Le solstice d'hiver marquait chez les Romains la fin des Saturnales, mais aussi le triomphe de la lumière, sur les ténèbres. La nature est dépouillée et réduite à la nudité, et il faut mourir pour renaître, tout comme la graine tombée en terre à l’automne et qui commence à germer en se décomposant…Période propice aux célébrations de toutes sortes, mais répondant à un désir sombre de renouveau après la fin, et plus prosaïquement, à l’arrivée de la saison la plus froide, la plus aride, et pourtant, l’une des plus fertiles en termes de poésie. Pas étonnant dès lors qu’une myriade de groupes choisissent la date du 21 décembre pour sortir leur album, profitant ainsi de la fin d’un cycle et du début d’un nouveau, date chargée en symbolisme qui selon eux, convient parfaitement à leur musique. C’est en tout cas une date à marquer d’une croix noire pour le label underground Signal Rex, via sa branche encore plus underground Harvest of Death, qui depuis quelques années nous inonde de sorties toutes plus mystérieuses et bruyantes les unes que les autres. Et cette habitude n’est pas prête d’être rompue si j’en juge par le premier longue-durée d’un combo national qu’ils mettent en avant ce mois-ci…Venu des enfers et directement branché sur les litanies les plus néfastes de Lucifer lui-même, les TRONO ALEM MORTE nous présentent donc le fruit de leurs exactions, O Olhar Atento da Escuridão, qui ne fera certainement pas tâche sur le catalogue déjà bien noirci de leur distributeur…

On commence à connaître la nouvelle scène lusophone, au travers de ses sonorités les plus abrasives possibles. Cette scène qui semble se repaître des aspects les plus sombres et nébuleux d’un Black Metal de plus en plus régressif. Ce BM que les ORDEM SATANICA, BLOOD CHALICE, ENDALOK et autres SEGREGACION PRIMORDIAL se font une joie de propager, au travers de disques toujours plus mal produits (sciemment cela s’entend), torturant des guitares déjà à l’agonie, suppliciant des rythmiques semblant geindre pour obtenir un son moins abominable, et lynchant des cordes vocales bien usées par des homélies nocturnes en forme de prières inversées à l’intention du malin. Que l’on aime ou que l’on déteste, il est difficile de ne pas se montrer respectueux, voire admiratif de cette recherche permanente du mal originel, celui-là même que les racines de HELLHAMMER, BATHORY et MAYHEM propageaient sur leurs premières démo, dont le son n’avait rien à envier à ces productions actuelles refusant tout artifice susceptible de les enrichir. De fait, et en tant qu’exemple plus que probant, les portugais de TRONO ALEM MORTE vont jusqu’au bout de cette quête d’absolu, en se drapant d’un linceul de mystère parfaitement opaque. Aucun nom de musicien, aucune précision, aucune localisation, même pas de page sur la toile ni de Facebook, ces chantres d’un BM foncièrement mauvais et néfaste s’éclipsent devant leur musique, et laissent parler leur art au détriment de leur ego. Attitude noble s’il en est, ou simple coup marketing, je pencherai pour la première solution eut égard au faible rayonnement que ce genre de groupe peut connaître, mais force est d’admettre que leur premier LP, cet O Olhar Atento da Escuridão dont je suis en train de vous parler, à quelque chose de vraiment captivant dans le fond, et d’effrayant dans la forme. Bien sûr, les esthètes les plus précieux du BM moderne n’y verront qu’une vaine tentative de capter les ondes passées et un effort pathétique d’en vivre selon les dogmes, mais les plus admiratifs d’un Black méchamment malmené et réduit à son état le plus primaire sauront reconnaître l’ambiance qui émanait des premiers efforts du style, et spécialement ceux de notre fameuse scène nationale des Black Legions, que les portugais ont choisie comme modèle ultime.

