Oui, parfois dans la vie, on se sent inutile. On se dit, « A quoi bon ? Le monde va si mal, je ne vois pas ce que je peux y changer ».

Triste, mais vrai. Alors dans ces cas-là, on peut choisir entre plusieurs options. Se tirer une balle, faire comme si de de rien n’était et continuer sa route, ou alors…personnifier la douleur et l’identifier, pour tenter de s’extirper d’un fatalisme qui finalement, est assez atavique dans sa définition.

Les Polonais de USELESS ont choisi comme nom de baptême un sentiment de plus en plus répandu, et l’ont illustré d’une musique et d’une pochette fort à propos. On se projette assez bien dans les baskets de ce pauvre hère qui erre dans une forêt sombre et monochrome, à la recherche de questions à des réponses qu’il n’a pas. Le dernier album du quintette (Spłuczka et Bolo – guitares, Galon – basse, Michal – batterie et Radziej – chant) dans les oreilles, sans vraiment savoir pourquoi il met un pied devant l’autre…

Le monde du Crust et du D-Beat est souvent dark, souvent ombragé, mais il offre souvent une porte de sortie, une alternative possible, ou une pièce manquante du puzzle. Mais il arrive que de temps à autres, il se contente de constater les dégâts sans chercher à les réparer. C’est le cas de Beyond Escape qui se situe de lui-même en dehors de tout espoir, et qui ne cherche ni à stigmatiser, ni à dénoncer, musicalement parlant. A l’image d’un DBSM transposé à l’univers du Hardcore et dopé à la rage de ne pas pouvoir agir, il se focalise sur les impressions et sentiments les plus glauques, les prises de conscience en forme d’impasse, et laisse avec un goût amer dans les oreilles.

On l’entend comme un message désespéré, qui ne trouve écho dans le présent que grâce à un vecteur de brutalité résigné, qui s’il cavale d’une rythmique enlevée, traîne les pieds dans les couloirs des désillusions et plombe le moral comme une oraison qui se veut atypique dans un créneau pourtant si actif dans l’implication.

Certes, ma prose est un peu vague, mais c’est vraiment ce sentiment qui m’a pris à la gorge lors de l’écoute de ce premier album des Polonais.

Avec dans leurs rangs d’ex-membres de factions comme RZEZNIA, DIFFENBACHIA, GUANTANAMO PARTY PROGRAM, WOJTYLA ou WE ARE IDOLS, les cinq instrumentistes sont rompus à l’exercice Hardcore et peuvent se targuer d’une expérience non négligeable dans le domaine de l’assaut sonore sans complaisance.

D’ailleurs, leur premier album n’en montre aucune, et accumule les pamphlets Crust dits « de l’est », avec cette production si rêche et ce son si abrasif. L’optique polonaise diffère grandement de son homologue scandinave, et l’exubérance violente des combos suédois ou norvégiens se voit ici transformée en avancée dans le vide qui semble pencher la tête du côté où l’espoir va tomber.

On sent effectivement un renoncement palpable derrière ces riffs sombres et un peu tristes, cette rythmique rapide mais qui semble courir sans connaître la direction, et surtout, derrière ces couches de chant rauque, mais retenu, qui crache sa misère comme un condamné ses dernières volontés.

Ce qui n’empêche pas la musique des USELESS d’être efficace d’un point de vue pragmatique, et de coller parfaitement à sa thématique, bien mieux d’ailleurs que bon nombre de groupes de Doom qui tournent en rond autour de leur monolithe usé.

Ici, la violence est effective, mais sourde, la vitesse est prépondérante, mais lourde, et l’ensemble dégage une atmosphère déliquescente de jeunesse en mal de buts, qui déambule dans les couloirs de la vie comme un poulet sans tête.

Pas vraiment de piste à mettre en avant, puisque tous suivent la même, qui mène à une impasse thématique. Toutes sont coulées dans le même moule de renoncement, et toutes sont uniformes au niveau sonore. Mais Beyond Escape exhale d’un doux parfum de coups d’épée dans l’eau, et de coups de poing dans le vide, sans pour autant manquer de substance.

D’ailleurs, la course se termine par un aveu, « We Are The Fucking Change », qui justement propose une échappatoire assez distincte et un développement un peu différent.  Basse ronflante en intro, aménagement médian et légèrement mélodique, avant un ultime sursaut un peu plus haineux que les sept précédents. Une façon très habile de conclure un disque qui s’annonçait comme une impasse, et qui s’avère très intelligemment agencé pour vous emmener exactement là où il le souhaitait.

Un premier pas vers une identité qui va s’affirmer, et vers un discours qui va sans doute changer. En mieux, en pire, nul ne le sait, mais sans établir de parallèle de base, les USELESS sont justement d’utilité publique par eux-mêmes, et ne font pas de promesses inutiles.

Du Crust à tendance D-Beat froid, primal, qui s’écoute comme on regarde les infos, avec ce sentiment d’urgence un peu jauni sur les bords qui débouche sur une colère grondante.

 

Une jolie façon de mettre en adéquation le fond et la forme.


Titres de l'album:

  1. Discontent
  2. Desire
  3. Maps
  4. Rage
  5. Run! Run! Run!
  6. Escape
  7. Impact
  8. We Are The Fucking Change

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 29/11/2016 à 18:54
70 %    387

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Photo-report MOTOCULTOR FESTIVAL 2019

Jus de cadavre / 08/09/2019
Motocultor

Concerts à 7 jours

+ Electric Shock + Praying Mantis

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Photo Stream

Derniers coms

Artwork horrible. En espérant qu'il sera un peu plus solide que le dernier.


1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !


DEMONIAC, c'était génial. Surtout le second et troisième album. La suite avec DRAGONFORCE m'avait un peu dépité...


Bah c'est fou car je pensais justement à la future tournée européenne de THE OBSESSED très tôt ce matin et me demandais donc où en était ce brave Wino avec ces anciens soucis scandinaves.
Bah me voilà (malheureusement !) renseigné sur le sujet…
Salauds de norvégiens ! Depuis (...)


Bah ce qui est le plus dingue avec cette immondice qu'est DRAGONFORCE, c'est que ce groupe est né des cendres de DEMONIAC... Jamais compris ça quand on voit la merveille qu'était "Prepare for war".
Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde...


Mon dieu c'te pochette ?!?!
Le père Joël nous avait pourtant habitué à bien mieux merde…
On se croirait ici en main avec un album de Synthwave bas de gamme bon dieu de dieu.