N’est-il pas rare de tomber sur un groupe formé en 1982, et dont soixante-quinze pour cent du line-up n’a pas bougé depuis ses origines ? Si, je le pense aussi, et ce petit miracle mérite d’être souligné, tant les changements de personnel sont monnaie courante dans le Rock et le Metal. La stabilité semble donc être une valeur première pour les japonais d’OUTRAGE, qui mènent leur barque depuis l’orée des 80’s. Mais mieux. N’est-il pas encore plus rare de tomber sur un groupe avec trente-cinq ans de carrière au compteur, pratiquant une musique musclée, dont les membres n’ont presque jamais quitté le navire ? En ajoutant ces points de détail bout à bout, la performance n’en devient que plus ahurissante, et c’est donc avec grand plaisir que je traiterai ce matin du cas du treizième album studio de ce quatuor de Nagoya (Yoshihiro Yasui – basse, Shinya Tange – batterie, Yousuke Abe – guitare et Naoki Hashimoto – chant), Raging Out, l’un des LP les plus féroces de ce mois d’octobre, et qui pourtant, ne s’est pas départi d’une musicalité prononcée. Difficile de résumer le parcours d’un groupe aussi ancien en quelques formules choisies, mais je dois reconnaître que le choc frontal subi à l’écoute de ces onze compositions sans concessions m’a profondément marqué, moi pourtant habitué à affronter les assauts récurrents de troupes fondant leur approche sur une violence instrumentale tangible. Mais ce nouvel LP des japonais est si puissant, si actuel, et si accrocheur que je laisserai l’enthousiasme guider ma plume, puisqu’aucun défaut majeur ne semble handicaper le projet…Bluffant ? Pour le moins, et difficile de croire qu’ils étaient là en pleine explosion de la NWOBHM, et qu’ils furent les contemporains de LOUDNESS, EZO, et autres stars montantes de la culture Metal asiatique d’il y a trois décennies…

Tout ça laisse songeur…Et pourtant, en choisissant de ne pas s’écarter de leur genre de prédilection, les quatre instrumentistes n’ont pas choisi la facilité, le créneau étant largement saturé depuis des années. Mais la conviction qu’ils insufflent à de solides compositions, leur créativité qui leur permet de placer des arrangements bien trouvés à espaces réguliers, et ce sens du lyrisme brutal dont ils font preuve les placent en pole-position des nouveautés de cet automne, sans que personne n’ait besoin de situer des références pour les qualifier. Certes, le spectre d’ICED EARTH, celui de JUDAS PRIEST, le fantôme de PANTERA, ou la trace ectoplasmique des compatriotes SPELLBOUND/UNITED semblent hanter le paysage environnant, au même titre – et c’est plus surprenant – que l’ombre d’un MOTORHEAD vraiment véhément (« Hysteric Creatures », ou comment inviter le souvenir de Lemmy aux agapes d’OVERKILL), mais l’identité du combo est si affirmée qu’il est impossible de ne pas les considérer en tant qu’influence par eux-mêmes, tant ils semblent piocher dans leur propre répertoire de quoi avancer sans se décourager…Mais en me basant sur l’étonnante vitalité de ce treizième album, je pense qu’ils ne sont pas prêts de stopper leur avancée, tant tous ces morceaux enragent de Heavy et dégagent d’un Thrash vraiment compact, nous ramenant quelques souvenirs en arrière, lorsque les rois du Big Four et leurs enfants illégitimes (TESTAMENT, VIO-LENCE, HEATHEN ou FORCED ENTRY) saccageaient la chambre des adolescents, heureux d’avoir enfin trouvé des super-héros à la hauteur de leurs attentes. Mais finalement, que cache donc cet album à la pochette colorée et culotée ? Une gigantesque progression en tension évolutive, qui partant d’un Heavy sanglant taille sa route jusqu’à un Thrash vraiment détonnant, se basant sur la complémentarité d’instrumentistes qui connaissent leur boulot et qui se connaissent par cœur, et qui mettent à profit une gigantesque production pour pousser en avant des chansons faussement simples, mais vraiment carton.   

Plus simplement, je n’avais ressenti telles vibrations depuis la découverte de The Evolution of Chaos des HEATHEN il y a maintenant sept ans. On y retrouve la même optique d’un Thrash traité façon Speed déchaîné, basé sur des riffs vraiment cohérents, une rythmique qui pilonne d’un tempo incessant, et un chant vraiment hargneux, qui use de son timbre grave et rauque pour lancer ses invectives à l’assemblée sans reprendre son souffle ou user de formules éculées. Des chœurs guerriers vraiment bien agencés, des breaks inopinés carrés, des soli incandescents, et une osmose de déments, voilà donc la recette d’un album sans complexe, qui ridiculise de sa force et de son courage une grosse partie de la production occidentale, qui a trop tendance à se reposer sur ses lauriers. Il semblerait que les japonais pensent encore avoir beaucoup de choses à prouver, et qu’ils ne doivent pas capitaliser sur leur longue carrière pour continuer d’un rythme tranquille, attendant une retraite bien méritée à grands coups de best-of et autres compilations déguisées. Alors, l’album égrène ses litanies, expulse ses coups de gueule, et taille dans des guitares de plomb de quoi alourdir une chape qui pèse déjà sur vous comme une tonne de béton. Cette envie de provoquer et de marquer les esprits est patente dès l’introductif « Doosmday Machine », qui en doublant sa propre double grosse caisse d’harmonies simples mais efficientes nous entraîne dans un ballet étourdissant de brutalité à peine nuancée, dans une veine ARCH ENEMY/SOILWORK revue et corrigée HM des années 80. C’est bluffant, admirable, et pourtant classique dans le fond et la forme, mais joué avec tellement d’implication qu’on en reste pantois, et admiratif…

