Animus

Venom Prison

14/10/2016

Prosthetic Records

« Chez la femme, à l'inverse, l'élément de compensation revêt un caractère masculin, et c'est pourquoi je l'ai appelé l'animus[…] Pour décrire en bref ce qui fait la différence entre l'homme et la femme à ce point de vue, donc ce qui caractérise l'animus en face de l'anima, disons : alors que l'anima est la source d'humeurs et de caprices, l'animus, lui, est la source d'opinions» 

 

Ainsi parlait non Zarathoustra mais bien Carl Gustav Jung. C’est lui le premier qui a posé un nom sur les manifestations inconscientes féminines chez l’homme (« anima ») et les incarnations masculines dans le comportement de la femme (« animus »).

Si chez le premier, celles-ci prenaient donc la forme d’humeurs et de caprices (encore des concepts superficiels qui selon les psychologues/psychiatres définissent fondamentalement le caractère inconstant de la féminité), chez la seconde, l’animus s’incarne souvent autour de la figure masculine du macho dans des songes éveillés, ou pas, en réveillant la personnalité brutale et affirmée d’une créature que tout le monde s’accordait à présenter comme « le sexe faible ».

D’où cette couverture dépeignant un homme privé de ses parties intimes, que trois harpies le forcent à ingurgiter. Le cas fut évoqué récemment lorsque cette victime de viol trancha le sexe de son agresseur pour le forcer à l’avaler, mais pose le problème suivant : les femmes ont-elles vraiment une part de masculinité et inversement ?

Musicalement, la théorie est appuyée par un jeune quintette anglais, qui propose avec Animus son premier album, et qui malgré une homonymie et un parallèle de thème flagrant n’a pas grand-chose à voir avec les labyrinthes de TOOL.

VENOM PRISON vient donc du sud du pays de Galles, et a déjà proposé à son public The Primal Chaos, un EP, ainsi qu’une démo en 2015, Defy The Tyrant.

On retrouve dans ses rangs cinq musiciens assez jeunes, mais déterminés à imposer leurs vues sur un Death Metal très technique et dense, mais assez éloigné du techno Death pour rester ébouriffant et puissant sans tomber dans la démonstration.

A son bord, Ben et Ash aux guitares, Mike et Joe comme section rythmique, et Larissa au micro. Signés sur Prosthetic Records, et en concert avec les TRAP THEM, les VENOM PRISON semblent laisser la porte ouverte à plusieurs directions possibles, sans forcément en choisir une. Death de tonalité, mais Hardcore d’attitude, le quintette n’opte pas vraiment pour un choix tranché, et subit même l’influence du Sludge le plus light, et parfois du Hardcore dissonant, celui pratiqué à NYC dans les années 90. Des dissonances donc, la gravité des guitares, et un chant à mi-chemin entre Angela et Dawn Crosby, qui survole des parties de guitares en riffs massifs ou discordants. Est-ce pour autant que le chemin est intéressant à suivre, lorsqu’on l’extirpe de son contexte assez intrigant ?

La réponse est mitigée, bien que le groupe présente d’indéniables qualités.

Si Animus entame son déroulement de la façon la plus véhémente qui soit (« Abysmal Agony », parfait exemple de Death old school confronté à des influences Hardcore vraiment poussées), s’il propose des séquences arythmiques assez troubles et violentes (« Desecration Of Human Privilege » et ses blasts/dissonances qui rapprochent les Anglais des flingués de TRAP THEM), et si par touches fugaces la mélodie arrive à se faire une place en contrepoint (le final de « Corrode The Black Sun », presque Post Black dans l’esprit, mais aux harmonies acides tangibles), beaucoup de fragments de morceaux semblent frapper des coups d’épée hystériques dans l’eau sans vraiment parvenir à troubler la surface.

Non que le tout soit brouillon ou inconsistant, mais il semblerait que la violence outrancière sonne parfois un peu stérile et nous empêche de savoir ce que proposent vraiment les musiciens, et surtout, ce qu’ils souhaitent déclencher comme sensation chez l’auditeur.

