Après avoir regardé le dernier épisode de The Walking Dead, vous voilà exsangue, et sombrant dans la déprime et l’ennui.

Que faire après un tel moment de déchirement et de suspens méchamment stressant ? Il convient de trouver une occupation qui vous change les idées et qui vous embrume le cerveau, vous permettant d’oublier pendant quelques instants les larmes et la sueur versées.

Deux solutions s’offrent à vous pour noyer l’activité de vos neurones dans un dédale d’informations propre à une introspection pas si cathartique que ça.

Retrouver un vieux bottin de la Seine St Denis et l’apprendre par cœur, ou bien…

Ou bien aller sur metal-archives.com et lire la discographie complète des Belges d’AGATHOCLES, histoire de vous occuper un bon moment.

On sait les groupes de Grind prolifiques, mais je crois qu’avec ces compatriotes de Jacques Brel, on tient le pompon de l’hyperactivité. Peut-être est-ce dû à cette appellation « Mince Core » à laquelle ils tiennent tant, mais qui pourtant n’écrème pas vraiment leur appétit de productions, et ne rend pas le volume de leur galettes plus digeste pour autant.

Et pour vous démontrer le niveau de démence des mecs, sachez que depuis la sortie de ce LP, ils ont encore trouvé le moyen de publier deux splits, l’un avec BEER BELLY, et l’autre avec MONEY HATER. Affolant non ?

Oui, comme la brutalité joyeuse de leur bordel, et le tracklisting de chacun de leurs pamphlets.

Bon après, Mince, Grind, on ne va pas non plus tomber dans l’opulence de détails puisque de toute façon, la frontière entre les deux styles est trop mince pour être vraiment distinguée. Admettons que l’outrance dont font preuve nos amis Belges est un poil plus démente et intense que celles de leurs collègues, et que chacun de leurs albums est un long délire, un genre de culte dédié aux blasts, au Crust sombre, et au Powerviolence d’outre-tombe. On connaît déjà leur parcours par cœur, on ne va pas revenir dessus, mis à part pour dire que Grind is Protest, Mincer ou Theatric Symbolisation of Life furent des étapes cruciales dans le développement de l’extrême Européen.

Et que Commence To Mince se situe dans leur droite lignée, avec sans doute quelques pics d’intensité savoureux, et quelques rares moments d’accalmie pas vraiment rassurants en l’état.

Il est toujours très ardu de chroniquer un album de Mince contenant trente-quatre titres pour trente-trois minutes de bruit, parce qu’au final, on risque la répétition, et l’accumulation de formules à l’emporte-pièce qui ne veulent pas dire grand-chose. Mais après tout, c’est notre boulot, et il faut avouer que sur ce coup-là, le trio infernal nous a au moins réservé quelques aménagements propices à des digressions plus ou moins fertiles.

Phrase alambiquée et purement gratuite pour souligner des instants plus calmes ou intenses que la moyenne, comme ce rigolard « Orgulho Americano », qui sonne comme un gros hymne Punk mélodique avec ses soli de guitare primaires et infantiles.

Riff joyeux, et tempo médium chaleureux avant une subtile envolée qui rappelle la vague Punk US et Suédoise des MILLENCOLIN et autres NO FX.

Mais sinon, nous avons aussi droit à de jolies tentatives Crust qui paient leur tribut à DISCHARGE (« Wasted Words »), à des machins glauques et poisseux qui laissent des traces sur les doigts (« I Piss as Defence » qui finit quand même par s’affoler dans des blasts dégénérés et des arrangements vocaux possédés. Limite Death Crust quand même, et plutôt efficace), et à des envolées un peu biscornues, à mi-chemin entre un Hardcore sale un peu Indus et un Thrash rural à la AGRESSIVE AGRICULTOR («Anarchist Spectrum Disorder »).

Mais pas de soucis à avoir, la majorité de l’album n’est que Grind, Mince N’Crust, et la folie ambiante est au moins égale à l’intensité qu’on put produire ces trois tarés depuis le début de leur carrière. Dopés par une production bien grasse et épaisse, mais étonnement claire, les trois Belges nous balancent leurs meilleures vannes depuis longtemps, et n’hésitent même plus à faire durer le plaisir, puisqu’ils parviennent quand même à nous caser un glaviot énorme dans la gueule sous la forme d’un intermède Anarcho-Punk de toute « beauté » (« The Only Honesty », un peu NAPALM, un peu CRASS, et surtout, très glauque MAIS entraînant grâce à son riff bien catchy et son mid tempo rentre-dedans).

