La tête et les épaules engoncées dans la nostalgie jusqu’au cou, je continue de m’immerger dans la vague old-school, sans vraiment le regretter, même si parfois, j’aimerais que les groupes fassent un petit effort d’innovation. Régulièrement, l’attitude artistique globale en vogue dans le milieu Metal me rappelle méchamment les réflexes hollywoodiens consistant à proposer des séquelles, des reboots, des remakes, plutôt que de miser sur l’originalité d’une histoire certes un peu risquée, mais qui pourrait nous offrir un nouvel élan. Nonobstant ce triste état de fait, il est certain que cette vague vintage charrie aussi son lot de bonnes surprises, en admettant que la plupart des idées qu’elle développe ont déjà été exploitées il y a une bonne trentaine d’années. Restons timoré, ayons peur de tout, telle pourrait être la devise mise en exergue chaque semaine, à laquelle les espagnols de MAUSER n’échappent pas totalement…Nous en venant de Seville, Andalousie, ce quatuor (Ernesto - guitare/chant, Felix - guitare, Enrique - basse et Ale - batterie) s’est déjà fait remarquer par une poignée de publications, dont trois démos successives entre 2002 et 2006, avant de nous surprendre d’un live, précédant lui-même un premier EP original (Mauser en 2008). Ensuite, un hiatus de plusieurs années avant de revenir plus décidé que jamais, et d’enfin offrir à ses fans le premier LP qu’ils méritaient (La Locura, 2015), préfigurant une suite des évènements plus constante et consistante. Les ibères nous en reviennent donc avec une nouvelle bordée de chansons dans la musette, agencées sous la forme d’un second LP complet, ce Colgar al Ladron dont je m’apprête à vous parler. Sans chercher à bousculer l’ordre établi, les andalous s’adonnent donc aux joies d’un Thrash fortement connoté de Heavy, dans la plus pure tradition de la Bay Area, et signent avec ce deuxième longue-durée une jolie déclaration d’intention à la pochette plus crédible qu’une paire de baskets de Scott Ian.

Se revendiquent d’une généralité assez pratique, et admettant l’influence de la vague Thrash sans aucune distinction, les MAUSER développent de beaux arguments Metal assez relevés, tout en prônant une modération d’agression toute à leur honneur. Se situant dans un créneau ouvert en convergence des METALLICA, EXODUS, WARBRINGER, HAVOK (dans une moindre mesure), SLAYER et autres icônes incontournables du mouvement, Colgar al Ladron (Pendre le Voleur en VF) suit les traces des revendications sociales de ses aînés, et dénonce quelques injustices au passage, tout en prenant soin d’enrober son message dans une coulée de Metal en fusion. Plus culotté que leur parcours ne le laisse présager, le quatuor n’a pas choisi la voie de la facilité, et a privilégié des structures de composition assez élaborées, qui font la part belle aux couplets percutants menant sur des refrains entêtants. La vitesse de croisière étant parfaitement raisonnable, les plus réfractaires à la violence pure d’entre vous pourront trouver leur compte dans ce grand déballage de plans efficaces et puissants, sans avoir à craindre de soudaines crises de folie en BPM en furie. Néanmoins, les espagnols n’en restent pas pour autant à couvert, et osent des enchaînements assez solidaires, travaillant leur fluidité pour suggérer le contrepied. Tout est donc parfaitement logique sur ce second LP, bien que des morceaux comme « Las Buenas Nuevas » s’ingénient à multiplier les contretemps, changements de direction, et autres accumulations de parties complémentaires, mais radicalement opposées à la fois. Nous rebondissons donc de riffs ventrus en embardées velues, tâtonnant à vue dans un labyrinthe de références, marchant sur les pieds d’un MORTAL SIN pour mieux donner l’accolade à KREATOR, sans jamais stimuler les côtés les plus excessifs des deux influences. Non que le tout se situe dans une moyenne jamais transgressée, mais autant dire que ces quatre musiciens savent pertinemment ce qu’ils veulent, et refusent de se frotter à un chaos trop prononcé, privilégiant les mélodies aux parties un peu trop barbares. Ils se permettent d’ailleurs parfois quelques accointances avec un Techno-Thrash raisonnable, ce qui ne fait qu’ajouter une plus-value à cet album déjà méchamment coriace.

