Total Thrash, fucking Death, et tutti quanti. Pourquoi s’embarrasser de principes lorsqu’on peut jouer une musique viscéralement brutale et tout envoyer bouler au nom de la sacro-sainte violence ? Aucune raison, je suis entièrement d’accord, et vous pouvez toujours compter sur nos amis brésiliens pour nous rappeler cet état de fait. Entièrement dévoués à la cause brutale depuis les années 80, les musiciens lusophones ont toujours prôné une efficacité de fond et une violence de ton, et ce premier longue-durée des frappés d’EXORCISMO ne fera aucunement exception à la règle. Fondé en 2007 sur les cendres de MORGUE, ce quatuor (Denis Violence Andrade - batterie/chant, Anderson Razor Leonardo - guitare/chœurs, Carlos Ragner - guitare/chœurs et Risaldo Silva- basse/chœurs) a dû patiemment attendre son grand soir pour nous envoyer bouler dans le noir, et après une première démo publiée en 2008 (Última Batalha), s’est terré dans un silence étrange pendant près d’une décennie. Mais c’était certainement pour prendre le recul nécessaire et préparer l’un des LP les plus furieux de cette année, renvoyant dans les cordes tous les imitateurs de bestialité bon marché. Si leurs influences avouées couvrent tout le spectre Thrash des 80’s dévastées (VIO-LENCE, DEVASTATION, GAMMACIDE, RAZOR, SADUS, DARK ANGEL, SEPULTURA OLD, ATTOMICA, POSSESSED, ANTHRAX, SACRED REICH, ASSASSIN, HEATHEN, TESTAMENT, EXODUS, VENDETTA, DESTRUCTION, EXUMER, ANGEL DUST, SACRILEGE B.C), il convient de voir en leur musique une extension des travaux précoces des SEPULTURA, de DORSAL ATLANTICA, des SARFOCAGO, D’ATTOMICA et de tous les chantres d’un bordel de héros, et les dix pistes de ce premier effort n’en sont que plus puissantes dans leur désir de recréer un climat délétère que personne n’a pu oublier.

S’asseyant sur la sobriété de la Bay Area pour pousser le bouchon encore plus loin, ces originaires de Recife n’en sont pas pour autant de gentils bourrins crétins. Ils savent manier le riff et le refrain, et composent comme ils hurlent leur rejet d’une société qui ne fait que conchier ses représentants les plus décalés. Maniant le Heavy fatal comme le Thrash légèrement animal, les EXORCISMO signent un manifeste de violence qui renvoie la concurrence dans les cordes, et nous bousculent, avancent, jamais ne reculent pour avancer à la vitesse de la lumière sans cracher sur une temporisation momentanée. Si la finesse est souvent aux abonnés absents, le quatuor se montre diablement convaincant dans le recyclage de plans, et nous entraîne dans sa folie contagieuse, plus ambitieuse qu’il n’y parait à la première écoute. Si le parrainage des figures de proue nationales est évidemment indéniable, on sent quand même que Exorcise and Steal souhaite s’en dégager par intermittence, lorsque le groove prend le pas sur la tendance, et que les mélodies font preuve d’ingérence (« Disgrace And Terror », sorte de version atomique d’un HEATHEN épileptique). Mais pas d’inquiétude à avoir, car l’hystérie est toujours dominante sur la nuance, et si les morceaux s’enchaînent sans faiblir, faisant monter la pression jusqu’au paroxysme, ils font montre de suffisamment d’idées conséquentes pour ne jamais lasser. L’ombre des frangins Cavalera est évidemment patente, et c’est avec joie que nous retrouvons des traces conséquentes de Schizophrenia en chemin, accouplées à des volutes de chœurs endiablés (« Surrounded By Fakes (Kill The Falses) »). Jouant avec les limitations de vitesse pour accentuer la liesse, les EXORCISMO gardent toutefois le contrôle, et cette mainmise s’articule sur un calibrage des breaks qui nous permettent de souffler, avant que la machine ne continue d’avancer sans freiner.

