Heads Have Got To Rock'n'Roll

Magick Touch

26/06/2020

Edged Circle Productions

Je me délectais hier soir de l’excellent film Eurovision Song Contest - The Story of Fire Saga, reproduisant à merveille tout le clinquant et le kitsch de cette compétition, et mon imagination vagabondait. Revoyant les images d’un LORDI triomphant, je me disais en mon for intérieur que si les suédois, les norvégiens, les finlandais et les islandais se décidaient à envoyer la même année leurs compétiteurs Hard-Rock les plus affirmés, la compétition tournerait au massacre tant ces pays nordiques ont affirmé leur suprématie sur la nostalgie ces dernières années. Ces hordes mélodiques ont débarqué sur les côtes mondiales comme des Vikings venant tout piller sur leur passage, et il semblerait qu’aucune armée mélodique ne soit capable d’arrêter leur avancée, ni même de la ralentir. Cela dit, le choix des suédois quant à leur concurrent serait difficile et opter pour GHOST, NIGHT FLIGHT ORCHESTRA ou ROYAL REPUBLIC serait un dilemme incroyablement difficile, mais les norvégiens auraient quant à eux une évidence trop claire pour être niée. En effet, avec la présence de MAGICK TOUCH sur la scène de ce concours un peu désuet mais toujours aussi fédérateur, l’affrontement aurait des allures de bataille gagnée d’avance. Car à l’image sonore de leurs homologues, ces musiciens passionnés par les années 80 n’ont pas leurs instruments dans la poche ni la mélodie dans le placard, et au moment de négocier le virage de leur troisième album, ces pilotes de la nostalgie old-school n’ont pas ralenti le rythme et opté pour une vitesse de croisière plus raisonnable. Toutefois, la pochette de Heads Have Got To Rock'n'Roll peut tromper, et faire croire à un Heavy Metal passéiste, fortement influencé par la NWOBHM, alors que ce nouvel album n’est rien de plus qu’un nouveau concentré de Hard-Pop comme seuls les habitants du froid peuvent les concevoir. Et sans surprise, cette nouvelle livraison est une nouvelle réussite à mettre au compte d’une partie du monde qui ne vit plus musicalement que pour le souvenir.

Stricto-sensu, ce nouveau LP n’est pas vraiment du Rock N’Roll, sauf quand il en adopte les tournures bluesy sur « Ready for the Quake ». On sent à ce moment-là que les musiciens ont bien compris que pour appréhender le Hard le plus commercial et abordable, il faut en comprendre ses racines bluesy. Mais c’est surtout la Pop qui intéresse ces lascars, une Pop durcie, clairement influencée par les maîtres du genre THIN LIZZY, qui eux aussi parvenaient à jouer dur sans renoncer à la souplesse des harmonies. Même rythmique souple et ronde, même chant un peu soft qui met en valeur les idées les plus caressantes, même facilité à pondre des hymnes sans avoir à débattre de questions de crédibilité. Et après Electrik Sorcery en 2016 puis Blades, Chains, Whips & Fire en 2018, les MAGICK TOUCH n’ont eu besoin que de deux années pour continuer d’écrire leur légende, en proposant à leurs fans exactement ce qu’ils avaient envie d’entendre : un album ancré dans un passé que tout le monde semble regretter, et qui aligne les tubes comme un juke-box tombé du paradis, et calé sur des singles que tout le monde reprend en chœur. Evidemment, rien de surprenant per rapport aux deux premiers albums de la bande, toujours la même facilité à pondre des hymnes comme une poule surproductive, toujours la même capacité à agencer leurs morceaux pour les rendre inédits alors qu’ils ne sont que des modulations sur des thèmes anciens, et toujours cette aisance déconcertante à singer les tics de THIN LIZZY dans un contexte plus malléable. Ainsi, difficile de croire que « Bad Decisions » n’a pas été composé par Phil Lynott pour les 220 VOLT, ou que « (This isn't) Your First Rodeo » n’a pas été prêté par SAXON pour que les NIGHT FLIGHT ORCHESTRA prennent leur pied un samedi soir. Le son, toujours aussi cool nous entraîne sur une route imaginaire aplatie entre la Norvège et la Californie, en passant par l’Angleterre du renouveau Heavy Metal de l’orée des eighties, l’autoradio à fond la caisse pour laisser les cheveux planer dans le vent sous le regard hagard des piétons contaminés par l’euphorie absolue de ce fameux « (This isn't) Your First Rodeo », sorte de « Dallas 1PM » pour une génération n’ayant pas connu le big-bang à temps.

