Pour le coup, et sans connaissance du sujet, il eut été très facile pour moi de prendre ce projet comme un concept oublié par le temps dans ses propres arcanes, et rester persuadé que l’EP en question était l’objet d’une réédition de passionnés d’un obscur groupe de la NWOBHM. Mais c’est bien à un nouveau groupe auquel nous avons affaire, pas stricto sensu puisque mené par un homme quasiment seul, Oskari Räsänen, batteur de la révélation MAUSOLEUM GATE, et Iron Griffin est une énorme surprise, autant pour nous que pour le principal concerné. Au départ, le cogneur souhaitait juste se faire la main sur un répertoire alternatif, en se la jouant multi-instrumentiste, mais vite séduit par sa propre créativité, il a alors décidé de franchir le pas et de se faire signer par le label italien Gates of Hell Records, conquis lui aussi par la pertinence mélodique de ce projet un peu à part. Loin des expérimentations proto-Hard Rock de son combo d’origine, mais en en partageant les inclinaisons nostalgiques, IRON GRIFFIN irait plutôt piocher son inspiration à l’orée des 80’s, lorsque des combos comme IRON MAIDEN, OMEN et consorts repoussaient les limites du Metal pour lui apporter une puissance nouvelle, sans pour autant se départir d’un sens mélodique certain. Il serait aussi possible d’établir un parallèle avec les étranges MANILLA ROAD, dont les thématiques mélodico-sudistes progressives trouvent une nouvelle incarnation dans cette représentation harmonique finlandaise, en tous points savoureuse en termes de puissance matinée de lyrisme.

Epaulé dans sa tâche par les vocaux d’époque de Toni Pentikäinen, Oskari Räsänen s’en donne à cœur joie dans les parties de guitare à la tierce, qui se retrouvent propulsées par une rythmique au cachet délicieusement passéiste, mais pas rétrograde pour autant. Même la production s’est mise au sourd diapason, nivelant les fréquences pour aplanir l’ensemble, sans le priver de dynamisme.

« A la base, IRON GRIFFIN est un projet que j’ai entamé l’année dernière, en tant que one-man-band, histoire d’améliorer mon jeu dans différents secteurs, mais aussi en tant que compositeur. Le chant a été enregistré en session par mon ami Toni Pentikäinen, à la voix spectaculaire, et ce projet est maintenant bien vivant. Je vais continuer de travailler sur de nouvelles compos, et chercher des membres pour compléter la formation. Mais cet EP est un bon début pour moi, et l’aventure continuera d’une façon ou d’une autre. »

Et nous en sommes ravis, tout du moins moi-même, car le subtil lyrisme de cette première réalisation est brillant, convaincant, et salement mordant. En retrouvant la hargne des instincts les plus Rock de THIN LIZZY, et de tous les groupes que les irlandais ont pu convertir, IRON GRIFFIN se permet de toiser le haut du panier de la production d’époque en toute humilité. S’appuyant sur un instrumental faussement sobre mais réellement modeste dans le fond, Toni donne le meilleur de lui-même et extirpe de ses cordes vocales les envolées nécessaires au décollage du projet. Et l’oiseau vole haut, déployant ses ailes timidement sur la durée pour l’instant, préférant planer une petite vingtaine de minutes pour ne pas trop se cramer. Mais le temps imparti est largement suffisant pour juger de la pertinence de ses capacités, et des morceaux comme l’homérique « Lord Inquisitor » et son ambiance à la MERCYFUL FATE mâtinée de flamboyance typiquement anglaise de la fin des années 90 évoque un très intelligent crossover entre SATAN et les danois, sans ce côté occulte qui avait tendance à plonger leur musique dans un satanisme de pacotille (parfois, il faut bien le reconnaître…). Et après une courte intro aux guitares complices, nous plongeons donc directement dans le grand bain en fusion de la rythmique bondissante, utilisant le très malin « Message From Beyond » comme tremplin, se sevrant de couplets à la basse ronde qui gronde et d’un refrain très futé, nous replaçant dans le contexte d’eighties naissantes qui allaient connaitre une énorme révolution de maîtres. Difficile à l’écoute de ce titre de ne pas penser aux origines de MAIDEN, et surtout aux fameuses Soundhouse Tapes, tant les similitudes sont flagrantes, de cette rythmique qui aurait pu être signée par Steve Harris à ce chant un peu grave mais ferme qui transcende des thèmes à cheval entre Metal et Punk soigné.