Et ce premier morceau est loin d’être l’exemple qui définit la règle, puisqu’au fur et à mesure des interventions, le ton se durcit, le rythme s’épaissit, et la vitesse de croisière dégénère, au point de friser les sommets du Thrash le moins délétère, via un enragé « Machete » qui découpe quelques têtes, et charcle tout ce qui passe à sa portée, en juxtaposant un riff aux saccades miraculeuses et un flow teigneux qui détache chaque mot comme un tir de rafale sans repos. On pense à un GRIP INC vraiment remonté, et si « Wake » se frotte encore à l’ambivalence d’un METAL CHURCH plus puissant que d’ordinaire, « We Warn All Belong », nous prévient bien des intentions d’un quartette qui joue crânement sa carte d’esthète des origines, qui accepte volontiers les us et coutumes plus modernes. Difficile d’extraire un titre au détriment d’un autre tant tous sont recommandables et se distinguent facilement, même si le lapidaire et complexe « Heroes Falling » se permet de revisiter le SCANNER allemand le plus imposant, tout en agrémentant cet hommage de quelques harmonies d’outre-Rhin typique d’un Speed-Thrash de la fin des années 80.

Le massacre prend des allures de véritable boucherie, tant on attend en vain la petite baisse de régime qui nous laissera une chance de nous reprendre en main. Et alors que « Wolf And Raven » se permet de donner une petite leçon d’histoire à James, Lars, Dave et les autres, en leur démontrant qu’on peut encore jouer velu passé un certain âge, « Outrage » termine le boulot sans presser la pédale de frein, et nous laisse médusés, certain d’avoir assisté à un petit miracle comme seuls certains groupes peuvent en accomplir…

Je le dis sans aucune hésitation, Raging Out est un LP qui n’est pas prêt de quitter mes pavillons. Je reste admiratif face à cette déferlante de violence exubérante, qui s’accompagne d’une maitrise de composition imposante, et ce, sans trahir un quelconque background ou jouer d’un opportunisme déplacé. Difficile de croire que cet art consommé de la sauvagerie est pratiqué par des mecs à la cinquantaine bien tapée, qui traînent leur Metal depuis plus de trente années. Un disque bien plus jeune d’esprit et de corps que bien d’autres combos qui ont encore tout à prouver, et ni plus ni moins que l’album Heavy-Thrash de cette année 2017. Sayonara ne fait certainement pas partie du vocabulaire des OUTRAGE. Sauf pour prévenir qu’ils auront tôt fait de revenir histoire d’achever les rares survivants à leur passage avec le sourire…


Titres de l'album:

  1. Doomsday Machine
  2. Hammer Down And Go
  3. Territorial Dispute
  4. Machete
  5. Wake
  6. Hysteric Creatures
  7. Spin
  8. We Warn All Belongs
  9. Heroes Falling
  10. Wolf And Raven
  11. Outrage

Site officiel


par mortne2001 le 03/11/2017 à 17:21
97 %    278

Commentaires (6) | Ajouter un commentaire


alan
@78.192.38.132
04/11/2017 à 16:56:04
97% pour ce heavy mielleux sans originalité ? Oui, mais non

mortne2001
membre enregistré
05/11/2017 à 17:16:58
J'espère que c'est de l'ironie, parce que sinon, à part un excellent ORL, je ne vois pas quoi te conseiller...Mais bon, après tout, les goûts...

JérémBVL
membre enregistré
05/11/2017 à 21:36:38
Entièrement d'accord avec mortne2001, c'est tout sauf mielleux et sans originalité!

alan
@78.192.38.132
06/11/2017 à 07:44:58
c'est sûr que c'est super original...

mortne2001
membre enregistré
06/11/2017 à 11:58:36
En même temps, j'ai beau relire la chronique en long, en large, en travers et en diagonale, je ne vois rien qui souligne ou suggère une quelconque originalité, mais plutôt une très grande qualité et une indéniable efficacité. Donc finalement, pas de soucis...

alan
@78.192.38.132
06/11/2017 à 18:38:44
c'est vrai sorry :P

Ajouter un commentaire


Backyard Babies

Silver & Gold

Pestilent Death

Chapters of Depravity

Torch Runner

Endless Nothing

Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019 Part. II

Simony / 26/06/2019
Punk Rock

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Concerts à 7 jours

+ Gorgasm + Cenotaph

03/07 : Quartier Libre, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

J'aime beaucoup le premier album mais je suis passé à côté du deuxième. Vu le côté classique mon intérêt dépends aussi beaucoup de l'humeur du moment. Mais Willetts à retrouver un peu de voix j'ai l'impression.


Bof. Bof depuis toujours. La relève de Bolt-Thrower n'est pas assuré sur ce coup-là. Sans grand intérêt ce groupe et surtout une déception car j'en espérais beaucoup.


Le son était aussi radical que leur musique... Le genre de concerts où le circle-pit n'a pas sa place en somme, et où le public se prend juste un mur du son qui le paralyse.


Excellent ! Tout ça nous fait rêver et voyager avec vous. Merci !


Le morceau passe bien mais rien d'extraordinaire pas même en terme de old school. Video faite par un veteran de retour d'Iran d'après ce que je lis à la fin, le geste y est mais je doute de son intêret au vu de sa qualité que je trouve très passable.


Excellent !!! on y est totalement ! vivement la suite !


"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.