Return to Hemmersmoor

Them

30/10/2020

Steamhammer/spv

Quatre ans après son premier album, THEM conclut donc sa trilogie entamée avec Sweet Hollow en 2016 avec ce Return to Hemmersmoor dont le titre est chargé en promesses. Le groupe formé et mené par Troy Norr affirme même que ce troisième tome est le plus mature et agressif de sa jeune discographie, et à l’écoute de ses douze pistes, on ne peut qu’acquiescer. Pour les néophytes, à la base et comme son baptême l’indique, THEM a été créé en tant que tribute band à KING DIAMOND par Norr, avant de dévier vers des compositions originales pour éviter la redite et pleinement s’exprimer en tant que créateur. La base donc de cette trilogie peut se trouver dans les albums publiés par le danois grimé entre Abigail et The Eye, bien que l’orientation des THEM soit légèrement différente de celle de notre castrat préféré. En effet, la musique de ce collectif international se rapprocherait plus volontiers d’un Heavy/Power Metal contemporain, plus que d’un Heavy à tendance horrifique, et là où KING DIAMOND parvenait toujours à instaurer une ambiance angoissante à la Hammer, Troy préfère un déroulé plus euphorique et puissant ce qui permet d’éviter de sombrer dans le plagiat pur et simple. De là, on adore ou on déteste, on adhère ou on rejette, mais autant admettre que le combo germano-américain fait tout ce qu’il peut pour s’attirer les faveurs d’un public avide de morceaux puissants, modulés, et aux refrains collégiaux qui donnent de l’énergie. Avec sa dégaine à jouer dans AVATAR ou à se présenter à l’élection de Miss Blacky Lawless pour Halloween, Troy Norr est donc un musicien très intelligent, qui a vite compris que la redite et le simple démarquage ne suffiraient pas à rendre son groupe intéressant, et il développe donc depuis son premier album un univers très personnel, ancré dans son époque, acceptant les gimmicks inhérents à son style.

Dans les faits, Return to Hemmersmoor reprend les débats et l’histoire là où Manor of the Se7en Gables les avait laissés, et propose une clôture de trilogie haute en couleurs et en mélodies. Le line-up n’a pas changé d’un pouce, avec toujours Alexander Palma (basse), Angel Cotte (batterie), Richie Seibel (claviers), Markus Ullrich et Markus Johansson aux guitares, et évidemment, Norr en maître de cérémonie. Alternant une fois encore les climats et les approches, THEM propose donc un troisième tome qu’il juge plus aventureux, équilibré et flirtant parfois avec un Thrash light, bien loin des scénarii théâtraux de son modèle. Et une fois la longue intro de « Diluvium » passée, la charge est sonnée, et l’optique est clairement agressive et belliqueuse. Certains se gausseront d’ailleurs de ces passages narrés qui sonnent un peu cartoon, mais l’univers du combo étant plus proche du dessin animé ou du film familial que de l’horreur pure, il n’y a rien à redire sur ces voix exagérées et ces mises en place plutôt amusantes, qui justement évitent au projet de glisser vers le ridicule. D’autant que « Age of Ascension » ne fait pas semblant de cogner, avec en exergue ces envolées vocales rappelant évidemment le KING, mais d’une façon moins démoniaque. Ici, le propos n’est pas d’effrayer ou d’essayer de se hisser à la hauteur de la légende MERCYFUL FATE, mais bien de proposer des chansons qu’on retient, tout en gardant le cap d’un fil rouge les liant toutes. Et une fois encore, la mission est accomplie pour le sextet, qui parvient à nous garder en haleine pendant près de cinquante minutes. Avec une nouvelle collection de riffs catchy et de soli flamboyants, Return to Hemmersmoor nous propose donc un voyage au cœur de l’imagination d’un groupe qui n’a que peu d’équivalent sur la scène internationale.

Produit à la perfection, doté d’un superbe artwork, Return to Hemmersmoor n’hésite pas à s’abreuver à la fontaine de la Bay-Area, et à lâcher les chiens Thrash lorsque la tension monte d’un cran, comme à l’occasion du très réussi et véloce « The Tumultuous Voyage to Hemmersmoor ». Plus puissant et au contraste plus marqué que ses deux aînés, ce troisième chapitre se hisse sans peine en haut du panier de la production des THEM, qui ont mis le paquet sur les effets pour nous persuader de leur potentiel et de leur unicité. Aucune chance de s’ennuyer, puisque tous les morceaux possèdent leur identité propre, naviguant entre Heavy catchy et Power Metal racé, Thrash contrôlé et Horror Metal poli et détouré, et dès « Free », on comprend que le voyage va être animé par des humeurs et des évènements différents, supportant les pires exactions comme les étapes plus calmes. Assez proche de ce que la vague scandinave de Power Metal pouvait proposer dans les années 90, l’album est un conte de fée pour Halloween familial, mais n’hésite pas quand même à s’embrumer quelques peu pour instaurer une ambiance plus poisseuse et mystique. Ainsi, « The Thin Veil » joue la grandiloquence, avec son intro de claviers hantés soudainement interrompus par une guitare sentencieuse, et un chant inquiétant et sombre. Très à l’aise en mode impact immédiat, le sextet fait aussi preuve de flair lors des digressions plus progressives, et parvient à mettre l’emphase sur ses qualités avec toujours en exergue, ces mélodies reprises à plusieurs voix qui enchanteront petits et grands. On pense même parfois à une version assombrie d’AVANTASIA, spécialement lorsque le tempo décolle et que l’euphorie s’impose.

