Comment parvenir à sortir de la masse en fusion des groupes de metal moderne fourmillant depuis quelques années en France ? Deux options s’offrent à eux, la première étant de faire parler de son groupe à tout prix, quitte à en faire trop. La seconde consiste à laisser parler les notes et chanter les cymbales, quitte à faire le juste nécessaire. C’est dans ce second panier que l’on pourrait aisément classer KERA,  groupe parisien fondé en 2014 autour duquel sont venus se greffer deux membres récemment embauchés, Ryan Mc Haggis au chant et Florent Gerbault à la basse, afin de lui conférer une identité propre pour asseoir sa singularité. Après un premier EP promotionnel de 3 titres un poil plus directs préfigurant ce que sera la musique de son premier véritable album, voici que paraît Hysteresis en autoproduction.

Si le propos a quelque peu évolué, la trame reste  quant à elle basée sur une matrice qui lui sied à merveille, un savant amalgame de death metal technique, très souvent progressif et parfois avant-gardiste, le tout servant un disque décrit comme concept-album. A noter qu’il faut parfois se méfier de ce que l’on peut hâtivement qualifier d’album conceptuel. N’est pas PINK FLOYD, MARILLION ou QUEENSRYCHE qui veut.  KERA semble avoir parfaitement digéré ce principe en suggérant sa vision de ce que l’on qualifie de troubles psychiatriques avancés, délires paranoïaques et enfermement chimique ou physique. Si la thématique du désordre psychique n’est guère originale dans le milieu musical dans lequel évolue KERA, force est de constater que le propos se veut très personnel, l’emploi de la première personne du singulier laissant l’auditeur libre de suivre cette introspection abyssale ou non, tandis que la musique dans la grande tradition des albums conceptuels ne s’écoute que d’une traite, même si là encore le chaland est laissé totalement libre de s’introduire à sa manière dans les limbes musicales du groupe. Liberté semble être le maître-mot de ce Hysteresis. C’est d’ailleurs ce qui frappe d’entrée lorsque l’introduction du disque se fait entendre sur le bien nommé « Ouverture », cette volonté de briser les conventions bien établies dans un style musical souvent obtus, voire fermé,  au discours façonné. Un arpège acoustique délicat survolé d’une guitare lap steel rappelle les grandes heures de DIRE STRAITS, avant l’explosion du premier titre, « Harbinger Of Doom ». On pense à DREAM THEATER ou OPETH sans que cela n’en devienne gênant. Un soin tout particulier est apporté aux arrangements discrets mais essentiels, s’agissant entre autres de cette basse prépondérante s’envolant plus souvent qu’à son tour vers la canopée crânienne, enveloppant notre for intérieur de barreaux d’une prision mentale d’où l’on ne veut surtout pas s’échapper. Un très grand plaisir de l’ouïe ! La spécificité de la musique de KERA se dessine dans cette combinaison  entre grosses pêches ultra puissantes et moments nettement plus calmes et aériens, bien souvent acoustiques. Des alternances pourtant loin d’être uniques en leur genre. De fait, cela fonctionne fort bien mais la surprise n’en est que moins surprenante, si j’ose dire. Un travail à saluer est celui qu'est apporté aux guitares tant en rythmique qu’en solo, notamment sur « Silence » qui laisse planer l’ombre de DREAM THEATER (encore lui !) au milieu de ces mesures asymétriques réhaussées de ce que l’on devine être un chœur discret. Vraiment très réussi, d’autant que le break central tout en délicatesse (cette basse souple et affriolante !) est d’une troublante générosité malgré le minimalisme généré par les instruments. Seul bémol de ce titre par ailleurs très réussi, la partie speed où l’on sent le groupe moins à son aise, notamment Clémence Baler derrière son kit, par ailleurs responsable d’un travail titanesque. Rien de grave