Voilà une rencontre tout à fait inopinée avec une artiste dont j’avais déjà parlé il y a quelques années (cinq pour être plus précis) dans d’autres colonnes, et qui ne m’avait guère laissé de souvenir impérissable…Je me souviens d’avoir chroniqué ce (moyennement) fameux Can’t Stop en 2012, et surtout, de m’être particulièrement ennuyé à son écoute, trouvant le Hard-Rock classique de la belle norvégienne légèrement soporifique, et surtout, subtilement plombé par des accents vocaux pas vraiment inspirés…J’avais depuis oublié cet anecdotique épisode, et presque jusqu’à l’existence de la vocaliste d’ailleurs (malgré la sortie d’un quatrième Crossfire, et de quelques participations par ci par là, en compagnie de Ted Poley ou des TAINTED NATION), mais les hasards du calendrier des sorties et des mails promo reçus font que je croise la route d’ISSA une fois encore, cette fois-ci à l’occasion de son cinquième album, ce Run With The Pack qui semble avoir bénéficié d’une attention particulière. Distribué comme les quatre précédents par l’écurie italienne Frontiers, qui semble croire dur comme fer au talent de sa blonde protégée, ce nouvel effort a pu profiter de l’expérience de l’incontournable Alessandro Del Vecchio, qui lui a prodigué un soin qui lui est coutumier. Rien à dire donc niveau production, qui sonne aussi polie qu’un diamant vingt-quatre carats, mais niveau compositions et interprétation, la problématique n’a pas vraiment changé…Je l’avoue, j’ai un mal fou à m’accommoder du timbre de voix de la chanteuse norvégienne, qui en version soft reste superficielle et presque teenager, et qui lorsqu’il pousse dans les aigus me provoque des frissons, mais pas de ceux qui vous laissent une impression agréable. Artistiquement situé dans une parfaite logique d’évolution dans la stagnation, Run With The Pack se rapprocherait même des premiers travaux de la musicienne, et surtout de l’initial Sign Of Angels. On y retrouve ces mélodies typiquement AOR, cette énergie Rock qui donne quand même la pèche, mais aussi, ces automatismes flagrants, et cette impossibilité chronique de s’extirper d’une condition de répétition, qui rendent les disques d’ISSA si similaires les uns des autres…

Entourée d’une armée de mercenaires très capables (Simone Mularoni - guitares, Alessandro Del Vecchio - claviers, Andrea "ToWer" Torricini - basse, et Marco Di Salvia - batterie), et visiblement en forme, ISSA nous offre donc une énième relecture du répertoire harmonique américain, en revisitant les classiques de JOURNEY, de SURVIVOR, et de tous les chantres d’un Rock de Billboard aux mélodies évanescentes, et aux refrains martelés avec entrain. Il est évident que le produit est hautement calibré, et qu’il appartient à la catégorie des efforts solides et remarquables de professionnalisme, mais une fois encore, j’ai cherché en vain l’étincelle de passion capable de le faire passer du stade d’exercice de style admirable de précision à celui de travail individuel et collectif transpirant de sincérité, même si je ne remettrai pas en doute celle de la chanteuse. Pourtant, tout est là, dans l’ordre, formidablement bien agencé, très bien interprété, comme une copie impeccable et sans rature, mais sans aucune émotion…Et moi qui suis un fan absolu d’AOR et de Hard Rock mélodique à la ricaine ou à la suédoise et qui suis pourtant relativement complaisant dans le jugement d’œuvres rentrant dans ce cadre si sélectif, n’ai (presque) pas réussi à dénicher un refrain, un couplet, un break auquel me raccrocher, ou même un morceau à privilégier…Le pire est que je ne peux décemment pas formuler de reproche objectif à l’égard de ce disque, que beaucoup apprécieront pour ce qu’il est, mais je ne peux de la même façon pas l’encenser pour ce qu’il n’est pas, d’autant plus que le genre n’est pas vraiment inclusif en termes de cahier des charges. Ici, les figures imposées déroulent comme une gymnaste rythmique sur le tapis, de la power-ballad tire larmes qui finalement ne tire que des regrets (« Bittersweet », plus sucrée qu’amère, et qui risque de faire monter votre diabète), au riff saignant censé soutenir une mélodie transcendée (« Am I Losing You », étonnamment stérile et pourtant d’aspect gracile), mais ne font que remplir des conditions, et pas garantir des sensations…

