Oui, parfois dans la vie, on se sent inutile. On se dit, « A quoi bon ? Le monde va si mal, je ne vois pas ce que je peux y changer ».

Triste, mais vrai. Alors dans ces cas-là, on peut choisir entre plusieurs options. Se tirer une balle, faire comme si de de rien n’était et continuer sa route, ou alors…personnifier la douleur et l’identifier, pour tenter de s’extirper d’un fatalisme qui finalement, est assez atavique dans sa définition.

Les Polonais de USELESS ont choisi comme nom de baptême un sentiment de plus en plus répandu, et l’ont illustré d’une musique et d’une pochette fort à propos. On se projette assez bien dans les baskets de ce pauvre hère qui erre dans une forêt sombre et monochrome, à la recherche de questions à des réponses qu’il n’a pas. Le dernier album du quintette (Spłuczka et Bolo – guitares, Galon – basse, Michal – batterie et Radziej – chant) dans les oreilles, sans vraiment savoir pourquoi il met un pied devant l’autre…

Le monde du Crust et du D-Beat est souvent dark, souvent ombragé, mais il offre souvent une porte de sortie, une alternative possible, ou une pièce manquante du puzzle. Mais il arrive que de temps à autres, il se contente de constater les dégâts sans chercher à les réparer. C’est le cas de Beyond Escape qui se situe de lui-même en dehors de tout espoir, et qui ne cherche ni à stigmatiser, ni à dénoncer, musicalement parlant. A l’image d’un DBSM transposé à l’univers du Hardcore et dopé à la rage de ne pas pouvoir agir, il se focalise sur les impressions et sentiments les plus glauques, les prises de conscience en forme d’impasse, et laisse avec un goût amer dans les oreilles.

On l’entend comme un message désespéré, qui ne trouve écho dans le présent que grâce à un vecteur de brutalité résigné, qui s’il cavale d’une rythmique enlevée, traîne les pieds dans les couloirs des désillusions et plombe le moral comme une oraison qui se veut atypique dans un créneau pourtant si actif dans l’implication.

Certes, ma prose est un peu vague, mais c’est vraiment ce sentiment qui m’a pris à la gorge lors de l’écoute de ce premier album des Polonais.

Avec dans leurs rangs d’ex-membres de factions comme RZEZNIA, DIFFENBACHIA, GUANTANAMO PARTY PROGRAM, WOJTYLA ou WE ARE IDOLS, les cinq instrumentistes sont rompus à l’exercice Hardcore et peuvent se targuer d’une expérience non négligeable dans le domaine de l’assaut sonore sans complaisance.

D’ailleurs, leur premier album n’en montre aucune, et accumule les pamphlets Crust dits « de l’est », avec cette production si rêche et ce son si abrasif. L’optique polonaise diffère grandement de son homologue scandinave, et l’exubérance violente des combos suédois ou norvégiens se voit ici transformée en avancée dans le vide qui semble pencher la tête du côté où l’espoir va tomber.

On sent effectivement un renoncement palpable derrière ces riffs sombres et un peu tristes, cette rythmique rapide mais qui semble courir sans connaître la direction, et surtout, derrière ces couches de chant rauque, mais retenu, qui crache sa misère comme un condamné ses dernières volontés.

Ce qui n’empêche pas la musique des USELESS d’être efficace d’un point de vue pragmatique, et de coller parfaitement à sa thématique, bien mieux d’ailleurs que bon nombre de groupes de Doom qui tournent en rond autour de leur monolithe usé.

Ici, la violence est effective, mais sourde, la vitesse est prépondérante, mais lourde, et l’ensemble dégage une atmosphère déliquescente de jeunesse en mal de buts, qui déambule dans les couloirs de la vie comme un poulet sans tête.

Pas vraiment de piste à mettre en avant, puisque tous suivent la même, qui mène à une impasse thématique. Toutes sont coulées dans le même moule de renoncement, et toutes sont uniformes au niveau sonore. Mais Beyond Escape exhale d’un doux parfum de coups d’épée dans l’eau, et de coups de poing dans le vide, sans pour autant manquer de substance.

