pas étonnant, puisque Paul et Kasey en faisaient partie ensemble, avant de monter POLICE STATE avec Matt, et ce sont donc les trois rôles principaux que nous retrouvons aujourd’hui pour une dose de bonne humeur et quelques facéties. Mais qu’attendre d’autre de musiciens dont le leitmotiv est « pas de gimmicks, pas de conneries, juste du bruit » ? Rien, et dont acte. Et l’acte en question n’est sans doute que le prochain d’une pièce bruitiste que les trois zigotos jouent depuis le début de leur carrière.

Au menu, des entrées, salissantes, un plat, roboratif, un plateau de fromages, dégoulinant, et un dessert, épais et goulu. En gros, pas mal de Hardcore, un peu de Grind, mais aussi du Sludge option assommant, pour vingt-deux minutes de terrorisme sonore qui font mal aux oreilles et qui transpercent le crâne. Enregistré aux Oblivion studios le 1er décembre de l’année dernière, Rise of Discontent est un concentré de Crust et de Hardcore à la vilénie patente, qui plus est dopé à l’adrénaline colérique d’une production énorme et puissante. Les riffs sont aussi sombres que le Hardcore peut l’être lorsqu’il lui prend l’envie de sonner Death, le chant éminemment dégueulasse dans une mouvance EYEHATEGOD/NOLA des bas-fonds, la rythmique évolutive mais toujours écrasante, et le feedback aussi important que les thèmes principaux histoire de nous refiler notre dose quotidienne de dissonance. Du Crust, ces trois-là ont retenu la vitesse et la rudesse, du Sludge, l’oppression et la malséance, du Grind, les fulgurances en coup du lapin mortel au sortir d’un virage au couteau. Et du Hardcore, la philosophie « no bullshit » qu’ils prônent avec tant de fierté. Et le tout sous couvert d’un LP introductif à de faux airs de melting-pot de l’horreur, n’extirpant des genres précités que leurs éléments les plus souillés, pour soigner aux petits oignons un Crossover vraiment grognon, assez repoussant, mais bien évidemment, très séduisant pour les psychopathes de l’extrême. Et extrême, ce disque l’est, sans pour autant tomber dans les travers Noisy de la scène.

Plus posé que certains des projets les plus anciens de l’axe Paul/Kasey, SPLIT/CROSS reste musical dans sa débauche, et les morceaux ont tous des structures éprouvées et logiques. Et même si le ressenti reste l’attitude la plus privilégiée, on sent que la composition n’a pas été bâclée au profit de la nuisance immédiate. C’est certes bourrin, mais c’est malin, et surtout, maladif dans l’optique. Gravissime, lourd et déjà cultissime, ce concept de lourdeur dans la virulence est traité avec intelligence, et ne recense que les aspects les moins ragoutant de l’underground. Un peu comme si les NAILS, LIGHTNING BOLT, PRIMITIVE MAN et autres DISFEAR s’étaient retrouvés bloqués en studio avec pour seule nourriture l’intégrale de DISCHARGE et de ST VITUS, et pour ordre d’enregistrer un EP d’une férocité aussi avouée que leurs travaux officiels. Et c’est sans doute pour ça que l’agence de promotion à placé ce trio sous l’égide de quelques références, dont les NAPALM évidemment, mais aussi DROPDEAD, HELLHAMMER, SORE THROAT, WINTER ou INSECT WARFARE, dont les noms sont très utiles pour baliser le terrain couvert. On retrouve dans ces huit titres la rigidité hivernale des WINTER, la folie sonique des DROPDEAD, la vitesse et les revendications de NAPALM, mais aussi l’urgence d’INSECT WARFARE, et le radicalisme des NAILS, le tout traité avec un professionnalisme frais, et surtout, une envie de continuer à jouer la musique la plus violente et menaçante qui soit. Rien de neuf, mais une indéniable exigence dans l’ingérence, et beaucoup de haine musicale s’articulant autour de cassures bien nettes, et de tempi variés, qui passent de l’extrême lourdeur aux blasts déchainés avec une facilité déconcertante.  

Et sans vous la jouer track-by-track ou linéaire, sachez que chaque morceau en est un d’un puzzle des plus hideux, le tout s’avalant goulument et d’un trait, histoire de se prendre une bonne cognée et de se réveiller quelques illusions mélodiques en moins. Mais sachez quand même que quel que soit le secteur de jeu pratiqué, les SPLIT/CROSS excellent dans le sadisme et la perversion, et que l’ambiance ne dépend pas de la vitesse de jeu et reste poisseuse du début à la fin. Le genre d’objet - qui devrait d’ailleurs connaître les joies d’une sortie physique - qui vous laisse les doigts collant et l’âme en extase, et surtout, qui vous donne l’envie de shooter dans toutes les poubelles pleines de votre quartier pour achever de le transformer en décharge municipale. Entraînant mais pas forcément drôle, truffé de samples et d’effets sonores qui dérangent, de riffs graves comme une lettre de suicide, et de soudaines embardées aussi puissantes qu’un paquet surprise oublié dans un aéroport. Donc, fatalement gras mais rapide, leste mais pachydermique, et aussi Crust qu’il n’est Sludge, et aussi Grind qu’il n’est Hardcore. Une nouvelle génération de musiciens détestant les clivages, et piochant partout où ils le peuvent les ingrédients de leur discorde, pour une union sous la bannière du son, le plus gros possible, et un avenir qui promet d’être très rigolo si les gus du monde entier continuent dans cette voie.     

