Un hiver au paradis ? Je suis preneur, puisque après tout, c’est déjà l’enfer sur terre…Mais quel paradis au juste ? Eh bien, un paradis du genre scandinave, avec grandes étendues blanchies par la neige, petite cabine de bois et feu dans la cheminée, avec en arrière-plan, un groupe, simple, honnête, jouant une musique aussi chaleureuse que les branches qui brûlent…

La carte postale vous fait envie ? Vous êtes prêt à partir ? Alors tout va bien, ne bougez pas de votre siège, car ce paradis virtuel est à portée de main, emballé dans un CD dix titres concocté par un quintette Suédois de première qualité, dans lequel on retrouve un ou deux noms fameux qui devraient vous éclairer un peu.

Les SWEET MARY JANE n’ont rien à voir avec la Sister Jane des VELVET et ne savent pas non plus ce que la Mary Jane des BEATLES a à raconter de neuf, mais ils connaissent quand même quelques histoires qu’ils se font un plaisir de vous narrer en musique depuis leur création en 2012. Et ce Winter in Paradise a beau être leur premier essai, il sent le coup de maître et l’expérience musicale accumulée.

Louant l’hiver mais formé en été, 2012 du côté de Sundsvall, les SWEET MARY JANE s’articulent autour de l’ossature duo Tomas Nässlin (ex ROULETTE) et Per Olof Åsberg (ex AIRBORN, non, pas ceux-là, il manque deux lettres), sur laquelle se sont greffés Alexander Olsson (ex ANACONDAH) et Andreas Sparby (ex L.A.C.K).

Un peu plus tard, Tomas Berggren (ex RAZAMANAZ) est venu leur prêter voix forte, se portant micro civil pour enrichir le line-up, et c’est ainsi que la formation fut complète, et prête à en découdre avec les fans d’un Hard Rock mélodique tirant sur l’AOR, qui a tendance à devenir une spécialité suédoise typique ces dernières années.

Et à l’écoute de ce Winter In Paradise, on comprend aisément pourquoi les scandinaves ont la main mise sur le créneau, puisqu’une fois de plus, on frise la perfection dans un style pourtant réputé difficile d’accès.

La méthode des SMJ n’est pourtant pas différente de celle usitée par leurs homologues, ni des principes édictés par les grandes figures du genre il y a vingt, trente ou quarante ans.

Niveau ingrédients, des guitares, légèrement mordantes mais pas blessantes, une rythmique smooth qui sait parfois se donner un coup de fouet pour accélérer, et bien sûr une jolie voix de tête, épaulée par quelques cœurs disséminés avec intelligence. En gros, rien de novateur, mais un modus operandi qui fonctionne à plein régime, sur n’importe laquelle des entrées de cet album de présentation.

L’opération commence d’ailleurs en fanfare avec un gros hit en puissance, de ceux-là mêmes qui placent un LP sous les meilleurs auspices, et « Fire In Your Eyes » de nous convaincre en quelques petites secondes que nous avons fait le bon choix. Nous replongeons alors en plein âge d’or de l’AOR ricain des années 80, avec cet équilibre guitare/clavier si fragile et difficile à trouver, pour une ambiance dorée à la HAYWIRE/KING KOBRA/JOURNEY.

Chant sobre mais convaincant, riff de guitare propre mais entêtant, ébènes et ivoires caressés avec doigté, et bien sûr, refrain d’acier qui s’envole au paradis pour mieux préparer notre arrivée. C’est du très bon travail, qui donne envie de pousser l’écoute encore plus loin, ce qu’un solo lyrique nous incite encore plus à faire si besoin.

La suite ? Un déroulé assez impressionnant, composé de morceaux courts et hautement radiophoniques, qui n’oublient pas pour autant leur Hard Rock au vestiaire. Ainsi, si « No Retreat, No Surrender » joue la carte du romantisme électrique, si « Winter In Paradise » évoque autant RAINBOW que EUROPE, « Madeleine » ne vole pas celle de Proust ou de WINGER, mais cavale d’un Hard saignant digne d’une fiesta sur le Strip un samedi soir de printemps.

