Et si nous revenions un peu aux sources ? De la musique bien sûr, pas de l’humanité, je n’ai nullement l’intention de vous parler de dinosaures ou d’hommes de Neandertal…

Quelles racines ? Celles d’un Rock qui se veut sincère, et profondément ancré dans l’authenticité, celle de guitares qui ne trichent pas, de lignes vocales qui ne mentent pas, de riffs qui vont à l’essentiel et de rythmiques honnêtes qui ne vous vendent pas du miel.

Tout ça existerait donc encore ?

A en croire ce Scars And Stripes des Parisiens de DOPE OÜT, on peut résolument affirmer que oui. Pour faire simple et direct - à l’image de leur musique - disons que les DOPE OÜT sont au Hard Rock ce que Bouli Lanners est au cinéma. Pas d’esbroufe, des clins d’œil, des références, une connaissance du sujet très fouillée mais sachant rester roots, et des personnages un peu en marge, mais qui taillent leur route sans arrière-pensée, si ce n’est celle de vous laisser le sourire aux lèvres et le bon mot sur la langue.

Et par extension, ce Scars And Stripes se veut un peu western urbain, les guitares remplaçant les colts, la poussière de la ville dans les cheveux, et des histoires de fin de nuit plein les yeux.

DOPE OÜT, c’est une histoire commencée en 2013, et qui aujourd’hui réunit quatre potes, Stoner (chant/guitare), Crash (guitare), Doc (basse) et Mad (batterie). Un premier EP la même année que leur création, All Hopes Inside, et puis un premier album, Bad Seeds, qui les montre comme de mauvaises graines Rock venant contaminer le jardin du marketing musical surfait et asséché par le manque de pluie de l’imagination. La leur est simple, et appliquée sur ce nouvel LP, se retrouver en répète, brancher le matos, laisser parler les cordes, laisser sortir les mots, assembler le tout, et voir ce que ça donne.

Et ça donne quoi ?

En l’occurrence, une bonne dizaine de morceaux qui cognent, qui sonnent, et qui nous délivrent un message simple, mais clair.

Qu’il soit Stoner, Grunge, Metal, Alternatif, ou je-ne-sais-quoi encore, le Rock est Rock, et c’est très bien comme ça. Alors ne comptez pas sur eux pour se prendre la tête, ils veulent juste vider la vôtre et remplir votre gorge de refrains à entonner en chœur.

Si le passé avait révélé des obsessions américaines totalement assumées, Scars And Stripes ne change pas la donne, et se concentre sur un Stoner bien râpeux, et un Post Grunge teigneux. Les références promo aux BLACK STONE CHERRY, à SLASH, ALTER BRIDGE et autres HARDCORE SUPERSTAR ne sont pas usurpées, et vous retrouverez de ci et là des éléments de ces groupes dans la musique du quatuor, qui pourtant peut s’enorgueillir d’une personnalité bien affirmée. Pour rester dans un cadre national, il est parfois facile de voir en eux une sorte de croisement inconscient entre BLACKRAIN et 7 WEEKS, puisque leur Stoner local à de faux airs de Glam bien assimilé, spécialement dans les refrains, et certains licks de guitare aussi Punk qu’un délié de Steve Jones pas encore bourré.

Et le mélange est comme vous vous en doutez détonnant, parfois étonnant, mais toujours performant. Dix morceaux, dix hymnes, qu’on imagine repris en concert avec la rage des affamés, gorgés de riffs Stoniens, de refrains AC/DCiens, et largués d’une attitude frondeuse, typique du désert américain, avec les KYUSS, QOTSA et autres chantres d’un Rock du soleil tatoués dans le creux de la main.

L’avantage de ce type d’albums, c’est qu’ils ne se vendent que sur ce qu’ils sont. Une succession de plans éprouvés, de riffs expulsés, de rythmiques époumonées, et rien d’autre. Pas de tromperie, c’est du pur jus, et ça marine encore dedans.

La multiplicité des styles prônée par le quatuor n’est pas qu’une affaire de versatilité, c’est une simple constatation, et pour eux, un besoin. Bénéficiant d’une sacrée production, qui laisse respirer l’instrumentation (signée par Greg Canone à Studio Plus), Stoner, Crash, Doc et Mad peuvent se laisser aller, et nous émoustiller d’une énorme entame dopée d’un riff aussi épais qu’une entrée en scène des BLACK STONE CHERRY en ouverture des ALICE IN CHAINS (« Scars And Stripes »).

A partir de là, le ton est donné et le la aussi, et le reste de l’album suit, égrène les classiques instantanés taillés pour la scène, qui ne marquent ni pause, ni signe d’essoufflement prématuré.      

Capables de passer d’un beat plombé à un groove chaloupé (« Dive », et sa basse en gigogne qui ondule et cogne), d’un up tempo enflammé (« The Freakshow » et son refrain au phrasé déchaîné) à une emphase bluesy trouble et empoisonnée (« Lady Misfits », le genre de morceau que tu entends une seule fois et dont tu ne te débarrasses pas, avec ses guitares un peu DAD et son ambiance de stupre DOLLS).

