Still at War

Mindwar

17/05/2023

Triple B Records

Un premier album belge promu par la légende US Triple B records ? Voilà qui a de quoi intriguer le petit fouille-merde que je suis, toujours à l’affût d’une nouveauté bruyante…Et une fois encore, ma curiosité m’a mené sur le bon chemin, à la rencontre d’une poignée de musiciens virils ayant choisi de ne pas choisir entre Metal et Hardcore. Crossover donc ? Pas vraiment, plutôt une forme de Hardcore très métallique qui pousse le volume au maximum et qui utilise le groove au comble de ses possibilités.

MINDWAR est à l’image de son nom. Une guerre permanente, un conflit psychologique, et une saine rébellion, contre l’ordre établi, un peu trop dirigé par les multinationales, lobbies, et autres chefs de gouvernements empêtrés dans les scandales et autres détournements.

La paix de l’esprit n’est donc pas pour demain, mais Still at War a d’autres objectifs. Nous faire bouger pour protester, nous remuer pour éveiller nos consciences, le tout sur fond de musique brute, agressive, incroyablement puissante, et capable de faire trembler sur leurs fondations toutes les salles de concert accueillant ses concepteurs. Il est d’ailleurs assez facile d’imaginer le carnage produit par ces morceaux live, bâtis sur des riffs solides et sombres, saccadés juste ce qu’il faut, et propulsés par une rythmique impitoyable, à la frappe massive et aux graves indociles.

Je ne le cacherai pas, MINDWAR m’a fait grande impression. Il y avait longtemps que je n’avais pas encaissé le choc d’une telle décharge de Hardcore métallique, et si « The Declaration » nous laisse brièvement prendre notre souffle, « My Revenge » nous plonge directement en apnée. Mais loin de la simplicité d’un Hardcore américain traduit dans un idiome européen, Still at War reprend à son compte les recettes d’EXILE, de MADBALL, d’AGNOSTIC FRONT, pour nous obliger à regarder la réalité en face.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle n’est pas très jolie.

Fast, dur, impitoyable, juste, indomptable, les qualificatifs s’accumulent, mais le résultat reste le même : cette boucherie est tout ce dont notre époque de doutes avait besoin pour vaciller encore plus vers le gouffre, et ce premier album d‘une incroyable maîtrise est une épiphanie de violence qui n’édulcore pas le propos, bien au contraire. Il suffit de se prendre en pleine face le monstrueux « S.M.P. », plus efficace qu’une ruade de PANTERA au Texas, qui cumule syncopes, groove, mélodies amères et breaks écrasants.

Trente minutes et pas plus, pas le temps de traîner pour expliquer le pourquoi du comment. Néanmoins, MINDWAR se fait parfois violence pour laisser s’évaporer quelques arpèges doucereux, qui, comme vous vous en doutez, n’annoncent rien de vraiment bon pour les nerfs ou l’audition. Et effectivement, « The Decree » pulvérise les compteurs, atomise le disjoncteur, pour deux minutes de haine viscérale hurlée comme un cri primal. Emmené par un chanteur aux tripes solides, MINDWAR peut se permettre toutes les déviances Metal sans trahir l’esprit Hardcore, maintient la pression tout du long, adopte parfois des stances plus purement straight (« Collective Compulsion », qui pourrait être du vieux SUICIDAL passé à la sulfateuse), tout en comprenant très bien qu’un excédent de BPM ne fait jamais de mal à quiconque (« Still At War »).

Une gigantesque baffle, une méga beigne, un tour de cou à 90 degrés, et une vilaine migraine en gueule de bois sociale et réaliste. Voilà le menu de ce premier album qui risque de faire date dans le créneau, eu égard à la puissance calorifère qu’il dégage. Et en cadeau bonus, le groupe nous propose un dernier morceau conséquent et toujours convaincant, entre SLAYER et BIOHAZARD, avec ce petit plus de crédibilité de ceux qui arpentent les rues la mine renfrognée.

Sacrée branlée que ce Still at War, qui pose les bases d’une guerre civile à venir en Europe, entre la montée des fachos au créneau et les décisions gouvernementales impopulaires et injustes. Mais une manif sonorisée par ces belges déchaînés aurait une sacrée gueule. Et laisserait des traces indélébiles dans les mémoires.

