Après avoir regardé le dernier épisode de The Walking Dead, vous voilà exsangue, et sombrant dans la déprime et l’ennui.

Que faire après un tel moment de déchirement et de suspens méchamment stressant ? Il convient de trouver une occupation qui vous change les idées et qui vous embrume le cerveau, vous permettant d’oublier pendant quelques instants les larmes et la sueur versées.

Deux solutions s’offrent à vous pour noyer l’activité de vos neurones dans un dédale d’informations propre à une introspection pas si cathartique que ça.

Retrouver un vieux bottin de la Seine St Denis et l’apprendre par cœur, ou bien…

Ou bien aller sur metal-archives.com et lire la discographie complète des Belges d’AGATHOCLES, histoire de vous occuper un bon moment.

On sait les groupes de Grind prolifiques, mais je crois qu’avec ces compatriotes de Jacques Brel, on tient le pompon de l’hyperactivité. Peut-être est-ce dû à cette appellation « Mince Core » à laquelle ils tiennent tant, mais qui pourtant n’écrème pas vraiment leur appétit de productions, et ne rend pas le volume de leur galettes plus digeste pour autant.

Et pour vous démontrer le niveau de démence des mecs, sachez que depuis la sortie de ce LP, ils ont encore trouvé le moyen de publier deux splits, l’un avec BEER BELLY, et l’autre avec MONEY HATER. Affolant non ?

Oui, comme la brutalité joyeuse de leur bordel, et le tracklisting de chacun de leurs pamphlets.

Bon après, Mince, Grind, on ne va pas non plus tomber dans l’opulence de détails puisque de toute façon, la frontière entre les deux styles est trop mince pour être vraiment distinguée. Admettons que l’outrance dont font preuve nos amis Belges est un poil plus démente et intense que celles de leurs collègues, et que chacun de leurs albums est un long délire, un genre de culte dédié aux blasts, au Crust sombre, et au Powerviolence d’outre-tombe. On connaît déjà leur parcours par cœur, on ne va pas revenir dessus, mis à part pour dire que Grind is Protest, Mincer ou Theatric Symbolisation of Life furent des étapes cruciales dans le développement de l’extrême Européen.

Et que Commence To Mince se situe dans leur droite lignée, avec sans doute quelques pics d’intensité savoureux, et quelques rares moments d’accalmie pas vraiment rassurants en l’état.

Il est toujours très ardu de chroniquer un album de Mince contenant trente-quatre titres pour trente-trois minutes de bruit, parce qu’au final, on risque la répétition, et l’accumulation de formules à l’emporte-pièce qui ne veulent pas dire grand-chose. Mais après tout, c’est notre boulot, et il faut avouer que sur ce coup-là, le trio infernal nous a au moins réservé quelques aménagements propices à des digressions plus ou moins fertiles.

Phrase alambiquée et purement gratuite pour souligner des instants plus calmes ou intenses que la moyenne, comme ce rigolard « Orgulho Americano », qui sonne comme un gros hymne Punk mélodique avec ses soli de guitare primaires et infantiles.

Riff joyeux, et tempo médium chaleureux avant une subtile envolée qui rappelle la vague Punk US et Suédoise des MILLENCOLIN et autres NO FX.

Mais sinon, nous avons aussi droit à de jolies tentatives Crust qui paient leur tribut à DISCHARGE (« Wasted Words »), à des machins glauques et poisseux qui laissent des traces sur les doigts (« I Piss as Defence » qui finit quand même par s’affoler dans des blasts dégénérés et des arrangements vocaux possédés. Limite Death Crust quand même, et plutôt efficace), et à des envolées un peu biscornues, à mi-chemin entre un Hardcore sale un peu Indus et un Thrash rural à la AGRESSIVE AGRICULTOR («Anarchist Spectrum Disorder »).

Mais pas de soucis à avoir, la majorité de l’album n’est que Grind, Mince N’Crust, et la folie ambiante est au moins égale à l’intensité qu’on put produire ces trois tarés depuis le début de leur carrière. Dopés par une production bien grasse et épaisse, mais étonnement claire, les trois Belges nous balancent leurs meilleures vannes depuis longtemps, et n’hésitent même plus à faire durer le plaisir, puisqu’ils parviennent quand même à nous caser un glaviot énorme dans la gueule sous la forme d’un intermède Anarcho-Punk de toute « beauté » (« The Only Honesty », un peu NAPALM, un peu CRASS, et surtout, très glauque MAIS entraînant grâce à son riff bien catchy et son mid tempo rentre-dedans).

Sinon ?

