De Suède nous viennent des suédois, signés sur un label suédois, jouant…du Death Metal. J’aime quand la logique est respectée et qu’il ne faut pas chercher plus loin que le bout de son nez. Sauf que ces suédois-là vous le laissent en sang de leurs attaques incessantes et de leur boucan transcendant. Non qu’ils soient particulièrement plus bourrins que leur contemporains, mais leur approche de l’underground nous replonge dans ses affres les plus tourmentées, celles qui à l’orée des années 90 allaient définir un courant entier. Et non plus, ne comptez pas sur eux pour se démarquer des productions de leurs aînés, puisque l’on sent sous-jacent un immense respect pour les effluves putrides de guitares assassines, de rythmiques en turbine, et de climats délétères qui changent selon la rotation de la terre. Rien de bien neuf sous le soleil de Stockholm, sauf que la scène ne s’y passe pas…Les INISANS ont commencé leur carrière du côté de Storfors, avant de migrer vers Nora, puis de s’établir un peu plus longuement à Västerås. Non que cela ait changé grand-chose à leur musique, qui se veut toujours aussi foncièrement maladive, mais il est toujours important de situer les débats pour savoir où l’on va. Et on va droit dans les abysses, puisqu’avec ce premier album les scandinaves se complaisent dans un Death primaire aux relents démoniaques qui nous rappelle les débuts de la scène locale, avec NIHILIST bien sûr, futurs ENTOMBED et UNLEASHED, bien que la patine sauvagement primaire de ces sept titres peut aussi suggérer des accointances avec la bestialité sud-américaine de la fin des années 80. Mais la rigor mortis de l’ensemble, qui laisse les membres figés et les visages bleutés, cette absence d’empathie et ce formalisme glacé n’appartiennent qu’aux suédois, qu’on le veuille ou non.

Et Transition, de n’être qu’un glissement vers le passé, et une visite des ruines locales qui sont devenues depuis une véritable institution.

Fondé en 2009, le combo a pris son temps, puisque seules trois sorties sanctionnent jusqu’à lors leur maigre carrière. On notera pour les plus précis une première démo en 2012, Morbid Vision Of Death et son titre qui joue sur du velours, un EP en 2014, étrangement constitué des démos de 2012 (soit à peu près la même chose, mais avec un packaging différent), et ce premier LP qui apparaît donc quatre ans plus tard, pour se voir distribué par Blood Harvest, en tape et CD. Un bon choix pour l’écurie du grand froid ? Oui et non, puisque pendant moins d’une demi-heure, les INISANS ne cherchent ni la provocation, ni l’originalité, et se contentent de bombarder dans tous les sens, soulevant le moindre cercueil, en agrémentant leurs litanies de quelques sobres arrangements venteux. Ainsi, le quatuor (David - guitare/chant, PG - batterie, Albin - guitare et Pontus - basse) met les choses au point dès le départ, et propose avec « Tombstone » une relecture dans le texte des plus grands dogmes Death d’il y a trente ans, restant si classique qu’on pourrait égrener les références durant les trente premières secondes du morceau. Classicisme donc, formalisme, voix d’outre-tombe, riffs post-mortem, gravité de ton et linéarité de son, pour une symphonie de destruction qui ne cherche aucunement la déstabilisation. Nous arpentons donc les terres gelées d’un cimetière local, à la recherche d’une sépulture susceptible de nous donner l’inspiration, qui si elle trouve facilement sa raison, à vite tendance à tourner en rond. Je n’ai certes rien contre le Death formaliste des premières années, mais je ne vois pas forcément le propos de le remonter à sa propre sauce, sans chercher à enjoliver les choses ou au contraire à les dénaturer. Ici, tout semble exsuder d’un vieux vinyle oublié, ou d’une vieille démo enterrée, et si le jeu de dupes possède quand même un cachet vintage assez séduisant, on fait très vite le tour de la problématique, et la solution n’apparaît qu’encore plus évidente.   

Et Transition, de n’être qu’un glissement vers le passé, et une visite des ruines locales qui sont devenues depuis une véritable institution.

