Peu de révélations à vous faire à propos de ce groupe venu du Danemark, puisque les informations les concernant ne courent pas la toile. Rien sur leur Bandcamp, mis à part cette réalisation en EP, pas grand-chose sur leur Facebook, si ce ne sont quelques influences d’usage et un line-up sommaire. Formé en 2013, ce quatuor pur Metal (Snade et Ralle - guitares, Skousen - batterie et Soelberg - basse/chant) a accepté une mission simple, jouer du Thrash old-school sans se prendre la tête, ce qui est même devenu leur leitmotiv. Dont acte, via cette poignée de titres emballés dans une superbe pochette assez évocatrice de la tendance choisie. Avec une somme de références qui ne cherchent pas à mettre en avant une quelconque distanciation (ARTILLERY, SLAYER, MEGADETH, ANTHRAX, EXODUS, TESTAMENT, FORBIDDEN, METALLICA, KREATOR, SODOM, DESTRUCTION, OVERKILL), un patronyme anonyme et relativement passe-partout, les KILLING se posent donc en garant d’une série B fameuse, foncièrement portée sur l’agression mesurée, mais qui ne crache pas sur un brin d’intensité. Du coup, la prose du journaliste rechigne aussi à verser dans le lyrisme, sans doute usée de tant d’assauts formels en termes de Thrash vintage, art que les musiciens du monde entier pratiquent à un rythme soutenu, à tel point que l’on commence à se dire que la tradition n’a jamais été rompue. Mais musicalement, les danois sont très avenants, jouent avec une conviction indéniable, et proposent donc un menu sinon copieux, du moins largement assez conséquent pour qu’on en accepte l’addition. Le prix est d’ailleurs très modeste et abordable selon les tarifs digitaux de leur Bandcamp, ce qui achève de transformer ce Toxic Asylum en produit tout à fait respectable.

Bien évidemment, les KILLING ne cherchent pas à devenir calife à la place de KREATOR ou prophète dans les pas de SLAYER, et restent très humbles quant à leurs ambitions, la plus avouée étant de proposer un maximum de violence en un minimum de temps, ce qui leur permet de revendiquer un statut égal ou supérieur à pas mal d’outsiders des années 80. On pense à l’école allemande, pour la rigueur brutale, on songe aussi à quelques valeurs fluctuantes du marché dont les HORDE OF TORMENT, HEXX durant sa crise de démence, INCUBUS sans les outrages Death, en gros, a beaucoup de références de l’époque, cette frange de la production qui inondait régulièrement les bacs sans chercher à se démarquer. Le plaisir n’en est pas pour autant aux abonnés absents, puisque la musique présentée ici est de qualité, et méchamment bien agencée tout en restant furieuse et démenée. Breaks un peu téléphonés, passages Heavy bien martelés, accélérations fusionnées et voix pleine de ressentiment, le cahier des charges est respecté en tout point, et ceux du public pourront s’élever dans le ciel lors d’une performance. Certes, inutile de traquer le plan dément qui remettra en question les enseignements, nous ne sommes pas là pour ça, mais la densité dont font preuve les quatre musiciens est assez louable, d’autant plus que leur niveau instrumental est tout à fait honnête. Avec un panier de soli un peu dissonants, une voix étouffée mais hargneuse, des riffs classiques mais énergiques, Toxic Asylum nous ramène gaiement à la grande époque de la déferlante Thrash, dans sa période la plus productive, années 86/89, et le ressenti est assez agréable.