Dix titres, quarante-trois minutes, l’effort est une fois de plus mesuré, mais comparé à ses homologues directs, MAGICK TOUCH se permet une diversité dont HAUNT ne peut que rêver. Chaque chanson semble aborder une fissure temporelle différente, faisant allusion à l’euphorie de seventies encore libres, ou à la radiophonie des années 80, lorsque le Billboard cherchait à tout prix le meilleur compromis entre l’énergie et la séduction (« Watchman's Requiem »). Plus qu’un simple troisième album, Heads Have Got To Rock'n'Roll est une tentative d’évasion d’un monde trop morne, mais qui se satisfait très bien d’avoir encore AC/DC et ses disciples pour supporter la routine (« To the Limit »). En écoutant ces titres qui défilent, on pense au KIX de Cool Kids transposé dans le froid d’un hiver norvégien, et cherchant par tous les moyens à se réchauffer dans un bar du vendredi soir. Loin de répéter des recettes déjà énoncées sur les deux albums précédents en changeant juste un ou deux ingrédients, les trois acolytes (Bård Heavy Nordvik, HK Rein, Christer Ottesen) poussent la passion dans ses derniers retranchements, et sonnent parfois plus cru d’un Hard qui ne se dilue pas, et lâchent un furieux « Love is a Heart Disease » d’une voix rauque et d’une guitare conquérante. Ce qui est merveilleux et sidérant à la fois, c’est que ce genre de disque se permet une perfection que peu d’artistes peuvent atteindre, surtout après quelques années de carrière. Il sonne aussi frais qu’aux débuts du groupe, et pourtant d’une maturité rare. La seule ballade de l’album est d’une émotion palpable, mais évite la niaiserie d’une copie-carbone de bluette pour bande-originale prévisible (« Phantom Friend »). Certes, je le reconnais ; le trio partage pas mal de points communs avec ses voisins, cette façon d’adoucir le son pour ne pas le rendre trop abrupt, ces concessions permettant d’intéresser un public hermétique au Hard Rock, et cette capacité à vampiriser tous les genres pour en créer un presque nouveau. Mais il y a chez les MAGICK TOUCH quelque chose de plus que chez les autres, une absence de concession linéaire, un refus des gimmicks trop faciles, et surtout, pas de synthé partout pour rendre les choses plus glissantes.

Le lubrifiant ici est le Rock, rien d’autre. Un Rock moyennement dur et agressif, un Rock qui accepte la brillance des néons eighties (« Daggers Dance »), un Rock qui peut se vouloir sentimental, mais qui en le faisant est lucide, et accepte l’héritage alternatif des nineties (« Doomsday I'm in Love »). En gros, quelque chose de similaire, mais de différent. Peut-être un truc capable de remplacer l’imputrescible « Waterloo » d’ABBA, et poser la couronne de l’Eurovision sur la bonne tête. Mais essayons pour voir, envoyons les MAGICK TOUCH participer à la compétition, sans danseurs, sans effets spéciaux et costumes ridicules. Après tout, pourquoi pas ?                       

                                                                 

Titres de l’album :

01. (This isn't) Your First Rodeo

02. Watchman's Requiem

03. To the Limit

04. Love is a Heart Disease

05. Ready for the Quake

06. Bad Decisions

07. Phantom Friend

08. Waiting for the Parasites

09. Daggers Dance

10. Doomsday I'm in Love


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 27/01/2021 à 17:20
85 %    143

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
RBD

Aaargh ! Quand est-ce que nous pourrons à nouveau recevoir des groupes venus de l'autre côté de l'Atlantique ? Il faudra encore quelques mois j'en ai peur.

