Beyond Escape

Useless

12/11/2016

Drop Out Records

Oui, parfois dans la vie, on se sent inutile. On se dit, « A quoi bon ? Le monde va si mal, je ne vois pas ce que je peux y changer ».

Triste, mais vrai. Alors dans ces cas-là, on peut choisir entre plusieurs options. Se tirer une balle, faire comme si de de rien n’était et continuer sa route, ou alors…personnifier la douleur et l’identifier, pour tenter de s’extirper d’un fatalisme qui finalement, est assez atavique dans sa définition.

Les Polonais de USELESS ont choisi comme nom de baptême un sentiment de plus en plus répandu, et l’ont illustré d’une musique et d’une pochette fort à propos. On se projette assez bien dans les baskets de ce pauvre hère qui erre dans une forêt sombre et monochrome, à la recherche de questions à des réponses qu’il n’a pas. Le dernier album du quintette (Spłuczka et Bolo – guitares, Galon – basse, Michal – batterie et Radziej – chant) dans les oreilles, sans vraiment savoir pourquoi il met un pied devant l’autre…

Le monde du Crust et du D-Beat est souvent dark, souvent ombragé, mais il offre souvent une porte de sortie, une alternative possible, ou une pièce manquante du puzzle. Mais il arrive que de temps à autres, il se contente de constater les dégâts sans chercher à les réparer. C’est le cas de Beyond Escape qui se situe de lui-même en dehors de tout espoir, et qui ne cherche ni à stigmatiser, ni à dénoncer, musicalement parlant. A l’image d’un DBSM transposé à l’univers du Hardcore et dopé à la rage de ne pas pouvoir agir, il se focalise sur les impressions et sentiments les plus glauques, les prises de conscience en forme d’impasse, et laisse avec un goût amer dans les oreilles.

On l’entend comme un message désespéré, qui ne trouve écho dans le présent que grâce à un vecteur de brutalité résigné, qui s’il cavale d’une rythmique enlevée, traîne les pieds dans les couloirs des désillusions et plombe le moral comme une oraison qui se veut atypique dans un créneau pourtant si actif dans l’implication.

Certes, ma prose est un peu vague, mais c’est vraiment ce sentiment qui m’a pris à la gorge lors de l’écoute de ce premier album des Polonais.

Avec dans leurs rangs d’ex-membres de factions comme RZEZNIA, DIFFENBACHIA, GUANTANAMO PARTY PROGRAM, WOJTYLA ou WE ARE IDOLS, les cinq instrumentistes sont rompus à l’exercice Hardcore et peuvent se targuer d’une expérience non négligeable dans le domaine de l’assaut sonore sans complaisance.

D’ailleurs, leur premier album n’en montre aucune, et accumule les pamphlets Crust dits « de l’est », avec cette production si rêche et ce son si abrasif. L’optique polonaise diffère grandement de son homologue scandinave, et l’exubérance violente des combos suédois ou norvégiens se voit ici transformée en avancée dans le vide qui semble pencher la tête du côté où l’espoir va tomber.

On sent effectivement un renoncement palpable derrière ces riffs sombres et un peu tristes, cette rythmique rapide mais qui semble courir sans connaître la direction, et surtout, derrière ces couches de chant rauque, mais retenu, qui crache sa misère comme un condamné ses dernières volontés.

Ce qui n’empêche pas la musique des USELESS d’être efficace d’un point de vue pragmatique, et de coller parfaitement à sa thématique, bien mieux d’ailleurs que bon nombre de groupes de Doom qui tournent en rond autour de leur monolithe usé.

Ici, la violence est effective, mais sourde, la vitesse est prépondérante, mais lourde, et l’ensemble dégage une atmosphère déliquescente de jeunesse en mal de buts, qui déambule dans les couloirs de la vie comme un poulet sans tête.

Pas vraiment de piste à mettre en avant, puisque tous suivent la même, qui mène à une impasse thématique. Toutes sont coulées dans le même moule de renoncement, et toutes sont uniformes au niveau sonore. Mais Beyond Escape exhale d’un doux parfum de coups d’épée dans l’eau, et de coups de poing dans le vide, sans pour autant manquer de substance.

D’ailleurs, la course se termine par un aveu, « We Are The Fucking Change », qui justement propose une échappatoire assez distincte et un développement un peu différent.  Basse ronflante en intro, aménagement médian et légèrement mélodique, avant un ultime sursaut un peu plus haineux que les sept précédents. Une façon très habile de conclure un disque qui s’annonçait comme une impasse, et qui s’avère très intelligemment agencé pour vous emmener exactement là où il le souhaitait.

Un premier pas vers une identité qui va s’affirmer, et vers un discours qui va sans doute changer. En mieux, en pire, nul ne le sait, mais sans établir de parallèle de base, les USELESS sont justement d’utilité publique par eux-mêmes, et ne font pas de promesses inutiles.

