Rather Be Alone

Power Alone

28/02/2020

Indecision Records

Vegan, straight edge, avec deux précisions pareilles, le choix n’est pas si vaste. Hardcore ou Grindcore ? La première solution est la bonne avec ce nouveau combo californien qui offre son premier album en pâture à un public difficile et exigent. Pourtant, les POWER ALONE sont loin d’être de nouveaux venus sur la scène, les membres du groupe ayant déjà largement traîné leur philosophie au sein d’autres combos plus ou moins établis. Pour exemple, Eva Hall a passé six ans au sein de RATS IN THE WALL avant de jeter l’éponge et de monter GATHER, alors que Dustin et Jover ont collaboré au sein de LOCKSTEP. Eva elle-même déclare que l’expérience POWER ALONE était indispensable après avoir essuyé les plâtres d’une MC au sein de RATS IN THE WALL. Alors que l’ambiance avec ces derniers était devenue anxiogène, le fait de monter un nouveau groupe avec des proches et des gens de confiance lui a redonné la foi et l’énergie nécessaire au redémarrage d’une carrière, ce qui n’est jamais chose facile quand on a des années d’expérience derrière soi. Pour information, le quintet se complaît dans une sorte d’hommage au Core des nineties, avec des influences/comparaisons plus ou moins évidentes (NAUSEA, SNAPCASE, 108), et d’autres plus sous-jacentes, comme cette précision héritée des HELMET, qu’on retrouve dans le calibrage des guitares et la précision chirurgicale de la rythmique. Rien de nouveau sous le soleil californien, mais une efficacité qui fait plaisir à entendre, d’autant plus que l’album ne dure que vingt-deux minutes, et fait le même effet qu’un immense pogo dans un pit. Malgré l’annulation d’une petite tournée prévue en 2020 pour cause de COVID, les californiens proposent une musique qui empeste le live, la rage de scène, et l’authenticité d’une génération qui croit en ses valeurs et souhaite les partager.

Dans un registre de Hardcore métallique, les POWER ALONE sont d’une puissance phénoménale. Enregistré en 2019 aux Buzzbombs studios par l’ingénieur Paul Miner, Rather Be Alone est un concentré de puissance brute, une déflagration aux conséquences immédiates, et surtout, le coup de pied au cul dont nous avions besoin en ce moment. Entre une collection de riffs à faire pâlir n’importe quel groupe de Thrash, une puissance de l’axe basse/batterie époustouflante, c’est surtout le chant unique d’Eva que l’on retient, elle qui s’époumone comme une diablesse pour faire passer son message. En s’entourant de musiciens qu’elle connaît bien, la chanteuse se laisse donc aller à une diatribe acide, malgré le fait qu’elle a dû varier son chant pour cause de nodules aux cordes vocales. Son registre est donc passé à des harangues incroyablement aigues, rapprochant parfois le tout d’un CLOSET WITCH plus maîtrisé et moins chien fou. Et l’association de cet instrumental incroyablement solide et des volutes véhémentes et passionnées d’Eva confère à ce premier album une aura un peu spéciale, protégeant un Hardcore vraiment solide et passionnant. Avec onze morceaux au compteur, dont l’homogénéité ne saurait être remise en cause, Rather Be Alone est une sorte de plaidoyer enjoignant tous les individualistes à se regrouper pour affronter l’ennemi, les institutions, l’industrie carnée, la drogue, le sexisme, et le message passe comme un coup de poing à travers la boîte aux lettres.

Inutile de tergiverser, ce premier effort fera partie des albums Hardcore de l’année à n’en point douter. Lorsque le groupe se veut plus épais et métallique, il est convaincant et écrasant comme le prouve l’énorme « Listen », qui appuie Thrash là où ça fait mal Hardcore, mais l’avantage du quintet est de savoir se rapprocher des racines plus légères et Rock immédiatement, avec en exergue l’enchaînement « All We’ve Got », qui en quarante secondes sautillantes rappelle les origines du genre. Pas plus de deux minutes par titre, avec en intro le solide et persuasif « Self Fulfilling Prophecy » aux riffs hachés et au chant vociféré. C’est solide, pertinent, mais surtout, agréable à l’oreille, cette colère devenant palpable au travers des haut-parleurs. Souvent en mode mid tempo, le groupe n’a pas besoin d’emballer les débats pour rester violent, et la densité du son, des guitares et d’une double grosse caisse éparse (« Desert ») suffisent à renvoyer la concurrence dans les cordes. Tous les titres, même plus ou moins construits sur le même moule se dévorent comme autant de pamphlets contre l’égoïsme, entre saccades bienvenues (« Where We Stand »), et oppression suffocante (« Rather Be Alone » sur lequel le chant d’Eva atteint une sorte de paroxysme de rage). Tout ce qu’on peut attendre d’un album de Metallic Hardcore est présent ici, des accélérations furieuses (« Stay True »), aux temporisations dissonantes (« Disposable »), et l’un dans l’autre, les POWER ALONE démontrent qu’en capitalisant sur leur expérience passée pour se projeter vers un avenir encore plus efficace reste le meilleur moyen de progresser de de devenir encore plus efficient. Un disque qui suinte la sincérité, qui empeste l’honnêteté, et qui s’avale comme on supporte la violence quotidienne, un peu désabusé, mais toujours révolté. Power to the people !!!             

