Et si nous revenions un peu aux sources ? De la musique bien sûr, pas de l’humanité, je n’ai nullement l’intention de vous parler de dinosaures ou d’hommes de Neandertal…

Quelles racines ? Celles d’un Rock qui se veut sincère, et profondément ancré dans l’authenticité, celle de guitares qui ne trichent pas, de lignes vocales qui ne mentent pas, de riffs qui vont à l’essentiel et de rythmiques honnêtes qui ne vous vendent pas du miel.

Tout ça existerait donc encore ?

A en croire ce Scars And Stripes des Parisiens de DOPE OÜT, on peut résolument affirmer que oui. Pour faire simple et direct - à l’image de leur musique - disons que les DOPE OÜT sont au Hard Rock ce que Bouli Lanners est au cinéma. Pas d’esbroufe, des clins d’œil, des références, une connaissance du sujet très fouillée mais sachant rester roots, et des personnages un peu en marge, mais qui taillent leur route sans arrière-pensée, si ce n’est celle de vous laisser le sourire aux lèvres et le bon mot sur la langue.

Et par extension, ce Scars And Stripes se veut un peu western urbain, les guitares remplaçant les colts, la poussière de la ville dans les cheveux, et des histoires de fin de nuit plein les yeux.

DOPE OÜT, c’est une histoire commencée en 2013, et qui aujourd’hui réunit quatre potes, Stoner (chant/guitare), Crash (guitare), Doc (basse) et Mad (batterie). Un premier EP la même année que leur création, All Hopes Inside, et puis un premier album, Bad Seeds, qui les montre comme de mauvaises graines Rock venant contaminer le jardin du marketing musical surfait et asséché par le manque de pluie de l’imagination. La leur est simple, et appliquée sur ce nouvel LP, se retrouver en répète, brancher le matos, laisser parler les cordes, laisser sortir les mots, assembler le tout, et voir ce que ça donne.

Et ça donne quoi ?

En l’occurrence, une bonne dizaine de morceaux qui cognent, qui sonnent, et qui nous délivrent un message simple, mais clair.

Qu’il soit Stoner, Grunge, Metal, Alternatif, ou je-ne-sais-quoi encore, le Rock est Rock, et c’est très bien comme ça. Alors ne comptez pas sur eux pour se prendre la tête, ils veulent juste vider la vôtre et remplir votre gorge de refrains à entonner en chœur.

Si le passé avait révélé des obsessions américaines totalement assumées, Scars And Stripes ne change pas la donne, et se concentre sur un Stoner bien râpeux, et un Post Grunge teigneux. Les références promo aux BLACK STONE CHERRY, à SLASH, ALTER BRIDGE et autres HARDCORE SUPERSTAR ne sont pas usurpées, et vous retrouverez de ci et là des éléments de ces groupes dans la musique du quatuor, qui pourtant peut s’enorgueillir d’une personnalité bien affirmée. Pour rester dans un cadre national, il est parfois facile de voir en eux une sorte de croisement inconscient entre BLACKRAIN et 7 WEEKS, puisque leur Stoner local à de faux airs de Glam bien assimilé, spécialement dans les refrains, et certains licks de guitare aussi Punk qu’un délié de Steve Jones pas encore bourré.

Et le mélange est comme vous vous en doutez détonnant, parfois étonnant, mais toujours performant. Dix morceaux, dix hymnes, qu’on imagine repris en concert avec la rage des affamés, gorgés de riffs Stoniens, de refrains AC/DCiens, et largués d’une attitude frondeuse, typique du désert américain, avec les KYUSS, QOTSA et autres chantres d’un Rock du soleil tatoués dans le creux de la main.

L’avantage de ce type d’albums, c’est qu’ils ne se vendent que sur ce qu’ils sont. Une succession de plans éprouvés, de riffs expulsés, de rythmiques époumonées, et rien d’autre. Pas de tromperie, c’est du pur jus, et ça marine encore dedans.