Du Crust à tendance D-Beat froid, primal, qui s’écoute comme on regarde les infos, avec ce sentiment d’urgence un peu jauni sur les bords qui débouche sur une colère grondante.

 

Une jolie façon de mettre en adéquation le fond et la forme.


Titres de l'album:

  1. Discontent
  2. Desire
  3. Maps
  4. Rage
  5. Run! Run! Run!
  6. Escape
  7. Impact
  8. We Are The Fucking Change

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 29/11/2016 à 18:54
70 %    603

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Simony

En tout cas, le livestream proposé samedi était une boucherie totale. Avec ou sans public, les mecs se donnent, Martin plaisantent entre les morceaux et v'là comment ça défouraille sévère. Total respect pour ces mecs qui en imposent, vraiment (...)

25/01/2021, 08:17

POMAH

L'ambiance est chaude par ici...

25/01/2021, 08:06

Humungus

J'en suis déjà à ma troisième écoute consécutive...ACHAT OBLIGATOIRE BORDEL !!! !!! !!!PS : Martin je t'aime.

25/01/2021, 04:25

Pozo (bass)

Thanks for the review!I'll put our spotify link if you wanna follow ushttps://open.spotify.com/artist/0QwY3TM6Lvo6Ba8VGC67YL

25/01/2021, 01:07

Chemikill

Parler de la musique serait déjà un gros morceau.

24/01/2021, 22:59

jtdef

Avec Joe Bidon et l'imposteur Harris ils sont mal barrés.

24/01/2021, 21:11

Gargan

J'étais sur la défensive, le hard français des 80s étant pour moi ce que l'ail est à la mauvaise haleine, mais là, effectivement, c'est nase.

24/01/2021, 20:39

Gargan

HumHUM... On en parle du clip de sors immanis ? 

24/01/2021, 20:17

Jus de cadavre

Encore une putain de sortie signée Iron Bonehead...Du Death de puriste. Les mecs sont restés bloqués dans une faille temporelle. Excellent.

24/01/2021, 16:12

Kairos

Si tu veux pas passer pour un connard prétentieux, fais l'effort d'expliquer ce que moi pauvre idiot n'ai pas compris, mais de façon courtoise, sinon je t'invite juste à fermer ta gueule

24/01/2021, 14:08

Orphan

Kairos, tu ferais mieux de fermer ton claque merde et en rester au métal.La politique Américaine, et manifestement la population de banlieue et ce qu'il s'y passe, tu ne maitrise pas !Et toi qui parle de lumière à tout les étages....

24/01/2021, 11:30

Invité

En soi le morceau est correct, mais j'ai juste attendu 4'50 un break guerrier qui te roule dessus et que ça parte...

24/01/2021, 10:39

Invité

Le kitsch et le ringard Made in France. Jamais copié, jamais égalé. Manque plus qu'un guest de Renaud Hantson et on coche toutes les cases du Hard à la Française des années 80.

24/01/2021, 10:33

Bones

Acheté ce matin en version simple (le digibook propose en bonus un DVD live qui ne m'intéressait pas plus que ça - youtube regorge de ce genre de trucs, ça ne vaut plus vraiment le coup de casquer pour des captations vidéo). 2 premières &(...)

23/01/2021, 23:25

Satan

A Simony : Je suis bien d'accord concernant "Alpha Noir" (mais n'oublie pas "White Omega" qui lui est beaucoup plus intéressant je trouve, avec ce côté Type O hyper assumé) et "1755" qui sont de vrais ratages. Surtout ce dernier q(...)

23/01/2021, 21:54

totoro

De manière générale, j'aime beaucoup Moonspell. Et je rejoins tout à fait l'avis de Satan sur les albums "cultes" du groupe. Et Simony, on a le même parcours concernant les lisboètes. Découverts avec "Sin/Pecado" qui re(...)

23/01/2021, 20:18

Simony

Idem, j'ai tous les albums jusqu'à Extinct et je suis assez d'accord sur Darkness And Hope, The Antidote. J'aime beaucoup The Butterfly Effect par exemple, Memorial, Night Eternal, Extinct tous ces albums sont très bons pour moi, avec Alpha Noir c'est d&eacu(...)

23/01/2021, 18:47

PtiMich

Ca fait du bien de revoir des trombines de l'époque !Faut absolument faire une émission sur NYHC* de l'époque ! (NancY Heavy Clan*)

23/01/2021, 17:48

Buck Dancer

Toujours une bonne nouvelle la sortie d'un nouveau Memoriam!!! 

23/01/2021, 15:39

RBD

Ils avaient collaboré avec les Krupps, aussi. À défaut d'être parmi les meilleurs dans un pays où la concurrence était relevée, ils étaient assez passionnés pour se reformer quand le revival Thrash est arrivé.

23/01/2021, 14:57