Elixiria Ekstasis

Corpus Diavolis

15/03/2024

Les Acteurs De L'ombre Productions

Je pense qu’au bout d’un certain temps, on sait qui on est, ce qu’on veut, et ce qu’on vaut. S’il est aussi possible de rester dans le flou toute son existence, la plupart du temps, un individu aura fait le tour de sa question, et résolu toutes les énigmes. Il en va de même pour les artistes, qui mettent parfois longtemps à trouver leur voie, mais qui une fois la satisfaction artistique assurée, perdurent dans un état de grâce qui permet toutes les audaces, même les plus étranges.

Depuis 2008, CORPUS DIAVOLIS a largement eu le temps de roder sa recette. En plus de quinze ans d’existence, le groupe marseillais est passé du statut d’espoir à confirmer à celui de valeur sure de la scène européenne, finissant même par signer sur la référence Les Acteurs de l’Ombre à l’occasion de la sortie d’Apocatastase, chroniqué en ces colonnes.  

En trois ans, CORPUS DIAVOLIS n’a guère changé, mais s’est légèrement assombri. Apocatastase était déjà une œuvre maîtresse, et peut-être même le pinacle d’une carrière encore verte. Mais une fois digéré l’énorme repas servi par Elixiria Ekstasis, les constats changent et les avis divergent. Ce cinquième longue-durée serait-il celui de l’apogée ? La question méritera qu’on s’y arrête dans quelques mois/années, et en attendant, il est très simple d’apprécier un disque enregistré la haine au cœur et la misanthropie en bandoulière.

Toujours aussi friand de décalage, CORPUS DIAVOLIS nous hypnotise une fois encore de ses mélodies acides superposées à une rythmique massive. Doté d’une production de proportions babyloniennes, Elixiria Ekstasis est une ode charnelle aux plaisirs du même nom, un blasphème poétique récité d’une voix grave et rauque, un essai sur les impies qui brûlent en se délectant de la chaleur des flammes, et plus prosaïquement, une œuvre qui combine la grandiloquence du Black Metal et la sècheresse agressive du Death des années 2000.

She raises high her Chalice and offers her blood, the Elixir of Ecstasy. 

 

Babalon, la grande prostituée, liée à la nature et sa fertilité orne donc cette pochette noir et blanc au sang bien rouge. Les deux cuisses ouvertes pour accepter le coït et enfanter d’un monstre, pour que le cycle naturel se poursuive. Pour en décrire l’état d’esprit et le mythe, les cinq marseillais (King HaD - batterie, Analyser - guitare, Dæmonicreator - chant, Funeral - basse et Kericoff - guitare) n’ont pas lésiné sur les moyens ni économisé sur le décor. On est immédiatement happé car cette célébration d’une violence rare, mais d’une majesté indéniable.

Cette hybridation trouve sa plus belle incarnation dans la diversité des pistes. Il est en effet impossible de reprocher au groupe d’avoir composé un morceau avant de le photocopier jusqu’à ce qu’il en devienne inécoutable, tant les approches, les atmosphères et les humeurs changent, sans perdre de leur cohérence. « Cyclopean Adoration », gros morceau placé en première partie, propose par exemple une longue litanie funèbre entre Death suffocant et Doom grandiose. La lancinance rythmique, ces guitares qu’on croirait empruntées au flight-case de MY DYING BRIDE et CANDLEMASS, ces voix de ténor qui se perdent dans le brouillard, le tableau dépeint est sombre, mais l’ensemble dégage une vitalité morbide assez impressionnante. Si les effets ont une part à jouer dans ce maelstrom, ils ne servent que de glaçage, tant le gâteau est nourrissant par lui-même. Imprévisible, quoique très proche des travaux de 1349 lorsque la vitesse grimpe, CORPUS DIAVOLIS tient à sa singularité, et incarne en quelque sorte la vitrine du BM français que les européens et américains nous envient tant.

Le fond est certes classique, la trame parfois simple à suivre, mais la forme est époustouflante. Loin d’un ballon de baudruche qui se dégonfle au moindre choc, Elixiria Ekstasis est un élixir rare qui procure une extase des sens, et qui vous enivre plus efficacement qu’un filtre d’amour ou qu’un alcool fort. La gueule de bois est donc évitée, mais la luxure suinte par tous les pores. Et les sentiments, contraires, complémentaires, permettent des chevauchements intéressants, et des transitions culottées. Ce qu’on note sur le maléfique et insidieux « Vessel Of Abysmal Luxury » qui une fois encore accentue le côté théâtral pour mieux décrire les agapes chéries par cette prostituée de la mythologie.

Aussi amer qu’il n’est sucré, aussi épicé qu’il n’est doux, ce cinquième album est un modèle de menu au choix vaste. Il y en a pour tous les goûts, que vous soyez porté sur l’efficace et immédiat, ou sur le surprenant et le durable. Entre bestialité clinique nineties et décorum de péplum des années 2000, Elixiria Ekstasis est une cérémonie donnée en l’honneur de l’horreur, et de la communion avec la nature la plus profonde et luxuriante. On se rend compte que cette pochette qui à la base ne sert que d’ornementation est finalement l’image qui hante vos rêves lorsque la musique prend corps, et le cauchemar dissonant, expérimental, avant-gardiste et presque symphonique transforme la nuit en bête sauvage prenant possession de votre âme.

