N’est-il pas rare de tomber sur un groupe formé en 1982, et dont soixante-quinze pour cent du line-up n’a pas bougé depuis ses origines ? Si, je le pense aussi, et ce petit miracle mérite d’être souligné, tant les changements de personnel sont monnaie courante dans le Rock et le Metal. La stabilité semble donc être une valeur première pour les japonais d’OUTRAGE, qui mènent leur barque depuis l’orée des 80’s. Mais mieux. N’est-il pas encore plus rare de tomber sur un groupe avec trente-cinq ans de carrière au compteur, pratiquant une musique musclée, dont les membres n’ont presque jamais quitté le navire ? En ajoutant ces points de détail bout à bout, la performance n’en devient que plus ahurissante, et c’est donc avec grand plaisir que je traiterai ce matin du cas du treizième album studio de ce quatuor de Nagoya (Yoshihiro Yasui – basse, Shinya Tange – batterie, Yousuke Abe – guitare et Naoki Hashimoto – chant), Raging Out, l’un des LP les plus féroces de ce mois d’octobre, et qui pourtant, ne s’est pas départi d’une musicalité prononcée. Difficile de résumer le parcours d’un groupe aussi ancien en quelques formules choisies, mais je dois reconnaître que le choc frontal subi à l’écoute de ces onze compositions sans concessions m’a profondément marqué, moi pourtant habitué à affronter les assauts récurrents de troupes fondant leur approche sur une violence instrumentale tangible. Mais ce nouvel LP des japonais est si puissant, si actuel, et si accrocheur que je laisserai l’enthousiasme guider ma plume, puisqu’aucun défaut majeur ne semble handicaper le projet…Bluffant ? Pour le moins, et difficile de croire qu’ils étaient là en pleine explosion de la NWOBHM, et qu’ils furent les contemporains de LOUDNESS, EZO, et autres stars montantes de la culture Metal asiatique d’il y a trois décennies…

Tout ça laisse songeur…Et pourtant, en choisissant de ne pas s’écarter de leur genre de prédilection, les quatre instrumentistes n’ont pas choisi la facilité, le créneau étant largement saturé depuis des années. Mais la conviction qu’ils insufflent à de solides compositions, leur créativité qui leur permet de placer des arrangements bien trouvés à espaces réguliers, et ce sens du lyrisme brutal dont ils font preuve les placent en pole-position des nouveautés de cet automne, sans que personne n’ait besoin de situer des références pour les qualifier. Certes, le spectre d’ICED EARTH, celui de JUDAS PRIEST, le fantôme de PANTERA, ou la trace ectoplasmique des compatriotes SPELLBOUND/UNITED semblent hanter le paysage environnant, au même titre – et c’est plus surprenant – que l’ombre d’un MOTORHEAD vraiment véhément (« Hysteric Creatures », ou comment inviter le souvenir de Lemmy aux agapes d’OVERKILL), mais l’identité du combo est si affirmée qu’il est impossible de ne pas les considérer en tant qu’influence par eux-mêmes, tant ils semblent piocher dans leur propre répertoire de quoi avancer sans se décourager…Mais en me basant sur l’étonnante vitalité de ce treizième album, je pense qu’ils ne sont pas prêts de stopper leur avancée, tant tous ces morceaux enragent de Heavy et dégagent d’un Thrash vraiment compact, nous ramenant quelques souvenirs en arrière, lorsque les rois du Big Four et leurs enfants illégitimes (TESTAMENT, VIO-LENCE, HEATHEN ou FORCED ENTRY) saccageaient la chambre des adolescents, heureux d’avoir enfin trouvé des super-héros à la hauteur de leurs attentes. Mais finalement, que cache donc cet album à la pochette colorée et culotée ? Une gigantesque progression en tension évolutive, qui partant d’un Heavy sanglant taille sa route jusqu’à un Thrash vraiment détonnant, se basant sur la complémentarité d’instrumentistes qui connaissent leur boulot et qui se connaissent par cœur, et qui mettent à profit une gigantesque production pour pousser en avant des chansons faussement simples, mais vraiment carton.   

Plus simplement, je n’avais ressenti telles vibrations depuis la découverte de The Evolution of Chaos des HEATHEN il y a maintenant sept ans. On y retrouve la même optique d’un Thrash traité façon Speed déchaîné, basé sur des riffs vraiment cohérents, une rythmique qui pilonne d’un tempo incessant, et un chant vraiment hargneux, qui use de son timbre grave et rauque pour lancer ses invectives à l’assemblée sans reprendre son souffle ou user de formules éculées. Des chœurs guerriers vraiment bien agencés, des breaks inopinés carrés, des soli incandescents, et une osmose de déments, voilà donc la recette d’un album sans complexe, qui ridiculise de sa force et de son courage une grosse partie de la production occidentale, qui a trop tendance à se reposer sur ses lauriers. Il semblerait que les japonais pensent encore avoir beaucoup de choses à prouver, et qu’ils ne doivent pas capitaliser sur leur longue carrière pour continuer d’un rythme tranquille, attendant une retraite bien méritée à grands coups de best-of et autres compilations déguisées. Alors, l’album égrène ses litanies, expulse ses coups de gueule, et taille dans des guitares de plomb de quoi alourdir une chape qui pèse déjà sur vous comme une tonne de béton. Cette envie de provoquer et de marquer les esprits est patente dès l’introductif « Doosmday Machine », qui en doublant sa propre double grosse caisse d’harmonies simples mais efficientes nous entraîne dans un ballet étourdissant de brutalité à peine nuancée, dans une veine ARCH ENEMY/SOILWORK revue et corrigée HM des années 80. C’est bluffant, admirable, et pourtant classique dans le fond et la forme, mais joué avec tellement d’implication qu’on en reste pantois, et admiratif…