La multiplicité des styles prônée par le quatuor n’est pas qu’une affaire de versatilité, c’est une simple constatation, et pour eux, un besoin. Bénéficiant d’une sacrée production, qui laisse respirer l’instrumentation (signée par Greg Canone à Studio Plus), Stoner, Crash, Doc et Mad peuvent se laisser aller, et nous émoustiller d’une énorme entame dopée d’un riff aussi épais qu’une entrée en scène des BLACK STONE CHERRY en ouverture des ALICE IN CHAINS (« Scars And Stripes »).

A partir de là, le ton est donné et le la aussi, et le reste de l’album suit, égrène les classiques instantanés taillés pour la scène, qui ne marquent ni pause, ni signe d’essoufflement prématuré.      

Capables de passer d’un beat plombé à un groove chaloupé (« Dive », et sa basse en gigogne qui ondule et cogne), d’un up tempo enflammé (« The Freakshow » et son refrain au phrasé déchaîné) à une emphase bluesy trouble et empoisonnée (« Lady Misfits », le genre de morceau que tu entends une seule fois et dont tu ne te débarrasses pas, avec ses guitares un peu DAD et son ambiance de stupre DOLLS).

Le fond et la forme, tel est le leitmotiv des DOPE OÜT. Un fond simple et une forme directe, pour un tout sauf simpliste, et des textes sincères collant à la peau de morceaux viscéraux. Mélange fatal pour une défonce non létale, qui vous euphorise et vous rend accro, mais sans effets secondaires.

On visualise presque la moue de Jagger et le balancé de Richards derrière un morceau comme « Clan of Bats », on se laisse embringuer dans un tourbillon d’émotions qui nous enivre d’un cocktail SMASHING PUMPKINS/ALICE IN CHAINS/MOTLEY CRUE époque Corabi («Nose White », et son break en crescendo qui évoque à merveille une montée dont on finit toujours par redescendre, sans oublier son riff central bien imprégné du « Cherub Rock » de ce cher Billy Corgan), on s’en prend un bon coup dans les burnes avec « Balls To The Wall » qui ose la redondance extrême et le lick suprême, pour finir par le repos du guerrier acoustique, sur le final « Soulmate », qui recréé à merveille ces fins de soirée pendant lesquelles les mots finissent par couler et les larmes par parler.

Scars And Stripes a été financé par une campagne Internet, et je dois remercier tous les contributeurs qui y ont suffisamment cru pour confier leurs deniers.

Grâce à eux, et au groupe évidemment, nous pouvons aujourd’hui apprécier un disque qui respire le Rock par tous les sillons, qui offre des riffs à foison, et qui nous injecte le poison, si doux dans les veines de nos oreilles. 

Stoner, Alternatif, ou tout simplement Hard, peu importent les qualificatifs, puisque seul le résultat compte, et celui de ce deuxième LP est parfait, sans avoir eu besoin d’avoir recours à des astuces et autres effets tape à l’œil. Juste quatre mecs, une guitare, une basse, une batterie, une voix et…beaucoup de passion. Un retour aux sources vous disais-je.

 La source de jouvence en l’occurrence. Celle par qui le Rock te garde en vie sans autre prix à payer que le plaisir de partager.


Titres de l'album:

  1. Scars And Stripes
  2. Dive
  3. The Freakshow
  4. Lady Misfits
  5. Clan Of Bats
  6. Shooting Gun
  7. Nose White
  8. Balls To The Wall
  9. Again
  10. Soulmate

Site officiel


par mortne2001 le 10/03/2017 à 14:22
80 %    687

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

First Signal

Line of Fire

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)


Je n'entends pas du tout le truc Crust dans ce disque... Par contre, c'est un sacré putain de bon disque, avec un nombre de riffs qui tuent complètement affolant ! Entre Death Mélo et Dark Metal suédois. On oscille pour ma part entre du Tribulation plus vénère, moins prog' et du Dissection pé(...)


"Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired."

1988 soit 30 ans passé.

Oui ils ont quand même sorti un très bon album depuis indiscutable depuis...Le Black Album ! Il y a 28 ans...

-
<(...)


Voir un groupe aussi lourdaud que le Metallica actuel reprendre Thin Lizzy c'est quand même la honte. Finalement Jojo c'était parfait pour eux.