La Forêt Des Pendus

Demenzia Mortis

02/02/2024

Autoproduction

Voilà un album qui empeste le Canada à plein nez. Sauf que non. Les DEMENZIA MORTIS sont plus des voisins que des cousins, puisqu’ils nous viennent de Belgique, le plat pays aux reliefs noirs prononcés. Accusant aujourd’hui dix ans d’âge, la formation de Mons célèbre donc son deuxième longue-durée, trois ans après Anti Kult, qui avait bien secoué les notules, brèves et autres publications concises.   

Sans surprise, La Forêt Des Pendus est aussi classique que son titre le suggère. Un Black Metal rigide, raisonnablement mélodique, franchement puissant, qui permettra aux nostalgiques de humer l’air suédois encore une fois, quelques trente ans après ses premières fumées. Il n’est d’ailleurs pas incongru de comparer le quatuor belge à MARDUK, pour cette tendance à choisir les riffs les plus simples et francs, et cette manie de faire tournoyer les notes comme si le blizzard soufflait à plein régime.

Le MARDUK oui, mais celui de Mortuus, évidemment. D’ailleurs, la voix sentencieuse de Naberus évoque un compromis entre Legion et son successeur, évoluant dans des tonalités rauques et monocordes, qui se juxtaposent parfaitement à un instrumental certes épais, mais presque ascétique dans les idées.

Du formalisme donc, pour les vétérans qui pensent toujours que c’était mieux avant. Bien que défini par un crossover Black/Death sur les sites référentiels, DEMENZIA MORTIS est définitivement un groupe de Black pur et dur, ce que vous constaterez dès les premières notes de « Disgust & Contempt » évaporées dans la puanteur moderne.

De fait, pas grand-chose à dire à propos d’un album qui joue le fan service et flatte les sens corrompus des amateurs de violence 90’s. Néanmoins, La Forêt Des Pendus propose parfois un peu plus qu’une simple promenade entre des cordes à nœud coulant, en développant des ambiances sinon occultes ou mystiques, mais plus travaillées que la moyenne, ce qu’on note sur les morceaux les plus longs. Ainsi, le centre de l’album est justement mis à disposition de cette inspiration plus ample, via deux titres évolutifs qui maintiennent la pression et l’attention.

Outre Naberus au chant, nous retrouvons donc le trio d’origine, AxHell (batterie), HellFire (guitare) et Asmodeus (basse), qui depuis une décennie mettent leur rage au service d’un BM très formel, mais assez intense pour flirter avec un War Metal bien troussé.

Des tranchées nous giclent donc des douilles par dizaines, et le combat contre l’édulcoration du Black Metal est rude. Aucune fantaisie trop prononcée, un abandon de toute originalité, pour quarante minutes de pressing constant, avec une guitare qui ne ralentit jamais son rythme. Si rythmiquement, les choses sont aussi prévisibles qu’une intro de MAYHEM, le chant permet de passer d’une émotion à une autre sans avoir à en rajouter dans le pathos.

Cette violence est donc saine, historique et inamovible. Les progrès accomplis par le groupe depuis son apparition restent discrets, puisqu’il a trouvé sa formule et qu’il ne compte pas en dévier. Alors, si d’aventure vous tombiez sur cet album sans avoir lu ce laïus, ne vous attendez pas à de l’avant-garde ou de l’expérimental, puisqu’on peut presque anticiper tous les plans avant qu’ils ne s’imbriquent dans l’ensemble.

Mais la sensation n’est pas désagréable. Retrouver l’impulsion originelle du Black est toujours un plaisir, spécialement lorsqu’elle est maniée par de véritables passionnés. Et les belges le sont, indubitablement, alors autant apprécier ce qu’ils nous offrent, d’autant que certains morceaux s’affranchissent un peu des contraintes en libérant une rage sourde et froide (« La Forêt Des Pendus » qui évoque avec flair les débuts de la scène Black/Death sud-américaine).

« Damned… Condemned… Haunted » termine l’aventure avec panache et ressentiment, les blasts se taillant la part du lion tout comme la double grosse caisse, et c’est après une longue outro étrange et évanescente que nous revenons à la réalité d’un monde, dont le visage est au moins aussi laid que n’importe quelle grimace D’Abbath.

DEMENZIA MORTIS n’est donc pas la perle rare de ce mois de février, mais le groupe belge, tout en jouant la sécurité, nous procure quelques sensations passéistes appréciables.



