Ur Askan

Vengeance Of Karma

04/01/2017

Phobia Records

A force d’aller chercher ailleurs, à force de se dire que non, tout ne vient pas de là-bas et de traquer la bête dans les pays de l’est, en Amérique du Sud, en Europe centrale, on a fini par oublier que le Crust et le D-Beat sont des franchises bien nordiques, et des défrichages suédois. Ben oui, mais c’est un peu de leur faute aussi, parce qu’après nous avoir inondé de groupes tous aussi vilains les uns que les autres, le retour de bâton s’est fait sentir, et tout le monde les a copié avec toujours plus de talent.

C’est peut-être ça le fameux VENGEANCE OF KARMA décrit par ce nouveau groupe…Du genre attribuer la paternité d’un style à un pays avant de voir celui-ci dépossédé de sa création. Ou coller un coup de pied au cul du chat avant que ce dernier ne vous griffe méchamment la gueule au détour d’un couloir.

Et d’ailleurs, ce qui griffe aussi méchamment la tronche, c’est ce premier album qui une fois traduit donne un truc genre « de mal en pis », sans évoquer le proverbial veau d’or, et qui rétablit la vérité une bonne fois pour toutes.

Oui, le Crust et le D-Beat sont des affaires scandinaves, un poing dans la tronche et c’est tout.

Ur Askan, c’est un peu le retour du peuple prodigue qui n’a de cesse de vous malmener les oreilles de son Hardcore rapide et abrasif, et hargneux comme une DISCHARGE de trois-cents volts dans les doigts.

Ce sextette (Linus Pettersson &  Jesper Oskarsson – hurlements, Mattias Frödén – guitare et cris, Daniel Åberg – autre guitare mais sans cris, Simon Guidoum – basse et Johnny Lebisch – battements cardiaques) propose donc en ce début d’année son debut album, et cogne très fort, très vite, sans trop se poser des questions sur la légitimité de sa colère.

Bonne pioche, puisque cette déflagration nous ramène aux plus grandes heures du Crust à tendance maléfique suédois, avec déluge d’up tempi et autres riffs charcutés sans répit.

C’est certes très classique, mais comme on n’avait pas entendu ça depuis très longtemps émaner des côtes suédoises, ça fait du bien par où ça passe et ça remet les pendules de l’hiver permanent à l’heure des frimas envahissants.

Pas de quartier, puisqu’en à peine plus d’un quart d’heure, il n’y a pas de quoi finasser, mais plutôt se concentrer sur les figures imposées du genre, en essayant de les transcender de quelques mélodies bien troussées et autres arrangements chaotiques intenses et débridés.

Distribué en vinyle par de nombreux labels (Phobia Records, Angry Music, The Mind Is Everything Records, 5FeetUnder Records et Ofog Och Motvals), Ur Askan est un concentré de saine colère en neuf chapitres tous aussi épais les uns que les autres, qui illustrent donc avec pertinence cette vision pessimiste du mal qui va en pis.

Kristinehamn vient donc de trouver ses nouveaux héros, qui ne crachent pas sur un brin de Core’n’Roll comme le démontre le très ludique et pas forcément pacifique « Intravenös Terapi », se fendant d’un mid tempo accrocheur qui rompt un peu avec les ardeurs.

Mais comme ce morceau plus finaud est directement enchaîné à une boucherie mi Crust mi Thrashcore aussi délurée que « Skicka Vidare Problemet », on comprend assez bien que la modération ne leur sied pas forcément bien, et que la brutalité reste de mise de main en main.

Les Suédois augmentent parfois l’intensité tout en développant des harmonies discrètes, tâtant ainsi d’un hybride de Core et de Death sur le lapidaire et poisseux «Själlösa Dockor », qui taquine aussi bien les aisselles d’URSUT que les semelles des ENTOMBED. Révérence nationale oblige…

Mais pour être honnête, la devise du sextette pourrait être sans conteste « On fonce, et après on ponce », ou « Je défonce donc je suis », puisque la puissance de leur premier effort ne subit que très peu de pertes, et accentue le malaise au fur et à mesure que les morceaux défilent, tous à la même allure ou presque, à peine perturbés par quelques breaks qui parfois densifient encore plus la vilénie (« Din Hunger, Din Törst »).

Alors, de « Brända Pengar För Frusna Intellekt » jusqu’à « Ur Askan », tout reste une affaire de karma, et admettons que celui des VENGEANCE OF est plutôt bon, puisqu’il leur permet de se frotter aux meilleurs représentants du style en poussant le bouchon toujours plus loin.

Il semblerait que les coups de pattes du greffier enragé ne les aient pas calmés, puisque la véhémence et la violence restent leurs deux seules réactions possibles, même lors d’aménagements un peu plus stables et mélodiques que la moyenne, pas si loin d’ailleurs d’un Hardcore moderne (« Brända Pengar För Frusna Intellekt », avec mini solo dissonant compris avec les pansements).

