Void of Unending Depths

Inanna

25/04/2022

Memento Mori

Du chilien signé chez les espagnols de Memento Mori, je n’aime pas tomber dans les clichés, mais immédiatement, le fan va s’attendre à du brutal de chez cryptique, avec grognements à la clé, production sourde et diffuse, et bestialité de circonstance. La bestialité est bien présente sur le troisième album des INANNA, Amérique du Sud oblige, mais aussi beaucoup de finesse, d’ouverture d’esprit, et d’ambitions. Alors, les fans de brutal sans autre cause que celle du chaos en seront pour leurs frais : Void of Unending Depths est un monument de talent, un monolithe de violence, et une expérience de métissage incroyablement fertile qui pourrait résulter en un virus incroyablement létal, contaminant le libre arbitre pour admettre la suprématie de ces musiciens hors-normes.   

INANNA n’en étant pas à son coup d’essai, les fans ne seront certainement pas surpris par l’épaisseur artistique développée par cet album. Ceci étant dit, dix ans d’absence discographique peuvent changer un groupe, et le faire reculer de quelques pas. Or, nous n’avions plus entendu parler d’eux depuis la sortie de Transfigured in a Thousand Delusions, adoubé par l’underground et les fans d’un Death Metal de haute volée, friands de démonstration technique et évolutive. Et le mixage de cette fange sud-américaine et de cette précision chirurgicale nord-américaine fait encore des ravages aujourd’hui, et peut-être même plus que par le passé.

Diego Ilabaca (guitare), Max Neira (basse/chant), Carlos Fuentes (batterie/guitare), et Cristobal Gonzalez (guitare) peuvent être fiers de leur parcours, qui les a menés jusqu’ici. Après des années à arpenter les scènes nationales et internationales, les voilà fin prêts à prendre le pouvoir, en affirmant leur identité de fils légitimes de MORBID ANGEL, SUFFOCATION et GORGUTS. Evidemment, leur label nourrit de grandes ambitions à leur sujet, et n’hésite pas à citer dans la promo-sheet des noms aussi célèbres que ceux d’ATHEIST, CYNIC, DEATH, et PESTILENCE, ainsi que des parrainages de SUFFOCATION, DEICIDE, MORBID ANGEL, IMMOLATION, ou GORGUTS. Trois noms sur trois, avant même de lire cette plaquette promo, mon instinct ne m’avait guère trompé. Mais réduire les chiliens à de vagues copies de légendes serait une erreur fatale : leur musique, inspirée, n’est pas plagiée, bien au contraire. Emprunte de formalisme progressif des seventies, elle développe de beaux arguments stellaires, concentrée sur le cosmos comme sur les écrits de Lovecraft : Cthulhu n’est donc jamais loin dans l’abysse, et contemple le spectacle de ses yeux noirs.

La la !!

Immédiatement, INANNA, au fait de l’importance d’un troisième album, sort l’artillerie lourde et nous prend à la gorge. Pas question de laisser un espace vide pour rien, ou de perdre du temps en conjectures inutiles. « Evolutionary Inversion » se passe donc d’intro et profite d’un fill simple pour imposer son ambiance déliquescente, et ses instincts sci-fi. L’atmosphère est lourde, le chant grave, la batterie en roue libre mais stable de son rythme implacable, qui s’accorde très bien de ces dissonances arythmiques qui évitent justement la facilité des riffs Death les plus connotés. On prend note de ces mélodies prépondérantes, symptomatiques de l’ère la plus ambitieuse de PESTILENCE et/ou GORGUTS, mais on encaisse aussi la pression incroyable dégagée par ces plans incroyablement dissonants, et de ces licks d’arrière-plan qui mystifient encore plus le classicisme. Alors, pour la copie carbone de MORBID ANGEL, vous repasserez, et pas uniquement les t-shirts.

En se basant sur de longs morceaux progressifs, le groupe a évidemment tenté le diable, mais il est l’un de leurs bons amis. Allos, leur inspiration ne se tarit jamais, même lorsque le chrono défie la raison. « Far Away in Other Spheres » contient des idées incroyables, dignes de figurer dans la discographie des plus grands, et le quatuor parvient à unir la vilénie sud-américaine et la préciosité morbide nord-américaine avec un panache incroyable. « Underdimensional » prouve que les chiliens ont une culture du sujet étendue, et les arpèges, les soudaines cassures harmoniques, cette basse digne de Steve DiGiorgio, ces accointances avec ATHEIST, cette volonté de jazzifier la violence est décidément l’apanage des plus créatifs, et on se laisse emporter dans un monde incroyable, aussi sombre que coloré, aussi créatif que formaliste.

Loin de la démonstration stérile, Void of Unending Depths est un tourbillon qui vous emporte vers les tripes de la terre, à la recherche des démons intérieurs les plus néfastes. L’équilibre entre la technique, l’efficacité et la cruauté est terriblement précis, comme le démontre le terrifiant « The Key to Alpha Centauri », ballade entre les étoiles mortes.

Presque une heure, pour une déclaration d’amour au genre le plus risqué qui soit. Trop démonstratif, et les accros à la brutalité tournent le dos. Pas assez, et les esthètes de la partition se vexent. Entre les deux, un public fasciné par cette imagination instrumentale, et happé par le culot de « Cabo de Hornos », final sublime de pureté, et réminiscent des expérimentations les plus osées des seventies, le tout enrobé dans un son made in Tampa.