Inutile dès lors de se fatiguer à recenser toutes les allusions que ce LP sème sur son passage, puisqu’elles sont déjà connues de tous. Mais si la plupart des entrées prennent leur temps pour instaurer leurs ambiances, le timing ne semble jamais exagéré, et la plupart des idées restent pertinentes, et très bien placées. Seuls les deux premiers chapitres restent sous la barre des quatre minutes, pour un gentil résumé de ce qui vous attend ensuite, et en tant que mises en bouche, « No Aguanto Mas » et « Colgar Al Ladron » se présentent comme d’admirables hors d’œuvre, faisant même preuve d’une emphase que ce cher Dave Mustaine ne conchierait pas. Multiplication des harmonies, utilisation des deux guitares à plein régime, rythmique efficiente et soli incandescents, la recette est d’usage mais merveilleusement bien employée, et si la cadence ose en ces prémices flirter avec les limites, c’est pour mieux offrir un exutoire valable aux fans les plus déchaînés. Mais autant avouer que la double grosse caisse n’est que rarement employée hors de ce contexte, et que le reste du tracklisting opte pour une logique plus évolutive qu’instinctive, ce que « Exodos » prouve de son lick hautement redondant et de son Heavy performant. Il n’est pas surfait d’y entrevoir une version plus musclée et testostéronée des METAL CHURCH, d’autant plus que la tonalité globale s’apparente à une digression sur le séminal « Start The Fire ». Mais il y a pire référence, et comme les actions se succèdent sans jamais laisser retomber la pression, on se laisse happer par un album de facture classique mais extrêmement bien joué, qui nous ramène quelques années en arrière sans exagérer les emprunts et autres vols à l’arraché.

Et de fil en aiguille, le chronomètre nous entraîne sans faiblir vers un crescendo de plaisir, entre les attaques en coups de reins de « Dinero Por Sangre », qui renoue avec la précision d’un MEGADETH de transition, et les aplatissements en règle de « Despojo », qui synthétise les meilleures intuitions des WARBRINGER, pour finalement échouer sur le long final « Pan y Circo », qui en guise de pain et de jeux nous offre onze minutes de Thrash progressif, aussi créatif que puissant, et aussi osé que performant. On y retrouve toutes les composantes du genre, cet esprit d’aventure qui ose replacer les inserts d’un MAIDEN dans un esprit volontaire à la METALLICA/DEATH ANGEL, ces mélodies jamais niaises, et ce désir de bousculer sans choquer. Un véritable tour de force qui transforme alors Colgar al Ladron en délicieuse anecdote, lui offrant un regard neuf et moins complaisant. Une vraie réussite pour un groupe éminemment sympathique, qui sans s’écarter du droit chemin ou invoquer des Dieux païens, colle à la réalité d’un Thrash sévèrement burné.             

   

Titres de l'album:

                     1.No Aguanto Más   

                     2.Colgar al Ladrón    

                     3.Éxodos       

                     4.Las Buenas Nuevas

                     5.Velocidad Matar Odio      

                     6.Dinero por Sangre  

                     7.Despojo      

                     8.Pan y Circo

Facebook officiel


par mortne2001 le 26/06/2018 à 18:25
80 %    190

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Backyard Babies

Silver & Gold

Pestilent Death

Chapters of Depravity

Torch Runner

Endless Nothing

Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019 Part. II

Simony / 26/06/2019
Punk Rock

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Concerts à 7 jours

+ Gorgasm + Cenotaph

03/07 : Quartier Libre, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

J'aime beaucoup le premier album mais je suis passé à côté du deuxième. Vu le côté classique mon intérêt dépends aussi beaucoup de l'humeur du moment. Mais Willetts à retrouver un peu de voix j'ai l'impression.


Bof. Bof depuis toujours. La relève de Bolt-Thrower n'est pas assuré sur ce coup-là. Sans grand intérêt ce groupe et surtout une déception car j'en espérais beaucoup.


Le son était aussi radical que leur musique... Le genre de concerts où le circle-pit n'a pas sa place en somme, et où le public se prend juste un mur du son qui le paralyse.


Excellent ! Tout ça nous fait rêver et voyager avec vous. Merci !


Le morceau passe bien mais rien d'extraordinaire pas même en terme de old school. Video faite par un veteran de retour d'Iran d'après ce que je lis à la fin, le geste y est mais je doute de son intêret au vu de sa qualité que je trouve très passable.


Excellent !!! on y est totalement ! vivement la suite !


"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.