Our Time on Earth

Compass

24/04/2020

Escape Music

Depuis 1994, Steve Newman, musicien et compositeur anglais, régale les amateurs de Hard-FM et d’AOR de ses compositions délicates et mélodiques au sein de son combo NEWMAN. Douze albums se sont succédé depuis l’éponyme Newman, publié en 1997, et la renommée de l’artiste n’est donc plus à faire depuis longtemps, et pourtant, Steve sentait qu’il pouvait élargir ses horizons. C’est ainsi qu’il a décidé de créer un projet parallèle, sans se servir de son propre nom cette fois-ci, pour jouer une musique fidèle à ses principes, mais un peu plus technique et précieuse que son parcours d’origine. Pour cela, il s’est entouré de musiciens partageant sa vision, et a monté de toutes pièces COMPASS, qui lui permet de mettre le cap sur de nouvelles aventures. Nous retrouvons donc le guitariste, claviériste et compositeur flanqué d’une nouvelle section rythmique (Dave Bartlett à la basse et Toni Lakush à la batterie), mais aussi d’un nouveau chanteur assez méconnu (Ben Green), Steve ayant décidé une fois n’est pas coutume de se concentrer sur l’instrumentation. Qu’attendre dès lors de ce nouveau concept manigancé par un vieux loup de mer de la scène harmonique mondiale qu’il n’ait pas déjà tenté dans ses groupes antérieurs ? Une surprise en soi, puisque le musicien s’est cette fois-ci surpassé, prouvant à son public qu’il domine tous les sujets et maîtrise tous les genres. Et c’est donc dans le créneau risqué du Hard progressif que nous retrouvons notre ami, qui est allé puiser de quoi étendre son champ d’activité sans trahir ses dogmes d’origine. Parrainé par le célèbre label Espace Music, Our Time on Earth n’est rien de moins que le plus bel écrin pour le talent d’un home qui décidément n’aura de cesse de nous surprendre de sa créativité et de sa productivité, ce premier LP faisant suite à un douzième album de NEWMAN publié un peu plus tôt dans l’année. Difficile de se dire que ces deux albums impeccables sont l’œuvre d’un seul homme dans la même année, tant ils flirtent tous les deux avec une perfection mélodique dont peu de groupes peuvent se targuer d’atteindre la beauté.

Huit morceaux pour une heure de musique, l’anglais a respecté les canons du genre, mais ne s’est pas contenté de nous assommer de longues digressions stériles. On pourrait à la rigueur concevoir COMPASS comme une extension de NEWMAN avec des aspirations plus ambitieuses, et une façon de traiter le Progressif comme un genre populaire qui n’oublie pas de séduire les auditeurs avant de chercher à les impressionner. Bourré de technique, Our Time on Earth n’est pas un simple démarquage présent sur des théories passées, mais un album aussi à l’aise dans son époque qu’il n’est hors du temps. Flirtant parfois avec le Power Rock, parfois avec la Pop, souvent en union civile avec le Rock, il développe de vraies chansons qui sans ce timing allongé pourraient passer pour des morceaux simples et directs d’un Heavy Rock des nineties. Steve a d’ailleurs pris grand soin de ne prendre personne en traître en plaçant en ouverture deux des trois morceaux les plus longs de son œuvre, et c’est avec « Skies On Fire » qu’il nous accueille à bras grands ouverts. Sans prendre la peine de dispenser une intro, Steve nous rassure d’une production claire aux proportions humaines qui ne cherche pas à étouffer l’auditeur, et c’est avec une guitare claire et un synthé discret qu’il entame les non-hostilités. On comprend en quelques secondes les aspirations de différence du musicien qui s’éloigne de la facilité de ses tics habituels, et l’ambiance très DREAM THEATER simplifiée nous enchante. La voix pure et posée de Ben Green n’en fait pas trop, et se contente d’illustrer les superbes mélodies sans abuser d’aigus ou d’un vibrato déplacé. S’adressant à la frange métallique des amateurs de SAGA, IT BITES, ARENA et même PINK FLOYD, COMPASS joue le Progressif accessible et populaire, et signe de véritables petites pépites mélodiques, certes alambiquées, mais modernes et compréhensibles par les néophytes. L’ensemble respire la cohésion et le plaisir de jouer, et on succombe assez vite aux charmes de ce Rock dense, aux riffs polis mais fermes, et aux nombreux soli stellaires qui nous envoient dans les étoiles. Assez proches du DT de Falling into Infinity, mais aussi du NEWMAN le plus touffu, « Skies On Fire » est une entrée en matière qui n’est pas sans rappeler le génie harmonique d’un Robby VALENTINE, avec cette adaptation AOR des standards progressifs.

« Our Time On Earth Part 1 » prend vite la relève avec ses neuf minutes bien tassées, et aménage une longue intro de claviers, avant de trépider d’un up tempo moderne et élastique. On comprend assez bien que le compositeur a voulu transposer le vocable seventies dans une traduction contemporaine, et la richesse des arrangements coule comme du miel dans les oreilles. Dès lors, on se prend à rêver d’une nouvelle mouture d’AOR progressif, mais la guitare du maître est un peu trop agressive pour se contenter de cette appellation. Sans trahir son amour des refrains fédérateurs et contagieux, Steve propose des digressions logiques et enchanteresses, et le temps passe si vite qu’on se demande même si le compositeur n’a pas le pouvoir de le dilater pour transformer les minutes en secondes. N’abusant pas des travers habituels du créneau, le compositeur refuse de tomber dans le piège de la redite complexe et rédhibitoire, et nous offre de véritables moments de bonheur musical, fidèle à sa philosophie populaire. « Caught In A Frame » se permet même des accélérations symptomatiques d’un Power Metal light, avec une violence instrumentale toujours nuancée par les mélodies subtiles et pures. Produit de son temps, Our Time on Earth est plus qu’un simple caprice ou un projet annexe comblant les vides entre deux albums d’un projet principal. C’est une véritable perle qui montre un autre visage d’un musicien talentueux et versatile, mais cohérent dans sa démarche. Certes, les petites prouesses techniques sont nombreuses, mais toujours dissimulées sous une épaisse couche d’humilité, comme le démontre le très syncopé « Neon » à la basse frappée et aux couplets diaboliquement séduisants. Avec des refrains qui nous envolent, des nappes vocales qui se superposent comme de la poussière d’étoile sur une nuit magnifique, COMPASS dépasse le cadre strict du Progressif tel qu’on le connaît depuis les années 70, cédant aux plaisirs de la subtilité, mais toujours avec énergie et entrain, et cet irrésistible beat jumpy qui respire la joie de vivre.