C’est éminemment violent, subtilement contrasté entre vitesse et pesanteur, mais ça tourne parfois à vide, comme le proverbial chat qui se mord la queue.

Death par essence, Hardcore par indécence, le produit de ces deux composantes ne donne pas toujours un résultat probant, et on se retrouve souvent face à un fac-similé de Death vintage joué par des musiciens de Chaotic Core encore un peu jeunes pour se confronter aux meilleurs.

Le mélange est certes savoureux lorsque l’inspiration atteint son apogée et suit une voie plus claire qu’à l’habitude (« Devoid », qui parvient à trouver enfin l’équilibre parfait entre toutes les données, et qui offre donc les premiers thèmes accrocheurs et pertinents), mais il peut aussi se montrer trop roboratif lorsque les riffs semblent un peu usés et que la voix de Larissa peine à se renouveler dans ses accroches (« Celestial Parricide »).

Sans être bégueule, admettons quand même que l’ensemble de l’album s’écoute avec plaisir, même si quelques impasses semblent gêner la progression. La puissance du quintette est indéniable, et éclate comme une colère contre l’injustice d’une condition, mais les cris se perdent encore de temps à autres dans le vide de l’indifférence.

Heureusement, des instants de furie pure et incontrôlable viennent intensifier la rage (« Perpetrator Emasculation », traduction en musique de la peinture de la pochette, et accès de folie monstrueux qui rappelle clairement les THROES en doublette avec FULL OF HELL), et le final « Womb Forced Animus » s’achève dans une débauche de double grosse caisse lacérée de soli acides, avant que le chaos interne n’aboutisse à un crescendo d’agressivité palpable.

Bien. Animus vs Anima. Le débat est ancien, et nul n’en trouvera un jour la concrétisation la plus juste. Mais l’interprétation proposée par les VENOM PRISON est assez intéressante pour que vous vous y plongiez, non en quête de réponses mais plutôt d’une incarnation personnelle.

Encore un peu fouillis, très bruyant mais la plupart du temps à dessein, Animus est donc la vision d’un masculin/féminin incarné dans un trauma Death/Hardcore fascinant, mais encore trop brouillon pour vraiment se poser en postulat définitif.

 Jung pourrait interpréter ceci et cela, mais musicalement, l’affaire a encore besoin de faire le tri dans ses idées et ses névroses avant de se lever du divan pour affronter sa propre nature.


Titres de l'album:

  1. Syllogism
  2. Abysmal Agony
  3. Celestial Patricide
  4. Desecration Of Human Privilege
  5. Corrode The Black Sun
  6. Immanetize Eschaton
  7. The Exquisite Taste Of Selfishness
  8. Devoid
  9. Perpetrator Emasculation
  10. Womb Forced Animus

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 29/10/2016 à 15:32
70 %    529

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Licence to Kill

mortne2001 04/06/2020

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
KaneIsBack

Jamais vu le groupe en live, en grande partie à cause de leur réputation catastrophique. Mais j'adore sur album, et ce disque, malgré ses défauts, reste une de mes références (il faut dire qu'il fait partie des premiers albums que je me suis payé). Par contre, je tiens à dire ici haut et for(...)

05/06/2020, 21:41

poybe

Perso je les ai vus il y a une dizaine d'années à la coopé de Clermont (tournée avec Moonspell, Turisas et Dead Shape Figure (là j'ai du rechercher le nom du groupe ^^)), je n'en garde pas un mauvais souvenir. Le son était bon, la prestation correcte, sans être non plus transcendante ... j'av(...)

05/06/2020, 18:45

Hair-dressing Curiosity

@ Humungus :
:-)))))

N'empêche que pour ceux qui avaient biberonné aux 4 Horsemen dans les 80's, devoir subir des curetages du prose comme Load/Reload/St Anger... bordel ! la cicatrisation des sphincters a pris du temps. C'est un peu comme les rhumatismes, ça se réveille mêm(...)