Certains titres sont même franchement notables, dont le final « Bloodfeast and Tyranny », présenté en version démo, qui bénéficie d’un lick redondant et de cris à la Don Doty, développant une jolie ambiance DARK ANGEL/VIKING, la frénésie sans doute plus modérée, mais l’enthousiasme débridé. « Demonized » en intro joue admirablement bien son rôle de mise en bouche, avec son entame de percussions se crashant sur un mur du son, hurlement possédé à la Hell Awaits inclus et riff purement SLAYER bien ventru. On se prend donc au jeu, spécialement lorsque le quatuor se souvient des attaques à la INFERNAL MAJESTY, qu’il juxtapose avec des cassures dignes de la bande à Mille Petrozza, ce qui nous donne un beau résumé d’une époque glorieuse, qu’on retrouve toujours avec bonheur. Semant sur leur passage quelques lacérations éclair (« Hell Sent »), en étroit lien avec les affres d’un Speedcore/Thrashcore tranchant, ou au contraire prenant leur temps pour distiller des atmosphères plus délétères (« Fire Walk With Me », plus ZOETROPE que David Lynch/Angelo Badalamenti), les KILLING étalent donc leurs possibilités sur cet EP qui se veut plus CV que réelle entrée en matière tonitruante, mais qui reste une prise de contact tout à fait pertinente et qui donne envie d’en savoir un peu plus sur eux. Attendons maintenant l’effort longue-durée qui nous donnera le recul pour juger, et savourons Toxic Asylum en apéritif toxique, qui ramone le palais, mais n’endommage pas trop les oreilles.                 

       

Titres de l'album:

                       1.Demonized

                       2.Wolves

                       3.Hell Sent

                       4.Fire Walk With Me

                       5.Eternal Enslavement

                       6.Bloodfeast and Tyranny (Demo)

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 12/07/2018 à 14:37
70 %    254

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Helfro

Helfro

Ain

Stance I

Beaten To Death

Agronomicon

Wolfen

Rise of the Lycans

War Thrashed

Bienvenido A Tu Ejecucion

Pertness

Metamorphosis

Obscura + Fallujah + Allegaeon + First Fragment

RBD / 16/02/2019
Death Mélodique

NECROS CHRISTOS + ASCENSION + VENENUM / Live-report / Rennes

Jus de cadavre / 11/02/2019
Death Old School

Brendan Perry

RBD / 06/02/2019
Country

Concerts à 7 jours

+ Uada + Tribulation

23/02 : Cinema, Alost ()

Photo Stream

Derniers coms

Indian Nightmare c'est juste terrible. C'est exactement ce que j'ai en tête quand on me dit Metal Old-school. Ça sent Satan, la liche et la crasse. Excellent ce groupe.


Le Entombed classique ! Pas le AD !


Entombed ou Entombed AD ???


Super nom.
Super groupe.
Superbes albums.
Superbes covers.
Rien à redire quoi...


Intéressant à lire et bonne découverte de label


vivement les autres interviews! chouette idée!


"sorte de copie non-conforme du MARDUK le plus impitoyable et retors, celui de Rom 5 :12, soit la quintessence d’un Black qui souhaite s’extirper de sa condition de polichinelle horrifique"

Alors là, entièrement d'accord ! Rom est le chef d'oeuvre absolu des suédois. Et un des me(...)


kingdoms est pourtqnt excellent


Belle chronique, complémentaire a choosing death ?
Très tentant


L'annonce qui n'annonce rien, j'espère que ça ne va pas se limiter à la sortie d'un t-shirt


J'aurais un titre a la place de ça ! Vivement du nouveau Entombed.


Intéressant ça.


1) Re-Ah ah ah !!!
2) Perso, je ne trouve pas que la scène NS soit plus pro, plus visible et plus acceptée qu'avant.
A mon sens, rien n'a bougé à ce niveau là.
"C'est aussi peut-être dû au "taf" sur le zine" : Bien vu je pense.
3) "Je fais partie de ceux qui dissocie c(...)


Ah ah ah !!!


14 ans ? trops jeunes pour moi et pour le black


"Louis-Ferdinand Céline, c'est énorme !"
Laurent Gerra.


Yep, excellente interview bien cash, et bonne découverte d'un label que je ne connaissais absolument pas !


sympa l'interview ! hate de lire les suivantes car c'est un sujet super interressant rarement exposé


Super démarche de votre part que cette nouvelle série d'interviews, et super cool entretien, très enrichissant ! Merci à vous !


Je précise que le "tu" utilisé plus haut ne se voulait pas personnel mais bien général. Le "on" aurait été de ce fait, plus approprié. ;-)