Great Deception

Dirty Black Summer

21/05/2021

Nova Lux Production

DIRTY BLACK SUMMER est une quête, celle d’une certaine rédemption musicale cherchée par cinq musiciens œuvrant parmi les formations les plus abrasives de la Baie des Anges (SVART CROWN, ex-IN OTHER CLIMES, WORMSAND). Composé d’amoureux du genre Alternatif de Seattle, DIRTY BLACK SUMMER offre un hommage empreint de nostalgie d’une époque révolue. Une soupape cathartique qui distille un Rock 90's teinté de Grunge aux allures Black Metal.

J’aime les accroches promotionnelles dans ce qu’elles ont de plus excessif. Certes il faut donner envie au chroniqueur et au public d’écouter le dernier poulain sur lequel on a misé, mais parfois, le dit poulain de par ses qualités se dispense très bien de ces formules emphatiques légèrement mensongères ou exagérées sur les bords. Ainsi, l’utilisation du terme « Black Metal » dans ce paragraphe pub est totalement hors-contexte, même si la musique des niçois possède ce côté sombre que bon nombre de formations alternatives des années 90 utilisaient à dessein.

Michael Khettabi (chant), JB Le Bail (guitare), Cyril Zaborski (guitare), Jimbo Goncalves (basse) et Tom Valstar (batterie) vous proposent donc leur premier moyen-format avec ce Great Deception au titre en trompe l’œil. Aucune déception ne vous attend à l’écoute de ces six chansons (dont une surprenante reprise), mais bien une intense satisfaction, celle de se replonger dans une décennie honnie par bon nombre de rockeurs qui ont vu leurs idoles crucifiées sur l’autel de l’opportunisme des maisons de disques et de MTV. Décoré d’un splendide artwork signé de la main experte d’Alex Eckman-Lawn, illustrateur américain présent dans les colonnes de Hi- Fructose ou Juxtapoz Magazine, Great Deception est le bébé de JB, de SVART CROWN qui un jour a décidé de se donner du temps pour pondre un side-project nostalgique des amères nineties. Associé aux bons mercenaires, le guitariste a donc composé un répertoire ad hoc pour nous traîner dans les couloirs du temps, et je ne saurais assez le remercier pour cette expérience d’immersion hors du commun. Loin de se montrer allusif à tous les gimmicks et poncifs du genre, JB en a vraiment retiré la substantifique moelle pour nous délivrer un tracklisting incroyable.

Guitares grasses et traînantes, arrangements sobres, son un peu brut mais épais, chœurs efficients, on se croirait témoins d’une rencontre improbable entre les 7 WEEKS et les STONE TEMPLE PILOTS, dans une rue de Seattle jonché de bars plus ou moins recommandables. Entre les charges furieuses et teintées d’énergie virile sudiste et les ballades amères et fanées, cet EP tape dans le mille, et privilégie l’émotion vraie à la démonstration de style. Plus de substance que de forme donc, pour un fond vraiment profond, et des chansons qui en sont vraiment et qui touchent. Ainsi, le très lourd et grisonnant « You And I » ne manque pas d’alléger une ambiance pesante par quelques couches de voix Pop, mais ne vous leurrez pas : ces instants de délicatesse masculine ne sont pas majoritaires, et le reste de la partition joue les gros bras, sans tomber dans le machisme instrumental bas du front.

        

J’en conviens, l’entame de « Your Great Deception » remet les pendules à l’heure de 92/93, et lâche une intro dissonante dans le plus pur esprit des déviants du New-York des années 80. On pense aussi à une version moins vicieuse des AFGHAN WHIGS, à du MILK survitaminé, mais on pense surtout à DIRTY BLACK SUMMER, et si un imbécile de la presse « respectable » nationale a osé comparer le timbre de Michael Khettabi à celui d’Eddie Vedder (dans une crise de priapisme intellectuel aigu je pense), il est certain que l’atmosphère générale rappelle le séminal Vitalogy, brouillon, noyé et anti-commercial au possible.

Du PEARL JAM ? Non, le JAM n’a jamais été aussi loin dans les ténèbres et a toujours gardé prise avec le Classic Rock des seventies. Ici, le Rock est évidemment présent, mais sous une silhouette déformée, et les allusions à la scène Pop, au Post Rock, mais aussi au Punk sont nombreuses (ce que l’on comprend sur cet extraordinaire break dominé d’une basse ronde et jumpy), tout comme l’affiliation au Hard-Rock le plus traditionnel et sans artifices. Les originaux du groupe valent leur pesant de plomb donc, mais certainement galvanisés par la liberté procurée par le projet, les cinq musiciens se sont fendus d’une étonnante reprise de Britney SPEARS avec l’appropriation de son classique « Womanizer », traité ici façon automne pluvieux avant de partir dans un écho de percussions bumpy et joyeuses.