Et ce premier morceau est loin d’être l’exemple qui définit la règle, puisqu’au fur et à mesure des interventions, le ton se durcit, le rythme s’épaissit, et la vitesse de croisière dégénère, au point de friser les sommets du Thrash le moins délétère, via un enragé « Machete » qui découpe quelques têtes, et charcle tout ce qui passe à sa portée, en juxtaposant un riff aux saccades miraculeuses et un flow teigneux qui détache chaque mot comme un tir de rafale sans repos. On pense à un GRIP INC vraiment remonté, et si « Wake » se frotte encore à l’ambivalence d’un METAL CHURCH plus puissant que d’ordinaire, « We Warn All Belong », nous prévient bien des intentions d’un quartette qui joue crânement sa carte d’esthète des origines, qui accepte volontiers les us et coutumes plus modernes. Difficile d’extraire un titre au détriment d’un autre tant tous sont recommandables et se distinguent facilement, même si le lapidaire et complexe « Heroes Falling » se permet de revisiter le SCANNER allemand le plus imposant, tout en agrémentant cet hommage de quelques harmonies d’outre-Rhin typique d’un Speed-Thrash de la fin des années 80.

Le massacre prend des allures de véritable boucherie, tant on attend en vain la petite baisse de régime qui nous laissera une chance de nous reprendre en main. Et alors que « Wolf And Raven » se permet de donner une petite leçon d’histoire à James, Lars, Dave et les autres, en leur démontrant qu’on peut encore jouer velu passé un certain âge, « Outrage » termine le boulot sans presser la pédale de frein, et nous laisse médusés, certain d’avoir assisté à un petit miracle comme seuls certains groupes peuvent en accomplir…

Je le dis sans aucune hésitation, Raging Out est un LP qui n’est pas prêt de quitter mes pavillons. Je reste admiratif face à cette déferlante de violence exubérante, qui s’accompagne d’une maitrise de composition imposante, et ce, sans trahir un quelconque background ou jouer d’un opportunisme déplacé. Difficile de croire que cet art consommé de la sauvagerie est pratiqué par des mecs à la cinquantaine bien tapée, qui traînent leur Metal depuis plus de trente années. Un disque bien plus jeune d’esprit et de corps que bien d’autres combos qui ont encore tout à prouver, et ni plus ni moins que l’album Heavy-Thrash de cette année 2017. Sayonara ne fait certainement pas partie du vocabulaire des OUTRAGE. Sauf pour prévenir qu’ils auront tôt fait de revenir histoire d’achever les rares survivants à leur passage avec le sourire…


Titres de l'album:

  1. Doomsday Machine
  2. Hammer Down And Go
  3. Territorial Dispute
  4. Machete
  5. Wake
  6. Hysteric Creatures
  7. Spin
  8. We Warn All Belongs
  9. Heroes Falling
  10. Wolf And Raven
  11. Outrage

Site officiel


par mortne2001 le 03/11/2017 à 17:21
97 %    256

Commentaires (6) | Ajouter un commentaire


alan
@78.192.38.132
04/11/2017 à 16:56:04
97% pour ce heavy mielleux sans originalité ? Oui, mais non

mortne2001
membre enregistré
05/11/2017 à 17:16:58
J'espère que c'est de l'ironie, parce que sinon, à part un excellent ORL, je ne vois pas quoi te conseiller...Mais bon, après tout, les goûts...

JérémBVL
membre enregistré
05/11/2017 à 21:36:38
Entièrement d'accord avec mortne2001, c'est tout sauf mielleux et sans originalité!

alan
@78.192.38.132
06/11/2017 à 07:44:58
c'est sûr que c'est super original...

mortne2001
membre enregistré
06/11/2017 à 11:58:36
En même temps, j'ai beau relire la chronique en long, en large, en travers et en diagonale, je ne vois rien qui souligne ou suggère une quelconque originalité, mais plutôt une très grande qualité et une indéniable efficacité. Donc finalement, pas de soucis...

alan
@78.192.38.132
06/11/2017 à 18:38:44
c'est vrai sorry :P

Ajouter un commentaire


Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Parad1gm

Parad1gm

Laceration

Remnants

Dragon's Daughters

Tits on Fire

Ad Patres

A Brief Introduction to Human Experiments

Suzi Quatro

No Control

Beast In Black

From Hell With Love

Manowar

The Final Battle 1 (E.P)

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Crippled Black Phoenix I Villingen-Schwenningen

Simony / 16/04/2019
Cold Wave

EVERGREY - Le Gibus - Paris

Kamel / 15/04/2019
Evergrey

LA CAVE : une sélection d'albums Metal Extreme #1

Jus de cadavre / 02/04/2019
Metal Extrême

Concerts à 7 jours

+ Sortilège

19/04 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

RIP grand musicien.