Titres de l'album :

01. When All Begins and Ends

02. Disgust & Contempt

03. Deeper Down

04. Unknown Sanctuary

05. Path of Perdition

06. La Forêt Des Pendus

07. Damned… Condemned… Haunted

08. Ave Mortis


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 25/04/2024 à 12:30
75 %    87

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report

Midnight + Cyclone + High Command // Paris

Mold_Putrefaction 24/04/2024

Live Report

DIONYSIAQUE + JADE @La Chaouée

Simony 23/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
DPD

@LeaJ'exprime mon avis tout le monde me tombe dessus je défend mon point de vue et voilà tout. Il y a toujours quelqu'un pour remettre une pièce dans la machine, pour moi j'ai effectivement tout dit du coup je m'amuse un peu que voulez-vous.

27/05/2024, 16:40

DPD

Je vois pas l'homophobie, je réalise les souhaits d'un homosexuel, j'essaye d'aider, tu veux quoi, j'y vais direct au Talmud ?

27/05/2024, 15:49

Lea

DPD je ne comprends pas du tout pourquoi tu t'acharnes comme ça, on a bien compris tes messages. Tu te fais plaisir à cracher sur tout et n'importe quoi, je vois pas trop le délire, tu t'emmerdes ?

27/05/2024, 12:50

Cämille

Vous pouvez pas virer cette merde homophobe ? Histoire de remonter le niveau. Merci

27/05/2024, 12:19

Gargan

Merci pour ce live report étoffé, va vraiment falloir que je me bouge les miches pour le prochain !

26/05/2024, 21:48

Gargan

Y’a pas de batteur ? J’aurais du mal à comprendre un changement de style..

26/05/2024, 20:55

NecroKosmos

26/05/2024, 19:13

NecroKosmos

J'y étais dès le jeudi et c'était vraiment top !! Mes coups de coeurs sont, dans l'ordre d'apparition, SWAMP LORDZ, WITCHES, VENEFIXION, ABYSMAL GRIEF et SKINFLINT. Quelques déceptions (musicales) mais peu importe. Quel bon festival !! J'ai bie(...)

26/05/2024, 18:59

Humungus

Putain d'affiche c'est clair...Ne serait-ce déjà que pour ABYSMAL GRIEF.Je dois les voir dans un peu plus d'un mois en Belgique... Et ta critique Simony me fout l'eau à la bouche bordel !!!Pis DESTRUCTION... Totalement d'accord av(...)

26/05/2024, 11:02

DPD

J'y peux rien si cette interface de clodo m'empêche d'éditer mes messages, habituellement j'écris très vite je poste et je me relis ensuite.Donc ouais, Bescherelle dans ton cul je sais que t'aimes ça pé(...)

25/05/2024, 16:19

DPD

Je vais te foutre un Bescherelle dans le cul va, ça te rappellera des souvenirs!

25/05/2024, 16:16

Steelvore666

Atrocia (les copains !!!!!), Skelethal, Venefixion... quelle affiche !!!!!!Et dire que j'avais gagné un pass pour m'y rendre...

25/05/2024, 10:30

Humungus

Buck Dancer je t'aime... ... ...

24/05/2024, 21:00

MorbidOM

"si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre."Consulter un Bescherelle ?

24/05/2024, 03:50

DPD

Ceci dit si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre.+ metallica c'est de la merde depus longtemps, rien à foutre de Slayer, pareil pour Iron Maiden. Les nostalgiques devraient dégager-

24/05/2024, 01:06

DPD

On aura au moins pu constater que DPD>UPS.

23/05/2024, 10:56

DPD

@UPSJe peux brancher ma guitare avec mon pc jouer avec une boite a rythme et sortir quelque chose de merdique en 1 semaine, est-ce que ça en vaut la peine? tellement de sorties polluent la scène.Je suis absolument contre l'idée que faire quelque (...)

23/05/2024, 10:54

Buck Dancer

Franchement, je ne m'attendais pas à un album aussi bon. Quelques morceaux peuvent vite devenir des classiques et surtout le groupe semble avoir son identité. Bien sûr c'est similaire  à Motley Crue.... euh Slayer, mais c'est pas un simple copi&eacut(...)

22/05/2024, 21:11

fuck the fuck off motherfucker

Calmez-vous les boomers mentaux, Rock Hard va bien vous pondre un article sur AC/DC pour vous contenter.

22/05/2024, 14:36

UPS

Effectivement, ne faisons rien et restons vissés à nos sièges en pleurant sur internet : on aura l'air nettement moins vieux jeu et plus aventureux comme ça. 

22/05/2024, 12:35