Il y a à boire, à boire et à boire sur cet EP. De quoi étancher votre soif de musique sincère et jouée avec les tripes. De l’authenticité dans les guitares, du feeling dans la voix, de la souplesse dans la rythmique. Des variations dans les ambiances, avec toujours dans le rétro ce passé 90’s auquel les musiciens sont attachés, et des tubes, comme ce final explosif « Forget My Name », qui pourtant se trompe lourdement dans son injonction : on ne risque pas d’oublier le nom de DIRTY BLACK SUMMER. Il faut dire qu’à l’inverse du baptême de cet EP, il incarne avec merveille la philosophie d’un groupe hors-saison comme le dirait ce cher Francis Cabrel (qui n’a jamais chanté « Astaffortizer », contrairement à ce que la légende prétend).

 

 

                                                

Titres de l’album:

01. Your Great Deception

02. Know Better

03. The Descent

04. You And I

05. Womanizer

06. Forget My Name


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 18/05/2021 à 17:34
80 %    87

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview

Palavas Surfers

RBD 16/07/2021

Live Report

Monarch ! 2009 + 2015

RBD 06/07/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
KRISS

Fan des 4 premiers albums évidemment je suis déçu, même si j’ai apprécié surgical steel, je trouve ce dernier album sans saveur, et une viande sans gout ce n’est pas festif.J’abandonne.

20/09/2021, 21:20

Gargan

ça n'a absolument rien à voir, mais l'écoute m'a rappelé l'impression que j'ai eue à l'époque à l'écoute de "towers of frozen dusk" d'Evoken, l'expression auditive d'un putain de mo(...)

20/09/2021, 20:29

POMAH

Une énorme claque, dans la même veine que Abyssal Vacuum et Amnutseba

20/09/2021, 17:06

Bones

En passant ces 2 albums au pressoir pour en extraire toute la flotte et les moments passables, on aurait facilement obtenu la matière brute d'un Appetite 2.Immense gâchi. Du coup c'est une doublette que je ne ressors jamais. Ca me gave de zapper des pistes.

20/09/2021, 12:45

Bones

En pleine découverte de cet album, acheté samedi.Mais bon sang, on y retrouve des moments d'excellence !  Ces mélodies tordues et vicieuses, ces rythmiques velues, ces petits passages qui blastent, ces vocaux au papier de verre...  on est complètemen(...)

20/09/2021, 12:42

Kerry King

November Rain faut dire la vérité, ce titre démonte tout à tout niveau, Axl et Slash y sont a leur top.

20/09/2021, 11:14

Humungus

!!! !!! !!! O-BLI-GA-TOI-RE !!! !!! !!!

20/09/2021, 09:54

Gargan

C’est juste moi ou la pochette est vraiment moche ?

20/09/2021, 06:41

Buck Dancer

Comme j'aime pas les Guns, j'attends maintenant la chronique du Black Album. 

19/09/2021, 13:56

Hoover

Un grand merci pour cette belle chronique. A ceux qui pourraient dire qu'il aurait mieux fallu une chronique deux fois moins longue avec juste les meilleurs morceaux, j'ai la même réponse que pour les Use your illusion: je veux le tout, et qu'importent les longueurs.

19/09/2021, 13:45

Arioch91

Gun's Roses, à l'instar d'autres comme Cotlett Crüe/Ratt/Poison me sont tous passés au-dessus de la tête sans même que je m'y intéresse.Le seul morcif que je connais d'eux est Welcome to the Jungle et uniquement parce qu'i(...)

19/09/2021, 12:21

Gargan

La succession don't cry /back off bitch m'a toujours bien fait rire, on passe du romantique au bien vulgaire sans transition. Civil war (mon coeur balance aussi avec november rain, forcément), ça reste toujours parfaitement d'actualité, aussi bien outre-altanti(...)

19/09/2021, 11:59

Humungus

Oh et pis crotte !"Novembre rain" reste quand même la mieux merde.Cf. "« November Rain » n’est ni plus ni moins que le « Bohemian Rapshody » d’Axl"

19/09/2021, 10:42

Humungus

Pfiouuu !!!Ça c'est de la chro.Perso, "Civil war" reste ma préférée.PS : "Aurait-il fallu condenser tout ça en un seul double album, ne contenant que l’indispensable ?"OUI !!!

19/09/2021, 10:28

totoro

Trop de morceaux qui font que je ne reviens que sur ceux que j'aime ("You Could Be Mine", "Breakdown", "Locomotive", "November Rain", "Pretty Tied Up", "Shotgun Blues", "14 Years", "Get In The Ring", "Yester(...)

18/09/2021, 23:59

Simony

Autant je reconnais l'importance de ces deux albums dans l'histoire du Rock, autant ils glissent sur moi sans que je m'y accroche. A un moment donné, je devais posséder le volume II mais c'est vraiment long pour moi, j'ai préféré rester (...)

18/09/2021, 21:16

Gargan

Très belle pochette et bonne surprise, travail de compo au dessus du lot + basse bien en avant.

18/09/2021, 18:47

Jus de cadavre

Rah bordel ce que j'aime ce groupe. La prod est un chouilla trop propre pour le style, mais bon dieu ça défouraille ! La bagarre !

18/09/2021, 17:43

metalrunner

Tu rajoutes la voix d Dickinson et voila le dernier album de Maiden  

18/09/2021, 09:11

POMAH

C'est fougueux ce truc... je ne m'attendais pas à cela.

18/09/2021, 08:41