Pas facile d’être un groupe de Néo Metal/Metalcore accusant vingt-sept ans d’existence et de ne pas s’appeler KORN ou les DEFTONES. Vivre dans l’ombre des plus grands ne doit pas être chose facile, quoi que je glose dans l’absolu, puisque j’ignorais l’existence des DISCIPLE jusqu’à aujourd’hui. Difficile aussi de croire qu’un groupe a pu passer sous mon radar durant toutes ces années, considérant leur parcours et la qualité de leur musique…Mais comme dirait l’adage, « on ne peut pas tout connaître », et je m’avoue plutôt enchanté de ma découverte et de ma rencontre avec ces américains…Fondé en 1992 du côté du Tennessee de Knoxville/Maryville, ce quatuor (Kevin Young // Josiah Prince // Andrew Stanton // Joey West) a publié son premier album dès l’année suivante, et Trail of Tears de les lancer sur la piste du succès, rapidement suivi en 1995 de What Was I Thinking. Une histoire simple que la leur en somme, puisqu’aucun split, aucun hiatus n’est venu entraver leur avancée, et c’est avec treize albums que le groupe affiche sa foi en 2019, ce Love Letter Kill Shot à la sublime et sobre pochette étant le petit dernier. Et autant prévenir les puristes du Metal, les américains n’ont cure d’une quelconque éthique de traditionalisme, puisque leur musique est toujours aussi emprunte des modes en vogue à leur époque, celle du glissement Hard Rock/Néo Metal, initié par les KORN, LINKIN PARK, et plutôt en convergence des influences de UNDEROATH, P.O.D, et autres représentants de la cause Heavy outre Atlantique. Ayant opéré une transition entre le Groove Metal de leurs débuts au Nu Metal contemporain, les musiciens n’ont jamais trahi leur cause, et toujours proposé une musique moderne, jumpy, aux arrangements électroniques riches, et à l’attitude bravache. Ce nouvel épisode ne fait pas exception à la règle, et se repose sur une solide expérience, tout comme sur un opportunisme rythmique élastique assez probant. Et en soi, Love Letter Kill Shot représente peu ou prou la quintessence de cette scène si active depuis plus de vingt ans…

Mais DISCIPLE est évidemment un petit peu plus qu’un combo de Nu Metal lambda, puisque comme son nom est susceptible de vous l’indiquer, il appartient à la New Wave of Christian Metal US, de celles dont les fameux UNDEROATH font partie, et propose donc des textes éminemment marqués par la religion, et tout le prosélytisme positif ou non qui en découle. J’ai conscience qu’en juxtaposant les termes Nu Metal + Christian Metal j’ai déjà perdu bon nombre d’entre vous, mais il serait dommage de s’arrêter à de telles considérations avant de juger de la qualité d’artistes. Les convictions de DISCIPLE ne regardent qu’eux, et ne les empêchent surtout pas de jouer une musique certes convenue et classique, mais efficace, ce que ces douze nouveaux morceaux prouvent chacun leur tour. Très professionnel, ce treizième album semble continuer sur une lancée prise dans les années 2000/2010 et présente le quatuor sous un jour assez flatteur, entre rythmiques syncopées et millimétrées et riffs issus des coutumes des nineties, biseautés, et si tous les clichés du Nu Metal sont passés en revue, de l’alternance chant clair/cris poussés, jusqu’aux brisures les plus nettes, en passant par les beatdown maîtrisés, l’ensemble n’en dégage pas moins un étonnant parfum de fraîcheur au vu de l’ancienneté du combo. Difficile donc de croire que les américains accusent presque trois décennies de pratique, puisque leur envie ne semble pas souffrir du poids du temps, faisant même la nique à bien des jeunes loups aux dents moins aiguisées.