en soi mais une fluidité accrue sur les parties rapides renforcerait l’impact du propos, de sorte que le « poum /tchak » un peu fébrile serait susceptible de tailler dans le gras du bide avec une assurance appuyée. Pour le reste c’est du tout bon même si la bande à Petrucci demeure un peu trop présente par moment de même que celle des frères Duplantier. GOJIRA semble en effet avoir beaucoup tourné entre les oreilles des musiciens de KERA. Mais là encore rien d’alarmant. La voix se situe à mi-chemin entre les growls purement caverneux et le chant clair, saupoudrés par moment de vocaux plus foncièrement « in your face », type Lars Göran Petrov (ENTOMBED), presque hardcore.  « Epiphany Of A Lunatic » est un très joli moment de cet album à classer parmi les bon crus de votre discothèque, avec son chant (très) légèrement habité  comme pourrait le proposer  SYSTEM OF A DOWN,  notamment lorsque celui-ci se dédouble à la tierce façon Malakian/Tankian. Un disque vraiment très agréable à écouter, dont on pense avoir fait le tour à la première lecture mais qui révèle une foultitude de surprises et de subtilités dès l’entame de la seconde. Il vous est d’ailleurs chaudement recommandé de procéder à une écoute au casque. Vous redécouvrirez la luxuriance de cette musique majestueuse dont le verbe haut ferait rougir bon nombre de formations à l’international. Un titre tel que le plus mid-tempo « Sirens » n’est pas moins intéressant qu’un morceau de MACHINE HEAD, bien au contraire. Là où Robb Flynn et ses potes assènent à leur public un remake permanent de leurs œuvres (avec plus ou moins de réussites dans leurs aventures), KERA, bénéficiant d’une fougue toute juvénile, y va la fleur au fusil, avec la rage au ventre et la témérité inconsciente qui fait de lui un outsider des plus sérieux au poste d'un des leaders de la scène française, les atouts dans sa manche ne demandant qu’à être mis au grand jour. Signalons par ailleurs qu’un single très efficace a été tiré de cet album, « Compos Mentis », lorgnant pour sa part vers MESHUGGAH ou ARCH ENEMY, qui devrait ravir les amateurs de ces combos. Le sublime solo de guitare soutenu par une double pédale pas trop présente fera également son petit effet. Le final et dantesque  « Silence (Slight Return) » montre tout au long de ses 7’42 l’étendu du savoir-faire des francilien. Tout y passe ou presque : calme, rage, vocifération, double pédale, mesures asymétriques, rythmes complexes, accélération, guitares à la tierce… Tout, on vous dit ! Tout ? Non. Un dernier mot sur la mise en son de l’objet, enregistré, mixé et produit par Arthur Heim, guitariste de KERA et Arnaud Condé tandis que le mastering a été réalisé par Acle Kahney (TESSERACT). Quant à l’artwork, particulièrement réussi lui aussi, sachez qu’il est signé Edouard Noisette / Siberius Art.

A titre personnel, j’aurais souhaité entendre un riff qui tue. Je m’explique. La musique proposée est d’une grande richesse, c’est indéniable et c’est heureux. Mais le vieux thrasher qui sommeille au fond de mon âme attendait un (seul !) riff qui vrille la tête sur une accélération furieuse, en vain. KERA affiche plutôt une succession de plans complexes, certes de très haute tenue et agencés élégamment, mais qui mériteraient parfois un coup de fouet bien senti.  La simplicité doublée d’une surprise sautant à la gorge décuple l’efficacité. Mais c’est un tout petit détail égoïste et rabat-joie que j’éructe au milieu de ce déluge de compliments amplement mérités. On attend la suite avec impatience.

Track listing

1 - Ouverture

2 - Harbinger Of Doom

3 - Silence

4 - Sanity Fails

5 - Epiphany Of A Lunatic

6 - Sirens

7 - Delusion

8 - Compos Mentis

9 - Silent (Slight Return)

Facebook


par Alexis Cro-Mags le 21/02/2018 à 07:59
81 %    319

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)