Volutes discrètes de synthé, mid tempo qui cavale bon train, arrangements en arrière-plan qui se veulent mystiques, « Metal Conquest » se veut mythique, et retrouve le souffle épique du MANNILA ROAD époque Open The Gates, tout en adaptant le décalage des américains à un cadre européen plus strict. Mais on se laisse happer par cette atmosphère embrumée, alors même que la guitare se veut d‘une franchise exemplaire, prouvant de fait qu’Oskari Räsänen n’est pas qu’un batteur capable, mais un bien un polymusicien coupable. L’homme se montre à l’aise dans tous les registres, et peut compter sur le talent de son sideman pour accentuer ses propres qualités, sans pour autant remiser le collègue au simple range de faire-valoir apprécié. « Journey To The Castle Of The King » se montre plus tranquille dans ses premiers instants, mais finit lui aussi après une courte et délicate intro par se laisser aller, et nous berce à dos de cheval d’une fluctuation rythmique sauvage. La progression de l’EP en lui-même est assez fascinante, puisque le ton monte en crescendo, nous amenant à sa conclusion à portée d’une perfection, que le caractère anecdotique de cette réalisation accentue encore plus. Difficile de croire à une simple récréation tant la beauté formelle et nostalgique du concept se montre plus que probante, et on espère sincèrement que les projets d’avenir du finlandais vont aboutir, tant IRON GRIFFIN se veut beaucoup plus qu’une simple pause annexe histoire de boucher les trous d’emploi du temps. Une petite vingtaine de minutes qui en appellent beaucoup d’autres, pour un petit EP qui vaut largement plus que bien des LP vintage polluant nos oreilles nonchalamment, et qui sans le vouloir, attire l’attention comme le reflet d’un miroir dans lequel nous nous regardons tous à un moment donné.


Titres de l'album:

  1. Intro
  2. Message from Beyond
  3. Metal Conquest
  4. Journey to the Castle of King
  5. Lord Inquisitor

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 27/12/2017 à 17:56
85 %    215

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Musmahhu

Reign of the Odious

Cold Colours

Northernmost

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Concerts à 7 jours

+ Meshiaak + Overkill

20/03 : Le Trabendo, Paris (75)

Meshiaak + Overkill + Flotsam And Jetsam

20/03 : Le Trabendo, Paris (75)

Kryzees + Manigance + King Crown

22/03 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms

Encore une bonne interview pour un excellent label par et pour des passionnés. Merci à Infernö et à Metalnews !


J'avais prévenu hein : "Je vais faire mon chiant".


C'est génial! Merci pour cet itw ! ;-)


Bien sympa ce truc. Même les interludes acoustiques sont convaincants.

Au passage si je peux me permettre une petite critique, je pense que certaines chroniques gagneraient à être écrites plus simplement.
Pour illustrer mon propos deux petites définitions trouvées sur le Lar(...)


Bô ça va, y'a pire comme groupe "pas trve" ;-)


Putain !
Un groupe connu interviewé par METAL NEWS...
Bravo les gars.
... ... ...
Bon, je vais faire mon chiant : C'est juste dommage que vous débutiez votre success story par AMON AMARTH quoi... ... ...


Nan c'est de la merde quant même. C'est surement devenu culte pour tout ce qui entoure le groupe et le disque, mais clairement c'est de la merde. Album chiant, mou du genou et niveau violence et malsain on a fait mieux avant et après que cette daube.


Va falloir que je lui donne une deuxième chance mais cet album m'a jusque là laissé de marbre...


Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)


Un album juste incroyable. Une ambiance de fou, des riffs guerriers et mélodiques, une production très claire (limite trop "bonne", ce serait mon seul "reproche"). Le premier morceau est pour moi une leçon de Black épique. Juste excellent !
Un grand bravo au groupe et merci mortne pour ce(...)


Ah oui, bizarre, c'était 18h la semaine dernière.
Comme y'a "que" 3 groupes au lieu de 4, ceci explique cela. Cool, tant mieux !


Sur le site du Trabendo, il est annoncé une ouverture des portes à 19h00...
http://www.letrabendo.net/overkill-2/


Meshiakk a jeté l'éponge, remplacé par Chronosphere sur la tournée mais pas sur la date de Paris, ni en suivant. Dommage, c'était un choix plus cohérent. Du coup, pas de groupe local avant Flotsam n'est annoncé. Quelqu'un sait-il si le premier show démarre juste à l'ouverture des portes, pr(...)


"De Kristian Vikernes ou d’ Øystein Aarseth, qui est le vrai coupable ? On ne le saura sans doute jamais, et c’est tant mieux."

Le vrai coupable ça reste celui qui a tué l'autre.


Hmmm... le nouvel Abnormality n'a pas l'air de dévier et c'est bien ce qu'on demande !


plutot death que thrash. definitivement


mème chose on est loin du 1er album (ah jeunesse)....


Un côté très old school, et autant proche du thrash que du Death.

Morceau sympa, j'attend un peut mieux du reste.


Ah ah ah !
Ouais merde... Putain, je pensais pourtant avoir fait "le tour de la question"...

PS : Il me semble même qu'il escompte adopter avec son compagnon du moment.