Des blagues courtes qui sont les meilleures (« (sh)Out », treize secondes, « Chinese End », six secondes), des intros aussi longues que le thème principal (« Snobhunt », « Thanks Man ! »), et puis tout ce qui a fait la trademark de ce groupe d’allumés qui décidemment n’est pas prêt de raccrocher les gants pour retourner chez maman.

En dehors de tout ça, Commence To Mince est un excellent album de Grind/Mincecore, tels qu’on les aime, intelligemment agencé, drôle quand il le faut et sérieux mais pas trop, et proposant un bel équilibre entre stabilité Grind et coups de folie Mince.

En résumé, du AGATHOCLES, cuvée 2016, à boire cul sec avant la prochaine récolte qui ne devrait pas tarder, sous la forme d’un split forcément, puisque rien que lors des vendanges 2014, ils en ont produit vingt-cinq tonneaux.

 Quand le vin est tiré il faut le boire, et quand le Grind est émincé, il faut l’avoir. Et puis après avoir regardé Negan jouer de la batte et sourire sadiquement à la douleur de Rick et des siens, un chien vaut mieux que deux tu crèveras, et un nouvel AGATHOCLES en vaut bien trois.


Site officiel


par mortne2001 le 02/11/2016 à 17:05
75 %    446

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Franz van Steenbergen
@109.128.105.150
11/11/2016 à 18:17:31
Vous pouvez aussi voir le video pendant les sessions d'enrégistrement au Soundshapestudio...
https://www.youtube.com/watch?v=5hlYWfhdYTI

Ajouter un commentaire


Midnight Priest

Aggressive Hauntings

Mortals' Path

Feast of Maggots

Lowest Creature

Sacrilegious Pain

Wretch

Man or Machine

Sabaton

The Great War

Pendulum Of Fortune

Return To Eden

Horndal

Remains

Protector

Summon the Hordes

Majesty

Legends

Dead Horse

Horsecore: An Unrelated Story That's Time Consuming

Затемно (zatemno)

В петле

Hollow Haze

Between Wild Landscapes and Deep Blue Seas

Nyss

Dépayser

Shit Life

Reign In Bud

Teleport

The Expansion

Alcotopia

It Hits the Spot

Pounder

••

Night Screamer

Dead of Night

No Sun Rises

Ascent/Decay

Combichrist + Terrolokaust

RBD / 17/07/2019
Electro

Live-report - Impetuous Ritual / Ascended Dead / Scumslaught

Jus de cadavre / 14/07/2019
Death Metal

Napalm Death + A.C.O.D.

RBD / 12/07/2019
Black Metal Symphonique

Municipal Waste + Terror Shark + Dirty Wheels

RBD / 10/07/2019
Hardcore Metal

Live-report HELLFEST 2019 / Dimanche

Jus de cadavre / 07/07/2019
Hellfest Open Air

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

ce type de groupe n'a pas fini de nous plonger dans les abysses du ridicule


J'ai l'impression que le précédent était sorti avant-hier, ils tiennent le rythme ceux-là !


Aaaaaaahhh !!!
C'était le bon vieux temps tout de même hein…
(Vieux con speaking)


dégageait*


Kerry King + 1.
C'est vrai que leur show dégagé pas mal.
J'en ai été d'ailleurs le premier surpris sur le moment...


Je viens de me choper le Pantera. Que j'avais en fait déjà en bootleg sous le nom de "Black Tooth" !
Tant pis... un énorme live en tout cas ! Ultra bourrin !


Magique


ah ouais ? le pantera me fait bien envie aussi ! je l'ai qu'en bootleg degeu et pas complet...


Rien à voir, mais j'ai le Nailbomb en CD du Dynamo...


ce live est sortit ya quelques semaines deja ;) dans la meme serie il y a aussi le live de testament de la meme année.


ah le bon vieux groupe en carton


très mou


Oui, belle pochette !! :)


Je n'aurais jamais cru qu'un jour un groupe ose s'arroger ce nom sacré...


Voilà la meilleure pochette de tous les temps !!


Mou ?!!! Euh...


Un autre groupe qui a tout démonté sur ce Hellfest c'est Anthrax !

Bordel encore furieux ça vieillit pas, putain de patate.

https://www.youtube.com/watch?v=pHKTjsYlNh0


+ 1 bordel !!!
(Comme souvent avec Sieur Jus de cadavre...)


Indifférence générale !


Meilleur concert du Hell, un groupe fou ! J'aimerais vraiment les voir dans une petite salle chauffée à blanc... ça doit faire encore plus mal !