05/06/2020, 17:05

Reading Bouquinerie

Naaa, c'est de la petite série, réimprimé par paquets de 12. :-D

Raaa n'empêche j'ai hâte de lire ça ! Ca va raviver des souvenirs !
(mode "vieux con", avec ses demo tapes sous le bras)

05/06/2020, 16:51

Lifting Catastrophy

J'en viens à penser que le récit d'un BON concert de Cradle ça permet finalement de démasquer à coup sûr un pseudo spectateur qui en fait ne les a jamais vus live. :-))))))




Non allez, pas tapé !! c'était juste pour faire du mauvais esprit. :-)))))

05/06/2020, 16:47

Goughy

Je n'ai que cet album et "Beauty", vu 5 ou 6 fois, toujours en festival ou "gros concert" dons ils n'étaient pas tête d'affiche, je n'ai jamais entendu pareille bouillie sonore pour aucun groupe, même du grind de squat.
On en parle parfois avec mon pote qui me dit que je ment, qu'on les a v(...)

05/06/2020, 15:57

Humungus

4ème réédition putain !?!?
Musso n'a qu'à bien se tenir !

PS : A quand dans la Pléiade ???

05/06/2020, 13:12

Humungus

Bah écoutes, j'ai fort bien fait de ne faire aucun commentaire hier soir car tu as (d)écrit en mille fois mieux qu'elle était mon ressenti sur le sujet...
Merci Professeur Hair-dressing Curiosity.

05/06/2020, 13:10

Hair-dressing Curiosity

Je pense que c'est un tout.
S'ils n'avaient pas à ce point retourné leur veste, il y aurait eu une meilleure acceptation du look, parce qu'ils avaient un tel capital sympathie et affectif avec le public que les fans auraient évoqué ça 6 mois plus ce serait passé crème.
Mais quand (...)

05/06/2020, 12:27

Reading Bouquinerie

maLin

05/06/2020, 12:20

Reading Bouquinerie

C'est main, je viens de me délester de 46 balles. :-))))

(merci MetalNews !!)

05/06/2020, 12:20

Arioch91

Excellent ouvrage que je recommande !

05/06/2020, 07:09

Humungus

Sachant que j'ai dû les voir 3 ou 4 fois, j'ai donc eu l'immense malchance de tomber à chaque fois sur une de leurs 5 mauvaises prestations live.

The Trve Humungus.

05/06/2020, 05:22

Satan

Deux choses :
1) C'est "Whore" en non "Wore".
2) De plus, c'est le nom de l'opus qui prend des petits points (au nombre de 5) et non le titre éponyme qui s'écrit d'une seule traite.
Désolé d'être pénible mais on se doit de respecter les chefs-d’œuvre jusque dans les moindr(...)

04/06/2020, 23:18

Satan

Il est parfaitement risible que l'argument number 1 de l'époque était "ils ont coup leurs cheveux". Ça en dit long sur le degré d'immaturité de bon nombre de métalleux malheureusement.

04/06/2020, 23:05

lolo

pas mal le chat planqué dans les gradins!

04/06/2020, 15:55

Humungus

"Age tendre et têtes de con" voulais-tu dire non ?

04/06/2020, 13:07

Jus de cadavre

O'Brien est toujours dans le line-up sur Metal-archives, mais sur le post de Fisher en studio il mentionne le nom de Rutan...
"georgecorpsegrinder
Guess what I’m doing @manarecording @cannibalcorpseofficial @alexwebsterbass @erikrutanofficial #paulmazurkiewicz #robbarrett @metalbladere(...)

04/06/2020, 11:57

grinder92

Pat est sorti de prison (50000$ de caution). Je pense qu'il n'en a pas fini de ses soucis judiciaires, mais il est libre.
A-t-il composé pour le prochain album ? aucune idée...

04/06/2020, 11:47

L'anonyme

Et avec qui pour remplacer Pat 0'Brien, parce que je suppose qu'il est toujours en prison ? Erik Rutan ? D'autant plus que O'Brien compose beaucoup pour le groupe...

04/06/2020, 11:34