Sentenced Since Conception

Warchest

05/04/2019

Toxic Records

Vous êtes-vous déjà amusé à essayer de recenser tous les groupes de Thrash - actifs ou non - de la création ? Non, et moi non plus, en dépit de ma passion dévorante pour le genre. Mais si l’exercice vous tente, sachez qu’une astuce est disponible. Rendez-vous sur Encyclopedia Metallum, barre de recherche, choisissez « music genre » dans le menu déroulant, et tapez-y le mot « Thrash ». Vous voyez le résultat s’afficher ? Oui, et le chiffre est bon et bien réel. 26.491 entrées. Impressionnant non ? Impressionnant, mais pas étonnant pour autant, le style étant né à l’orée des eighties, et continue aujourd’hui de faire de plus en plus d’adeptes. Je ne reviendrai pas sur la prolixité de la scène revival, bien qu’un exemple supplémentaire nous en soit donné aujourd’hui. Non que le groupe dont je m’apprête à parler soit né de la dernière pluie, mais son troisième album si, du mois d’avril plus précisément, et risque fort de changer le destin de ce combo aux atours jusqu’à lors plutôt passe-partout. Et il est assez étonnant de constater à quel point un changement de line-up peut propulser un collectif dans une autre dimension, puisque les chiliens de WARCHEST peuvent maintenant se targuer d’appartenir à la première division du Thrash mondial, en un seul LP, et critique qui plus est, puisque le troisième. Mais osons-le dire avec fermeté, ce Sentenced Since Conception est non seulement une révolution personnelle, mais aussi une réussite éclatante au niveau artistique, bien loin de la moyenne tiède obtenue par ses deux aînés. Car jusqu’à présent, et pour rester jeune, WARCHEST, c’était sympa, mais pas vraiment de la balle, ni très frais. Leurs deux premiers efforts, malgré certains notables entre les deux ne faisaient pas vraiment partie de la crème de la violence, et prônaient des valeurs consensuelles réservées à un marché national. Alors certes, Aftershock thrashait, Downfall chutait vertigineusement, mais le tout très gentiment, et sans gêner le voisins, plus méchants.

Pourtant, on sait le Chili et l’Amérique du Sud généralement énervés, ce qui pouvait surprendre au jugé de la puissance somme toute modérée des déflagrations de 2011 et 2015. Mais depuis 2016, et l’intégration de Christofer Oros des OPONENTE à la basse et le passage de José Tomás García à la seconde guitare, il semblerait que les WARCHEST se soient senti pousser des ailes de brutalité, s’extirpant enfin de cette condition en enfermement de groupe lambda sans réel avenir. Et comme cette transition correspond au passage à l’international du quatuor (avec en sus Chris au chant et guitare, et Christiansen Oros à la batterie depuis 2012) via le label suédois Toxic Records, toutes les cartes sont enfin en main pour faire plier le monde au son d’une musique moins générique, et plus volontiers brutale. Et Dieu (ou Lucifer, au choix), que ce glissement fait du bien aux oreilles. En rapprochant sa musique d’un Death/Thrash à la INCUBUS/CARBONIZED, les quatre chiliens ont fait le choix du durcissement et de la radicalisation et leurs compositions s’en voient transfigurées. On assiste médusé à un festival de méchanceté que les presque homonymes de WARFECT pourraient méchamment envier, et que les fans d’un Thrash à option Death redoutable vont certainement aduler jusqu’à l’obsession. C’est donc à la renaissance d’un combo à laquelle on assiste, qui aujourd’hui peut prétendre jouer les premiers rôles, sans renier son passé, mais en se débarrassant de ses automatismes timorés les plus encombrants. Le leitmotiv de Sentenced Since Conception pourrait d’ailleurs être « plus vite, plus lourd, plus fort », et « Sentenced Since Conception » de le démontrer avec fougue et sadisme après une courte intro bien troussée. Tout ça va tellement vite qu’on se croirait revenu à la digne époque des américains bordéliques de VIKING, à l’exception notable que les chiliens jouent beaucoup plus carré et n’oublient pas des croches en route.

