Visiblement, en collant dans le même groupe Bruce Dickinson et Jimmy Page, on devrait pouvoir obtenir quelque chose entre IRON MAIDEN et LED ZEP. Sauf que les supergroupes et autres associations de légendes ne marchent pas à l’équation exacte. Après tout, THE WINERY DOGS ne sonne pas comme un cocktail entre POISON, DREAM THEATER et MR BIG, et les contre exemples ne manquent pas. D’une part, le partenariat entre les icones ne fonctionne pas toujours. D’autre part, ils n’ont pas forcément envie de faire référence à leur illustre passé ou d’assouvir un vieux fantasme comme David Coverdale et Jimmy Page justement dans les années 90. Ce qui n’empêche pas les réminiscences d’être parfois très voyantes, ce qui est assurément le cas des BLACK STAR RIDERS, dont la caution de Scott Gorham renvoie directement à ses années de gloire et de faste au sein de THIN LIZZY. Pourtant, la musique composée par le légendaire guitariste est régulièrement durcie par l’influence de son comparse Ricky Warwick, qui n’a pas oublié lui non plus qu’il a fait partie d’un des groupes les plus importants et pourtant sous-estimés du Hard-Rock des années 90, THE ALMIGHTY. Alors, les deux ensemble depuis sept ans essaient de retrouver un nouveau souffle, et y sont parvenu avec des respirations musicales en bouffées d’air frais dans une époque à l’air vicié par les modes et les tendances, et ce, sans avoir besoin d’avoir recours aux astuces vintage et old-school. Mais lorsque vous avez le Rock dans le sang, inutile de faire semblant, vous ne pourrez pas sonner autrement…Et pour avoir le Rock dans le sang, ces deux-là l’ont, puisqu’en sept ans de carrière, le duo en est déjà à son quatrième LP, et un nouveau line-up, apportant lui aussi du sang frais dans cette mécanique de veines bien huilées.

Exit donc Jimmy DeGrassio et Damon Johnson, remplacés à la batterie par Chad Szeliga (BLACK LABEL SOCIETY, BREAKING BENJAMIN) et à la guitare par Christian Martucci (STONE SOUR), les deux nouveaux arrivants ayant la lourde tâche d’intégrer un groupe ayant compté/comptant dans ses rangs des pointures comme Marco Mendoza ou Robbie Crane. Mais visiblement, travailler aux côtés de Scott et Ricky n’est pas chose difficile, puisque les deux leaders n’attendent pas de leurs collaborateurs qu’ils soient de simples figurants, mais bien partie prenante. Du sang neuf, un groupe à l’aise avec sa carrière et son passé, pour un Another State Of Grace qui semble flotter sur un nuage de plaisir, et éviter les pièges de la redite comme ceux des citations trop appuyées. On sait que Scott a beaucoup donné et appris dans THIN LIZZY, que Ricky est un admirateur acharné de l’ancien groupe de Phil Lynott, et pourtant, album après album, l’influence s’estompe, comme si le quintet avait trouvé son rythme de croisière et par extension, sa personnalité propre. Bien évidemment, de çà et là, quelques souvenirs remontent à la surface, dans les mélodies, le tempo, ou la voix de Warwick, mais de manière générale, Another State Of Grace se suffit à lui-même et les BLACK STAR RIDERS ne sonnent plus comme un simple succédané de la divinité irlandaise. Et après All Hell Breaks Loose, The Killer Instinct et Heavy Fire, ce sont encore deux petites années qui ont suffi à l’élaboration de ces dix morceaux, qui sonnent frais, qui sonnent vrai, qui résonnent fort et tapent cru, avec un feeling que l’on sent en communion, ce qui fait clairement plaisir à entendre. Disposant d’un son parfait, en dehors du temps et pas forcément ancré dans une décade particulière, Another State Of Grace se contente de jouer le jeu d’un Hard-Rock honnête, vivant, dansant, musclé mais aéré, et nous enchante de ses morceaux dont l’humilité le dispute âprement à la qualité.

L’ex-leader de THE ALMIGHY ne tarit d’ailleurs pas d’éloge à propos de ce dernier-né. Il en dit tout le bien du Rock qu’il en pense Roll, et déclare avoir « mis la barre un cran au-dessus », alors que Scott lui, en décrit les contours comme étant « agressifs, mélodiques, et très groovy ». La vérité, rien de moins, mais qu’attendre de ces musiciens et compositeurs n’ayant plus rien à prouver depuis longtemps ? Cette apparente sérénité n’empêche d’ailleurs pas Warwick de signer quelques textes bien saignant, comme à son habitude, via le pamphlet « Why Do You Love Your Guns? », ne laissant planer aucune équivoque sur son message. Plus varié que d’ordinaire, ce quatrième tome ne se pose pas de question inutile, ne cherche pas le plan qui tue, mais lâche des riffs immédiatement accrocheurs, posés parfois sur un up-tempo sans ambages (« Tonight The Moonlight Let Me Down », un genre de FOO FIGHTERS en vadrouille dans les années 90 suédoises), ou sur un binaire dégoulinant de groove et de chœurs collégiaux (« Another State Of Grace »). Quelques petites fioritures enjolivent l’ensemble, comme cette utilisation d’un saxo, ou cette ambiance presque Pop-Rock sur l’irrésistible « Standing In The Line Of Fire » et son solo qui se déchire les tripes. Objectivement, et avec le peu de recul qu’offrent quelques écoutes, ce nouvel LP semble être d’une qualité supérieure à ses prédécesseurs, ce qui en dit long sur l’envie et le potentiel du quintet, mais ce qui est certain, c’est qu’aucune scorie ne vient l’encombrer, ce qui aurait pu être gênant au vu de sa courte durée. De temps à autres, l’osmose LIZZY/ALMIGHTY fonctionne à plein régime sous une optique Classic Rock, et « Ain't The End Of The World » se dégage clairement de l’ensemble en assumant son statut de hit single.