20/10/2021, 12:39

Humungus

AAAAAAAAAAAAHHH !!! !!! !!!Cela fait plaisir d'avoir ce genre de commentaires pour ce groupe extraordinaire digne de faire parti des références pionnières et ultimes en Doom Trad' que sont SAINT VITUS, TROUBLE, PENTAGRAM et CANDLEMASS.Bones, tape toi t(...)

20/10/2021, 08:34

Oliv

Y'aura t'il des concerts métal  en 2022 en Europe ?? 

20/10/2021, 08:01

Bones

Sans vos commentaires enthousiastes j'avoue que je n'aurais pas spontanément cliqué sur "play".Pfouah ! Mais quel son et quelle efficacité !!! C'est vraiment très très bon !Franchement je serai attentif aux chroniques de ce(...)

19/10/2021, 22:28

Pomah

Ah ouais je plussoie je plussoie... Ce riff marteau. Sur que ca te reste dans la caboche.

19/10/2021, 20:16

Simony

N'est-ce pas ?

19/10/2021, 11:27

Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!Incontestablement une des news de l'année ça !!!Achat sans écoute !!!

19/10/2021, 09:28

Wildben

Entre cette triste nouvelle et le décès du bassiste de Bukowski, ça a vraiment été une journée de merde pour notre scène au sens large.

19/10/2021, 07:07

Moshimosher

J'apprends la nouvelle ici-même... Quel gâchis ! RIP...

18/10/2021, 23:37

Bones

Elle apparaît sur The Principle Of Evil Made Flesh. Je l'ignorais.  Bien triste fin, quoi qu'il en soit. :-(

18/10/2021, 23:08

sofs

Des loups dans les chiottes. Très fin comme nom de groupe...La musique est à l'avenant: bien chiasseuse.

18/10/2021, 21:19

Humungus

Bah merde !!!J'étais loin d'imaginer que quelqu'un comme ça faisait parti des victimes...(Oui, je sais, c'est une phrase à la con mais c'est tellement vrai)J'écoute du HAGALAZ' RUNEDANCE depuis la fin des 90s et s(...)

18/10/2021, 20:27

RBD

Ses multiples projets ne s'adressaient pas beaucoup à moi mais ce n'était pas une inconnue. Quand j'ai vu ça hier soir, je suis resté incrédule un petit moment.

18/10/2021, 18:47

Jus de cadavre

Pareil, le choc. L'album Frigga's Web a énormément tourné chez moi. Quelle tristesse.

18/10/2021, 18:45

Pomah

Épisode trop court, y'a encore tellement de chose à dire sur ce groupe fabuleux. 

18/10/2021, 16:47

Raumsog

A sa décharge il produit des oeuvres assez différentes (tout en restant un bon disciple de Beksinski quand même) mais les groupes ne semblent vouloir de lui qu'une seule chose : un gros bonhomme de 300 mètres de haut avec une serviette sur la tête (et des tou(...)

18/10/2021, 16:46

Pomah

Elle aura bercé pas mal de mes nuits d'automne, notamment avec Volven. C'est quand même con de mourir comme çà. RIP

18/10/2021, 16:41

Simony

Je ne sais pas si c'est lui mais cela ressemble étrangement à celle de Mirror Reaper de BELL WITCH ou celle de Walk Beyond the Dark de ABIGAIL WILLIAMS, de même du dernier NECROGOD et effectivement ça commence à se voir...

18/10/2021, 15:09

KRONEMBOURG

Remarque, mourir assassiné c'est très BLACK METAL ! non je plaisante, quel manque de bol.... RIP

18/10/2021, 13:44

Satan

Une des plus tristes nouvellles de l'année assurément...

18/10/2021, 12:16