D’aucuns se diront que je me montre cruel envers une artiste dont l’univers et l’approche me laissent de marbre, mais je ne me sens - une fois n’est pas coutume - absolument pas coupable de condamner cet album pour les méfaits qu’il commet en permanence. Festival d’arabesques et de schémas préconçus, Run With The Pack ne profite même pas d’un duo avec le gigantesque Dean Castronovo (JOURNEY, BAD ENGLISH, WILD DOGS, REVOLUTION SAINTS, DEAD DAISIES) pour s’élever, le morceau en question (« Sacrifice Me »), malgré sa patine synthétique purement eighties et son riff bien Heavy n’ayant rien de notable, à part peut-être quelques interventions de guitare moins figées que d’ordinaire. Précisons aussi que l’accumulation de mid-tempi, et de motifs mélodiques identiques n’aident pas vraiment l’entreprise à décoller, et certains segments sentent tellement le réchauffé qu’on a le sentiment de les avoir déjà écoutés cent fois au moment de les découvrir. Le pinacle étant atteint à l’occasion du très roboratif « How Long », qui pose justement la bonne question, et qui peine à se souvenir des VIXEN tout en imposant une performance vocale suraiguë parfaitement indigeste. Sans vouloir noircir le tableau déjà bien assombri, on attend désespérément non un éclair de génie, mais tout du moins une porte de sortie qui permettrait aux morceaux d’offrir des harmonies moins stéréotypées. Alors, certes, et j’en conviens, le bilan n’est pas désespérément catastrophique, et des titres comme « Run With The Pack », et sa belle énergie, ou « Come Back Again » parviennent à sauver les meubles, tout en restant d’un classicisme désarmant. Mais ils ont au moins le mérite de pousser l’imitation des plus grands dans ses derniers retranchements, et de se raccrocher à des harmonies à la HEART/JOURNEY beaucoup plus respectables.

« Closer To You », qui accélère enfin la cadence ajoute aussi une légère plus-value, tandis que l’acoustique délicate de « Irreplaceable » permet de s’aérer les oreilles, avant qu’un énième riff plombé ne prenne le relais. Heureusement pour nous, la clôture très EUROPE/STYX/REO SPEEDWAGON nous laisse sur une impression moins féroce, tout du moins sur sa moitié, puisque la fin reprend peu ou prou tous les codes les plus effilés du genre, malgré une jolie envolée signée Simone Mularoni. Pour conclure, et puisqu’il faut bien s’arrêter un jour, ne voyez pas en cette chronique un défouloir me permettant de taper sur une artiste que je déteste. Je n’ai rien contre ISSA, mais plutôt contre son obstination à enfiler les clichés les uns sur les autres depuis des années, en choisissant de servir des plats à peine réchauffés que d’autres présentent enflammés. Et j’avoue peiner à comprendre le soutien d’un label comme Frontiers à une artiste somme toute assez anonyme, eux dont le catalogue supporte les plus grandes références du genre. Un bel exemple de fidélité en tout cas, mais une énigme à dénouer. Mais cinq ans plus tard, mon opinion n’a pas changé…Comme quoi, les goûts et les couleurs sont parfois plus fiables sur la durée qu’il n’y parait.


Titres de l'album:

  1. Am I Losing You
  2. Run With The Pack
  3. Sacrifice Me [Duet With Deen Castronovo]
  4. How Long
  5. The Sound Of Yesterday
  6. Come Back Again
  7. Talk To Your Heart
  8. Bittersweet
  9. Closer To You
  10. Irreplaceable
  11. Everything To Me
  12. Talk To Your Heart (Acoustic Version) [Bonus Track]

Facebook officiel


par mortne2001 le 03/05/2018 à 18:43
50 %    206

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Temple Balls

Untamed

Starchild

Killerrobots

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)


j'aime bien , un album ou on discerne chaque intrument. A retenir dans un coin de la tête pour cet été.


Je n'y étais pas cette année, mais effectivement, très, très bon fest que celui-ci.
- J'ai effectivement entendu dire par quelques comparses qui eux avaient fait le déplacement que c'était l'année où il y avait le moins d'affluence. Bizarre au vu de l'affiche toujours aussi bandante.


Très beau récit, merci ! Cela donne envie. Je ne suis pas étonné de l'apathie du public Néerlandais, il paraît que ce sont les pires à travers toute l'Europe pour ça. Mais cela n'empêche pas de profiter.


Merci pour le report, ça donne envie d'y aller ! :)


Oui la pochette est superbe.