Le type même de sortie qui s’adresse :

  • Aux fans indécrottables
  • Aux curieux indécrottables
  • Aux pauvres âmes perdues n’ayant pas suivi l’actu et croyant écouter un nouvel album 

Car en effet, In The Trash des danois n’est absolument pas un nouvel album, pas vraiment un album d’inédits, mais une compilation de plusieurs démos du groupe mythique parues dans les années 80. Nous avons donc droit à un tracklisting faisant la part belle aux nombreuses maquettes sorties entre 1982 et 1986, soit une période couvrant les débuts jusqu’à la publication du premier LP Fear of Tomorrow, et même après, puisque plusieurs morceaux sont issus de la maquette de Terror Squad, le second album publié en 1987. Un joli survol de la genèse d’un des groupes les plus sous-estimés de la vague Thrash nordique et mondiale, qui après deux albums sympathiques mais dispensables s’est permis de coller sur le marché l’un des plus grands LPs de Techno-Thrash de la création, le légendaire By Inheritance. Album qui aujourd’hui fait partie du patrimoine Thrash classique, et qui tient du point d’orgue d’une pourtant longue carrière, toujours active aujourd’hui puisque ARTILLERY s’est fendu d’un nouveau chapitre en 2018 avec le plutôt très bon The Face of Fear. Mais ne nous leurrons-pas, l’époque de gloire est bien loin derrière nous, et plutôt ancrée dans les années 80, et cette compilation proposée par le label national Mighty Music tombe à point nommé pour rappeler à quel point la musique peut parfois évoluer, changer, muter, pour s’affiner, et que derrière chaque Master of Puppets, il y a toujours une No Life ‘Til Leather. Car avant de se vautrer corps et âme dans un Thrash de haute volée, les danois sont évidemment passés par la case Heavy musclé, ce que démontre In The Trash, allusion à l’un des titres les plus fameux du combo. Un voyage dans le temps donc, pas forcément inintéressant historiquement parlant, mais pas non plus des plus fascinants musicalement…

Car musicalement justement, on sent un groupe qui se cherche encore, et qui s’imprègne de différents courants en vogue à l’époque, citant allègrement les grands frères de MERCYFUL FATE et BLACK SABBATH, tout comme la NWOBHM, ce qui est particulièrement patent sur les morceaux issus de la première démo We Are the Dead. Les quatre premiers morceaux sont donc homogènes et tous battis sur un mid tempo hargneux et des riffs sombres, traînant un peu des cordes pour rester dans l’ambiance de l’époque. Epoque qui évidemment deux ans plus tard n’avait plus rien à voir, les premiers méfaits de SLAYER et METALLICA ayant contaminé la scène mondiale de leur agressivité notoire, et c’est ainsi que « Bitch » fait montre de plus de vélocité et de tranchant dans les attaques, s’ancrant dans une mouvance Thrash alors très vivace. Encore une fois, ARTILLERY fait tout ce qu’il peut pour être en phase avec son temps, se montrant encore un peu gauche et générique, mais laissant augurer de prémices bestiales que Fear of Tomorrow n’allait pas tarder à mettre en exergue. On pense à l’écoute de ce titre aux miraculeux DETENTE, la voix de Carsten Lohmann adoptant les intonations éraillées de la regrettée Dawn Crosby, mais aussi les sifflements possédés de Paul Baloff, pour un Thrash joué avec la vivacité du Punk, attitude symptomatique des jeunes années du genre qui ne s’était pas encore détaché complètement de ses racines.