Le fond et la forme, tel est le leitmotiv des DOPE OÜT. Un fond simple et une forme directe, pour un tout sauf simpliste, et des textes sincères collant à la peau de morceaux viscéraux. Mélange fatal pour une défonce non létale, qui vous euphorise et vous rend accro, mais sans effets secondaires.

On visualise presque la moue de Jagger et le balancé de Richards derrière un morceau comme « Clan of Bats », on se laisse embringuer dans un tourbillon d’émotions qui nous enivre d’un cocktail SMASHING PUMPKINS/ALICE IN CHAINS/MOTLEY CRUE époque Corabi («Nose White », et son break en crescendo qui évoque à merveille une montée dont on finit toujours par redescendre, sans oublier son riff central bien imprégné du « Cherub Rock » de ce cher Billy Corgan), on s’en prend un bon coup dans les burnes avec « Balls To The Wall » qui ose la redondance extrême et le lick suprême, pour finir par le repos du guerrier acoustique, sur le final « Soulmate », qui recréé à merveille ces fins de soirée pendant lesquelles les mots finissent par couler et les larmes par parler.

Scars And Stripes a été financé par une campagne Internet, et je dois remercier tous les contributeurs qui y ont suffisamment cru pour confier leurs deniers.

Grâce à eux, et au groupe évidemment, nous pouvons aujourd’hui apprécier un disque qui respire le Rock par tous les sillons, qui offre des riffs à foison, et qui nous injecte le poison, si doux dans les veines de nos oreilles. 

Stoner, Alternatif, ou tout simplement Hard, peu importent les qualificatifs, puisque seul le résultat compte, et celui de ce deuxième LP est parfait, sans avoir eu besoin d’avoir recours à des astuces et autres effets tape à l’œil. Juste quatre mecs, une guitare, une basse, une batterie, une voix et…beaucoup de passion. Un retour aux sources vous disais-je.

 La source de jouvence en l’occurrence. Celle par qui le Rock te garde en vie sans autre prix à payer que le plaisir de partager.


Titres de l'album:

  1. Scars And Stripes
  2. Dive
  3. The Freakshow
  4. Lady Misfits
  5. Clan Of Bats
  6. Shooting Gun
  7. Nose White
  8. Balls To The Wall
  9. Again
  10. Soulmate

Site officiel


par mortne2001 le 10/03/2017 à 14:22
80 %    634

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Helfro

Helfro

Ain

Stance I

Beaten To Death

Agronomicon

Wolfen

Rise of the Lycans

War Thrashed

Bienvenido A Tu Ejecucion

Pertness

Metamorphosis

Obscura + Fallujah + Allegaeon + First Fragment

RBD / 16/02/2019
Death Mélodique

NECROS CHRISTOS + ASCENSION + VENENUM / Live-report / Rennes

Jus de cadavre / 11/02/2019
Death Old School

Brendan Perry

RBD / 06/02/2019
Country

Concerts à 7 jours

+ Uada + Tribulation

23/02 : Cinema, Alost ()

Photo Stream

Derniers coms

Je ne peux que confirmer ce que tu nous contes là mon bon Simony :
- DISFUNERAL = AUTOPSY.
- Jamais vu le No Man's Land aussi échaudé.
- Moi aussi j'ai craint un peu pour notre sécurité quand ils ont voulu se la jouer RAMMSTEIN.

PS : Point de détail : DESTRUKT e(...)


Tant mieux alors !!!


Ouais franchement j'ai pris une bonne claque avec ce groupe !


Indian Nightmare c'est juste terrible. C'est exactement ce que j'ai en tête quand on me dit Metal Old-school. Ça sent Satan, la liche et la crasse. Excellent ce groupe.


Le Entombed classique ! Pas le AD !


Entombed ou Entombed AD ???


Super nom.
Super groupe.
Superbes albums.
Superbes covers.
Rien à redire quoi...


Intéressant à lire et bonne découverte de label


vivement les autres interviews! chouette idée!


"sorte de copie non-conforme du MARDUK le plus impitoyable et retors, celui de Rom 5 :12, soit la quintessence d’un Black qui souhaite s’extirper de sa condition de polichinelle horrifique"

Alors là, entièrement d'accord ! Rom est le chef d'oeuvre absolu des suédois. Et un des me(...)


kingdoms est pourtqnt excellent


Belle chronique, complémentaire a choosing death ?
Très tentant


L'annonce qui n'annonce rien, j'espère que ça ne va pas se limiter à la sortie d'un t-shirt


J'aurais un titre a la place de ça ! Vivement du nouveau Entombed.


Intéressant ça.


1) Re-Ah ah ah !!!
2) Perso, je ne trouve pas que la scène NS soit plus pro, plus visible et plus acceptée qu'avant.
A mon sens, rien n'a bougé à ce niveau là.
"C'est aussi peut-être dû au "taf" sur le zine" : Bien vu je pense.
3) "Je fais partie de ceux qui dissocie c(...)


Ah ah ah !!!


14 ans ? trops jeunes pour moi et pour le black


"Louis-Ferdinand Céline, c'est énorme !"
Laurent Gerra.


Yep, excellente interview bien cash, et bonne découverte d'un label que je ne connaissais absolument pas !