Je vais finir par croire que je m’y prends comme un manche pour glaner des infos en amont de chroniques, tant j’ai du mal ce matin à dénicher des précisions avant de vous parler d’un album qui vaut la peine d’être écouté. Cette fois-ci, c’est du côté du Canada que j’ai lorgné, pour faire la connaissance du dernier Glam band à la mode, et faites-moi confiance, ces quatre lascars là s’y entendent comme personne pour chalouper le groove et aiguiser des guitares à la moue boudeuse. Les DEXTRESS nous en viennent donc de Calgary, se sont formés en 2011, et ont depuis affiné leur répertoire on stage pour devenir le combo le plus hot de leur région, nous satisfaisant aujourd’hui de ses vues goulues sur un Hard-Rock festif et fort en tifs. Quatre jeunes musiciens aux influences revendiquées, qui ont grandi à l’ombre du soleil américain des 80’s, et qui en restituent aujourd’hui la chaleur des rais via un assemblage explosif de hits et tubes juvéniles qui vont ravir les accros de la scène Sleaze eighties. Pas de temps mort, ils ne sont pas là pour faire de la figuration, mais pour que vous reteniez leur nom et le répétiez à tous les contacts de votre notebook. Et une fois ce LP éponyme digéré, vous aurez clairement envie de le partager avec quelques amis bien triés, tant il restitue à merveille l’esprit de party que cette décennie chamarrée avait fêté pendant une nuit durant quelques années.

L.A, Calgary, la différence est énorme et pourtant minime, tant on a le sentiment d’avoir affaire à un disque ayant traversé le temps sans se faire remarquer, avant d’émerger de nouveau pour nous enthousiasmer. Car de la production aux chansons, tout est élaboré dans un élan de mimétisme bluffé, qui nous prend par les tripes et nous lèche la joue sans laisser de trace de bave séchée…

Quatre acolytes (Mark Janz – guitare, Eric Paulin – chant, Keith Runco – batterie et Reece Runco – basse, mais la configuration a salement changé depuis leurs débuts), jeunes, frais et à l’aise dans leur baskets qui revisitent le répertoire des cadors qu’ils se plaisent à nommer, les éternels MÖTLEY CRÜE, VAN HALEN, GUNS N' ROSES, SKID ROW, DEF LEPPARD, dont ils retrouvent le souffle adolescent le temps d’un LP franchement revigorant. Bon sang ne saurait mentir, et le leur bout d’un Sleaze en devenir, qui annonce la couleur et les fanfreluches dès « Wild Is The Night », qui nous ramène à toute blinde trente ans en arrière, de ses chœurs en lumière et de ses riffs qui ne prennent pas la poussière. Ici, pas de prise de tête et satisfaction garanteed, on joue du Rock glossy pour le plaisir, et surtout, pour le désir, celui de signer des hymnes teenage à reprendre à tue-tête un samedi soir de fête. Mais la fête ici est permanente, et réchauffe le climat que les frimas du Canada rendent encore plus froid, mais dont la glace fond à chaque intervention de ces gamins qui vivent leur vie à fond. A fond les ballons, qui éclatent et dispersent leurs cotillons, sans pour autant se cacher derrière un paravent de gimmicks. Les instrumentistes sont certes jeunes, mais connaissent leur boulot, et manient leur manche, leurs baguettes et leur micro avec un indéniable brio. Soli qui volent haut, rythmique qui frappe tôt, et guitares qui riffent chaud, pour une sacrée virée downtown qui ne vous ramènera pas tant qu’il restera une bière dans le frigo. Un peu ENUFF Z’NUFF, un peu POISON, beaucoup de GUNS, et une pincée de SKID ROW, pour une descente dans les bas-fonds de la Californie, à quelques milliers de kilomètres de distance…

