L’union fait la force. Tous pour un, un pour tous. Telles pourraient être les devises de ce groupe sorti de nulle part, qui se la joue cosmopolite, en unissant en son sein des musiciens de provenances géographiques éparses. Etats-Unis, Slovaquie, Autriche et République Tchèque, tels sont les pays d’origine inscrits sur les passeports des instrumentistes de ce projet né en 2016, et qui aujourd’hui frappe un grand coup avec son premier LP publié par les danois référentiels de Mighty Music. On sait le label hétéroclite, adoptant une politique d’ouverture artistique patente, nous le découvrons aujourd’hui fouineur et esthète, avec la première livraison discographique de ce concept au nom étrange mais à la musique riche et franche. Fondé par Ronnie König en 2016, DREAM PATROL est donc une coalition Hard-Rock internationale, qui tire son nom d’un hommage au maître Wes Craven et son classique A Nightmare On Elm Street. La bande se présente donc comme une patrouille des rêves, vous protégeant des monstres de la nuit, effrayant les créatures nocturnes de leur musique mélodique et puissante. Il est tout à fait possible de trouver le concept un peu puéril, mais il a le mérite d’offrir une approche originale nous éloignant des clichés habituels du Metal, d’autant plus qu’il s’accompagne d’une optique musicale fort appréciable, piochant allègrement dans toutes les époques, sans se fixer sur un ancrage particulier. C’est ainsi que le quatuor (Eli Prinsen - chant, Filip Koluš - guitare, Ronnie König - basse et Radim Vecera - batterie) se permet un passage en revue de toutes les figures non imposées du genre, passant allègrement de la citation NWOBHM à l’allusion 90’s, agrémentant même sa carte de visite de références plus directes, dont une surprenante reprise n’apportant pas forcément grand-chose à l’original, mais ayant le mérite de placer les débats sur le terrain de la légèreté.

A l’image de sa pochette, Phantoms of the Past frappe fort, et désire marquer les esprits. En admettant des références plus ou moins directes avec des artistes de la trempe d’Alice COOPER, WHITESNAKE, John FOGERTY, RAINBOW, Rod STEWART, ou VAN HALEN, les DREAM PATROL assument un travail de patrouille sur zone étendue, et se baladent dans une nuit musicale stimulant leur désir de protection des esprits menacés par des modes un peu trop présentes. La seule mode en vigueur ici est celle de l’honnêteté, de la franchise et de la sincérité, traits de caractère qui se manifestent sous la forme de chansons faussement simples, qui citent DIO dans le texte, tout en battant des cils en direction de la vague mélodique nordique, celle des WORK OF ART, W.E.T, sans oser franchir le pas qui sépare le Hard-Rock de l’AOR. Si les harmonies sont bien évidemment très présentes et prononcées, c’est surtout l’agressivité intelligente qui marque les esprits, un peu comme si le WHITESNAKE de Slide It In rencontrait le RAINBOW de Rising, sous la supervision d’Alessandro Del Vecchio. Toutefois, impossible d’affilier ce projet à la vague vintage déferlant depuis une dizaine d’années, puisque leur conception du Heavy Metal résulte plus d’une versatilité de ton que d’une nostalgie commerciale avouée. S’il est relativement ardu de disséquer avec acuité les morceaux qui constellent cette première réalisation longue-durée, autant dire qu’ils se basent tous sur des thèmes simples et porteurs, et qu’ils brodent ensuite des digressions variées, tâtant parfois d’un Power Metal light, d’un Heavy Metal à l’allemande, tout en acceptant avec bonheur l’héritage de la NWOBHM sans sombrer dans le passéisme de maison de retraite anticipée.

Précisions d’emblée, ou presque, que le niveau global des musiciens est plus qu’excellent, chacun dominant sa partition de ses cordes et baguettes, pour nous offrir un festival technique sachant rester humble et s’effaçant devant les besoins des chansons. Nulle démonstration ici, même si la guitare de Filip Koluš brille de mille feux, et vient souvent taquiner l’héroïsme flamboyant des plus grands guitar-heroes d’antan. Electricité donc, énergie fatalement, mais aussi émotion, pour un feuilletage de catalogue musical complet, qui de page en page révèle les astuces d’un groupe uni par l’investissement si ce n’est par le rapprochement géographique. Alors que la base de la plupart des morceaux ont été élaborés en solo, chaque intervenant à ensuite enregistré ses parties, et à l’écoute de Phantoms of the Past, il est difficile de croire que le résultat est issu d’un assemblage et non d’un travail groupé élaboré conjointement dans un studio partagé. Et après avoir encaissé le choc frontal du morceau éponyme, tremblant d’une gigantesque basse ronde et brillante, on comprend assez vite à quel type de musiciens nous avons affaire, une fois le riff principal assimilé et appréhendé, et le refrain hautement addictif injecté. Du pur Hard-Rock mélodique de tradition, aux harmonies ciselées, mais aux riffs taillés. La voix chaude et velouté d’Eli Prinsen se place dans la plus droite lignée des vocalistes eighties de légende, tandis que la solidité de la section rythmique apporte une assise stable, permettant au vocaliste et guitariste de se laisser aller. Aussi accrocheur que n’importe quel tube de RAINBOW qui aurait pris quelques leçons auprès de l’école Hard à l’US allemande, sans la grandiloquence parfois handicapante, cette entrée en matière nous place devant le fait accompli, et valide le concept sans avoir à en justifier les tenants et aboutissants. Et après quelques sextolets servis bouillants par Filip, et une bordée de chœurs collégiaux, on entre de plain-pied dans un album de facture formelle, mais d’une beauté éclatante.

