Architects of Aggression

Anthropic

24/04/2020

Autoproduction

Retrouvons ensemble les joies d’un Grindcore de tradition, non édulcoré, et renvoyant clairement à la franchise des pionniers des années 80. Si certains ont présenté les ANTHROPIC comme le chaînon manquant entre TERRORIZER, NAPALM DEATH et HAGGUS, la comparaison n’a rien d’exagérée, et ce second longue-durée ne fait que pousser le concept à son paroxysme. Nous l’avions découvert en 2018, avec Tatanka, qui de sa durée se rapprochait plus d’un EP, mais autant regarder la vérité en face : d’un groupe générique aux qualités classiques, ANTHROPIC est devenu une créature sans pitié, maniant les blasts comme les tarés la machette électronique dans la forêt de cannibales. Fondé en 2016 du côté de Buffalo, ce quatuor de barrés (Brian Pattison - guitare, Jim Santillo - batterie, Chris Hull - chant et Russ Martin - basse) a patiemment élaboré sa technique au point d’incarner aujourd’hui la quintessence d’un style qu’on retrouve souvent trop dénaturé. Fuyant la facilité d’un Gore qui tâche, s’éloignant des expérimentations les plus hasardeuses, le combo prône des valeurs familiales brutales, et accompagne sa démarche de déflagrations toutes plus dantesques les unes que les autres. Bénéficiant d’une production exemplaire qui pue la violence, transforme la caisse claire en casserole, la guitare en tronçonneuse sans perte d’huile et le chant en récrimination d’un goret en plein transe artistique, Architects of Aggression s’ingénie à mériter son titre à chaque intervention. Dix-sept morceaux pour vingt-quatre minutes, le quota est raisonnable et la furie presque palpable. Si on sent évidemment toute l’importance de la scène anglaise des années 80, avec ce parfum Hardcore délicieux, on comprend aussi que l’Amérique a toujours son mot à dire en termes d’outrance instrumentale. Rien de fondamentalement neuf, rien du tout même, juste une charge sonore de moins d’une demi-heure qui arrache les tympans, et qui met en relief le flair de musiciens qui aiment vraiment leur boulot.

Visite dans les abattoirs de l’ultraviolence, Architects of Aggression est une fête de la démence qu’on apprécie à sa juste valeur. Deux détails à mettre en avant évidemment, le jeu effrayant de précision et de vélocité de Jim Santillo, pourtant actif depuis les années 80 mais toujours vert, et le chant grognon de Chris Hull qui beugle comme un ours en cage. Le reste est évidemment tout sauf à l’avenant, l’approche du quatuor étant d’une précision diabolique, malgré des morceaux dépassant juste la minute. Une minute seulement, d’accord, mais une minute bien remplie, remplie de riffs graves et gras, de litanies vocales gravissimes, de blasts ininterrompus, et  de double grosse caisse en folie, de cassures soudaines, d’accélérations phénoménales, et de plans Mosh qu’on apprécie comme une bonne tranche de gras. La difficulté principale du chroniqueur dans ce cas de figure est d’essayer de retranscrire avec des mots la folie ambiante, le Grind n’étant pas le genre le plus simple à décrire. Mais avec quelques fantaisies rythmiques (à vrai dire, beaucoup de fantaisies rythmiques), une ambiance grave mais joyeuse, et une reprise tout à fait incongrue de SICK OF IT ALL (« My Life »), Architects of Aggression bat le haut du pave du Grind old-school, balayant toute tentative de faire évoluer le style vers quelque chose de plus aventureux et culotté. Conscients des enjeux de ce second long, les américains commencent leur périple par une boucherie immédiate, mais développée. On retrouve donc sur l’entame « The True Enemy » tout ce qui a fait le charme du genre depuis le séminal F.E.T.O de NAPALM DEATH, ces riffs sombres et cette franchise de blasts, le tout agrémenté d’un chant digne d’un Death vraiment caverneux. Et puis les chapitres s’enchaînent sans pause ni reprise de souffle, avec une bordée de titres ne dépassant pas la minute, sérieusement burnés, et méchamment tarés, avec toujours en exergue le jeu complètement dingue d’un batteur qui comble le rachitisme de son son par une hystérie permanente.

Que dire d’autre à part que les ANTHROPIC maintiennent la pression tout du long et qu’ils font honneur au Grind américain lui-même faisant honneur au Grind anglais ? Pas grand-chose, si ce n’est que pour passer un bon moment, ce deuxième album est parfait, qu’il va faire peur aux voisins, réveiller les morts, ressusciter grand-mère morte depuis 2012, et filer des puces radioactives au clébard qui pense encore que le facteur est la plus grande menace de son existence. Une charge atomique, une bourrinade de premier choix, des tripes encore tièdes servies sur lit de rognons saignants, et en quelque sorte, la quintessence de la brutalité Core qui fait du bien et ramone les tuyaux. Un album zéro bla-bla, et cent pour cent blasts-blasts.       