Assurément forts en gueule, mais avec les arguments idoines, WARCHEST nous en revient donc après un stage intensif de musculation en salle, les muscles saillant tronçonnant des saccades et syncopes diaboliques de précision, et enchaînant leurs plans à une cadence impressionnante. Vu de loin, le mélange semble résulter d’une acceptation de l’héritage sud-américain des SARCOFAGO/SEPULTURA, remis au goût d’une mode old-school qui ne tolère plus les approximations et l’occultisme de pacotille. A vrai dire, et sans exagération, seul le DARK ANGEL le plus incisif  aurait pu à l’époque rivaliser avec autant d’intensité et de hargne, et les figures libres de Christiansen Oros ne font qu’accentuer cette impression de colère ouverte, lui qui multiplie les fills et les roulements suintants. Mais la basse a aussi son mot à dire, et les boucles maléfiques de Christofer Oros permettent à ses compères de se faire remarquer en possédant une section rythmique familiale en pleine osmose. L’unité générale s’en ressent, et « The Haunted Chapel » de déverser une gerbe de bile acide sur les tympans de l’auditeur, de ses riffs purement diaboliques et de ses BPM qui s’égrènent comme des millisecondes qui passent. Furieusement violent, ce troisième LP est d’une densité à rendre barges les adversaires allemand et américain, qui vont certainement prendre acte de cette émergence en chaos majeur, et tenter de se hisser à la hauteur. Sans vouloir accumuler les références qui de toute façon ne vous échapperont pas, Sentenced Since Conception est sans conteste le meilleur album de Thrash nostalgique de ce second trimestre, et laisse la concurrence à des sextolets derrière. Tout y passe, du break millimétré à la Beneath The Remains, au solo hystérique mais juste, en passant par les lignes de chant graves et hargneuses, sans oublier la pesanteur soudaine qui écrase l’âme. On en ressort complètement lessivé, d’autant plus que les chiliens n’oublient pas de se laisser aller à quelques intermèdes plus classiques qui font tourner notre SODOM en bourrique (« Spiritually Dead »).

Inutile de jouer le track-by-track, puisque vous serez happé dès les premières secondes jusqu’à la fin sans pouvoir vraiment réagir. Sachez simplement qu’aucune baisse de régime ni faute de goût ne viennent entacher cette réussite, et qu’en sus, les WARCHEST se paient le luxe d’un épilogue progressif, via les huit minutes du terrifiant « Repulsive Existence ». A ce moment précis, la frontière entre Death et Thrash est encore plus brouillée, malgré l’appartenance concrète au premier genre que le groupe revendique. Coup de folie en brutalité majeure, ce troisième chapitre de la saga chilienne est une véritable tornade qui dévaste tout sur son passage, et qui parvient même à égaler les miraculeux CRIMSON SLAUGHTER, ce qui n’est pas peu dire. Une transfiguration, et une barre placée si haute qu’on se demande comment le groupe va pouvoir assurer la suite sans se vautrer au premier virage. Mais d’ici là, ils auront trouvé les bons arguments et pourront prétendre à une place de choix dans la longue liste des 26.491 entrées déjà abordée.      


Titres de l'album :

                         1.Caras De Muerte

                         2.Sentenced Since Conception

                         3.The Haunted Chapel

                         4.Spiritually Dead

                         5.The Course Of Death

                         6.Voice Of Insanity

                         7.A Reign To Decay

                         8.Self Executed Holocaust

                         9.Post War Paranoia

                         10.Repulsive Existence

Facebook officiel


par mortne2001 le 16/06/2019 à 14:42
95 %    710

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


LeMoustre
@77.146.224.133
18/06/2019, 23:38:58
Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Open Bar Vol2 : Antoine Perron

Baxter 20/04/2021

Interview

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Pomah

Pas mal putain

21/04/2021, 19:54

Humungus

"Pire que GUNS N' ROSES" ?!?!Tu pousses là Hoover hé hé hé...