INANNA s’est tu pendant dix ans. Il lui fallait donc revenir avec le bon discours, sans un mot de trop, sans image ou métaphore trop poussée. Void of Unending Depths est un petit miracle en soi, et une reprise de contact qui va transporter de bonheur tous les fans de ce quatuor incroyable. L’assertion Death progressif de cette première partie d’année, et certainement de la seconde, jusqu’à preuve du contraire.  

  

                                                                                                                                                                                                                   

Titres de l’album:

01. Evolutionary Inversion

02. Among Subaqueous Spectres

03. Far Away in Other Spheres

04. Underdimensional

05. The Key to Alpha Centauri

06. Mind Surgery

07. Cabo de Hornos


Facebook officiel

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 10/04/2022 à 18:22
85 %    132

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Gargan
@109.220.22.221
12/04/2022, 11:31:00

Hey, belle découverte pour ma part. Un chouïa déçu que le prod ne soit pas un peu plus lourde en revanche.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

J'irai Mosher chez vous ! Episode 4 : Seattle

Jus de cadavre 12/08/2022

J\'irai mosher chez vous

Suffocation + Kharkov

RBD 08/08/2022

Live Report

Hysteria

mortne2001 04/08/2022

From the past

Voyage au centre de la scène : DEATH POWER

Jus de cadavre 31/07/2022

Vidéos

Incantation + Akiavel + Horror Within

RBD 30/07/2022

Live Report

Appetite For Destruction

mortne2001 21/07/2022

From the past

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 3

mortne2001 18/07/2022

La cave

HELLFEST 2022 / Part 2 / Du jeudi 23 au dimanche 26 juin

Jus de cadavre 06/07/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Merci ! Et non pour la veste à patch ha ha ! On était déjà bien grillés en tant que frenchies (avec notre accent et... nos bouteilles de rouge !) je voulais pas en rajouter pour se faire remarquer

12/08/2022, 13:44

Humungus

Non, non Jus de cadavre, tu as très bien fait de poster ce nouvel épisode.Même si je ne compte absolument pas aller à Seattle ou Vancouver un jour, c'est toujours très intéressant d'avoir une vision autre d'une ville, d'une r&eac(...)

12/08/2022, 13:08

Humungus

Mouais...En même temps, des groupes qui font du playback dans un hangar en guise de clip, y'a pas que ces deux là hein... ... ...

12/08/2022, 12:56

Moi

Je confirme, le réalisateur est le même pour les 2 vidéos, et le créateur de Gaerea

12/08/2022, 11:43

Jean

C’est vrai que la plupart des artistes ont déjà tourné dans des festivals cet été en France . C’est pas la folie 

12/08/2022, 09:06

Humungus

C'est moi ou l'affiche n'est vraiment pas folle cette année ?

12/08/2022, 07:10

Fred

Croisé une fois, ce mec est une sorte de connard fan de l'Action Française et nostalgique d'un temps révolu, dommage qu'il n'ait pas l'honnêteté d'en parler dans cet interview. Saoulant et gavant.

11/08/2022, 21:06

Jus de cadavre

Merci pour ce très bon report (comme d'habitude) RBD.Nous avons encore et toujours la même vénération pour Suffocation, hé hé. Un groupe éternellement en immense forme sur scène. On se demande quand ils baisseront de r(...)

11/08/2022, 18:39

Simony

Je retiens MOOR et DEATH FILE RED avec LYMBOLIC SCYTHE dans un coin de la tête parce qu'il y a quelque chose je trouve dans cette démo...Merci Mortne2001 pour cette mise en lumière des suintantes abimes du Metal

11/08/2022, 08:20

Satan

@ Gargan : Pour le coup le réalisateur est apparemment un membre de Gaerea par ailleurs...

10/08/2022, 21:36

zfiaj

épingleR

10/08/2022, 18:04

Gargan

Peut être plus au réalisateur du clip d'être blâmé, mais ça fait du buzz pour les deux après tout.

10/08/2022, 10:07

Hip Fire

❤️

10/08/2022, 05:28

Satan

Oui c'est assez moyen, même si pour le coup le seul vrai reproche vient du fait d'avoir utilisé le même décor. Car je rappelle que les univers musicaux sont drastiquement différents, donnant un rendu final lui aussi différent.

09/08/2022, 23:36

Orphan

Copié un clip pas terrible, d'un groupe du même pays au même endroit...bordel la s'est fort. A cela tu rajoutes la dégaine d'Mgla, la cagoule serigraphié et tu est à un niveau de fils de puterie pas mal la. 

09/08/2022, 09:29

Moshimosher

Ah, ouais... tout de même... ça craint ! 

09/08/2022, 00:36

Saul D

ca me rappelle mon premier numéro acheté du fanzine METALORGIE ( ils parlaient des démos de DEATh POWER), le #10 avec Kevin Kuzma et Blood Feast en couverture...

08/08/2022, 16:08

Simony

Sold out en 5 heures....

08/08/2022, 12:42

Gargan

Ils ont troqué le look pirate à celui de paysan (bottes et gibson, c'était assez inédit), un peu dommage &nb(...)

08/08/2022, 10:15

Humungus

Pour les frontaliers, ils seront également au Metal Méan le 20 août.

08/08/2022, 07:01