La tête et les épaules engoncées dans la nostalgie jusqu’au cou, je continue de m’immerger dans la vague old-school, sans vraiment le regretter, même si parfois, j’aimerais que les groupes fassent un petit effort d’innovation. Régulièrement, l’attitude artistique globale en vogue dans le milieu Metal me rappelle méchamment les réflexes hollywoodiens consistant à proposer des séquelles, des reboots, des remakes, plutôt que de miser sur l’originalité d’une histoire certes un peu risquée, mais qui pourrait nous offrir un nouvel élan. Nonobstant ce triste état de fait, il est certain que cette vague vintage charrie aussi son lot de bonnes surprises, en admettant que la plupart des idées qu’elle développe ont déjà été exploitées il y a une bonne trentaine d’années. Restons timoré, ayons peur de tout, telle pourrait être la devise mise en exergue chaque semaine, à laquelle les espagnols de MAUSER n’échappent pas totalement…Nous en venant de Seville, Andalousie, ce quatuor (Ernesto - guitare/chant, Felix - guitare, Enrique - basse et Ale - batterie) s’est déjà fait remarquer par une poignée de publications, dont trois démos successives entre 2002 et 2006, avant de nous surprendre d’un live, précédant lui-même un premier EP original (Mauser en 2008). Ensuite, un hiatus de plusieurs années avant de revenir plus décidé que jamais, et d’enfin offrir à ses fans le premier LP qu’ils méritaient (La Locura, 2015), préfigurant une suite des évènements plus constante et consistante. Les ibères nous en reviennent donc avec une nouvelle bordée de chansons dans la musette, agencées sous la forme d’un second LP complet, ce Colgar al Ladron dont je m’apprête à vous parler. Sans chercher à bousculer l’ordre établi, les andalous s’adonnent donc aux joies d’un Thrash fortement connoté de Heavy, dans la plus pure tradition de la Bay Area, et signent avec ce deuxième longue-durée une jolie déclaration d’intention à la pochette plus crédible qu’une paire de baskets de Scott Ian.

Se revendiquent d’une généralité assez pratique, et admettant l’influence de la vague Thrash sans aucune distinction, les MAUSER développent de beaux arguments Metal assez relevés, tout en prônant une modération d’agression toute à leur honneur. Se situant dans un créneau ouvert en convergence des METALLICA, EXODUS, WARBRINGER, HAVOK (dans une moindre mesure), SLAYER et autres icônes incontournables du mouvement, Colgar al Ladron (Pendre le Voleur en VF) suit les traces des revendications sociales de ses aînés, et dénonce quelques injustices au passage, tout en prenant soin d’enrober son message dans une coulée de Metal en fusion. Plus culotté que leur parcours ne le laisse présager, le quatuor n’a pas choisi la voie de la facilité, et a privilégié des structures de composition assez élaborées, qui font la part belle aux couplets percutants menant sur des refrains entêtants. La vitesse de croisière étant parfaitement raisonnable, les plus réfractaires à la violence pure d’entre vous pourront trouver leur compte dans ce grand déballage de plans efficaces et puissants, sans avoir à craindre de soudaines crises de folie en BPM en furie. Néanmoins, les espagnols n’en restent pas pour autant à couvert, et osent des enchaînements assez solidaires, travaillant leur fluidité pour suggérer le contrepied. Tout est donc parfaitement logique sur ce second LP, bien que des morceaux comme « Las Buenas Nuevas » s’ingénient à multiplier les contretemps, changements de direction, et autres accumulations de parties complémentaires, mais radicalement opposées à la fois. Nous rebondissons donc de riffs ventrus en embardées velues, tâtonnant à vue dans un labyrinthe de références, marchant sur les pieds d’un MORTAL SIN pour mieux donner l’accolade à KREATOR, sans jamais stimuler les côtés les plus excessifs des deux influences. Non que le tout se situe dans une moyenne jamais transgressée, mais autant dire que ces quatre musiciens savent pertinemment ce qu’ils veulent, et refusent de se frotter à un chaos trop prononcé, privilégiant les mélodies aux parties un peu trop barbares. Ils se permettent d’ailleurs parfois quelques accointances avec un Techno-Thrash raisonnable, ce qui ne fait qu’ajouter une plus-value à cet album déjà méchamment coriace.

