Conduit

Proscription

30/09/2020

Dark Descent Records

Quelqu’un glosait récemment sur la toile, s’amusant beaucoup du préfixe « Blackened » accolé à toutes les extensions. Blackened Death, Blackened Thrash, Blackened Post, et bientôt pourquoi pas Blackened White Metal ou Blackened Black pendant qu’on y est, rendant le Black encore plus noir qu’il n’est. Alors, faisons-nous une faveur, et désignons le premier album des finlandais de PROSCRITION comme le pamphlet Black/Death qu’il est, sans utiliser de terminologie trop moderne et un peu fourre-tout. Pour présenter cet album, inutile de se noyer dans un laïus explicatif trop exhaustif. Il suffit de préciser que le groupe fait partie de l’écurie Dark Descent (liste des groupes hébergés sur The Metal Archives), et qu’il est composé de figures assez notables de l’underground finlandais brutal. On retrouve donc dans le line-up de la formation des noms aussi connus qu’Apep (SACRIFICIUM) à la basse, du batteur Mikko Koskinen (THE LIFTED VEIL), du guitariste Cruciatus (LANTERN) et surtout du chanteur guitariste Christbutcher (EXCOMUNNION). Ainsi placé le contexte, vous devinerez sans peine quelle sentence vous attend en posant vos fragiles oreilles sur ce premier LP, qui intervient enfin trois ans après la création du groupe. Il faut dire que ses membres étaient plutôt occupés chacun de leur côté, et qu’il fallait profiter d’un espace commun pour enfin donner suite à la démo 2017 qui aiguisait l’appétit. C’est ainsi qu’en cette triste année 2020, PROSCRITION nous assomme d’un Conduit qui va en effet vous les ramoner, évoluant dans un registre coutumier aux musiciens impliqués, et qui fait preuve d’un professionnalisme certain…et même trop poussé selon de nombreuses critiques.

En effet, passé l’effet de surprise de ce premier longue-durée sorti de presque nulle part après trois ans d’attente, la routine semble s’instaurer une fois quelques titres digérés. Pourtant, tout commence sous les meilleurs auspices avec « I, The Burning Son » qui piétine tous à des kilomètres alentours, et qui propose un Black teinté de Death très ambitieux, et caractéristique du pedigree des instrumentistes impliqués. On ressent avec bonheur le souffle rauque de la voix inimitable de Christbutcher, toujours en forme depuis l’arrêt d’EXCOMUNNION, cette mise en place au millimètre, cette haine palpable à travers ces riffs grandiloquents, et l’ambiance MORBID ANGEL adaptée au catalogue Dark Descent Records est totalement délicieuse, d’autant que les soli émergeant des limbes maintiennent notre attention. Nous sommes donc piqués au vif d’une violence que le label américain connaît bien et défend de toutes ses productions, et celle signée par K. Laanto au Sonic Violence Audio est évidemment pleine, grave, puissante et ample pour permettre aux compositions de plonger au plus profond des abysses. PROSCRITION ne détonne donc pas dans son écurie, et déroule le tapis rouge de la bestialité chirurgicale, sans forcer son talent, mais sans non plus s’en remettre à des astuces un peu trop éprouvées. Certes, l’ambiance est noire, poisseuse, royale mais décadente, et « Red Sacrament Black Communion » d’enfoncer encore un peu plus le clou en lâchant les blasts comme les rottweilers aux trousses des manants. La science est exacte, le tempo épileptique, les références évidentes, mais alors que le timing de l’album égrène ses minutes, on se prend effectivement d’un malaise palpable, comme si un grain de sable venait bloquer les rouages sans qu’on sache comment ni pourquoi, et encore mois où.

Alors, on se pose, on réfléchit, et on analyse les pistes pour ne pas livrer une conclusion trop hâtive entachée d’ennui. Mais il semblerait après un peu de recul que le quatuor se soit contenté d’une copie certes impeccable, mais manquant un peu de folie et de surprise, un comble au vu de l’énergie et de la démence étalées. Le change est encore donné par l’écrasant « Radiant Midnight », qui turbocompresse comme une machine lancée à plein régime, mais la voix de Christbutcher finit par s’époumoner dans le vide, la faute à des riffs interchangeables, et à une ambiance certes pesante, mais vite fatigante. Comme les titres jouent en plus sur la longueur, cette impression ne se dissipe pas, même si les musiciens font ce qu’ils peuvent pour varier dans la limite du possible, et offrir des intros concentrées et mélodiques (« Thy Black Nimbus Gate »). Et malgré les quarante petites minutes de l’album, la sensation de redite ne tarde pas à devenir une évidence, comme si le LP était trop « propre », malgré son étalage de sévices musicaux indéniables. Le tout tourne encore plus en rond sur l’interminable « Blessed Feast of Black Seth » qui ose une entame d’une minute statique, avant de retomber dans les travers de linéarité déjà dénoncés. Alors certes, les blasts agitent, les guitares crépitent, la voix d’outre-tombe provoque les grand anciens, et l’ensemble est inattaquable dans la forme. Mais le fond, classique et traditionnel finit par manquer de panache, comme si  Christbutcher et sa bande s’étaient cantonnés à réciter leurs vers de façon trop scolaire. Oh évidemment, il faut être rompu à l’exercice pour percevoir ces défauts qui éclatent au grand jour une fois la demi-heure passée, mais on sent que le quatuor est capable de quelque chose de plus grand et plus provocant, ce qui déclenche un phénomène de frustration assez gênant.