Sinon ?

Des blagues courtes qui sont les meilleures (« (sh)Out », treize secondes, « Chinese End », six secondes), des intros aussi longues que le thème principal (« Snobhunt », « Thanks Man ! »), et puis tout ce qui a fait la trademark de ce groupe d’allumés qui décidemment n’est pas prêt de raccrocher les gants pour retourner chez maman.

En dehors de tout ça, Commence To Mince est un excellent album de Grind/Mincecore, tels qu’on les aime, intelligemment agencé, drôle quand il le faut et sérieux mais pas trop, et proposant un bel équilibre entre stabilité Grind et coups de folie Mince.

En résumé, du AGATHOCLES, cuvée 2016, à boire cul sec avant la prochaine récolte qui ne devrait pas tarder, sous la forme d’un split forcément, puisque rien que lors des vendanges 2014, ils en ont produit vingt-cinq tonneaux.

 Quand le vin est tiré il faut le boire, et quand le Grind est émincé, il faut l’avoir. Et puis après avoir regardé Negan jouer de la batte et sourire sadiquement à la douleur de Rick et des siens, un chien vaut mieux que deux tu crèveras, et un nouvel AGATHOCLES en vaut bien trois.


Site officiel


par mortne2001 le 02/11/2016 à 17:05
75 %    554

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Franz van Steenbergen
@109.128.105.150
11/11/2016 à 18:17:31
Vous pouvez aussi voir le video pendant les sessions d'enrégistrement au Soundshapestudio...
https://www.youtube.com/watch?v=5hlYWfhdYTI

Ajouter un commentaire


Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Thanks \,,/ good news


Je ne sais pas si le groupe a été créé de toute pièce, mais je l'ai découvert lors du Clermont metal fest et c'était très très bien . Ca joue très bien et le chant est au top niveau avec quelques poussées très graves. Ok elles sont charmantes et ce n'est pas déplaisant mais leur jeu es(...)


Putain, mais c'est encore plus merdique qu'avant. Ou comment progresser dans la médiocrité.


ce qu'il ne faut pas lire comme âneries ici...


Je rejoins aussi ton avis, me souviens encore de leurs débuts, c.était même pour ma part difficile d'avaler un album au complet d'une esti shot. Conqueror aussi dans le même chariot.


Pas mal du tout ça !
La production est excellente, très organique, proche d'une captation live mais restant fine et précise ! Ca promet.


L'artwork est l’œuvre d'un certain Jibus


Intéressant, on pourrait savoir qui a fait l'artwork? il est magnifique et je trouve dommage que les crédits des artistes ne soient que rarement mentionnés alors que c'est eux qui fournissent le contenu.


Tu nous feras deux pater et trois avé en pénitence.


J'avoue avoir utilisé la désignation d'Encyclopaedia Metallum sans chercher à vérifier tellement j'ai confiance en ce qui y est mis habituellement.


Dimmu Borgir en PLS ! Impressionnantes les orchestrations, et pourtant je ne suis vraiment pas client de Black sympho !


J'aime toujours Revenge, mais je trouve que le groupe a sacrément perdu de son aura malsaine et dérangeante aujourd'hui... Trop d'albums et surtout trop de live selon moi, ça perd en "mystère"... Après c'est toujours bien bestial et nihiliste comme on aime, mais bon. Enfin ce n'est que mon avis(...)


Effectivement pire mascotte de tous les temps.
Elle porte un nom je crois d'ailleurs mais je ne sais plus lequel...


Bien plus Grunge que Sludge Doom ce truc...


Excellent groupe, avec un son en avance, des putains de riffs et la plus horrible mascotte qui soit.


pas le 27 Avril mais c est le 17 Avril voir site;
https://wickedmetalreview.wixsite.com/wickedmetalreview/post/reptilium-adrenochromacy?fbclid=IwAR3mQiBqH-HFePj2K1w3WrzchVjL2mABPa-drsZ2slIrmbxKotYt1qe3r6g


Ah, effectivement : la pochette est terrible !!


merci pour ton report
Je n'ai pas pû me déplacer pour cette affiche monstrueuse, ce qui rend la lecture douce et cruelle à la fois.


Un produit plastique crée de toutes pièces, sasns identité ni âme. Merci Nuclear Blast de cracher sur le patrimoine.


Seul le premier album était excellent, les 2 autres dont celui-ci de moins en moins bons.