Hjemkomst

Besatt

10/03/2024

Autoproduction

Une pochette qui sent bon le slasher venu du froid, une obsession pour l’horreur et le mal-être, et une tendance à jouer le Black Metal comme personne. Voici en gros le résumé 2023 du duo BESATT, qui depuis 2021 tente le coup d’un extrême décomplexé, et adapté aux exigences élitistes de toute une génération de fans qui attendent un peu plus d’un album de BM qu’une symphonie de hurlements sur fond de blasts tempétueux.

Mais dans les faits, et aussi original soit-il, BESATT refuse l’élitisme. D’une certaine manière en tout cas, en proposant une musique certes étrange et absconse, mais totalement cohérente dans sa dissonance. Alors que l’humeur du jour est plutôt variable et digne d’un bon produit estampillé Svart Records, le fond de l’air est sacrément frais, et symptomatique d’un pays qui n’aime rien tant que ses longues étendues glacées et ses forets inextricables dans laquelle les musiciens se perdent d’année en année.

Loin du corpsepaint de base, encore plus loin de l’agression systémique, BESATT a fait le choix de l’étrangeté pondérée. Ici, on ne cherche pas le plan choc à tout prix, on ne tente pas le scare jump musical facile, mais on construit un univers propre, à base de guitare lancinante et résignée, d’une voix passée et surmixée, et d’un beat malléable, entre groove gothique et réalisme cru de cité ouvrière.

Arvid Holter et Leif Erik Westergren ont une fois encore bien joué leur coup. En refusant le principe du slasher de base qui condamne les jolies blondes et embroche les vilains sportifs, le duo s’est aménagé un terrain de jeu enviable, de dimensions humbles, mais aux attractions nombreuses. Le prix d’entrée est évidemment nul, mais les sensations ressenties évoquent l’illogisme de certains déjà-vu, à la manière d’un David Lynch passé de l’autre côté du miroir.

D’ailleurs, la question se pose, légitimement : est-ce que BESATT joue vraiment du Black Metal, ou bien une sorte de Metal décalé, entre Heavy psychédélique ramené à la raison et Metal extrême en manque d’oraison ? Car les mélodies sont là, et bien là, l’impulsion est souvent Rock, et le rendu efficace, convaincant, et séduisant. Un titre aussi catchy que « Nemesis » vous oblige à affronter vos démons avant-gardistes, et faire face à une réalité très concrète : l’originalité n’est pas forcément l’avant-garde, mais simplement le désir de proposer autre chose qu’une litanie prévisible, et une bande-originale d’un hiver de plus de deux ans, qui défie le temps et la logique.

Truffé d’effets et d’atmosphères décalées, Hjemkomst tergiverse, louvoie, emprunte des chemins de traverse, et nous emmène dans un monde où la franchise du premier degré n’existe plus vraiment. Entre Pop-Rock et Black tordu, le duo se joue des conventions, et lâche en toute confiance un perturbant « Cyanid » qui cite au même niveau MAYHEM et GHOST, VOLBEAT et IMMORTAL.

Belle gageure, et accomplie par une intelligence de composition redoutable. Il ne faut guère longtemps pour accepter le principe de cet album, qui brille par sa brièveté. Pas plus de vingt-cinq minutes, pour une relecture des canons modernes, sans emprunter à DEATHSPELL OMEGA ou WOLVES IN THE THRONE ROOM. Bien vu, mais on sait les norvégiens très attachés à leur singularité, et cet album en est encore la preuve irréfutable.

Drivé par une énergie Punk, Hjemkomst transfère l’héritage Rock n’Roll sur les comptes courants d’un Black Metal sournois et ombragé. Rondement mené comme un moyen métrage horrifique, il se termine en drame domestique, lancinant, dramatique, mais fascinant. « Grömstad » et ses cinq longues minutes de procession lente ose le Doom allégé d’un Heavy Metal occulte et nordique, et nous laisse un goût amer dans la bouche.


Celui de ne pas connaître le coupable, et de ne pas savoir s’il est encore en vie.