N’en reste pas moins quelques titres qui écrasent la concurrence de leur brutalité précise, et une œuvre qui globalement ravira les amateurs de Black/Death impitoyable, mais pas encore assez underground pour refouler les néophytes. Conduit est donc plus un cas d’école qu’une révélation, et permettra aux instrumentistes en mal de repères de connaître la limite pour accoucher d’un album impeccable dans le genre, mais encore trop sage pour déclencher les passions les plus folles.            

                                                                                                    

Titres de l’album:

01. Four Wings Within the Samiel

02. I, The Burning Son

03. Red Sacrament Black Communion

04. Radiant Midnight

05. Thy Black Nimbus Gate

06. Voiceless Calling

07. Blessed Feast of Black Seth

08. To Reveal the Words Without Words

09. Conduit


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 16/10/2020 à 15:09
78 %    67

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Antibody

mortne2001 19/10/2020

From the past

Les archives de la Mort 1984 - 1994

grinder92 14/10/2020

Livres

Livre TAPE DEALER / Chronique par David Martin

Jus de cadavre 11/10/2020

Vidéos

W.A.S.P, Bataclan 2012

grinder92 09/10/2020

Live Report

Demanufacture

Baxter 06/10/2020

From the past

Hanger Abortion

RBD 30/09/2020

Live Report

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

Live Report

Les 7 pêchés capitaux : Pierre

Simony 24/09/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Raumsog

Ah on les voit les anciens crevards de VS!   

26/10/2020, 10:13

Betrayed

Je ne savais pas que ça existait encore ce truc.Souvenirs de VS...   

25/10/2020, 09:26

KaneIsBack

Haha, Shaka écrit des news ici, maintenant ?   

24/10/2020, 17:03

Solo Necrozis

Pas de nibards mis en évidence. Voilà, je fais gagner du temps à certains.

24/10/2020, 11:40

Humungus

Ca sonne effectivement à mort CANNIBOUL.Très bon donc.Pis j'adore cette pochette.

23/10/2020, 19:51

Saddam Mustaine

Il y a 8 mois il n'y avait de pandémie, et tout le monde s'en foutait les stades étaient pleins comme les concerts...Donc dans 8 mois impossible a dire, et les plus pessimistes ne vous laissez pas décourager par la dictature sanitaire de ce pauvre monde de fo(...)

23/10/2020, 19:41

Humungus

Satan + 1.J'avais encore quelques espoirs il y a peu, mais l'ITW de Barbaud dans le Figaro (???) me les a définitivement enterrés...Allez... On croise tout de même les doigts hein... ... ...

23/10/2020, 07:31

POMAH

Ouais y'a quelques Labels tu sens bien qu'ils sont géré par des mecs avec de fortes convictions. Van, Avangarde comme tu le soulignais, Iron Bonehead, y'en a d'autres bien sur. Mais eux clairement quand ils sortent un trucs que je ne connais pas je me dit Houlaaa(...)

23/10/2020, 03:47

Buck Dancer

Si, sur YouTube ! 

22/10/2020, 23:26

Satan

Il n'y aura pas des festivals l'été 2021, soyons réalistes.

22/10/2020, 22:28

Reg

The same ^^

22/10/2020, 18:55

NecroKosmos

Rien que pour Didier SUPER, je suis capable d'y aller. 

22/10/2020, 18:27

Simony

On ressent parfaitement la recherche de qualité dans les sorties du label, j'ai un peu la même image d'Avantgarde en Italie également.

22/10/2020, 14:11

David

Superbe reportage ! Bien dépaysant et qui montre que le métal est vraiment universel !manque peut être un peu de photos.

22/10/2020, 08:25

Harry Klein

J'aurais préféré pouvoir entendre un nouveau titre de Mavorim <3 mais qu'à cela ne tienne, bonne nouvelle ! et j'aime bien Ad Mortem aussi, mais moins. 

22/10/2020, 07:00

Buck Dancer

La pochette me dit vaguement quelque chose mais jamais écouté cet album. Le morceau en écoute est très très bon. Merci pour la découverte. 

22/10/2020, 04:52

Satan

Von? Laissez-moi rire...

21/10/2020, 21:49

Satan

Teaser années 80 au niveau du montage? Car là, j'espère que le gars qui a fait ça a été empalé au haut d'une colline depuis...

21/10/2020, 21:46

Zen

L'albûûûm VI de Seth ?!OK je file ...

21/10/2020, 20:27

Humungus

Putain c'est trop bon ce truc !J'connaissais pas du tout...Futur achat donc.PS : Y m'énerve ce mortne2001 à connaître plus de groupes que moi... ... ...

21/10/2020, 16:15