  

Titres de l'album :

                         1.Blindspot

                         2.Filth March

                         3.Dis-seption

                         4.Splinter

                         5.Rat Cult

                         6.Fallen Victim

                         7.Rotten Cycle

                         8.Soaked Ground

Facebook officiel

Bandcamp officiel 


par mortne2001 le 17/02/2019 à 17:29
80 %    469

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Clair que c'est pas leur point fort, les pochettes, la dernière étant particulièrement moche. A part celle du premier album, et à la limite Anomaly, par son côté épuré, beaucoup de mauvais choix, c'est vrai.Par contre la musi(...)

25/10/2021, 10:58

LeMoustre

Excellent disque, en effet

25/10/2021, 10:55

Humungus

"Imago" une pochette à sauver ?!?!Tous les goûts sont dans la nature, mais là tout de même... Le vieux "papillon-visage" digne d'apparaître sur une chemise all print vendu en foire du premier mai... ... ...Sincèrement, (...)

25/10/2021, 08:45

RBD

Colin Richardson est plus âgé. Sa première production Metal était si je ne me trompe l'EP de Napalm Death "Mentally Murdered" en 1989, et il avait déjà presque dix ans de carrière dans le Rock. La lassitude doit venir facilem(...)

24/10/2021, 23:46

Arioch91

Même pour la thune, Jeff Loomis ne devrait pas rester dans un groupe pareil, bordel !Avoir sorti des albums aussi classe du temps de Nevermore pour finir en second couteau chez Arch Enemy, putain la loose.C'est devenu un exécutant. Quel gâchis.

24/10/2021, 18:45

totoro

Super producteur effectivement, malheureusement passé de mode. C'est dommage. Un peu comme Colin Richardson, des mecs qui ont façonné le son d'une scène et qui tombent dans un oubli un peu ingrat. Même si les productions des deux ne vieillissent pas, je(...)

24/10/2021, 13:30

totoro

C'est assez vrai. "Room 7" avec lequel j'ai découvert le groupe est peut-être mon disque préféré de SUP, mais sa pochette est douloureusement ignoble. Quelques unes sont néanmoins à sauver, "Hegemony", "Angelus&quo(...)

24/10/2021, 13:26

totoro

C'est vrai que Loomis dans Arch Enemy, c'est un putain de gâchis... C'est doublement con car je suis persuadé que s'il participait à la composition, le groupe en sortirait grandi. Mais bon, c'est le truc de Mike Amott qui préfère resservi(...)

24/10/2021, 13:18

RBD

Fredrik Nordstöm est surtout connu pour avoir produit toute la scène mélodique suédoise en ordre de marche mais aussi collaboré avec de gros groupes de styles plus ou moins voisins comme Dimmu, Opeth, Old Man's Child, Septic Flesh, Powerwolf, Architects... m&(...)

24/10/2021, 13:17

totoro

Quel sacré bon disque !!! Je suis tombé dessus par hasard, je ne savais pas que le groupe existait encore. Je suis passé directement de "The Stench Of The Swelling" avec Arno Strobl à celui-ci et me suis pris une énorme claque. L'électro Sy(...)

24/10/2021, 13:10

Simony

@Humungus / @Bones vous avez mis le doigt sur ce qui m'a freiné à succomber à ce groupe pendant de très nombreuses années. A chaque fois que j'entendais un titre, je me disais "Allez cet album, c'est l'occasion de découvrir" (...)

24/10/2021, 11:01

Bones

@ Humungus : Mais complètement ! à l'époque de la sortie d'Anomaly, je faisais du fanzinat dans un projet mort-né. J'ai reçu un exemplaire promo du digi : hallucination devant la nullité absolue de la pochette. Clairement il y a(...)

23/10/2021, 23:35

Humungus

Tracasses RBD !Moi vivant, ils ne tomberont pas dans l'oubli !Pour tout ce que tu viens d'évoquer...PS : Seul bémol à SUPURATION et SUP : La quasi totalité de leurs pochettes !

23/10/2021, 21:39

RBD

Merci car je connaissais très mal les débuts de Supuration (à part que S. Buriez leur avait donné un coup de main). C'est l'un des premiers groupes de Death que j'ai vu, c'était l'un des plus originaux avec son univers particulier. S&apo(...)

23/10/2021, 20:50

Medrawt

En concert avec Konvent le 19 avril à Paris. Ca va être un bon moyen de découvrir le groupe. j'aime plutôt bien les 3 titres proposés en écoute.

23/10/2021, 18:36

Baltringue

@seb : des sous

23/10/2021, 14:20

Bones

Pour moi, dès que Johan Liiva s'est barré, c'était déjà une affaire terminée ce groupe.

23/10/2021, 14:08

Kairos

original le clip quant même... le groupe qui joue seul dans un hangar, du jamais vu!

23/10/2021, 11:55

Seb

putain mais qu'est ce que Jeff Loomis fait dans ce groupe ...

22/10/2021, 19:25

Invité

Un titre bien trouvé, ça fait longtemps que ce groupe est décevant...

22/10/2021, 17:52