Très à l’aise à son poste de nouveau frappeur, Chad Szeliga ose quelques patterns déhanchés, et donne le rythme pour un riff trafiqué (« Soldier In The Ghetto »), et visiblement, l’adjonction de Christian Martucci a donné des ailes à Gorham qui sort de sa guitare des plans méchamment tranchants (« In The Shadow Of The War Machine »), laissant Ricky chanter avec naturel, sans forcer sa voix, un peu Stoner dans l’esprit, mais toujours Rock dans l’attitude. Louchant parfois vers la morgue des BACKYARD BABIES ayant acheté religieusement un songbook de THIN LIZZY (« Poisoned Heart »), les BLACK STAR RIDERS s’imposent donc comme un véritable groupe, à part entière, et non plus comme l’entente cordiale entre vieux musiciens chevronnés. Un disque qu’on se prend à réécouter non par obligation, mais par pur plaisir, pour savourer une grosse dose de Hard-Rock simple, mais tout sauf simpliste.    

           

Titres de l’album :

                            01. Tonight The Moonlight Let Me Down

                            02. Another State Of Grace

                            03. Ain't The End Of The World

                            04. Underneath The Afterglow

                            05. Soldier In The Ghetto

                            06. Why Do You Love Your Guns?

                            07. Standing In The Line Of Fire

                            08. What Will It Take?

                            09. In The Shadow Of The War Machine

                           10. Poisoned Heart

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 15/09/2019 à 17:10
88 %    109

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Humungus
membre enregistré
23/09/2019 à 05:56:52
Bah j'ai vraiment bien aimé cet album.
Effectivement groovy à souhait.
A tel point que je vais me rebouffer toute la disco du groupe histoire de me refaire un avis plus précis sur la chose.
Par contre, pas trop de ton avis quand tu dis que "l’influence s’estompe".
LIZZY est toujours là et bien là à chaque mélodie et surtout intonation de voix du Sieur Warwick.
Phil tu me manques bordel... ... ...

Ajouter un commentaire


Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Exhumed

Horror

Sekkusu

Satyromania

Soren Andersen

Guilty Pleasures

Kadinja

DNA

Blackrain

Dying Breed

Fanthrash

Kill the Phoenix

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

BEHIND THE DEVIL #9 - Interview avec Laurent de MYSTYK PROD.

youpimatin / 09/10/2019
Behind The Devil

Monolord / Firebreather [La Cartonnerie - Reims]

Simony / 08/10/2019
Stoner Doom Metal

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Cool chronique, merci ! ça donne sacrément envie...


OVERKILL : "Comme si le fait qu'ils n'aient pas suivi les modes lui avait jouer des tours ou bien tout simplement, pas au bon endroit au bon moment"
Tout est dit... Et c'est d'ailleurs bien pour ça que j'adore ce groupe !
"WE DON'T CARE WHAT YOU SAY !!!"


Moi j'aime bien, mieux que le précédent album : le groupe joue bien, batteur excellent . J'attends la suite.


Arioch91 +1.
Il ne suffit pas de jouer (pathétiquement d'ailleurs) le mec énervé à l'image pour que la musique le soit également.
Je laisse décidément ce groupe au moins de 25 ans.


Ridicule.


Le clip donne le mal de mer. Quant au reste...


Mouais...

Je retourne m'écouter Burn my Eyes.


Bof... Le début sous influences hardcore se laisse écouter, mais dès que le tempo ralentit, c'est un peu la catastrophe.


Il a oublié Struck a Nerve le père et d'autre titre.


Pourquoi ne pas avoir gardé Kontos et Logan...


Ce festival est risible depuis l'épisode World Of Warcraft


Quelqu'un peut compter pour moi le nombre de "fucking fuck fucker"? Il me manque des doigts.


C'est vraiment bon...


Putain !!!
GORGON en live quoi !
Si c'était pas si loin de chez moi bordel...
Je croise les doigts pour qu'ils fomentent une prochaine tournée les bougres... ... ...


pop corn time !


Et pas un mot sur l'hommage à Chirac par Fange ?


Hallucinant live report . un torchon ! traiter le public de "beauf" venu soutenir des groupes avec presque 20 ans de carrière, ça c'est bof


Effectivement, pas très convaincu par ce report.

Je suis au moins d'accord sur un point : un chanteur français qui s'adresse en Anglais à un public parisien c'est con comme un film de Luc Besson.

Après j'ai ausssi pas les mêmes "goûts" que le chroniqueur, par exemple (...)


Sans vouloir être condescendant, j'aimerai bien connaître l'âge et le parcours musical du chroniqueur.
C'est assez récent d'associer stage diving et apéro metal quand même. C'est pourtant une pratique très courante depuis des décennies dans le metal extreme et n'a rien d'une pratique f(...)


Bravo, quel professionnalisme. J'espère que vous avez payé votre place pour écrire un tel torche-cul, parce que si vous avez été accrédité, honte à vous