Cet enchaînement nous mène jusqu’à la longue et lente pièce « Miracle » qui en créé un petit, avec ses allusions plus Folk et son intimisme bluesy torride, citant les BLACK CROWES, CINDERELLA, BON JOVI, mais aussi Mellencamp ou Marc Cohn, dans un élan collégial de lyrisme transpirant de feeling de fin de soirée. Avec ces cinq premiers titres, les SWEET MARY JANE prouvent qu’ils sont beaucoup plus qu’un simple AOR band de trop destiné à séduire le following des LAST AUTUMN'S DREAM et autres TREAT, mais bien un authentique Rock band, versatile, à l’inspiration multiple et plus profonde. Ça tombe bien, puisque cette même inspiration nous en offre à foison, et que le reste de Winter in Paradise remue aussi le charbon.

« Carry On » revient dans le giron et développe de jolies accointances FM tout sauf mièvres, juste avant que la demie ballade « Angel of Mine » ne nous transporte loin en arrière, lorsque les blue songs de JOURNEY, SLAUGHTER, SURVIVOR ou DANGER DANGER trustaient les premières places des charts. Mais les suédois le sont justement, et ne tombent jamais dans le piège de l’eau de rose ricaine qui empeste, grâce notamment au timbre de leur chanteur, tout sauf mielleux, avec ce petit grain qui rend les débats plus nerveux.

Et comme en plus ils prouvent avec célérité qu’ils sont capables de mettre le feu ailleurs que dans la cheminée sur le final torride de « Don’t Be Late », qui rebondit d’un up tempo élastique et de parties vocales juvéniles, l’affaire est rapidement entendue, et le rendu charnu.

Entre temps ?

Quelques perles évidemment, dont un « Keep The Fire Burning » aux percussions rappelant les DARE ou MAGNUM, soit les racines européennes du genre, et un « Angel of Mine », symptomatique de l’art ciselé consistant à juxtaposer une guitare en arpèges ouvragés et un clavier aux touches effleurées.

Parfait ?

Nous n’en sommes pas loin, en ajoutant dans la balance un « Surrender » que le TOTO de IV ou Isolation n’aurait pas renié, ce qui nous rapproche en effet d’un hold-up bien troussé.

Alors, finalement, cet hiver au paradis ? Cosy, mais pas trendy, solide mais fragile, chantant et jubilant. Le genre d’album que seuls des suédois semblent être capables de produire depuis quelques temps, et qui poussé par une bonne promotion devrait faire grand bruit au-delà de ses frontières.

Mais comptez sur les passionnés d’AOR Heaven pour faire leur boulot, d’autant plus qu’ils ont de l’or entre les mains qu’ils vous vendent pour une bouchée de pain.

De quoi passer l’hiver au chaud, enroulé dans une musique aussi énergique que romantique, sa belle à ses côtés, et la neige qui commence à poudrer.

 Pas mal comme programme non ?


Titres de l'album:

  1. Fire in Your Eyes
  2. No Retreat- No Surrender
  3. Winter in Paradise
  4. Madeleine
  5. Miracle
  6. Carry On
  7. Angel of Mine
  8. Surrender
  9. Keep the Fire Burning
  10. Don't Be Too Late

Facebook officiel


par mortne2001 le 23/02/2017 à 17:54
80 %    301

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Ouaip...


J'aime bien. Du thrash quoi, peut-être plus impersonnel qu'à l'époque...


Effectivement, une très bonne surprise; j'espère juste que le caractère 100% français ne va pas les pénaliser pour la suite.


@RBD +1 pour ton com en général, et la phrase suivante en particulier: "il faut assumer d'aimer des choses que beaucoup d'autres gens aiment aussi."


Pas mal du tout ! Ça me fais penser à du Malevolent Creation un peu !


J'attendais autre chose. Bof bof.


J'aime profondément le Black Album. Cela me fait sourire de voir combien '...And Justice..." est revenu dans le coeur des fans alors qu'il est resté longtemps mal aimé pour son côté moins direct que tous les autres. Mais c'était avant 1996. Le Black Album a un son dantesque, a touché un publi(...)


Commercial ou pas pour moi le Black Album est une énorme réussite.
La production met encore à l'amende bien des prod actuelles ! Le fait que les gens aient été très déçu de l'orientation prise par le groupe à l'époque, biaise le regard sur cet album selon moi. Si ça n'avait pas ét(...)


Evidemment que le black album était commercial: on ne serait pas encore à disserter dessus 28 ans après si ce n'était pas le cas. De là à dire que ce n'est pas une réussite...
Marrant cette propension du metalleux à vouloir d'un côté se démarquer à tout prix (en se targuant par ex (...)


C'est le nouveau dead can dance ?


Pas mal du tout, ça


Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)