Tantrum

Tantrum

01/08/2017

Autoproduction

Tiens, by the way, ça faisait hyper longtemps que je n’avais pas posé mes oreilles sur un skeud de pur Hardcore, histoire de chroniquer autre chose que du Space Avant-Garde progressif Death. Alors quitte à m’en enfourner un, autant en choisir un bon, et un true. Alors, j’ai déambulé, testé, skipé, et puis finalement, je suis tombé sur le truc un peu brut qui m’a donné envie de parler de lui. Là aussi, le Hardcore, depuis la fin des années 70 a bien muté, genre vilain velu même au point aujourd’hui de ne plus trop ressembler aux racines connues. Il était évidemment hors de question que je m’envoie un sale machin Beatdown, que je déteste à peu près autant qu’une daube Deathcore à la mode, alors, lorsque j’ai tendu les deux oreilles et même le poing sur le premier EP des américains de TANTRUM, j’ai vite pigé que j’avais trouvé exactement ce que je cherchais.

Originaires de Detroit, Michigan - la ville la plus peuplée, la moins touchée par le chômage et la plus gaie du monde - les TANTRUM sont quatre (Aaron – chant, Dylan D – basse, Dylan S – guitare et Mike – batterie) ont pas mal ramé et trépigné sur des scènes isolées avant de pouvoir proposer un album digne de ce nom, que l’on trouve aujourd’hui sur toutes les plateformes unies, et même sur leur Bandcamp, complètement gratuit. Et ça, ne vous en déplaise, c’est Hardcore, à l’aise.

Alors, du Core, mais lequel ? Celui des FLAG, des NO USE FOR A NAME, de BIOHAZARD, ou un truc plutôt sec à la EXPIRE ? La dernière solution semble être la plus viable, et les huit pistes bien viriles de ce Tantrum ne prennent guère le temps de se perdre en explications musicales pour vous le prouver.

Ça joue, nerveux, tendu, mais ça joue bien et efficace. Doté d’une production bien matte et puissante, ce premier effort en fait pour vous convaincre du potentiel d’un groupe qui va à l’essentiel, mais qui ne refuse pas quelques fioritures ornementales pour aller un peu plus loin que le pamphlet rageur de base. On trouve sur ce premier jet pas mal d’influences, et aussi de déviances, qui leur font côtoyer le monde du Metal, et proposer de fait des morceaux qui claquent, mais qui savent aussi instaurer des ambiances un peu plus feutrées. L’atmosphère générale est à l’image d’une pochette sobre, qui dépeint un décor un peu malsain, de ceux qu’on trouve dans les zones urbaines qu’on n’arpente pas forcément la nuit, avec sa copine au bras. Un long tunnel taggué, et qui n’offre qu’une vue partielle de sa profondeur, ce qui colle parfaitement aux sensations que les américains souhaitent vous faire éprouver.

Tout ceci est très direct, mais pas que. Si les hymnes à reprendre en chœur dans le pit sont nombreux, à l’image de l’introductif et très honnête « Fuck », d’autres au contraire jouent un jeu un peu plus ambivalent, intégrant même quelques semblants de mélodie dans la violence globale. Tout ça nous donne de petites perles de puissance hachée, comme ce « Forget Me », aux saccades précises et au phrasé presque Rap dans la pensée. Une guitare qui sait se faire punchy la plupart du temps, et même catchy lorsque les nerfs se détendent, mais qui n’a pas non plus oublié de riffer serré pour nous maintenir éveillés. On pourrait ainsi évoquer le cas de l’entêtant « Red Dead », qui débute sur un motif joyeux avant de bifurquer en cours de route, pour laisser une basse claquante introduire un break plus pesant.

Les musiciens sont précis et d’un niveau concis, et leurs compositions se veulent plus que simples accumulation de poncifs. On navigue à vue entre les différentes époques du Hardcore, tâtant le terrain, pour finalement, donner l’accolade aux AGNOSTIC FRONT (« Stray », bien vu), ou à contrario proposer des intermèdes ambiant qui tiennent chaud (« Interlude », presque Post dans l’esprit avec ses cocottes en écho qui tiennent tête à une rythmique grondante sans repos). La cohésion est bien là, même si chaque morceau avance de son propre pas, et tente parfois des combinaisons à plusieurs en guestant de l’extérieur (« I Will End You », avec Joe Plonkey de SHORT LEASH). Accélération de tempo qui prouve que les mecs ont un background costaud, mais qui n’oublient pas de placer des lourdeurs quand il le faut (« You Never Know », si, et surtout quand je tombe sur un groupe qui en vaut le coup), pour final en rédemption, de ceux qui vous laissent sur une sensation en demi-teinte (« Redemption », intro délicate pour bourrade Heavy Core qui arrache les tripes comme un malade).

Précision instrumentale, mais authenticité verbale, ce premier EP fait montre d’un professionnalisme intégral, à tel point qu’on reste admiratif face à son statut d’œuvre de lancement, tout sauf facile. Le quatuor a bien rodé son répertoire, au point de le dominer avec perfection tout en le restituant avec passion. Du Hardcore comme on aime encore en écouter en 2017, qui refuse la facilité, et qui a pris le temps de composer de vrais morceaux qui ne se laissent jamais aller. Un uppercut en pleine face, ce qui a le mérite de bien réveiller un dimanche matin embrumé, et qui laisse présager d’interventions live joliment musclées. Pas sûr qu’on ait la chance de les voir un jour hors de leur Amérique natale, mais Tantrum, le EP, reste un bon moyen de se tenir au jus de la scène US, qui décidément, n’est pas prête à se laisser dépasser et enterrer par ses homologues suédois ou anglais.

