Un groupe colombien, un nom qui contracte celui de trois démons (LUcifer, SAtan, astaROTH, et hop), pour une musique aussi diabolique que ce que l’Amérique du Sud peut nous proposer de blasphématoire, et un premier album qui célèbre le Thrash le plus néfaste et paillard. C’est ainsi qu’il faut donc concevoir le baptême blasphématoire des originaires de Bogota, ces LUSAROTH qui depuis une dizaine d’années agitent l’underground local, sans vraiment parvenir à frapper un grand coup discographique. Mais l’abnégation a souvent raison d’un destin capricieux, et aujourd’hui, c’est avec plaisir que nous pouvons enfin écouter le fruit des pérégrinations sataniques de ce quintette (Kike Sierra - guitare, Andres Vanegas - batterie, Edwin Pineda - chant, Miguel Rivera - basse et Fabian Jimenez guitare), sous la forme de cet infernal Esquizofrenia. Sans faire preuve d’une extrême schizophrénie musicale, ce premier LP permet donc au gang de fêter son arrivé sur la scène internationale de la façon la plus tonitruante qui soit, et de proposer à un public médusé leurs réflexions sur un Thrash sans concession, mais sans grande imagination, il faut bien l’avouer. Efficace à défaut d’être perspicace, cette approche radicale se décompose donc en dix morceaux se ressemblant beaucoup, mais faisant preuve d’une exubérance dans la violence qui fait plaisir à entendre. Se plaçant dans la directe lignée des références nationales et continentales, Esquizofrenia admet aussi sans détour l’influence de la vague germaine typée 80’s, prenant souvent corps autour de riffs que les DESTRUCTION auraient pu nous refourguer sur leurs premiers LPs, ou même à des lacérations franches mélangeant l’art lapidaire des SEPULTURA et la rigueur d’aciérie des LIVING DEATH. Le cocktail est évidemment méchamment corsé, et doit son efficacité à la complémentarité d’une paire de guitaristes qui ne chôment pas, et à des arrangements vocaux dignes de l’exorcisme de la pauvre Anneliese Michel. Le tout secoue donc la tignasse bien comme il faut, et laisse les cervicales en très mauvais état, comme tout bon album de Thrash qui se respecte.

Mais il serait réducteur de contraindre les colombiens à l’enfermement dans une case bien définie, puisque leur définition intègre aussi quelques éléments de vilénie plus marqués par un Black honni, témoignage de leurs débuts consacrés au Metal le plus sombre. Les années passant, la pratique s’affinant et les goûts évoluant, ils ont petit à petit laissé au vestiaire leurs oripeaux les moins clairs, pour se concentrer sur un crossover Black/Thrash de fort bon aloi, ne gardant du premier thème que son traitement de chant tout en emphase luciférienne. Le tout est parfois assez mélodique pour séduire les réfractaire, mais encore un peu trop long pour convertir les brebis galeuses, puisqu’avec près de cinquante minutes d’assaut sonore, Esquizofrenia exagère encore un peu trop pour se montrer d’une portée optimale. Difficile toutefois, une fois un morceau pris au hasard de résister à cette déferlante de méchanceté et de brutalité paillarde, puisque les cinq comparses donnent tout ce qu’ils ont dans le ventre, et nous troussent des couplets incendiaires, des soli d’enfer, et des refrains mortifères. C’est sans aucun doute la linéarité qui empêche le tout de vraiment décoller, malgré des individualités notables, et une implication totale. Les passages les plus modérés souffrent aussi d’une production dont la clarté le confine aux eaux troubles d’un vieux puits abandonné, mais lorsque la cadence s’affole et que la romance s’étoile, le tout prend des allures de massacre intégral, auquel il est fort agréable d’assister.

Il serait d’ailleurs très facile de résumer toute l’opération à l’une de ses actions, en citant l’exemplaire « Thrash Metal », qui sonne comme un hymne typiquement eighties perdu dans l’espace et le temps, et synthétisant en trois minutes tout ce que le style à de plus excessif. Contretemps, vélocité sidérante, breaks impromptus, technique rompue, pour une cavalcade effrénée en territoire allumé, conduite par des ordres exhortés d’une voix possédée, dans la plus grande tradition des gosiers incendiés. Plus qu’un groupe, les LUSAROTH sont une bande de huns qui ne respectent rien, mis à part le solfège peut-être, lorsque les guitares décident soudain de se la jouer solo, et de nous transpercer de flèches tirées avec flair. Beaucoup de pratique donc, et on sent que le combo a largement eu le temps de peaufiner sa compo, spécialement lorsqu’il se permet des incursions en territoire presque progressif. « Asesino Infernal », la cloture et ses quasi huit minutes nous brosse donc le tableau d’un ensemble aux ambitions plus grandes que la somme de ses griefs, et nous sert encore chauds des plans loin d’être caricaturaux, même si la production souffreteuse peine une fois encore à dynamiser le tout. C’est surtout la grosse caisse qui en pâtit, et qui sonne comme une imitation gauche des exploits rythmiques du premier MACABRE, sans en avoir la folie, mais lorsque le Heavy s’invite au banquet, on en oublie ses récriminations pour joyeusement headbanguer. C’est bien construit, toujours aussi barge jusqu’à la fin de la nuit, et digne d’un « Mad Butcher » traînant ses basques près des Hadès pour voir si Lucifer lui-même apprécie la fête.