Pas vraiment l’avant-garde qui permet de plastronner en société, Hjemkomst reste un film d’art et d’essai convaincant, expérimental mais pas trop, mais surtout guidé par une histoire simple et solide. Un scénario qui permet quelques allusions Funk, des tromperies Classic Rock, et autre mensonge de façade Heavy Doom. 

Plus proche d’A24 que de Blumhouse, BESATT est une petite expérience intimiste au budget digne d’un blockbuster. Production immaculée, mixage parfait, ambiance oppressante, pour une valse des personnages entre plusieurs dimensions.

Sans jamais retrouver la bonne.            

 

        

Titres de l’album:

01. Skyggeland

02. Nekromanti

03. Machete

04. Hjertesort

05. Nemesis

06. Cyanid

07. Teppefall

08. Grömstad


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 19/02/2024 à 17:46
80 %    134

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Enslaved + Svalbard + Wayfarer

RBD 20/03/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : BLOODY RITUAL

Jus de cadavre 17/03/2024

Vidéos

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Tourista

Au delà du commerce qui brûle, ce qui est ÉVIDEMMENT regrettable pour l'entrepreneur et la clientèle, il est difficile de ne pas voir le côté comique de l'événement... Au pays des clochers qui ont servi si souvent de barbecues.  (...)

15/04/2024, 18:21

Simony

Oh ça va on rigole ! Pour une musique qui se dit en désaccord avec le concept de religion, je trouve que l'on sacralise et idolâtre un peu trop de choses dans cette scène.C'est dommage c'est sur mais c'est que du matériel, ça va !

15/04/2024, 16:14

Labbé

je plussoie ! cet album est effectivement fort fort bon... mention spéciale pour Howl of Gleaming Swords. Merci pour la découverte ! 

15/04/2024, 15:01

LeMoustre

Le niveau des commentaires ici ça fait peur

15/04/2024, 14:25

LeMoustre

Oh purée !!! Merde !Moi qui ai eu la chance de pouvoir y trainer une demi journée entière (il les fallait) a la recherche de perles d'époque, émerveillé par ce magasin-musée, c'est bien fâcheux cette news.U(...)

15/04/2024, 13:47

Humungus

Y'a des gens ici qui sont trop "Trve".

15/04/2024, 06:54

Satan

Y a des gens ici qui n'ont aucun sens de l'Histoire et un sens de l'humour franchement bas-de-plafond.

14/04/2024, 23:29

azerty666

Résidu de Slayer, mouhahahahahaaaa ^^

14/04/2024, 20:10

Tourista

Un beau black friday.

14/04/2024, 15:48

Benstard

Putain ça me fait mal comme c'est en bois.

14/04/2024, 08:21

Humungus

Ah mais ouais !!!Il m'a fallu 24h pour comprendre... ... ...

14/04/2024, 06:55

Tourista

J'ai mis du temps à capter !! 

14/04/2024, 05:40

Tourista

14/04/2024, 05:39

Saul D

Jinx, j'y ai pensé, mais ils chantent en anglais je crois.... ( "stand up for rock'n'roll power", si je ne me trompe pas...)...je pensais sinon à un groupe entre Trust et Satan Jokers ( pour le son), Attentat Rock, c'est plus rock'n'roll que h(...)

13/04/2024, 16:44

Tourista

Fan service. La voix me fait chier d'une force, par contre... Clairement ce ne sera pas un album pour mézigue. Je comprends mieux pourquoi je n'ai jamais accroché à Death Angel, et c'est pas faute d'avoir essayé depuis 35 piges.

13/04/2024, 10:31

Rudy Voleur

13/04/2024, 06:59

Arioch91

on veut du sonOu pas   

11/04/2024, 20:01

Moshimosher

Cool ! Une avant-première du prochain Burzum ! Maintenant qu'on a la pochette, on veut du son !!!

11/04/2024, 18:49

Simony

On sait où était Varg Vikernes à ce moment là ?I'm on my way to burn the shop....

11/04/2024, 15:52

grosse pute

Le karma

11/04/2024, 12:40