Simple, mais pas simpliste. Direct, mais créatif. Puissant, mais nuancé. Intelligent et burné. Le meilleur en somme. Detroit, ou une autre idée de la violence musicale, entre deux zones urbaines abandonnées, et un pipeline sombre et glauque qui attend que vous le traversiez.


Titres de l'album:

  1. Fuck
  2. Red Dead
  3. Stray
  4. Interlude
  5. Forget Me
  6. I Will End You (Ft. Joe Plonkey of Short Leash)
  7. You Never Know
  8. Redemption

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 04/10/2017 à 17:56
79 %    704

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
RBD

Avec un nouvel album il y a trois ans, Opprobrium semblait décidé à repartir. Ce retour inattendu le confirme. S'il pouvait apporter un peu de pêche, c'est tout ce qu'il faudrait.

17/05/2022, 12:45

Krohr

Merci pour la découverte ! En effet, dans la même veine sanguinolente que Hexecutor ou Bütcher.Je suis allé yeuter leur biographie, pour info : "Le Diamant de Lucifer" sera leur deuxième album, le premier étant "La Mort Triomphante"(...)

17/05/2022, 12:28

metalrunner

Super new vite du live

17/05/2022, 11:33

Jus de cadavre

Tuerie ! ! ! Bon les mecs ne sont pas des lapins de 6 semaines, mais bordel, quelle maturité pour un premier album ! Un des meilleurs albums de Speed depuis fort longtemps selon moi !

16/05/2022, 08:47

RBD

Je continue à prendre des places très à l'avance pour les concerts (ou plus exactement les tournées) que je veux absolument voir. Et avec les reports consécutifs, on arrive à des délais de cabourd ! Et parfois les annulations des uns permetten(...)

15/05/2022, 01:03

RBD

C'est un festival de format quasi-familial entre connaisseurs, quelques dizaines de passionnés qui se lâchent ensemble chaque année pour le plaisir des groupes qui participent. Ils sont tellement extrêmes qu'ils ont rarement l'occasion de réunir aut(...)

15/05/2022, 00:50

Crouton

Plus de concert pour moi, trop cher, plus motivé pour passer une soirée debout dont la moitié à me faire chier devant des premières parties qui ne plaisent pas, le prix des conso, du merch et une prestation pas toujours de qualité quand c'est pas l&a(...)

14/05/2022, 12:35

Crouton

Les grands méchants metalleux satanistes qui fuient au premier crachat d'un chrétien.

14/05/2022, 12:22

Sphincter Desecrator

Juste ne pas tomber dans l'excès... Réserver les concerts du mois en cours, un peu plus tôt pour les trucs les plus attendus et pour lesquels on sait que ça sera tendu, ça me paraît raisonnable.Mais toujours courir après l'év&(...)

13/05/2022, 20:36

Gargan

Je crois par ailleurs que Nougaro avait chanté une ôde à leur sujet, ô Tulus, un truc comme ça.

13/05/2022, 13:14

grinder92

Escroquerie absolue ou influence parfaitement intégrée ?Franchement, y'a des riffs qui sont quand même très très très proches de certains riffs de Carcass (périodes Necro / Heartwork / Swansong) ! Et la prod est aussi lourde que sur Heartwork, (...)

13/05/2022, 10:04

Humungus

"Tu ne vas pas avancer 12 places à 40€ et six mois d'avance, avec de toute façon le risque que ça soit quand même annulé"Typiquement mon cas.Avant le Covid, je prenais régulièrement mes places plusieurs mois à(...)

13/05/2022, 06:46

Jus de cadavre

Oh putain comment ça pompe Carcass (les riffs, le chant, les compos, tout !)   ! C'est hyper bien fait, m(...)

12/05/2022, 18:39

Jus de cadavre

Merci pour ce bien bon report. Un fest que j'aimerais beaucoup faire un de ces jours, je suis pas un immense amateur de Grind mais en live c'est toujours des baffes assurées (Chiens, Blockheads et Sublime en particulier ici).

12/05/2022, 18:32

RBD

Pas mieux qu'Ander... J'écoutais justement l'album de Soreption où il prêtait main forte hier soir. Qu'il repose en paix.

12/05/2022, 12:11

Buck Dancer

Classique, mais plutôt sympa ce morceau. Moi qui attends toujours un successeur à Antithesis, ça me donne envie d'écouter l'album. 

12/05/2022, 12:07

Simony

Oui je suis peut-être un peu dur je te l'accorde mais c'est parce que je les aime bien, la pochette de Hundre år gammal était excellente, très inquiétante, comme celle de Krek par exemple.Mais le principal étant que la musique soit bonne et &c(...)

12/05/2022, 10:17

Humungus

Toujours été fan de TULUS et KHOLD.Donc j'attends forcément celui-ci au tournant.Assez d'accord avec toi Gargan concernant la redondance des albums mais je fais avec hé hé hé...PS : T'es dur Simony là (...)

12/05/2022, 10:10

Ander

Pas un grand connaisseur de son groupe mais on le voyait régulièrement en invité sur des albums  de death metal (Aborted, Soreption, Disentomb...) Ca fait toujours bizarre, 41 piges bordel...R.I.P.

12/05/2022, 08:22

Moshimosher

Triste et dégoûté... RIP

12/05/2022, 07:17