Et plus le tracklisting égrène ses litanies, plus les progrès sont tangibles, bien sûr, et « The Challenge » de faire preuve de beaucoup plus d’audace. A ce moment-là le groupe était déjà rodé à l’exercice du studio, et se devait de tenir informé son label Neat Records de l’avancée de son travail, et c’est ainsi que la démo Terror Squad vit le jour, reproduite ici in extenso. Ne le cachons pas, ce sont bien ces quatre morceaux les plus solides de la compilation, puisque les versions proposées ne sont guère différentes des incarnations finales qui seront plaquées sur bande. On réalise alors la maturité du gang (Flemming Rönsdorf - chant, Michael Stützer & Jørgen Sandau - guitares, Morten Stützer - basse (décédé en 2019, RIP) et Carsten Nielsen - batterie) acquise en quatre petites années, et qui lui permettait alors de rivaliser avec les meilleures formations du cru. Riffs plus fondés, rythmiques plus véloces, breaks plus audacieux et moins téléphonés, la formation était alors au sommet de sa forme 80’s, et préparait le terrain à une adaptation de ses vues plus policée mais pas moins créative quelques années plus tard. C’est d’ailleurs un curieux choix d’agencement qui nous fait ensuite repartir en arrière, avec arrêt sur la case 1985 pour le furieux et Punk « Hey Woman » puis sur 1984 avec le modulé « Blessed Are The Strong » qui sur son intro évoque les débuts bucoliques et lysergiques de SCORPIONS…Il eut sans doute été préférable et plus cohérent de laisser la chronologie suivre son cours normalement, les allers retours permanents n’aidant pas vraiment à la compréhension de l’aventure…

Niveau technique, cette compilation a bénéficié des bons soins de Mighty Music, qui nous propose des versions remasterisées aux Medley Studios, une interview du membre fondateur Michael Stützer, un artwork de Roberto Toderico, et plein de jolies photos pour agrémenter le tout. La production, même après lifting respecte l’esprit d’époque, et l’on sent les crissements, les baisses de régime, les anicroches sonores sur la plupart des titres, ce qui permet de conserver l’esprit amateur de l’entreprise, sans risquer de nous faire fondre les tympans. Mais au vu de la qualité d’origine, ne vous attendez pas à de la profondeur et de l’épaisseur, les chansons pâtissant souvent de médiums grésillant, et de graves dont l’écho sombre souvent dans le pâté, mais nous parlons-là de démos, pas d’albums multi-platine produits par Bob Rock. In The Trash est donc plus à réserver aux initiés et fans, puisqu’il ne constitue pas un point d’entrée viable pour les néophytes, qui feront mieux de se jeter sur une des nombreuses rééditions de Fear of Tomorrow ou Terror Squad. Mais si vous voulez vraiment savoir de quoi ARTILLERY était capable, cassez votre tirelire et essayez de dégoter l’une des éditions de By Inheritance pour comprendre pourquoi leur nom est aussi souvent cité dans les listes de groupes les plus mésestimés de leur époque.            

                   

Titres de l’album :

                         01. Mind of no Return (1982)

                         02. Day of Doom (1982)

                         03. All for You (version 1) (1982)

                         04. We are the Dead (1982)

                         05. Bitch (1984)

                         06. The Challenge (1986)

                         07. In The Thrash (1986)

                         08. Therapy (1986)

                         09. Let There Be Sin (1986)

                         10. Hey Woman (version 2) (1985)

                         11. Blessed Are The Strong (1984)

Facebook officiel


par mortne2001 le 10/01/2020 à 17:56
70 %    193

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


NecroKosmos
@109.218.218.28
12/01/2020 à 07:11:35
ARTILLERY, pour moi, c'est 'Terror squad' et 'By inheritance', albums formidables. Et puis c'est tout.

Ajouter un commentaire


Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

The Odious

Vesica Piscis

Kirk Windstein

Dream in Motion

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Lindemann

21/02 : L'olympia, Paris (75)

+ Neptrecus + Manzer

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Photo Stream

Derniers coms

Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon


En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !


nos pulsions les moins inavouables ... donc les plus avouables ?
(oui y en a qui lisent les chroniques ^^)
et oui ... à presque 50 ans on écoute encore du metal extrême ... parce que c'est bon !


Excellent !