Avant la tournée mondiale de Dead Can Dance (DCD pour la suite), Brendan Perry a calé une autre petite tournée européenne solo qui fait la part belle à la France. Cela peut se comprendre par le fait que depuis quelques années il s'est installé en Bretagne. La date de Toulouse était pratique (un samedi), à un prix plus qu'abordable, et coïncidait avec l'anniversaire du Metronum. Même si la tempête empêchait de profiter de la cour j'aime bien le confort de cette SMAC, au nord de la ville, proche dans l'esprit comme dans l'architecture de la Paloma de Nîmes et de toutes les salles construites ces dernières années dans des matières métalliques, entre le blanc et le jaune. Le déroulement de la soirée était donc spécial avec les sets de djs et autres performances de groupes locaux, Perry se retrouvait programmé inhabituellement tôt pour un musicien de cette envergure. J'avais donc bien fait de viser vraiment à l'heure ! L'affluence était bonne dans cette salle de capacité moyenne, c'était bien le moins qu'on pouvait attendre.

Comme les chaises et instruments déjà posés sur scène le suggéraient BRENDAN PERRY se présenta avec deux assistants pour un set assis. Ses deux comparses, à vrai dire, ne sont pas exactement des jambons : Richard Yale à la basse, technicien de tournée pour MetallicA ou Muse, collabore à DCD depuis la reformation. Astrid Williamson, musicienne Écossaise préposée aux claviers et tous autres instruments a derrière elle sa solide carrière en groupe ou solo où elle a pu croiser des gens comme John Cale, Bernard Sumner, Johnny Marr… et elle participe aussi à la réincarnation de DCD.

Certains concerts basculent dès les premières mesures et il en restera un bel exemple. Avec ce volume étonnamment fort pour qui n'aurait jamais vu DCD, tous les clichés du set acoustique volaient en éclats. La basse jouissait d'un large espace mais c'est surtout la voix, cette voix du maître à laquelle les vrais fans anciens sont autant attachés qu'à celle de Lisa, qui plaça le niveau très haut dès qu'elle se fit entendre. Elle n'a fait que se bonifier légèrement avec l'âge, sans rien perdre de sa puissance. Déjà que d'habitude DCD s'amuse à truffer ses sets de reprises ou de titres inédits là c'est bien simple, je n'ai presque rien reconnu ! Pourtant je crois connaître plutôt bien les deux albums de Perry comme bien entendu son groupe principal. Ainsi qu'il y fit allusion pour introduire un titre, il a un nouveau disque solo prêt et nous avons donc découvert en partie ce nouveau répertoire. C'est une sensation étrange de revoir une de ses idoles de longtemps n'offrir que des créations fraîches, d'autant plus qu'au début elles étaient dans la ligne de la Country Gothique de son premier disque, accompagnées à la Gibson par le boss au centre (qui en changeait à chaque titre), entre une basse imposante et des claviers restituant des effets sobres ou déjà connus chez son groupe principal, comme la harpe chinoise chère à sa partenaire historique.

Logiquement, Perry fit l'effort de communiquer exclusivement dans un français approximatif mais méritoire, qui relâchait l'ambiance un peu solennelle que dégage une telle musique. Le programme évolua vers quelques surprises tel ce titre totalement Latino en Portugais, celui plus intimiste où Astrid prit une aussi une guitare pour quelques notes réverbérées posant l'ambiance, ou le retour de la reprise de "Song to the Siren" de Tim Buckley, raccourcie mais bouleversante à vous dresser le pelage. Surtout, les titres originaux prenaient peu à peu une tournure plus épaisse, s'éloignant de la sobriété initiale pour se rapprocher des orchestrations amples de DCD ou de l'album "Ark". Demeure invariablement ce schéma de composition épurée très classique, sans facilités, qui caractérise toute son œuvre qu'il soit seul ou avec Lisa. Après avoir présenté ses compagnons, au moment où on se disait qu'il serait bon de recevoir ce nouvel album à venir pour revivre cette soirée, Yale abandonna sa basse et le trio embraya un "Severance" tiré du vieux répertoire classique de DCD sous les acclamations, mais servi débarrassé de sa texture néo-médiévale originelle, par cet accompagnement au piano synthétique. Cette recréation sagement iconoclaste acheva une heure de set franchement enchanteur.