21/04/2021, 10:10

Humungus

Oh mais je ne sais que trop bien que les premiers DIMMU sont typés "vrai"...(Une fois de plus, mon intervention précédente n'était en réalité que boutade chers amis)Mais même à l'époque de leurs sortie(...)

21/04/2021, 10:07

Humungus

Putain...Après la box "Paranoid" et "Vol 4", encore une qu'il va me falloir acheter...Font chier à en sortir autant bordel ! J'suis pas Crésus moi merde !PS : Par contre, j'comprends pas trop leur façon(...)

21/04/2021, 10:02

Hoover

Je ne comprendrai jamais l'intérêt pour ce groupe. Pour moi tout l'apport de Fear Factory tient en deux ou trois morceaux sur Demanufacture plutôt sympathiques en dépit d'une durée de vie très faible (vraiment le genre dont je me désin(...)

21/04/2021, 08:29

Arioch91

Bien plus convainquant sur album que sur l'EP partagé avec Vektor.Ca donne envie de s'y pencher !Merci pour la chro :)

21/04/2021, 08:25

Hoover

Le black n'est certainement pas mort car il y a énormément de gens qui y sont extrêmement attachés et continuent à le faire vivre, et j'ai énormément de respect pour eux. Par contre pour quelqu'un comme moi dont les goûts dans l(...)

21/04/2021, 08:23

Hoover

L'album que j'aime le moins des 7 premiers Sabbath: c'est vraiment pas fait pour moi!

21/04/2021, 08:15

Rotten Tooth

Y sont sacrément bons ces gars là ! Et ils ont le don de faire dans la surprise ! Nu Black sous le papier cadeau cette fois ! Je passe mon tour sur ce coup mais je serai là au prochain tirage !

20/04/2021, 20:06

Saddam Mustaine

Les premiers albums de Dimmu sont du "true black".Comme Behemoth si l'on veut, j'aurais du aller plus loin.Le Black type année 80 mi-90 quoi (meme si Dimmu est arrivé plus tard mais les premiers sonnes dans le genre).

20/04/2021, 19:47

Seb

C'est vraiment mauvais ...

20/04/2021, 15:05

JTDP

En tout point d'accord avec cette (belle) chronique ! Cet album fut une vraie belle surprise de l'année passée. 

19/04/2021, 21:28

Buck Dancer

J'ai jamais vraiment accroché a Pestilence, mais ce morceau est loin d'être degueu. Comme dit Simony, bien meilleur que les précédentes sorties récentes du groupe. 

19/04/2021, 10:49

Arioch91

+1Je n'ai pas aimé Resurrection Macabre, à tel point que je n'ai pas posé une oreille sur Doctrine et Obsideo.Hadeon, je l'ai écouté uniquement parce qu'une interview de Mamelick disait qu'il revenait sur le passé d(...)

19/04/2021, 10:24

Simony

Ca me semble quand même bien plus intéressant que ce qu'ils ont produit depuis leur retour aux affaires.

19/04/2021, 09:59

Arioch91

Oups ! J'étais totalement passé à côté de cette chronique ! Merci @mortne2001 pour l'avoir rédigée !

19/04/2021, 08:48

Arioch91

OK, on reprend les bonnes vieilles recettes visibles sur Hadeon : on prend Testimony, on mélange avec Spheres et ça donne Hadeon et semble-t-il Exitivm.A voir.

19/04/2021, 08:44

metalrunner

Une sacrée bonne surprise de l énergie de l innovation le futur quoi ..Dommage que la tournée de juin soit annulée

18/04/2021, 19:48

RBD

Je réagis plutôt comme Buck Dancer. Mes attentes envers FF sont basses depuis longtemps. Je n'espère plus de grands titres comparables à ceux qui remontent aux années 90 (formulé comme ça, c'est encore plus dur). Si tout est à l&apo(...)

18/04/2021, 12:39

yul

Rien de bien intéressant ici.

18/04/2021, 11:57