Inutile dès lors de se fatiguer à recenser toutes les allusions que ce LP sème sur son passage, puisqu’elles sont déjà connues de tous. Mais si la plupart des entrées prennent leur temps pour instaurer leurs ambiances, le timing ne semble jamais exagéré, et la plupart des idées restent pertinentes, et très bien placées. Seuls les deux premiers chapitres restent sous la barre des quatre minutes, pour un gentil résumé de ce qui vous attend ensuite, et en tant que mises en bouche, « No Aguanto Mas » et « Colgar Al Ladron » se présentent comme d’admirables hors d’œuvre, faisant même preuve d’une emphase que ce cher Dave Mustaine ne conchierait pas. Multiplication des harmonies, utilisation des deux guitares à plein régime, rythmique efficiente et soli incandescents, la recette est d’usage mais merveilleusement bien employée, et si la cadence ose en ces prémices flirter avec les limites, c’est pour mieux offrir un exutoire valable aux fans les plus déchaînés. Mais autant avouer que la double grosse caisse n’est que rarement employée hors de ce contexte, et que le reste du tracklisting opte pour une logique plus évolutive qu’instinctive, ce que « Exodos » prouve de son lick hautement redondant et de son Heavy performant. Il n’est pas surfait d’y entrevoir une version plus musclée et testostéronée des METAL CHURCH, d’autant plus que la tonalité globale s’apparente à une digression sur le séminal « Start The Fire ». Mais il y a pire référence, et comme les actions se succèdent sans jamais laisser retomber la pression, on se laisse happer par un album de facture classique mais extrêmement bien joué, qui nous ramène quelques années en arrière sans exagérer les emprunts et autres vols à l’arraché.

Et de fil en aiguille, le chronomètre nous entraîne sans faiblir vers un crescendo de plaisir, entre les attaques en coups de reins de « Dinero Por Sangre », qui renoue avec la précision d’un MEGADETH de transition, et les aplatissements en règle de « Despojo », qui synthétise les meilleures intuitions des WARBRINGER, pour finalement échouer sur le long final « Pan y Circo », qui en guise de pain et de jeux nous offre onze minutes de Thrash progressif, aussi créatif que puissant, et aussi osé que performant. On y retrouve toutes les composantes du genre, cet esprit d’aventure qui ose replacer les inserts d’un MAIDEN dans un esprit volontaire à la METALLICA/DEATH ANGEL, ces mélodies jamais niaises, et ce désir de bousculer sans choquer. Un véritable tour de force qui transforme alors Colgar al Ladron en délicieuse anecdote, lui offrant un regard neuf et moins complaisant. Une vraie réussite pour un groupe éminemment sympathique, qui sans s’écarter du droit chemin ou invoquer des Dieux païens, colle à la réalité d’un Thrash sévèrement burné.             

   

Titres de l'album:

                     1.No Aguanto Más   

                     2.Colgar al Ladrón    

                     3.Éxodos       

                     4.Las Buenas Nuevas

                     5.Velocidad Matar Odio      

                     6.Dinero por Sangre  

                     7.Despojo      

                     8.Pan y Circo

Facebook officiel


par mortne2001 le 26/06/2018 à 18:25
80 %    219

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Cruella

Metal Revenge

Northtale

Welcome To Paradise

Mutilate

Contagium

Volt

The Grand Deception

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes


1) ManOfShadows + 1 !
2) C'est quoi "la résidence" ?


Bonne nouvelle. Je n'attendais pas un nouvel album de leur part si tôt.


J'ai eu peur ! En lisant les deux premières lignes et en voyant la photo, c'est mon cœur qui a faillit s’arrêter de battre. Murphy est un vocaliste unique et légendaire. Bon courage et bon rétablissement à lui.


C’est pas trop tot


Pas un petit passage par chez nous, dommage...


A noter qu'il s'agit d'un EP (5 titres) et non du 3ème album des chiliens à proprement parler.


Oui le morceau en écoute est... éprouvant ! Bien plus violent que certains groupes de métal. Je suis pas sur que ce soit pour moi par contre...
PS: Elle donne une interview dans le dernier New noise.


Ouch... je n'ai écouté qu'un seul morceau et pourtant je suis sur les rotules. C'est d'une intensité rare. Cathartique. Quand elle hurle, on a juste envie de hurler avec elle, encore plus fort pour... je ne sais pas vraiment en fait ! Tout bonnement impressionnant. Et éprouvant !
Merci mec(...)


Enjoy The Violence !