Tout tourne autour de la poignée de minutes réglementaire, et comme le but avoué est de frapper un grand coup et de ramener la médaille de la méchanceté at home, ils sont tous permis, même les plus bas, comme cette rythmique qui ne s’essouffle pas sur un « Skeppet » qui profite d’un unisson vocal pour repousser les limites du cri qui fait mal et laisse la gorge dans un état bancal.

Donc, résumons.

Les VENGEANCE OF KARMA hurlent, jouent comme des mules, accélèrent un tempo qu’on pensait déjà trop chaud, alignent les riffs d’usage qui râpent à fromage, mais aménagent avec quelques pauses pas vraiment sages qui insufflent quelques harmonies dans le carnage.

Mais ils affirment surtout la domination de leur pays sur la scène Crust et D-Beat mondiale, sans craner ni se perdre en démonstrations banales.

Le meilleur du cru bien cuit, qui sait rester tartare pour les barbares, et une constatation qui s’impose sans aucun hasard.

 Oui, le Crust, le D-Beat restent la chasse gardée des Suédois. C’est comme ça. Et si après avoir avalé Ur Askan vous n’admettez pas, alors préparez-vous à un sale karma, avec ou sans chat.


Titres de l'album:

  1. Brända Pengar För Frusna Intellekt
  2. Skeppet
  3. En Kollektiv Monolog
  4. Kameleonten
  5. Intravenös Terapi
  6. Skicka Vidare Problemet
  7. Själlösa Dockor
  8. Din Hunger, Din Törst
  9. Ur Askan

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 27/01/2017 à 14:51
75 %    758

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
27/01/2017, 16:58:49
Absolument monstrueux... Bagarre !
Merci une fois de plus mortne pour la découverte... Comme d'hab j'ai envie de dire :D !

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Nightmare + Existance + Rhapsody Of Fire 24/01 : Le Petit Bain, Paris (75)
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 26/01 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Ils nous enterreront tous ces cons là ! Même Drucker fera pas le poids !

19/01/2022, 19:20

foja

masters. jamais vraiment

19/01/2022, 19:15

Simony

J'avoue qu'elle est pas de moi, c'est Jus de cadavre qui avait proposé ce style pour SCORPIONS et j'ai trouvé que ça leur allait bien

19/01/2022, 18:10

pierre2

"Never Retired Hard Rock Masters, Allemagne"J'avoue, j'ai ri - merci !

19/01/2022, 15:11

Humungus

Merci grin.(sic)

19/01/2022, 13:36

grinder92

@humu : tu cliques sur le tag "Druid Lord", ça te proposera cette chronique et également celle-ci : http://www.metalnews.fr/chroniques/grotesque-offerings 

19/01/2022, 10:35

Simony

C'est un des groupes dont j'attends leur nouvel album, le titre partagé m'avait beaucoup plu, à creuser car la chronique donne clairement envie.

19/01/2022, 08:12

Humungus

Comment fait-on pour retrouver ta chronique de leur deuxième galette ?

19/01/2022, 07:29

Humungus

Une de mes découvertes de l'an dernier...Hâte de foutre une oreille sur cet album putain !

19/01/2022, 07:26

Simony

En rappel avec The Number Of The Beast, The Evil That Men Do, Iron Maiden et Sanctuary....   

18/01/2022, 23:20

Kerry King

Un concert de Maiden sans Fear of the Dark c'est pas vraiment un concert de Maiden.

18/01/2022, 19:02

Simony

Merci Gargan, c'est corrigé.

18/01/2022, 14:32

Gargan

C'est leedET. Suis curieux d'écouter les autres titres, en espérant qu'ils gardent l'urgence de l'extrait mis en avant. Aucune info sur le line-up, mis à part le type de mare cognitum au chant.

18/01/2022, 10:32

Simony

Idem pour moi Eyziel, pas convaincu du tout de ce second extrait. A voir dans la globalité de l'album comme tu dis.

18/01/2022, 08:02

Simony

Ben moi je prends cette idée. Ils l'avaient fait pour A Matter Of Life And Death et c'était vraiment bon. Et comme ce dernier album me plait beaucoup... why not ? Reste à savoir si la date de juin à Paris aura bien lieu...

18/01/2022, 08:01

eyziel

Je l’attends énormément mais je ne suis pas super convaincu des morceaux dévoilés, surtt dark horse. Après on verra un album de Messa ça s’écoute d’une traite. 

17/01/2022, 22:48

Jus de cadavre

Je l'ai trouvé efficace mais très impersonnel. La prod générique au possible y est pour beaucoup.

17/01/2022, 19:13

LeMoustre

Il est très bien ce titre.

17/01/2022, 17:37

Goughy

Le saviez-vous ?2 morceaux (le 1 et le 11) se trouvent sur aussi l'album de reprises d'Helloween "Metal Jukebox"Je ne sais qu'en déduire : influence majeure de ces morceaux sur la scène heavy/speed ? ou perception "différente" (...)

17/01/2022, 16:31

faga

Groupe sucoté

16/01/2022, 21:26