Très rapidement le directeur de la salle prit la parole pour présenter le reste de la soirée, rendre hommage à son personnel technique mais aussi à Spatsz, tête pensante du mythique Kas Product qui venait de nous quitter subitement. Après diffusion de quelques extraits vidéos du passage du groupe Lorrain dans cette salle, la soirée reprit tranquillement.


Après cette parenthèse de poids, nos prochaines aventures nous éloigneront des chauves qui jouent assis pour des cheveux longs qui riffent le pied sur les retours…


par RBD le 06/02/2019 à 14:03
   192

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Lowest Creature

Sacrilegious Pain

Wretch

Man or Machine

Sabaton

The Great War

Pendulum Of Fortune

Return To Eden

Horndal

Remains

Protector

Summon the Hordes

Majesty

Legends

Dead Horse

Horsecore: An Unrelated Story That's Time Consuming

Затемно (zatemno)

В петле

Hollow Haze

Between Wild Landscapes and Deep Blue Seas

Nyss

Dépayser

Shit Life

Reign In Bud

Teleport

The Expansion

Alcotopia

It Hits the Spot

Pounder

••

Night Screamer

Dead of Night

No Sun Rises

Ascent/Decay

Vilest Breed

Live Fuck Die

Riot City

Burn the Night

Combichrist + Terrolokaust

RBD / 17/07/2019
Electro

Live-report - Impetuous Ritual / Ascended Dead / Scumslaught

Jus de cadavre / 14/07/2019
Death Metal

Napalm Death + A.C.O.D.

RBD / 12/07/2019
Black Metal Symphonique

Municipal Waste + Terror Shark + Dirty Wheels

RBD / 10/07/2019
Hardcore Metal

Live-report HELLFEST 2019 / Dimanche

Jus de cadavre / 07/07/2019
Hellfest Open Air

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

ce type de groupe n'a pas fini de nous plonger dans les abysses du ridicule


J'ai l'impression que le précédent était sorti avant-hier, ils tiennent le rythme ceux-là !


Aaaaaaahhh !!!
C'était le bon vieux temps tout de même hein…
(Vieux con speaking)


dégageait*


Kerry King + 1.
C'est vrai que leur show dégagé pas mal.
J'en ai été d'ailleurs le premier surpris sur le moment...


Je viens de me choper le Pantera. Que j'avais en fait déjà en bootleg sous le nom de "Black Tooth" !
Tant pis... un énorme live en tout cas ! Ultra bourrin !


Magique


ah ouais ? le pantera me fait bien envie aussi ! je l'ai qu'en bootleg degeu et pas complet...


Rien à voir, mais j'ai le Nailbomb en CD du Dynamo...


ce live est sortit ya quelques semaines deja ;) dans la meme serie il y a aussi le live de testament de la meme année.


ah le bon vieux groupe en carton


très mou


Oui, belle pochette !! :)


Je n'aurais jamais cru qu'un jour un groupe ose s'arroger ce nom sacré...


Voilà la meilleure pochette de tous les temps !!


Mou ?!!! Euh...


Un autre groupe qui a tout démonté sur ce Hellfest c'est Anthrax !

Bordel encore furieux ça vieillit pas, putain de patate.

https://www.youtube.com/watch?v=pHKTjsYlNh0


+ 1 bordel !!!
(Comme souvent avec Sieur Jus de cadavre...)


Indifférence générale !


Meilleur concert du Hell, un groupe fou ! J'aimerais vraiment les voir dans une petite salle chauffée à blanc... ça doit faire encore plus mal !