Pas étonnant dès lors de retrouver des points communs entre les lusophones et nos anciens VLAD TEPES, BELKETRE, MÜTIILATION, et tous les dignes représentants de notre scène locale des nineties, ne jurant que par Tom Warrior, Quorthon, et les premiers réflexes morbides d’Euronymous. Le BM des TRONO ALEM MORTE est en tout point symptomatique du minimalisme nocturne prôné par les légendes françaises de l’époque, et se traîne de son propre malheur au rythme d’une batterie processionnelle, soutenant avec peine des guitares maladives, aux obsessions occultes prononcées. Il est tout à fait possible de trouver ça excessif dans la recherche d’ascétisme, mais il est difficile de rester insensible à cette ambiance putride qui anime des morceaux aussi essentiels que « progressifs », comme le long introductif « O Inverno da Alma e a Sublime Libertação », qui du haut de ses dix minutes distille ses arguments très honnêtement, sans chercher à tromper l’assistance. Des atmosphères au son, de l’attitude au ton, en passant par l’imagerie, le côté anonyme maléfique, tout rappelle le cinéma d’auteur de José Mojica Marins, dont on imagine très bien le Zé do Caixão déambuler dans les couloirs noirs de l’âme torturée de ces musiciens à l’emphase lyrique. Le lyrisme est d’ailleurs très présent ici, spécialement dans les intonations théâtrales et dramatiques d’un chant à la Attila Csihar, qui profite d’un écho lointain pour égrener ses litanies d’une voix caverneuse et tremblante, parfait maître de cérémonie d’une messe noire célébrant le passage de l’automne à l’hiver, lorsque la dernière feuille se meurt et tombe sur la terre glacée.

Poétique autant qu’il n’est néfaste, le Black régressif des portugais ne dévie pas d’un iota de ses croyances de base, et ne fait aucun effort pour nous convaincre du bienfondé de sa démarche, bien au contraire. Il atteint parfois une sorte de paroxysme dans l’horreur, lorsque les effets sonores se mélangent dans une acmé de violence, à l’occasion d’un traumatique « Deserto da Desolação » aux cris glaçants et aux accents déments. Confrontant le Black au Doom le plus absurde, les TRONO ALEM MORTE poussent le bouchon aussi loin qu’ils le peuvent, pour tenter d’établir une nouvelle limite dans l’ignominie, accouchant de fait d’un des premiers albums les plus passionnants de ce genre très cryptique. On y retrouve un style extrême poussé dans ses derniers retranchements, et réduit à sa forme la plus primale, que le long et torturé final « Ao Abraçar a Ingrata Morte » sublime de son absence totale de compromis, et de sa distorsion de l’au-delà. Chaque morceau est une pierre de plus apportée à l’édifice érigé en hommage à la mort du BM contemporain, trop traduit et édulcoré pour être encore crédible et/ou dangereux, et la progression de O Olhar Atento da Escuridão est impressionnante de certitudes, s’enfonçant chaque seconde un peu plus profondément dans des enfers personnels dont rien ne saurait l’extirper.

Un disque remarquable et remarqué, qui cristallise à lui seul toutes les qualités et défauts de cette nouvelle scène, qui en l’état, peut se voir comme le miroir des Black Legions qu’elle semble tant vénérer.


Titres de l'album:

  1. O Inverno da Alma e a Sublime Libertação
  2. O Olhar Atento da Escuridão
  3. Infame Calamidade
  4. Deserto da Desolação
  5. Pesadelos Quebrantes
  6. Ao Abraçar a Ingrata Morte

Bandcamp album


par mortne2001 le 16/12/2017 à 14:35
80 %    376

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Kvitigatn
@85.138.20.246
25/12/2017 à 03:26:05
I don't think there is that much influence from Black Legions in the Trono Além Morte music.

Ajouter un commentaire


Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Exhumed

Horror

Sekkusu

Satyromania

Soren Andersen

Guilty Pleasures

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Excellente nouvelle


Arrêtez, merde, je me prends un sale coup de vieux à cause de vous ! ^^


Il était meilleur dans VIO-LENCE, c'est clair...


Achat obligatoire !! Même si je l'ai en vinyle d'époque, hé, hé...


AH AH AH !!!
Superbe vanne de quarantenaires effectivement...


Buck Dancer + 1.


J'ai jamais aimé, ni même en encadrer Machine Head et j'ai pourtant essayé. En plus Robb Flynn me paraît insupportable sur scène.... Mais 3h30 de concert et ça sur quasiment toute les tournées c'est RESPECT.


Merci pour la piqûre de rappel sur la sortie de ce nouvel album, dont j'étais passé à côté. A l'écoute du titre sorti il y a quelques semaines, Chritus manquait, mais le côté un peu plus direct du morceau n'était pas fait pour me déplaire. J'espère, en tout cas, un aussi bon album que le(...)


Mon bientôt futur pays d'adoption ! ( 3615 My life) J'espère y faire quelques concerts bien cool. Ça risque d'être intense