                                              

Titres de l’album :

01. Self Fulfilling Prophecy

02. Desert

03. Where We Stand

04. Cope

05. Rather Be Alone

06. Stay True

07. Disposable

08. Vanish

09. Listen

10. All We’ve Got

11. Something Real


Bandcamp officiel


par mortne2001 le 10/01/2021 à 17:45
88 %    50

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kairos

"Embrasse moi, j'ai le scorbut !"

28/01/2021, 09:08

Bones

"Quand on a la bouche qui sent les pieds, c'est qu'on a les dents qui se déchaussent."

28/01/2021, 07:06

Perry

Punaise, ce que c'est nul!

27/01/2021, 20:41

Bones

J'ai jamais pu encaisser les QCM.

27/01/2021, 16:44

Humungus

Moi penser tout pareil.

27/01/2021, 15:56

Solo Necrozis

Pareil, c'est quoi l'objectif, avoir Oranssi Pazuzu dans Taratata ? Je ne comprendrai jamais ce désir d'être accepté par une industrie qui n'a presque rien d'artistique et pour qui la musique est un produit à écouler en espérant en(...)

27/01/2021, 15:30

Arioch91

Meilleur album Black à capucheMeilleur album de pouêt-pouêt Metal à bouée (on enlève Alestorm sinon c’est pas du jeu)nanmé

27/01/2021, 15:17

Buck Dancer

"c'est comme le sexe, au début tu chatouilles un peu les parties visibles et seulement après tu explores en profondeur"... et c'est là où ça fait mal !!! 

27/01/2021, 15:05

Simony

Je pense que l'on peut creuser l'idée des catégories, il y en a des biens dans tes propositions Jus de cadavre  (...)

27/01/2021, 14:33

RBD

Hail of Bullets, l'excellence va decrescendo du premier au troisième album. Dans la discographie de Martin van Drunen il faut aussi citer le deuxième album de COMECON, "Converging Conspiracies", u(...)

27/01/2021, 13:25

Jus de cadavre

Les 13 catégories des Victoires Rock et du Metal 2021 !Meilleur album de Bestial War Black MetalMeilleur album de PorngrindMeilleur album de NSBMMeilleur album de Crust Punk à chienMeilleur album HM-2 Entombed-likeMeilleur album Black Metal (...)

27/01/2021, 12:11

Gargan

Quand je vois la dénomination "rock/metal", ça me fait fuir, gros effet répulsif. Non pas que j'oublie les racines blablabla mais là, ça me fait penser à de l'édulcoré pur jus, un peu comme rtl2 et son "son pop/rock&(...)

27/01/2021, 08:46

Arioch91

@Bones : merci pour Hail of Bullets, je préfère ce que je suis en train d'écouter (le premier) à ce Necroceros. Ca m'emballe bien plus alors je pense rattraper mon retard du côté de HoB plutôt que d'Asphyx.

27/01/2021, 08:07

Kairos

Ouais dsl j'ai été un peu sec, mais l'autre andouille est venu gratuitement me baver sur les rouleaux... J'aurais dû employer l'adverbe "cordialement" à la fin de mon précèdent post. 

26/01/2021, 16:03

Bones

Mouais, mais par contre je vais rapidement le réécouter pour voir si mon approche a évolué. C'est vrai qu'il est réputé...  j'ai sans doute raté le coche.

26/01/2021, 13:14

Arioch91

@Humungus : SIC... And Destroy !   Comme disait Coluche : la politique ? C'est quand on est poli et qu'on a(...)

26/01/2021, 10:45

Arioch91

@Humungus : je confirme pour The Rack. Plusieurs fois j'ai essayé mais sans jamais accrocher.Y a des albums comme ça

26/01/2021, 07:56

Humungus

Toujours "intéressant" (SIC !!!) quand la politique s'insère ici... ... ...

26/01/2021, 07:38

Humungus

Ne pas "rentrer" dans "The rack" ?!?!Bizarre étant donné la monstruosité de cet album...Quoi qu'il en soit, je plussoie sur HAIL OF BULLETS !Pis n'oublions pas le merveilleux GRAND SUPREME BLOOD COURT non plus hein !!!(...)

26/01/2021, 07:35

Arioch91

@Bones : merci pour l'idée, vais m'écouter les trois albums de Hail of Bullets, juste histoire de rattraper mon retard concernant le père Van Drunnen.

25/01/2021, 20:12