Power to the people ?

Oui, mais alors, maintenant, et vite. Avant que tout ne pète comme lors d’un 14 juillet rebelle et revanchard sans pétards.           

                                                

                         

Titres de l’album:

01. The Declaration

02. My Revenge

03. Empty Values

04. Face the Truth

05. S.M.P.

06. Casus Belli

07. The Decree

08. Collective Compulsion

09. Still At War

10. Curse Called Love


Facebook officiel


par mortne2001 le 19/05/2023 à 17:46
90 %    236

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Enslaved + Svalbard + Wayfarer

RBD 20/03/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : BLOODY RITUAL

Jus de cadavre 17/03/2024

Vidéos

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
The Answer 14/04 : Le Petit Bain, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Arioch91

on veut du sonOu pas   

11/04/2024, 20:01

Moshimosher

Cool ! Une avant-première du prochain Burzum ! Maintenant qu'on a la pochette, on veut du son !!!

11/04/2024, 18:49

Simony

On sait où était Varg Vikernes à ce moment là ?I'm on my way to burn the shop....

11/04/2024, 15:52

grosse pute

Le karma

11/04/2024, 12:40

Jus de cadavre

C'est clair... Sans compter les archives qu'il restait là-dedans apparemment !C'est triste en tout cas, mais je ne peux m'empêcher de voir dans cet incendie une certaines ironie tout de même...

11/04/2024, 09:17

Orphan

Ouch...il y a quelques raretés qui viennent de partir en fumées

11/04/2024, 07:26

Moshimosher

Très bon groupe !!! Impatient !!!

10/04/2024, 18:55

Sphincter Desecrator

@Gargan:Vérole! Un belou! Deux-sévrien, donc. On a du se croiser, du coup. A Bressuire ou à Niort, peut-être?Effectivement, pour revenir à JINX, pas beaucoup de rescapés, a priori...

10/04/2024, 18:53

Gargan

T'es un ventrachoux haha ! Ouais, sur le tard pour un jeune belou des 80s. C'est solide, assez ricain et on trouve leur lp à pas cher, ce qui est plutôt rare dans le style. Encore un groupe éphémère, avec une partie du line-up décédé(...)

10/04/2024, 07:56

Sphincter Desecrator

Par chez moi, il y avait JINX (ex-SERVICE COMPRIS). Je n'ai pas connu à l'époque car trop jeune, mais ils ont eu leur réédition il y a quelques années. Est-ce que, parmi les vieux des années 80, certains d'entre vous connaissaient?

09/04/2024, 19:00

Saul D

Voie De fait & Shaking Street, c'est bon ça... au fait, ce ne serait pas le guitariste de Voie de Fait qui aurait fourni un logo et un nom à un groupe parisien qui se nommait "Blood wave"(avant de changer de patronyme of course)? A moins que je ne confonde...

09/04/2024, 12:55

Yajireubié

dragon moshing mad 

08/04/2024, 23:23

Gargan

Pas degueu ! Et mes petits péchés mignons, Strattson et Steel Angel (ça c’est pour la partie 3 haha)

08/04/2024, 20:48

David

Merci pour vos remarques. La prochaine vidéo traitera de Fisc, Damon Eyes, Shaking Street, Voie de fait, Vulcain et quelques autres.

08/04/2024, 19:36

Saul D

Et puis Vulcain est souvent cité, c'est un groupe qui mérite aussi de l'attention..il y a aussi Demon Eyes...

08/04/2024, 14:48

Saul D

J'allais dire exactement la même chose ( pour High power et Blasphème)...

08/04/2024, 14:25

Gargan

Y'a de quoi débattre sur la question de la "langue" du rock et du metal. C'est vrai que l'anglais passe mieux de manière générale, je me vois mal chanter en choeur "peur de l'obscurité" et c'est pas toujours év(...)

08/04/2024, 08:19

Jus de cadavre

Génial ce truc ! Fan de death old-school foncez !

07/04/2024, 19:09

Moshimosher

J'avoue que... ça ne ressemble plus à du Limbonic Art... ça en devient même assez quelconque...

06/04/2024, 21:34

Gargan

J’ai du mal à écouter ce groupe sans l’emphase des claviers de Morpheus…

06/04/2024, 16:14