 

Titres de l’album :

01. The True Enemy

02. Preparation for the Slaughter

03. Burn it Down

04. Forgotten

05. The Fallacy

06. Shoot to Kill

07. Fear Driven Conformity

08. Evading Reality

09. Projection of Weakness

10. Suffering

11. Generation Lockdown

12. Path of Destruction

13. Architects of Aggression

14. Failure

15. Carnage in the Streets

16. A Lesson in Depravity

 17. Requiem


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 18/07/2021 à 18:06
78 %    223

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

J'irai Mosher chez vous ! Episode 4 : Seattle

Jus de cadavre 12/08/2022

J\'irai mosher chez vous

Suffocation + Kharkov

RBD 08/08/2022

Live Report

Hysteria

mortne2001 04/08/2022

From the past

Voyage au centre de la scène : DEATH POWER

Jus de cadavre 31/07/2022

Vidéos

Incantation + Akiavel + Horror Within

RBD 30/07/2022

Live Report

Appetite For Destruction

mortne2001 21/07/2022

From the past

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 3

mortne2001 18/07/2022

La cave

HELLFEST 2022 / Part 2 / Du jeudi 23 au dimanche 26 juin

Jus de cadavre 06/07/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Gang + Balls Out + Overdrivers 20/08 : Place Du Rietz, Burbure ()
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

Intrigué par tout cela, je suis en train de m'écouter le EP pour l'instant.Génial.Je reviens vers vous une fois l'album lui aussi ingéré...

16/08/2022, 09:31

Humungus

fallwarden + 1.

16/08/2022, 09:29

fallwarden

Fred :  pourquoi devrait il avoir l'honnêteté de parler de ses convictions politiques ça n'a rien à voir avec le sujet de l'interview. Si ce type était d'extrême gauche, tu lui reprocherais de ne pas en parler?

16/08/2022, 06:43

Fakino

Excellent ! J'adore leur style musical Faaitoito Aroma et TE RUKI

15/08/2022, 20:50

David ghetto

Manque de rythm sur le montage mais le son est lourd !

15/08/2022, 13:46

Steelvore666

Excellent titre pour un putain d'album, que je ne saurais que trop conseiller à ceux qui sont passés à coté jusqu'à présent.

15/08/2022, 10:11

Simony

Extraordinaire album ! En tout point d'accord avec cette chronique. De mon côté l'influence de CHRISTIAN DEATH est plus que perceptible en effet.

15/08/2022, 10:00

Humungus

Pourquoi pas De Villiers avec un t-shirt DISRUPT ?

15/08/2022, 09:10

Stench

Musicalement c'est plutôt bon mais qu'est-ce que le chant manque de puissance ! 

14/08/2022, 07:43

Humungus

Fan de l'Action Française avec un t-shirt DROPDEAD...J'approuve.

12/08/2022, 23:08

Humungus

Hé hé hé...Dans ce genre d'attroupement, le back patch DISSECTION méritant le haut et court et pour le mieux le goudron et les plumes... ... ...

12/08/2022, 23:02

pierre2

Je préfère mon Nick bougon dans Paradise Lost....   

12/08/2022, 19:58

FaFa

Fred, sale petite pute de balance, lâche de gauchiste. Fallait lui dire en face. Et ses convictions n'ont rien à voir avec la musique. Pauvre tocard.

12/08/2022, 15:40

Jus de cadavre

Merci ! Et non pour la veste à patch ha ha ! On était déjà bien grillés en tant que frenchies (avec notre accent et... nos bouteilles de rouge !) je voulais pas en rajouter pour se faire remarquer

12/08/2022, 13:44

Humungus

Non, non Jus de cadavre, tu as très bien fait de poster ce nouvel épisode.Même si je ne compte absolument pas aller à Seattle ou Vancouver un jour, c'est toujours très intéressant d'avoir une vision autre d'une ville, d'une r&eac(...)

12/08/2022, 13:08

Humungus

Mouais...En même temps, des groupes qui font du playback dans un hangar en guise de clip, y'a pas que ces deux là hein... ... ...

12/08/2022, 12:56

Moi

Je confirme, le réalisateur est le même pour les 2 vidéos, et le créateur de Gaerea

12/08/2022, 11:43

Jean

C’est vrai que la plupart des artistes ont déjà tourné dans des festivals cet été en France . C’est pas la folie 

12/08/2022, 09:06

Humungus

C'est moi ou l'affiche n'est vraiment pas folle cette année ?

12/08/2022, 07:10

Fred

Croisé une fois, ce mec est une sorte de connard fan de l'Action Française et nostalgique d'un temps révolu, dommage qu'il n'ait pas l'honnêteté d'en parler dans cet interview. Saoulant et gavant.

11/08/2022, 21:06