Mais inutile d’attendre les derniers instants du carnage pour en apprécier l’instinct sauvage, puisqu’après une intro redoutable qui met dans le bain (« Invocacion »), « Ataque Metal » met les choses au point, et dévoile une foi sans pareille pour le Metal le plus létal, via une entame tonitruante associant une guitare acide mais tranchante, une batterie gracile mais tonnante, et une basse placide, mais présente. C’est hautement grésillant, ça abime au passage les tympans, mais on se fait vite à cet enrobage underground, d’autant plus que très rapidement, le catholiquement condamnable « Esquizofrenia » nous tétanise de ses vocaux glaçants. Symptomatique de ce l’Amérique du Sud peut produire de plus dément, ce morceau nous inflige un supplice infâme mais assumé, via un dédoublement vocal acharné, qui rappelle les instants les moins contrôlés de DEICIDE, tout en gardant cette patine purement Thrash allemand en arrière-plan. Alors non, inutile de traquer la variation, inutile d’espérer une quelconque ventilation, puisque les dix pistes tournent plus ou moins autour du même axe, mais l’ensemble dégage un parfum pestilentiel charmant, qui permet d’excuser le fait que les emprunts sont plus ou moins flagrants. Un album qui témoigne d’une foi sans borne en l’extrême local, et qui permet enfin aux LUSAROTH de répandre leur nom, au-delà du cercle des initiés des cercles les plus profonds. Une intrusion dans l’intimité de la bête, qui je l’espère saura relever la tête pour agrémenter son art de la violence d’un soupçon de décadence.


Titres de l'album:

  1. Invocacion
  2. Ataque Metal
  3. Esquizofrenia
  4. Desquiciados Nocturnos
  5. La Venganza De Satan
  6. Rivadavia
  7. Thrash Metal
  8. Masacre
  9. La Furia Del Thrash
  10. Asesino Infernal

Site officiel


par mortne2001 le 24/04/2018 à 17:30
75 %    246

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Avec une pochette comme ça, ça ne pouvait venir que de ce coin là du globe ! La musique sympa mais pas pour moi ce trip old-school, par contre je veux bien un figolu aussi.


pas terrible


Déjà je ne me considère pas comme un "métalleux" et oui il est permi de penser que cet album est une déception totale.


Thanks a lot guys!


Ouaip...


J'aime bien. Du thrash quoi, peut-être plus impersonnel qu'à l'époque...


Effectivement, une très bonne surprise; j'espère juste que le caractère 100% français ne va pas les pénaliser pour la suite.


@RBD +1 pour ton com en général, et la phrase suivante en particulier: "il faut assumer d'aimer des choses que beaucoup d'autres gens aiment aussi."


Pas mal du tout ! Ça me fais penser à du Malevolent Creation un peu !


J'attendais autre chose. Bof bof.


J'aime profondément le Black Album. Cela me fait sourire de voir combien '...And Justice..." est revenu dans le coeur des fans alors qu'il est resté longtemps mal aimé pour son côté moins direct que tous les autres. Mais c'était avant 1996. Le Black Album a un son dantesque, a touché un publi(...)


Commercial ou pas pour moi le Black Album est une énorme réussite.
La production met encore à l'amende bien des prod actuelles ! Le fait que les gens aient été très déçu de l'orientation prise par le groupe à l'époque, biaise le regard sur cet album selon moi. Si ça n'avait pas ét(...)


Evidemment que le black album était commercial: on ne serait pas encore à disserter dessus 28 ans après si ce n'était pas le cas. De là à dire que ce n'est pas une réussite...
Marrant cette propension du metalleux à vouloir d'un côté se démarquer à tout prix (en se targuant par ex (...)


C'est le nouveau dead can dance ?


Pas mal du tout, ça


Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.