Objectivement, je ne vois aucun grief à formuler à l’encontre d’un groupe qui en quelques années, est parvenu à se créer un univers personnel. D’autant que lorsque la machine se met en branle et joue sur les oppositions de style, nous avons droit à un feu d’artifices digne de la scène italienne (« Waken »). Conscient de plus séduire qu’effrayer, THEM n’abuse pas des effets et se contente de soigner sa partition, répétant certes quelques idées, mais parvenant toujours à trouver un petit gimmick pour faire la différence. Gimmick qui se veut parfois Thrash (« Hellhounds: The Harbingers of Death »), axé sur les percussions et les incursions de claviers (« Battle Blood » qui n’a pas grand-chose à envier au fils bâtard d’EXODUS et CRADLE OF FILTH), ou aplatissant comme un mid tempo explosif dompté par des vocalises typiques (« Maestro’s Last Stand »). Une belle démonstration de force donc que ce Return to Hemmersmoor, qui s’adressera sans doute plus aux fans d’Harry Potter qu’à ceux de Terence Fisher, mais qui enthousiasmera tous les clans de la famille Metal, pour peu qu’ils aient gardé leur âme d’enfant attiré par le monde de l’horreur.           

                                                                                              

Titres de l’album:

01. Diluvium

02. Age of Ascension

03. The Tumultuous Voyage to Hemmersmoor

04. Free

05. Field of Immortality

06. The Thin Veil

07. Waken

08. Memento Mori

09. Hellhounds: The Harbingers of Death

10. Battle Blood

11. Maestro’s Last Stand

12. Finis


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 02/12/2020 à 14:44
85 %    301

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
otagrosse

C'est de la merde

14/04/2021, 10:56

Emile Louis

Il va crever comme une merde!

14/04/2021, 10:54

metalrunner

Un putain de batteur doublé d un mec sympa et dispo go Tom

14/04/2021, 08:24

KaneIsBack

Aïe, ce n'est clairement pas un bonne nouvelle...   Mais bon, il va se battre, donc croisons les doigts !

14/04/2021, 08:13

RBD

Alors ça ! Je suis très peu consommateur de Black et moins encore quand c'est expérimental, mais par contre grand lecteur de Dan Simmons dont le cycle "Hyperion" est probablement l'oeuvre la plus culte. Il faut être ambitieux pour s'attaquer &ag(...)

13/04/2021, 21:37

totoro

Un peu de mal à entendre le côté dope et décadence dans la musique du groupe, même si je trouve le disque particulièrement emballant et entraînant ! Ca me rappelle un peu le groupe norvégien Red Harvest ! Merci pour la découverte ! En pl(...)

13/04/2021, 13:30

RBD

Cela rappelle les heures grises de l'"Enfant sauvage", en effet. Après deux bons premiers extraits, c'est pas si grave. Nous verrons bientôt ce que vaudra l'oeuvre complète.

13/04/2021, 11:47

Deathcotheque

Pas de sortie physique ? C'est vraiment dommage. Je ne pourrai pas les soutenir sur ce coup là !

13/04/2021, 11:24

Buck Dancer

Après une écoute, un peu moins convaincu aussi par ce morceau que les précédents, mais c'est le genre de chanson qui peu se révèler avec le temps.... ou pas. 

12/04/2021, 22:31

Moski

Hmmmmmmmmmmmmmmmmm mouais... Pas convaincu par ce titre. Je trouve les paroles un peu bateau, sur un tapis de triolets... Mouais... 

12/04/2021, 20:45

Deathcotheque

Guillaume a chanté dans Mnemic (sera encore le chanteur quand ils se reformeront ?), groupe dont le style n'est pas si éloigné que ça de Fear Factory. "Passenger", le 1° album qu'il a enregistré avec eux a été produit et enr(...)

12/04/2021, 20:27

Deathcotheque

Guillaume a chanté dans Mnemic (sera encore le chanteur quand ils se reformeront ?), groupe dont le style n'est pas si éloigné que ça de Fear Factory. "Passenger", le 1° album qu'il a enregistré avec eux a été produit et enr(...)

12/04/2021, 20:27

Humungus

"Et Fear Factory a joué le 17 décembre 2004 en 1° partie de Fear Factory à l'Elysée Montmartre"Et après on s'étonne que le pauv' Burton n'ait plus de voix durant les shows...(sic)

12/04/2021, 20:25

Deathcotheque

Guillaume a chanté dans Mnemic (sera encore le chanteur quand ils se reformeront ?), groupe dont le style n'est pas si éloigné que ça de Fear Factory. "Passenger", le 1° album qu'il a enregistré avec eux a été produit et enr(...)

12/04/2021, 18:42

Jus de cadavre

Je plussoie ! C'est excellent oui ! 

12/04/2021, 18:09

RBD

Pour préciser : il me semble très difficile d'empêcher l'utilisation des vocaux déjà enregistrés si Burton a effectivement signifié son départ après. Sur les suggestions, Guillaume Bideau pourrait êtr(...)

12/04/2021, 17:41

Florian coquerelle

ouais. Steeve. Petit. Nouveau chanteur. De fear. Factory. Ce. Serait. Bien. Non?

12/04/2021, 15:07

RBD

Essayé sur la foi d'une description qui s'est révélée parfaitement exacte. Cela faisait un petit moment que je n'avais pas croisé un jeune groupe mettant les solos de guitare autant en avant. L'allusion à Demolition Hammer est parlante(...)

12/04/2021, 13:42

LeMoustre

No les influences. Seule la voix, peu naturelle et monocorde, me gêne. 

12/04/2021, 12:40

Orphan

"sont" <- putain mes propres yeux saignent

12/04/2021, 10:10