Avec tous ces arguments en main, le fan de Thrash le plus efficace et fatal saura d’avance qu’il a affaire à un groupe sans compromis. Et de fait, Exorcise and Steal deviendra rapidement l’album de chevet de tout maniaque de la démence instrumentale qui se respecte, mais qui ne crache pas sur un brin de finesse. Certes, celle-ci reste discrète, et se concrétise souvent autour d’idées fugaces qui permettent de temporiser, ou plus concrètement, lorsque les brésiliens décident de confier leur destin aux mains d’un groove un peu plus malin. Dans ces cas très épars et précis, la rythmique se cale volontiers sur un up tempo toujours aussi martelé, mas plus posé, qui permet de partir en vrille à la moindre occasion. C’est ce qu’on note sur un morceau aussi essentiel que « Epidemic Lobotomy », qui retrouve le souffle putride de groupes comme PSYCHIC POSSESSOR, le sens du beat en plus, et la science de l’exactitude en exergue. Là est le point fort d’un ensemble qui ne verse jamais dans la facilité du chaos gratuit et enfumé, et qui multiplie les cassures, les fills, les embardées sans jamais se perdre en route ou sonner trop prétentieux. Cette volonté de ne pas se satisfaire d’une cruauté trop délibérée trouve son acmé sur un morceau diablement bien agencé, ce terrassant « Apocalipse Nuclear - Visions Of Eternity » qui accumule les moments de bravoure et autres soli en détour, pour finalement hisser les EXORCISMO au rang d’héritiers plus que légitimes d’une bestialité domestiquée, mais pas aseptisée. Tout l’historique de la violence brésilienne se voit donc résumée en un seul album méchamment troussé, qui tout en acceptant son histoire essaie de l’adapter, pour ne pas se poser en simple calque ou succédané. Si le chant explosif du batteur Denis Violence Andrade rappelle évidemment celui du Max des premières années de SEPULTURA, tout comme la soufflante nucléaire de Dan Beehler d’EXCITER, l’apport de chœurs plus volontiers Hardcore permet au groupe de se démarquer, et de revendiquer sa propre légitimité. Mais ne nous leurrons pas, ce premier LP n’est rien de plus ni de moins qu’une logique de continuité, et l’acceptation sud-américaine d’un destin que l’histoire saura assumer.              

D’ailleurs, pour bien camper sur ses positions, le groupe termine sa cavalcade par un clin d’œil en forme de reprise, celle des ATTOMICA, « Deathraiser », qui de sa folie en BPM démultipliés met un point d’honneur à friser l’horreur d’un Thrash qui incarnait sans le faire exprès les prémices d’un Black qui n’allait pas tarder à tout dévaster. Et cet épilogue en démence de flagrance achève de transformer ce premier essai en démonstration de style, et Exorcise and Steal de devenir un classique du genre à peine né. Total Thrash qu’on vous a dit. Et fucking Death aussi. Parce que parfois, se défouler fait plus de bien que de penser.

       

Titres de l'album:

                           1.Intro / T.T.A / Masters Of Reason

                           2.Dump Of Death

                           3.God Is Dead

                           4.Disgrace And Terror

                           5.Surrounded By Fakes (Kill The Falses)

                           6.Ready To Violence

                           7.Epidemic Lobotomy

                           8.Exorcise And Steal

                           9.Apocalipse Nuclear / Visions Of Eternity

                          10.Deathraiser (Attomica cover)

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 29/06/2018 à 17:14
80 %    286

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Temple Balls

Untamed

Starchild

Killerrobots

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)


j'aime bien , un album ou on discerne chaque intrument. A retenir dans un coin de la tête pour cet été.


Je n'y étais pas cette année, mais effectivement, très, très bon fest que celui-ci.
- J'ai effectivement entendu dire par quelques comparses qui eux avaient fait le déplacement que c'était l'année où il y avait le moins d'affluence. Bizarre au vu de l'affiche toujours aussi bandante.


Très beau récit, merci ! Cela donne envie. Je ne suis pas étonné de l'apathie du public Néerlandais, il paraît que ce sont les pires à travers toute l'Europe pour ça. Mais cela n'empêche pas de profiter.


Merci pour le report, ça donne envie d'y aller ! :)


Oui la pochette est superbe.