Une seconde partie d’album plus humble rétablira un équilibre instable, avec des titres plus formels et moins alambiqués, mais avec un final de la trempe de « Chalice of Fornication », CORPUS DIAVOLIS insiste sur ses ambitions, et refuse de baisser pavillon. Epique, traumatique, sensationnel et très actuel, Elixiria Ekstasis garde le niveau de qualité atteint par les deux albums précédents, mais ne s’en contente pas. Il va beaucoup plus loin, beaucoup plus fort, et beaucoup plus longtemps.

On embrasse cette instrumentation aux choix étranges et aux sonorités parfois orientales, pour mieux se perdre dans ce mysticisme de fornication, de stupre et de liquide séminal. La saillie est violente, les partenaires nombreux, et l’orgasme de proportions mondiales. Ce qui coule n’est pas toujours très ragoutant, mais les sens réclament parfois une essence particulière pour être stimulés.

Et l’écoute de cet album laisse exsangue, comme un rapport si long que la moindre goutte de transpiration a été évaporée par les chairs bouillantes. Soyez prêts, l’union va se célébrer dans l’excès. Ce qui sied le mieux à ce groupe unique et sans aucune pudeur.       

 

    

Titres de l’album:

01. His Wine Be Death

02. Key To Luciferian Joy

03. Carnal Hymnody

04. Cyclopean Adoration

05. Vessel Of Abysmal Luxury

06. The Golden Chamber

07. Menstruum Congressus

08. Enfleshed In Silence

09. Chalice of Fornication


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 05/04/2024 à 17:40
90 %    414

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report

Midnight + Cyclone + High Command // Paris

Mold_Putrefaction 24/04/2024

Live Report

DIONYSIAQUE + JADE @La Chaouée

Simony 23/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
DPD

@LeaJ'exprime mon avis tout le monde me tombe dessus je défend mon point de vue et voilà tout. Il y a toujours quelqu'un pour remettre une pièce dans la machine, pour moi j'ai effectivement tout dit du coup je m'amuse un peu que voulez-vous.

27/05/2024, 16:40

DPD

Je vois pas l'homophobie, je réalise les souhaits d'un homosexuel, j'essaye d'aider, tu veux quoi, j'y vais direct au Talmud ?

27/05/2024, 15:49

Lea

DPD je ne comprends pas du tout pourquoi tu t'acharnes comme ça, on a bien compris tes messages. Tu te fais plaisir à cracher sur tout et n'importe quoi, je vois pas trop le délire, tu t'emmerdes ?

27/05/2024, 12:50

Cämille

Vous pouvez pas virer cette merde homophobe ? Histoire de remonter le niveau. Merci

27/05/2024, 12:19

Gargan

Merci pour ce live report étoffé, va vraiment falloir que je me bouge les miches pour le prochain !

26/05/2024, 21:48

Gargan

Y’a pas de batteur ? J’aurais du mal à comprendre un changement de style..

26/05/2024, 20:55

NecroKosmos

26/05/2024, 19:13

NecroKosmos

J'y étais dès le jeudi et c'était vraiment top !! Mes coups de coeurs sont, dans l'ordre d'apparition, SWAMP LORDZ, WITCHES, VENEFIXION, ABYSMAL GRIEF et SKINFLINT. Quelques déceptions (musicales) mais peu importe. Quel bon festival !! J'ai bie(...)

26/05/2024, 18:59

Humungus

Putain d'affiche c'est clair...Ne serait-ce déjà que pour ABYSMAL GRIEF.Je dois les voir dans un peu plus d'un mois en Belgique... Et ta critique Simony me fout l'eau à la bouche bordel !!!Pis DESTRUCTION... Totalement d'accord av(...)

26/05/2024, 11:02

DPD

J'y peux rien si cette interface de clodo m'empêche d'éditer mes messages, habituellement j'écris très vite je poste et je me relis ensuite.Donc ouais, Bescherelle dans ton cul je sais que t'aimes ça pé(...)

25/05/2024, 16:19

DPD

Je vais te foutre un Bescherelle dans le cul va, ça te rappellera des souvenirs!

25/05/2024, 16:16

Steelvore666

Atrocia (les copains !!!!!), Skelethal, Venefixion... quelle affiche !!!!!!Et dire que j'avais gagné un pass pour m'y rendre...

25/05/2024, 10:30

Humungus

Buck Dancer je t'aime... ... ...

24/05/2024, 21:00

MorbidOM

"si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre."Consulter un Bescherelle ?

24/05/2024, 03:50

DPD

Ceci dit si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre.+ metallica c'est de la merde depus longtemps, rien à foutre de Slayer, pareil pour Iron Maiden. Les nostalgiques devraient dégager-

24/05/2024, 01:06

DPD

On aura au moins pu constater que DPD>UPS.

23/05/2024, 10:56

DPD

@UPSJe peux brancher ma guitare avec mon pc jouer avec une boite a rythme et sortir quelque chose de merdique en 1 semaine, est-ce que ça en vaut la peine? tellement de sorties polluent la scène.Je suis absolument contre l'idée que faire quelque (...)

23/05/2024, 10:54

Buck Dancer

Franchement, je ne m'attendais pas à un album aussi bon. Quelques morceaux peuvent vite devenir des classiques et surtout le groupe semble avoir son identité. Bien sûr c'est similaire  à Motley Crue.... euh Slayer, mais c'est pas un simple copi&eacut(...)

22/05/2024, 21:11

fuck the fuck off motherfucker

Calmez-vous les boomers mentaux, Rock Hard va bien vous pondre un article sur AC/DC pour vous contenter.

22/05/2024, 14:36

UPS

Effectivement, ne faisons rien et restons vissés à nos sièges en pleurant sur internet : on aura l'air nettement moins vieux jeu et plus aventureux comme ça. 

22/05/2024, 12:35