D’ailleurs, la course se termine par un aveu, « We Are The Fucking Change », qui justement propose une échappatoire assez distincte et un développement un peu différent.  Basse ronflante en intro, aménagement médian et légèrement mélodique, avant un ultime sursaut un peu plus haineux que les sept précédents. Une façon très habile de conclure un disque qui s’annonçait comme une impasse, et qui s’avère très intelligemment agencé pour vous emmener exactement là où il le souhaitait.

Un premier pas vers une identité qui va s’affirmer, et vers un discours qui va sans doute changer. En mieux, en pire, nul ne le sait, mais sans établir de parallèle de base, les USELESS sont justement d’utilité publique par eux-mêmes, et ne font pas de promesses inutiles.

Du Crust à tendance D-Beat froid, primal, qui s’écoute comme on regarde les infos, avec ce sentiment d’urgence un peu jauni sur les bords qui débouche sur une colère grondante.

 

Une jolie façon de mettre en adéquation le fond et la forme.


Titres de l'album:

  1. Discontent
  2. Desire
  3. Maps
  4. Rage
  5. Run! Run! Run!
  6. Escape
  7. Impact
  8. We Are The Fucking Change

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 29/11/2016 à 18:54
70 %    412

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Asphodèle

Jours Pâles

Picture

Wings

Birdeatsbaby

The World Conspires

Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

+1.


Enorme la pochette. Et l'album sans être une tuerie, s'écoute ma fois sans sourcilier...


JTDP +1.
Tu m'as d'ailleurs devancé de quelques minutes car tu as posté pendant que j'écrivais justement ceci :
Limite surprenant que l'on déblatère autant de la presse papier spécialisée sur la toile non ?
Preuve que cette dernière a encore tout son sens je trouve.
P(...)


Dernière phrase pleine de bon sens, mon cher. C'est quand tu vois les mags étrangers que tu comprends mieux les écarts.


"Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses"

Ah ben, je crois même que la grande majorité ne se payent pas du tout...

Pour Rock Hard et la "Metaltèque Idéale", si je ne me trompe pas, c'est surtout une opération com(...)


Clair que les 2 points faibles de Metallian sont la compétence des chroniqueurs et les questions aux ITW, faites par mail à 90%. Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses. Pour les kros, c'est pourtant pas compliqué en quelques lignes (d'aille(...)


@JTDP, +1 concernant Metallian et son aspect fanzine.

C'est clair que certaines interviews sont mal branlées et que celles du ou des groupe(s) en tête d'affiche ne sont pas plus volumineuses que d'autres.

Ce qui me dérange le plus, ce sont les chroniques d'albums.
(...)


Dans l'éternel débat des mag' papiers encore existant, de mon côté, New Noise et Rock Hard sont le haut du panier.
New Noise pour leur éclectisme qui fait vraiment du bien (j'ai, par exemple, découvert BRUTUS grâce à eux, une de mes plus belle rencontre musicale et mon meilleur concer(...)


Perso je trouve les premieres années de Rock Hard vraiment excellente, apres le magazine n'a plus innové.


J'ai acheté Metallian il y a quelques mois. Des années que je n'avais acheté un magazine papier. J'y ai lu 3 ou 4 interviews corrects (les groupes que j'aime). Ce torchon, bien fichu, a toujours le chic pour interviewer les groupes les plus nazes de la scène métal. Il empeste toujours l'extensi(...)


S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0


Les mags étrangers, lisant difficilement l'anglais, tu comprendras que je m'en cogne avec une certaine force.

Oui j'ai connu Noise Mag', du temps d'Alex Citram mais je préfère RockHard, même si sa ligne éditoriale penche il est vrai trop sur un certain Hard Rock provenant d'Austral(...)


Ça n'étonnera personne. Ça devait bien arriver un jour. J'ai pas vu d'image mais apparemment il serait carrément tombé de la scène... franchement c'est une bonne chose, c'était au delà du pathétique sur scène (déjà au Motoc l'année dernière). En espérant qu'il soigne vraiment son turb(...)


Ah ben faut pas être trop difficile, à mon humble avis, surtout si on compare avec les mags étrangers (purée, z'avez lu Deaf Forever, Legacy mag, voire en France Noise mag, bien plus complet, même si ça cause pas de metal exclusivement loin de là ? C'est autre chose, niveau qualité et conten(...)


Non, du tout. Les deux groupes se partagent la couverture, c'est tout.


Trust a fait un truc avec Airbourne j'ai pas suivi ?