On pensait le sacro-saint triptyque dépassé, mais les DEXTRESS lui rendent ses lettres de noblesse via un « Sex, Drugs, Rock N’Roll » enragé, qui d’une rythmique Heavy plombée et d’un riff saccadé achève de nous convaincre d’un potentiel inné. Tout ça transpire la joie de vivre, de jouer, et de se retrouver sur scène pour partager. Les thèmes sont simples, mais efficaces, et la production classe leur apporte le professionnalisme dont ils avaient besoin pour aller encore plus loin. On oscille entre Hard party et Heavy duties, et le mélange est explosif, et fort en gueule, un peu comme si Sebastian Bach, à peine pubère, s’en allait taper le bœuf sans prévenir sa mère avec des L.A GUNS bien vénères. Ce qui n’empêche nullement la troupe bigarrée de s’essayer à l’exercice du Rock électrique bluesy, par l’entremise sexy d’un « Bring On The Girls » suant le stupre et puant la luxure, mais traitant sa biture à grands coups de guitares à la Young et de chœurs à la CHEAP TRICK. Le chant très haut perché d’Eric nous rappelle même les SLAUGHTER, en version moins adulte, et surtout plus excitante, tandis que la bande son en arrière-plan n’a pas oublié le subtil mélange de Pop et de Rock d’une décade d’excès qui trouve encore des échos trente ans après. C’est rythmé, rythmique, typique, facilement assimilable, mais tellement jouissif qu’on en oublie la repique, qui pioche à droite à gauche les plans nécessaires à la mise en place de l’optique. Crue, mais soft, drue, mais Rock, la musique des DEXTRESS est à l’image de leur attitude et de leur physique avantageux, et se vautre dans la cowbell pour nous redonner la pèche, le temps d’un « Reason or Rhyme » bien rebelle, et symptomatique de l’ambiance du Sunset à la nuit tombée.

Mais la nuit ici, dure toute la vie, c’est un principe établi qui permet de rejeter les conventions d’une journée aux responsabilités difficiles à assumer. Alors on l’oublie, le temps d’une intro et d’une fuite en avant dans le métro (« Red Eye Enemy »), au cas où l’on tomberait sur les frères Young et Mike Monroe dans la même rame en direction du même tripot. Une fois encore, l’efficacité prime, les backing vocals brillent, et la folie d’une adolescence pas encore terminée jubile, terminant sa croissance près de la rivière pour y disperser ses dernières prières (« Down By The River »).

Petit détour par les rues bondées, histoire d’échanger, de deviser, et surtout, de draguer (« Oh Sweet Sister », on n’avait pas entendu tel hymne depuis les DOLLS au moins). Et si les mecs font semblant de se la jouer romantique, ne tombez pas dans leur piège à la canadienne, dont la technique australienne singe l’attaque d’Angus et Malcolm pour mieux vous prendre à revers (« Play Nice », mon œil, nice boys don’t play rock n’roll, tout le monde le sait depuis ROSE TATTOO, même si sur ce coup-là, ce sont plutôt les ENUFF Z’NUFF qui s’y collent). Ambitieux et malicieux, ce quatuor ose même le final homérique via une composition épique et romantique de plus de sept minutes, qui nous offre un épilogue charmant, témoin d’une aube naissante qui nous mènera vers un autre jour (« Distance », parfaite BO d’un film où le héros embrasse sa belle sous un soleil qui brille haut).

Quelle belle surprise que celle réservée par les DEXTRESS, qui outre leur dextérité, ont su retrouver le naturel sauvage d’albums ayant fait des ravages il y a quelques lunes…La leur est pleine, et susceptible de déclencher des passions, des baisers plein de fougue et beaucoup d’attention, la vôtre bien sûr…Un disque spontané et frondeur, qui ne passe pas des heures à vous expliquer ce que des sentiments innés savent déjà depuis des années. Et qui occulte la détresse pour vous emballer d’une joie toute justifiée.


Titres de l'album:

  1. Wild Is the Night
  2. Sex, Drugs, Rock n' roll
  3. Bring On The Girls
  4. Reason Or Rhyme
  5. Red Eye Remedy
  6. Down By The River
  7. Oh Sweet Sister
  8. Play Nice
  9. Guilty Man
  10. Distance

Site officiel


par mortne2001 le 31/10/2017 à 14:11
85 %    428

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes