Non mais franchement, tout ça va aller jusqu’où ? On se le demande, la multiplicité des styles le confinant aujourd’hui aux pages de VPC d’un ancien catalogue Holy Records…J’ai conscience que les artistes ont besoin de se démarquer de la masse, mais étant déjà perdu au milieu d’une jungle de sous-genres, est-il encore nécessaire d’en rajouter histoire de semer un peu plus de bouts de pain nous menant dans une forêt de plus en plus inextricable ? Je ne vais certainement pas prendre la peine ici de recenser tous les sous-genres que notre bon vieil Heavy Metal est obligé de parrainer depuis ses débuts, mais avec l’émergence des SKELETOON, nous fêtons donc la naissance du Nerd Metal, sorte de Happy Metal concentré sur les aspects les plus geek de la génération X, ce qui ajoute une entrée de plus au dictionnaire de la rigolade qu’on prend toujours moins de plaisir à feuilleter. En substance, qu’est-ce-que le Nerd Metal, concrètement parlant ? Pas grand-chose de vraiment neuf, puisqu’il s’agit plus moins ou d’une entrée rattachée au Power Metal le plus mélodique, celui dont HELLOWEEN a défini les règles avec ses deux tomes de The Keeper of the Seven Keys, revu et corrigé 2019 avec une légère tendance à la nostalgie des années 80. En gros, un truc éminemment joyeux, ludique, très mélodique et bien sûr positif, ce qui nous éloigne des obsessions sociales et morbides de la plèbe extrême. Pas désagréable de constater que des musiciens savent encore s’amuser, et trouver leur salut autrement qu’en pointant du doigt les disparités, les inégalités et les injustices, et un peu de fun ne faisant de mal à personne, sachons réserver à ce troisième album de la bande italienne l’accueil qu’il mérite. SKELETOON plus concrètement est né en 2011 sous l’impulsion de Tomi Fooler, chanteur de son état, sur les cendres de JACK-O’-LANTERN, cover band de…HELLOWEEN, et actif entre 2007 et 2011. Pas étonnant dès lors de constater autant de similitudes entre les deux groupes, à tel point que les deux premiers efforts des italiens pouvaient facilement passer pour les tomes 3 et 4 de la saga du gardien des clés…

Car oui, ce groupe originaire d’Italie a déjà signé deux albums longue-durée, The Curse of the Avenger en 2016 et Ticking Clock en 2017, tous deux animés du même esprit ludique en vogue en Allemagne il y a trente ans. Aujourd’hui, leur périple continue, et prend même une nouvelle ampleur et proposant un concept nous enfonçant encore plus dans le passé, puisque le quintet (Mr. Tomi Fooler - chant, Giacomo "Jack" Stiaccini - basse, Henry "Sydoz" Sidoti - batterie, Andy "K" Cappellari - lead et Fabrizio "Fabro" Taricco - guitare rythmique) s’est attaché à nous décrire musicalement un film qui les a profondément marqué, ainsi que tous les enfants/adolescents des années 80, je veux bien sûr parler des Goonies de Richard Donner, produit par le golden boy de l’époque, Steven Spielberg. Tâche difficile s’il en est, puisque ce film d’aventure mettant en scène l’épopée d’un groupe de gamins d’Astoria, Oregon est devenu le symbole d’une décennie où tout était possible, et qu’il a laissé de profondes traces affectives dans nos mémoires. Comment dès lors retranscrire l’esprit d’aventure et de camaraderie de cette œuvre impérissable, sans tomber dans le piège de la musique lénifiante de puérilité ? Simple, en restant fidèle à une recette, et en l’adaptant au projet, sans renier son passé ni barrer complètement à gauche. Et après de multiples écoutes de ce They Never Say Die, je suis bien obligé d’admettre que les SKELETOON ont gagné sur tous les tableaux. Car leur troisième LP possède l’exubérance nécessaire à ce genre de délire, tout en maintenant un niveau de qualité extraordinaire dans la composition et l’exécution, se permettant même de toiser les plus grands achèvements du genre avec une modestie et une naïveté touchantes. Soyons clair, fan ou pas du style, il est impossible de résister à ce déferlement de joie et de puissance qu’est They Never Say Die. Plus qu’un simple album, il est un hymne à la joie et à la vie, une ode à l’amitié et à la fidélité, et une symphonie composée en l’honneur d’une jeunesse qui ne s’effacera jamais pourvu que l’esprit adulte lui laisse la place de respirer. Il transpire d’envie, d’euphorie, et fera même apprécier le style à tous les détracteurs arguant de son caractère abêtissant, préférant que le Heavy Metal reste cette musique de chaines et de clous destinée à un public viril avide de violence et de puissance. Sauf que la musique des italiens est virile, puissante, mais suffisamment mélodique et avenante pour ne pas passer pour un épouvantail pathétique faisant fuir des corbeaux de carton-pâte. Et vous pouvez me faire confiance, en détracteur habituel de l’optique, j’ai su faire preuve d’objectivité en parvenant à ce constat.  

Plus qu’un LP, c’est du bonheur en barre, du soleil en couplet et de l’été en refrain, et les cinq italiens ont parfaitement atteint leur but. Coller de près à la réalité factuelle du film qui les a inspirés, tout en y insufflant leur patte unique. En prenant leur distance avec le score de Dave Grusin et en collant à la réalité de leurs propres passions, les SKELETOON signent là une œuvre éminemment touchante, comme une photo qui revient à la vie, ou une réunion d’anciens amis, partageant des souvenirs autour d’une table, trinquant à l’émotion et au passé qui finalement, était une raison de vivre comme une autre. En s’inspirant de leur modèle de toujours, HELLOWEEN, mais en dopant leur créativité de puissance à la AVANTASIA, FREEDOM CALL et STRATOVARIUS, le quintet, malgré la tâche difficile nous a troussé une petite douzaine de morceaux imperfectibles, qui transpirent le bonheur et les harmonies. Pour ce faire, ils n’ont pas eu besoin d’aller chercher bien loin, se reposant sur leur talent individuel naturel, et leur capacité à trouver des mélodies qui virevoltent dans la tête avant d’atteindre le cœur en centre de cible, reproduisant les recettes qui avaient fait de leurs deux premières œuvres des succès artistiques, et multipliant leurs points forts par mille. Outre la voix toujours aussi impressionnante de Tomi Fooler qui défie les Mickael Kiske et autre Geoff Tate sur leur propre terrain lyrique (ses envolées suraiguës sont d’une précision incroyable à ce stade de technique vocale), c’est le boulot abattu par la paire de guitaristes qui laisse aussi béat d’admiration, tant leurs saccades harmoniques ridiculisent la concurrence. On atteint parfois la perfection la plus absolue dans le genre, à l’occasion du miraculeux « I Have The Key » qui parvient à enterrer des morceaux comme « Eagle Fly Free » de sa fougue et de son élan, mais en fait, les choses sont claires dès « Hoist Our Colors », qui en version médium et héroïque nous indique que le groupe n’a pas l’intention de jouer les seconds couteaux rigolos.

Accompagnés d’une armée de featuring plus ou moins prestigieux (Ivan Castelli, Alessandro Conti, Michelle Luppi, Morby, David Arredondo, Mark Basile, Melissa Bonny), SKELETOON passe en revue tous les impératifs, et transforme l’essai en victoire écrasante, retrouvant l’impulsion de Kai Hansen & co sur des extraits comme « The Truffle Shuffle Army: Bizardly Bizarre » plus efficace qu’une montée d’endorphine adolescente. Poussant même le bouchon jusqu’à s’offrir deux reprises menées tambour battant, une première évidente d’AVANTASIA, et la seconde moins facile de Miss Lauper, They Never Say Die est l’image sonore de ces objets qu’on retrouve des années après dans un tiroir de chambre d’enfance, ou la transposition la plus belle des films qui ont marqué nos jeunes années, et qu’on partage avec ses enfants une fois la maturité atteinte. Un family album que les générations se passeront comme un secret intime, et plus simplement, la preuve que lorsque le Hard Rock accepte d’assumer ses penchants les plus ludiques, il reste le style le plus euphorisant qui puisse exister.       


Titres de l'album :

                       1.Hell-o

                       2.Hoist Our Colors

                       3.The Truffle Shuffle Army: Bizardly Bizarre

                       4.To Leave A Land

                       5.They Never Say Die

                       6.Last Chance

                       7.I Have The Key

                       8.The Chain Master

                       9.When Legends Turn Real

                       10.Farewell (AVANTASIA cover)

                       11.Goonies R Good Enough (Cindy LAUPER cover)

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 06/05/2019 à 16:03
98 %    71

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)