Si parfois l’ambiance s’assombrit quelques peu pour se rappeler du Hard FM mélancolique des années 80 (« Another Life Suicide »), l’aventure nous réserve un long passage initiatique, sous la forme d’une suite de dix minutes, « A Warning From History ». On pense à RUSH bien sûr, mais aussi à IQ, MARILLION, et tous ceux ayant en leur temps construit des ponts entre le Rock, la Pop, le Classique et le Hard-Rock. L’album se termine par une dernière preuve d’amour, avec le sublime « Our Time On Earth Part 2 », gorgé d’harmonies, de claviers brillants et de guitares effectives. COMPASS prouve ainsi que le talent d’un seul homme ne peut pas toujours s’exprimer au travers d’un vecteur unique, et qu’il a parfois besoin d’explorer d’autres espaces, plus vastes, pour montrer son visage complet.                   

 

Titres de l’album :

                        01. Skies On Fire

                        02. Our Time On Earth Part 1

                        03. Caught In A Frame

                        04. Neon

                        05. The Preacher And The Pigeon Feeder

                        06. Another Life Suicide

                        07. A Warning From History

                        08. Our Time On Earth Part 2


par mortne2001 le 24/11/2020 à 17:58
90 %    62

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Bones

Très beau message. Mais si le tissu économique et culturel d'un pays peut-être sacrifié au nom de l'incurie à avoir su prévoir/gérer une pandémie, ce ne sont pas les soubresauts d'un festival, qui plus est de Metal, qui vont fa(...)

18/01/2021, 22:45

KaneIsBack

TL; DR

18/01/2021, 20:14

Gargan

j'ai lu "grand raoult musical". 

18/01/2021, 20:13

Simony

Oui c'est le genre de missive qui ne sert à rien. Après ils se battent pour leur job, c'est très bien mais il n'y aura rien en 2021 et même 2022 est trèèèèès hypothétique. Il faut bien comprendre que ça va (...)

18/01/2021, 18:35

metalrunner

Du vent tout ca le résultat sera clair rien nada nothing peau de zob avec une lettre ou mille;

18/01/2021, 18:27

Jus de cadavre

Clair et précis, c'est bien. Même si la ministre (ni même personne en fait) ne sera capable de répondre quoique ce soit d'utile pour le moment hélas...

18/01/2021, 18:16

Gargan

Il va être dans les listes des meilleurs albums 2021 celui-ci haha ! Le sieur Helwin aux fûts, soit dit en passant.

18/01/2021, 09:53

LeMoustre

Sympa, cette vidéo ! D'ailleurs je recommande la compile de Asshole, très complète et d'un bon niveau. Plein d'anecdotes justes comme celle sur la Fnac, par exemple. 

18/01/2021, 09:06

Bones

Vidéo très sympathique et intéressante ! Dans la bande son des années lycée, ce CYTTOYLP.  Je me vois encore trimbaler ma grosse malette de matos d'arts plastiques dans les transports en commun, sur laquelle j'avais reproduit au feutre(...)

17/01/2021, 22:07

Simony

Excellente vidéo comme d'habitude. Avec les documents d'époque, on replonge encore plus au cœur de la bête.

17/01/2021, 18:43

yaccio

bof aussi plat que d'hab'

16/01/2021, 21:13

RBD

Excellente découverte, d'un mid-tempo lourd qui fait penser aux vieux Death, à Morgoth, à Massacre et à toute la vieille Floride en général et à toutes références de Death Metal un peu lent mais inexorable. Un début de ce (...)

16/01/2021, 19:16

Meuleu

Excellent, The Crown comme je l'aime !

16/01/2021, 17:40

Jus de cadavre

Superbe artwork en tout cas !

16/01/2021, 12:43

Seb

Jle trouve vraiment cool ce morceau.Ca fait un bout de temps que j'avais entendu un morceau aussi bon de leur part !

15/01/2021, 18:24

Moshimosher

Bon, ben, là, ça me fait carrément envie !!! A défaut de la fève, je veux bien la couronne !

15/01/2021, 17:18

Humungus

THE STRUTS ???Mortne2001...WTF ???

15/01/2021, 11:53

Humungus

Mais qu'est-ce que c'est que cette pochette putain ???

15/01/2021, 11:50

Gargan

J'attendais de voir ce nom passer. Totalement adhéré à l'ambiance qui s'en dégage (belles lignes de basse qui plus est), achat direct. kling !

15/01/2021, 08:23

Buck Dancer

100% d'accord avec la chro et Jus de cadavre ! Dans mon top 5 de l'année 2020. Du death metal qui se veut transgressif et repoussant, comme à la grande époque. Et moi, ça me mets en joie... 

15/01/2021, 00:16