Et si « Get Back Home » nous trouble de ses guitares acoustiques doucereuses, c’est pour mieux nous percuter de son up-tempo diabolique. Efficacité, inspiration synthétisant les écoles de pensée européenne et américaine, petites touches de banjo pour un exotisme bienvenu, et en deux morceaux, les DREAM PATROL remportent la mise, d’autant plus que la suite ne dément aucunement l’allant dont ils font preuve. Et c’est le moment étrange que le quatuor choisit alors pour nous prendre à contre-pied d’une reprise improbable de Bruce Dickinson, en adaptant son « Tattooed Millionaire » et en y ajoutant une petite nuance d’Amérique Centrale, pour une relecture très proche de l’originale, à la note près, mais boostée par une légèreté de ton assez amusante. Et sans sombrer dans le stérile track-by-track qui vous priverait de la surprise de la découverte, autant dire que la suite des évènements réfute tout principe de linéarité, pour se faire plaisir de touches Bluesy dégénérant en Hard presque Sleaze sur « Phantoms Of The Past », qui sent bon la Californie, ou de volutes acoustiques souples très Americana pour un « Lost Child » suintant de liberté et d’horizons ouverts. Mais pas d’inquiétude à avoir question cohésion, puisque c’est bien le Hard et le Heavy qui fascinent le plus nos amis du jour, et entre la franchise d’un « Stand Up And Fight » au texte certes un peu cliché, et l’énergie harmonique angélique de « Piece Of Paradise », au riff estampillé GRIM REAPER/BONFIRE, tout est fait pour allécher l’amateur de décibels et de licks se taillant la part belle. Et histoire de compléter un tableau déjà méchamment exhaustif, la bande nous laisse en compagnie du progressif et envoutant « Hanuted Tower », pour s’assurer que vos nuits seront plus belles que les jours de n’importe qui.

Sans faire de bruit ni se répandre en déclaration tapageuse et autres fausses promesses de l’aube, Phantoms of the Past s’impose comme un album de Hard-Rock de grande classe, ne refusant pas de s’aventurer sur des terres moins foulées. Et avec une patrouille de cette trempe en gardienne de vos nuits, vous pouvez dormir tranquille. Ou rester éveillé pour apprécier une œuvre ambitieuse, mais paradoxalement terriblement modeste.               


Titres de l'album :

                          1. Dream Patrol

                          2. Get Back Home

                          3. Tattooed Millionaire From Panama

                          4. The Shortest Straw

                          5. Phantoms Of The Past

                          6. Lost Child

                          7. Stand Up And Fight

                          8. Time Is A Healer

                          9. Piece Of Paradise

                         10. Is That The Thanks I Get

                         11. Playing With Fire

                         12. Haunted Tower

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 19/10/2018 à 16:23
88 %    146

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Helfro

Helfro

Ain

Stance I

Beaten To Death

Agronomicon

Wolfen

Rise of the Lycans

War Thrashed

Bienvenido A Tu Ejecucion

Pertness

Metamorphosis

Obscura + Fallujah + Allegaeon + First Fragment

RBD / 16/02/2019
Death Mélodique

NECROS CHRISTOS + ASCENSION + VENENUM / Live-report / Rennes

Jus de cadavre / 11/02/2019
Death Old School

Brendan Perry

RBD / 06/02/2019
Country

Concerts à 7 jours

+ Uada + Tribulation

23/02 : Cinema, Alost ()

Photo Stream

Derniers coms

Je ne peux que confirmer ce que tu nous contes là mon bon Simony :
- DISFUNERAL = AUTOPSY.
- Jamais vu le No Man's Land aussi échaudé.
- Moi aussi j'ai craint un peu pour notre sécurité quand ils ont voulu se la jouer RAMMSTEIN.

PS : Point de détail : DESTRUKT e(...)


Tant mieux alors !!!


Ouais franchement j'ai pris une bonne claque avec ce groupe !


Indian Nightmare c'est juste terrible. C'est exactement ce que j'ai en tête quand on me dit Metal Old-school. Ça sent Satan, la liche et la crasse. Excellent ce groupe.


Le Entombed classique ! Pas le AD !


Entombed ou Entombed AD ???


Super nom.
Super groupe.
Superbes albums.
Superbes covers.
Rien à redire quoi...


Intéressant à lire et bonne découverte de label


vivement les autres interviews! chouette idée!


"sorte de copie non-conforme du MARDUK le plus impitoyable et retors, celui de Rom 5 :12, soit la quintessence d’un Black qui souhaite s’extirper de sa condition de polichinelle horrifique"

Alors là, entièrement d'accord ! Rom est le chef d'oeuvre absolu des suédois. Et un des me(...)


kingdoms est pourtqnt excellent


Belle chronique, complémentaire a choosing death ?
Très tentant


L'annonce qui n'annonce rien, j'espère que ça ne va pas se limiter à la sortie d'un t-shirt


J'aurais un titre a la place de ça ! Vivement du nouveau Entombed.


Intéressant ça.


1) Re-Ah ah ah !!!
2) Perso, je ne trouve pas que la scène NS soit plus pro, plus visible et plus acceptée qu'avant.
A mon sens, rien n'a bougé à ce niveau là.
"C'est aussi peut-être dû au "taf" sur le zine" : Bien vu je pense.
3) "Je fais partie de ceux qui dissocie c(...)


Ah ah ah !!!


14 ans ? trops jeunes pour moi et pour le black


"Louis-Ferdinand Céline, c'est énorme !"
Laurent Gerra.


Yep, excellente interview bien cash, et bonne découverte d'un label que je ne connaissais absolument pas !