Oui, je sais je me répète, mais je me mets à la hauteur d’un album qui jamais ne  chercher à s’extirper de sa propre condition, et pour un groupe qui traîne ses basques dans l’underground depuis presque dix ans, le manque d’effort et d’implication est quand même gênant. Alors certes, les musiciens connaissent leur partition, le son est énorme et plutôt bon, mais après deux ou trois chapitre récités avec application mais sans passion, on a presque envie de baisser la garde et de piquer un roupillon. Ce qui se voulait à l’origine puissant retombe comme un soufflé trop cuit, et nous laisse fort marri, tant le potentiel du groupe est assez probant. Alors tout n’est pas à rejeter évidemment, et en isolant un morceau ou deux, vous aurez de quoi vous enthousiasmer, comme en lâchant vos oreilles sur le terrassant « Beyond The Gates » et ses cassures régulières, ou en vous faisant les dents sur le plus concis « Jaws » qui se rapproche d’une vague Death/Black à l’occultisme maritime et océanographique. Mais autant être franc avec vous et ne pas vous prendre pour des cèpes, à moins d’être fan hardcore du Death des années 88/91, et de collectionner les sorties s’y référant, il y a peu de chances que vous tombiez sous le charme d’une production qui se cantonne aux figures imposées sans chercher à y apporter un peu de sang frais.

Il est vrai que la rigueur du climat local a tendance à geler tout ce qui ne se protège pas du froid, mais de là à nous apporter sur la table des débats un cadavre blême sans l’avoir préparé pour l’embaumement, il y a un pas à franchir…

Je vous laisserai juge de la pertinence de ce premier LP, encore un peu trop fidèle aux origines pour vraiment marquer. Reste aux INISANS à s’éloigner un peu de leurs modèles pour vraiment s’affirmer. S’ils en ont les capacités.


Titres de l'album:

  1. Tombstone
  2. Beyond The Gates
  3. Dakness Profound
  4. Demon Wings
  5. Jaws
  6. Cavern Of Covenant
  7. Void Walker

Facebook officiel


par mortne2001 le 01/04/2018 à 14:32
68 %    158

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Heresy

Blasphemia

Sadist

Spellbound

Prezir

As Rats Devour Lions

Septagon

Apocalyptic Rhymes

Blood Curse

Sorceress

Orion Dust

Legacy

Cult Leader

A Patient Man

Warkunt

Of Ruins And Agony

Dalkhu

Lamentation And Ardent Fire

Edremerion

Ambre Gris

Beer Breath

Story of a Decayed Life

Sacral Rage

Beyond Celestial Echoes

Eternal Rot

Cadaverine

Cancer

Shadow Gripped

Warrel Dane

Shadow Work

Zealotry

At the Nexus of All Stillborn Worlds

Heir Apparent

The View from Below

Hæster

All Anchors No Sails

Syd Kult

Weltschmerz

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Tyrant Fest J2 [Photo Report]

Simony / 29/11/2018
Black Metal

Tyrant Fest J1 [Photo Report]

Simony / 25/11/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Solstafir

12/12 : Le Moloco, Audincourt (25)

Solstafir

13/12 : L'aéronef, Lille (59)

Revocation + Rivers Of Nihil + Archspire

15/12 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Pas mal du tout en effet ! Old-school, brutal, bas du front. Combo !


chro séduisante, bon morceau également, merci pour la découverte


Franchement meilleur que les dernières prod de Death Fr...


Humungus : +1
Ben oui, normal. Déjà assimiler "vegan" et "antifa" est hors sujet.
Soutenons UADA !


KaneIsBack + 1.


Nefarious + 1.


Non.


Cet album est absolument fantastique !!!


Ravi de lire un report sur Aura Noir


J'ai jamais vraiment écouté Cancer, pourtant je fais partie de cette génération des 90's qui a découvert( le death metal avec ces sorties majeures. Très efficace ce titre , va falloir que je rattrape quelques lacunes.


commandé


Le metal selon les Grammys... Vaste blague.


Candlemass c'est pourris depuis la première séparation des années 90...Avant c'était génial et sombre.


Rien d'autre a faire que d'aller au Botswana ?


Donc Ici on ne peut pas être anti-fa, et vegan sans être aussi une cible...


Les antifas sont effectivement aussi fascistes que ceux qu'ils dénoncent. Pitoyable histoire...


Si Jeff est aussi insipide dans MDB qu'il ne le fut dans Paradise Lost, ça promet de sombres catastrophes. Je me souviens encore de la manière dont il détruisait "As I die" sur scène...


Très très curieux d'entendre ça, surtout avec le retour de Langqvist.


Faut voir le résultat, je suis très méfiant avec CANDLEMASS qui n'a rien proposé de bandant depuis fort longtemps ! Mais sur le papier... oui c'est la classe ultime !


C'est exactement ce que je me disais... La classe !