La variété n’en est pas moins de mise, puisque les morceaux essaient de jouer la diversité, non dans le fond, mais dans la forme. Ainsi, l’affaire ne se résume pas à l’entame sacrément efficace de « Cuff The Criminal », qui creuse les fondations, sans peaufiner les finitions. Nous nous retrouvons donc face à un combo qui connaît par cœur toutes les astuces de son art, et qui les utilise à dessein, des chœurs plus ou moins juvéniles en « oh, oh », que les foules ne manqueront pas de reprendre à pleins poumons, en passant par ces cassures mélodiques futées. On pense à PAPA ROACH, à MADINA LAKE, à pas mal d’autres références postérieures à la création des DISCIPLE, qui durant sa carrière a décroché pas moins de quatorze singles numéro 1 (mais de quels charts ?), et ces nouveaux psaumes dédiés au grand créateur sont autant de déclarations d’intention aussi efficaces que sincères. En effet, impossible de remettre en cause la démarche du groupe mené par Kevin Young depuis son adolescence, et toujours capable de chanter des chansons aussi crédibles que « Reanimate », qui aurait sans doute été un hit à la fin des années 90. Passéisme ? Non, foi en une musique qui jouée avec les tripes s’avère divinement convaincante, même si on en connaît tous les tours et détours. L’émotion n’en est évidemment pas absente, au travers d’instants de douceur comme « Touch Of Pain », mais le Rock domine les débats, parfois sous une forme plus traditionnelle et moins synthétique, sur le céleste mid tempo « Misery », qui lui aussi sent bon l’orée du nouveau siècle. Vous l’aurez vite compris, pas de grosse surprise à attendre d’un album qui couronne une traversée au long cours, mais l’énergie dont font preuve les DISCIPLE (qui en 2014 ont opéré une refonte intégrale avec changement de line-up et de label pour Attack) est convaincante, et sans donner l’envie d’empoigner une bible pour aller chanter le Néo-gospel dans une église de quartier, meuble les quelques instants séparant la découverte de grosses nouveautés.

Les moins complaisants argueront d’une nostalgie qui n’en est pas vraiment une, les autres passeront leur tour, mais ceux désirant agrémenter leur quotidien musical avec une tranche de modernisme d’antan se repaîtront de cet album avec tout l’appétit qu’il mérite, et Love Letter Kill Shot de conquérir de nouveaux fans en dehors du cénacle. Pas de quoi marcher sur l’eau, pas de miracle, mais un DISCIPLE qui ne trahit pas ses dogmes.         

 

Titres de l’album :

                          1. Cuff The Criminal

                          2. Reanimate

                          3. Wake Up

                          4. Panic Room (Featuring Andrew Schwab)

                          5. Play To Win

                          6. Fire Away

                          7. Misery

                          8. Chemical Wisdom

                          9. Never Too Late

                         10. Touch Of Pain

                         11. Walk With Me

                         12. Best Thing Ever

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 29/12/2019 à 19:05
78 %    106

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Denial

Antichrist President

Trepalium

From The Ground

Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

aussi chez Metal Force records.
https://metalforcerecords.bandcamp.com/album/under-siege


Tu m'étonnes !
PISSGRAVE n'a qu'à bien se tenir !


Oh bourdal de mardch !
La pochette o_O


Il fallait un commentaire négatif. Je déteste l'unanimisme...
Mais j'adore ce site et je croise les doigts pour qu'il ne soit pas éphémère.


J'ai toujours eu du mal avec leur musique, décidément je leur laisse une chance à chaque fois mais ...


j'adore se groupe


Je trouve ça complétement con.
Je vais pas argumenter parce que j'imagine que tout le monde s'en fout mais je trouvais que 10 messages unanimement élogieux c'était un peu beaucoup.
Voilà.


Poisson d'avril


Bon, même si c'est pas de vous ça reste génial, bravo donc a METAL EN FER !!!


Le Hellfest peut avoir lieu je pense mais les groupes américains c'est le probleme, pour le reste de l'europe ça peut le faire sans soucis, mais ça donne quoi sans les USA comme affiche...


Merci pour vos commentaires qui nous motivent à vous donner chaque jour le meilleur de l'info metal, mais presque.


C'est pas de nous hein Metal En Fer !
Toujours est-il que c'est bien marrant je trouve, une sorte de Gorafi Metal xD


Alors là bravo les gars !
Je dois dire que celui de cette année est vraiment très, très bon.
C'est effectivement super chiadé, et surtout j'ai ri plein de fois…
Pour ceux me connaissant, c'est gage de qualité au vu de mon intransigeance en la matière.


L'annulation du hellfest en tant que tel ne fait pas de doute, avec ou sans pq ...


HELLFEST : Des festivaliers réclament « moins de bruit pour une ambiance plus conviviale »


Sponsorisé par Lotus :-))))))))
Mouarf !


Ha ha ! Cela fait du bien de respecter la tradition dans les circonstances actuelles.


Juste GENIAL !
Bravo pour ce boulot et merci pour la poilade !!

J'en veux ENCORE !! :-)))))


Ah mais bravo, ces articles sont excellents


Excellent et très bien écrit. Merci pour la poilade!