« Chez la femme, à l'inverse, l'élément de compensation revêt un caractère masculin, et c'est pourquoi je l'ai appelé l'animus[…] Pour décrire en bref ce qui fait la différence entre l'homme et la femme à ce point de vue, donc ce qui caractérise l'animus en face de l'anima, disons : alors que l'anima est la source d'humeurs et de caprices, l'animus, lui, est la source d'opinions» 

 

Ainsi parlait non Zarathoustra mais bien Carl Gustav Jung. C’est lui le premier qui a posé un nom sur les manifestations inconscientes féminines chez l’homme (« anima ») et les incarnations masculines dans le comportement de la femme (« animus »).

Si chez le premier, celles-ci prenaient donc la forme d’humeurs et de caprices (encore des concepts superficiels qui selon les psychologues/psychiatres définissent fondamentalement le caractère inconstant de la féminité), chez la seconde, l’animus s’incarne souvent autour de la figure masculine du macho dans des songes éveillés, ou pas, en réveillant la personnalité brutale et affirmée d’une créature que tout le monde s’accordait à présenter comme « le sexe faible ».

D’où cette couverture dépeignant un homme privé de ses parties intimes, que trois harpies le forcent à ingurgiter. Le cas fut évoqué récemment lorsque cette victime de viol trancha le sexe de son agresseur pour le forcer à l’avaler, mais pose le problème suivant : les femmes ont-elles vraiment une part de masculinité et inversement ?

Musicalement, la théorie est appuyée par un jeune quintette anglais, qui propose avec Animus son premier album, et qui malgré une homonymie et un parallèle de thème flagrant n’a pas grand-chose à voir avec les labyrinthes de TOOL.

VENOM PRISON vient donc du sud du pays de Galles, et a déjà proposé à son public The Primal Chaos, un EP, ainsi qu’une démo en 2015, Defy The Tyrant.

On retrouve dans ses rangs cinq musiciens assez jeunes, mais déterminés à imposer leurs vues sur un Death Metal très technique et dense, mais assez éloigné du techno Death pour rester ébouriffant et puissant sans tomber dans la démonstration.

A son bord, Ben et Ash aux guitares, Mike et Joe comme section rythmique, et Larissa au micro. Signés sur Prosthetic Records, et en concert avec les TRAP THEM, les VENOM PRISON semblent laisser la porte ouverte à plusieurs directions possibles, sans forcément en choisir une. Death de tonalité, mais Hardcore d’attitude, le quintette n’opte pas vraiment pour un choix tranché, et subit même l’influence du Sludge le plus light, et parfois du Hardcore dissonant, celui pratiqué à NYC dans les années 90. Des dissonances donc, la gravité des guitares, et un chant à mi-chemin entre Angela et Dawn Crosby, qui survole des parties de guitares en riffs massifs ou discordants. Est-ce pour autant que le chemin est intéressant à suivre, lorsqu’on l’extirpe de son contexte assez intrigant ?

La réponse est mitigée, bien que le groupe présente d’indéniables qualités.

Si Animus entame son déroulement de la façon la plus véhémente qui soit (« Abysmal Agony », parfait exemple de Death old school confronté à des influences Hardcore vraiment poussées), s’il propose des séquences arythmiques assez troubles et violentes (« Desecration Of Human Privilege » et ses blasts/dissonances qui rapprochent les Anglais des flingués de TRAP THEM), et si par touches fugaces la mélodie arrive à se faire une place en contrepoint (le final de « Corrode The Black Sun », presque Post Black dans l’esprit, mais aux harmonies acides tangibles), beaucoup de fragments de morceaux semblent frapper des coups d’épée hystériques dans l’eau sans vraiment parvenir à troubler la surface.

Non que le tout soit brouillon ou inconsistant, mais il semblerait que la violence outrancière sonne parfois un peu stérile et nous empêche de savoir ce que proposent vraiment les musiciens, et surtout, ce qu’ils souhaitent déclencher comme sensation chez l’auditeur.

C’est éminemment violent, subtilement contrasté entre vitesse et pesanteur, mais ça tourne parfois à vide, comme le proverbial chat qui se mord la queue.

Death par essence, Hardcore par indécence, le produit de ces deux composantes ne donne pas toujours un résultat probant, et on se retrouve souvent face à un fac-similé de Death vintage joué par des musiciens de Chaotic Core encore un peu jeunes pour se confronter aux meilleurs.

Le mélange est certes savoureux lorsque l’inspiration atteint son apogée et suit une voie plus claire qu’à l’habitude (« Devoid », qui parvient à trouver enfin l’équilibre parfait entre toutes les données, et qui offre donc les premiers thèmes accrocheurs et pertinents), mais il peut aussi se montrer trop roboratif lorsque les riffs semblent un peu usés et que la voix de Larissa peine à se renouveler dans ses accroches (« Celestial Parricide »).

Sans être bégueule, admettons quand même que l’ensemble de l’album s’écoute avec plaisir, même si quelques impasses semblent gêner la progression. La puissance du quintette est indéniable, et éclate comme une colère contre l’injustice d’une condition, mais les cris se perdent encore de temps à autres dans le vide de l’indifférence.

Heureusement, des instants de furie pure et incontrôlable viennent intensifier la rage (« Perpetrator Emasculation », traduction en musique de la peinture de la pochette, et accès de folie monstrueux qui rappelle clairement les THROES en doublette avec FULL OF HELL), et le final « Womb Forced Animus » s’achève dans une débauche de double grosse caisse lacérée de soli acides, avant que le chaos interne n’aboutisse à un crescendo d’agressivité palpable.

Bien. Animus vs Anima. Le débat est ancien, et nul n’en trouvera un jour la concrétisation la plus juste. Mais l’interprétation proposée par les VENOM PRISON est assez intéressante pour que vous vous y plongiez, non en quête de réponses mais plutôt d’une incarnation personnelle.

Encore un peu fouillis, très bruyant mais la plupart du temps à dessein, Animus est donc la vision d’un masculin/féminin incarné dans un trauma Death/Hardcore fascinant, mais encore trop brouillon pour vraiment se poser en postulat définitif.

 Jung pourrait interpréter ceci et cela, mais musicalement, l’affaire a encore besoin de faire le tri dans ses idées et ses névroses avant de se lever du divan pour affronter sa propre nature.


Titres de l'album:

  1. Syllogism
  2. Abysmal Agony
  3. Celestial Patricide
  4. Desecration Of Human Privilege
  5. Corrode The Black Sun
  6. Immanetize Eschaton
  7. The Exquisite Taste Of Selfishness
  8. Devoid
  9. Perpetrator Emasculation
  10. Womb Forced Animus

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 29/10/2016 à 15:32
70 %    390

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Cruella

Metal Revenge

Northtale

Welcome To Paradise

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes


1) ManOfShadows + 1 !
2) C'est quoi "la résidence" ?


Bonne nouvelle. Je n'attendais pas un nouvel album de leur part si tôt.


J'ai eu peur ! En lisant les deux premières lignes et en voyant la photo, c'est mon cœur qui a faillit s’arrêter de battre. Murphy est un vocaliste unique et légendaire. Bon courage et bon rétablissement à lui.


C’est pas trop tot


Pas un petit passage par chez nous, dommage...


A noter qu'il s'agit d'un EP (5 titres) et non du 3ème album des chiliens à proprement parler.


Oui le morceau en écoute est... éprouvant ! Bien plus violent que certains groupes de métal. Je suis pas sur que ce soit pour moi par contre...
PS: Elle donne une interview dans le dernier New noise.