Bah c'est une pochette de Prog quoi...


Cette pochette est comment dire ... ... ...


C'est une histoire de dingue là... Je comprend pas trop le but de ce genre d'arnaque en fait... C'est pas en vendant 3 albums de groupes totalement underground qu'on fait du fric bordel !?


Une plus grande exposition à l'internationale tout simplement. Si ça marche, l'aspect financier suivra mais ce ne sera qu'une conséquence indirecte. La médiatisation prime avant tout. Pour ce qui est de leur revendication comme tu dis, si tu regardes les commentaires de cette new sur leur facebo(...)


Sans compter le fait que les mecs de Metal Bastard Enterprises (Oliver et ralf Schaffelhuber) sont ceux qui ont fait le célèbre label rip off Turbo records/Turbo Music ! mais aussi Braincrusher records, Metal age, sont aussi ceux qui ont fait un label qui sortait des groupes de RAC néo nazi nom(...)


Oui Goughy, ce sont clairement des classiques, c'est indiscutable.
Loin de moi l'idée de descendre les albums qui ont précédé ce Russian.
Je voulais dire que les journalistes avaient un peu eu tendance à les faire passer pour les "seuls" classiques des allemands. Et c'est vrai qu'Ac(...)


Je suis bien content que quelqu'un aie pu y aller. Je suis encore vert que la date dans le Midi ait été annulée deux jours avant, je la guettais depuis des mois, réservation et tout... C'est la deuxième fois que je rate Soft Kill notamment sur annulation.


Quelque chose m'échappe totalement dans la démarche : ils ont toujours revendiqué d'être "à part" et là ils signent sur un label impersonnel. Il va falloir qu'ils m'expliquent ce qui a pu les motiver à quitter un label aussi pointu que Prophecy, hormis de basses considérations financières.


Je n'ai jamais vraiment écouté Accept, à part Balls... et encore, (je ne sais même pas vraiment pourquoi en fait... c'est pas ma génération on va dire...), mais vos coms de passionnés donne envie de s'y pencher un peu plus sérieusement.


Eh ben merci à Metalnews et à toi Monsterman, vous relancez un débat que j'ai avec moi même et quelques amis sur la place de cet album dans la discographie d'Accept (avec Udo hein, restons sérieux).
Pour l'instant il est derrière le quatuor indiscutable (j'ajoute "Breaker" aux trio que t(...)


En me relisant, je me suis mal exprimé : je voulais dire que j'ai fait écouter cet album il y a 4 ou 5 ans à un vieux fan de Heavy qui était totalement passé à côté... eh bien il avait pris SA CLAQUE ! Voilà le souvenir qui revient. :-)
un album qui a sacrément bien vieilli !


Sans doute le meilleur Accept. Le plus mur, le mieux produit...
des textes monstrueux et bien plus affutés que chez la concurrence (lisez attentivement ceux de "Heaven is hell" ou "TV War")...
cet album est un must à écouter à fort volume ! Tuerie de prod !!
Souvenir d'un pote (...)


Jamais accroché à ce groupe... Et ce n'est pas leurs dernières productions qui ont pu me faire changer d'avis. Néanmoins, très chouette live-report ! Bienvenue Kamel ! :-)


Groupe vu sur la tournée d'In Search of Truth, depuis je trouve que le groupe tourne en rond se reposant trop sur la voix exceptionnelle de son chanteur. Mais en live si je peux les revoir... j'hésiterais pas une seconde.
Bienvenue à Kamel !


Bienvenue à Kamel dans l'équipe!


Je pense que ça vient du fait que le groupe "travail" (ils sont payés quoi) et que c'est donc un visa particulier qu'il faut et non un simple visa touristique. En fait si j'ai bien compris il n'y a pas eu de refus de visa mais un retard (c'est très long les délais apparemment) et du coup le grou(...)


Pourquoi ?


Quel dommage pour Gorod.

Pour une fois, j'aimerais bien savoir ce qui motive un refus de visa. Est ce que c'est parceque c'est lié à un visa de tourisme vs un visa de travail ?

ça me fait beaucoup penser au problèmes de visa qui ont fait que Morbid Angel ont du annuler (...)


Tiens, tiens... Turbo music était déjà salement réputé à l'époque. Rip-off d'un jour, rip-off toujours...