Je suis en colère, tu es en colère, ils sont en colère. Les allemands sont en colère, les français sont en colère, les grecs sont en colère, les américains aussi, mais les italiens semblent particulièrement remontés. Oh, en surface, rien n’est pire chez eux que chez leurs voisins européens (mais un peu quand même, surtout avec une coalition de droite menée par la Ligue), et d’ailleurs, si l’envie vous prenait d’aller jouer les touristes transalpins, gageons que vous ne remarqueriez rien de particulier. Non, l’agitation est plus sourde, et plus underground puisqu’il faut bien utiliser le terme. Le peuple a peur, peur de l’avenir, celui d’une Europe qui se désagrège sous le regard impuissant d’Angela, celui d’une Europe que le gouvernement français verrait bien en start-up géante et autonome (mais sous la coupe de la BCE évidemment), et surtout celui d’une humanité qui n’en est plus que de nom, et qui se dirige tout droit vers une impasse économique et écologique. Alors, oui, ils ont des raisons d’avoir peur, tout comme nous d’ailleurs, tout comme toi, tout comme eux. Et cette peur se transforme petit à petit en rage, celle des insoumis, qui finalement, préfèrent le chaos à l’absence de révolte. Et cette révolte se manifeste de façon artistique par la pratique du coup d’état (en français dans le texte, même transposé en Italie), via la parution de pamphlets aussi virulents qu’un pavé lancé à la tronche de la répression. De fait, musicalement, c’est le bordel. Le Hardcore se taille donc la part du lion, lui qui a toujours été le moyen d’expression préféré des agitateurs salutaires. Rien d’anormal donc de constater que le nouvel album des DISCOMFORT est aussi puissant qu’une colère grondante émergeant des rangs serrés d’une manifestation.       

Les vrais savent qu’ils n’en sont pas à leur coup d’essai, et que Fear n’est que le fruit d’un long cheminement interne/externe. Après avoir subi les attaques justifiées de Scorn en 2013, puis de Worst en 2015, les fans se doutaient bien qu’une nouvelle étape allait les faire franchir un nouveau palier, transformant le pire en mépris, puis le mépris en peur. Et cette peur-là tient de la réaction naturelle d’un animal sauvage pris au piège d’un destin inéluctable, qu’il tente par tous les moyens d’éviter, en jetant toutes ses forces dans la bataille. Et même perdue d’avance, elle ne le sera pas sans effusion de sang, sans cris, et sans blessures infligées à l’ennemi. C’est en tout cas ce qu’essaient de nous dire ces dix nouveaux morceaux qui ne rentrent absolument pas en contradiction avec le passé, mais qui capitalisent sur son expérience pour tenter de porter la douleur à une dimension supérieure. On y retrouve l’urgence de l’ultraviolence, le chaos des coups de boutoirs portés, les estocades qui trouent les chairs, et surtout, les sons qui vrillent les tympans. Toujours à cheval entre Hardcore lourd et Chaotic Core sourd, les italiens de DISCOMFORT cherchent justement à sortir l’auditeur de sa zone de confort pour lui prouver qu’il existe une troisième voie, pas forcément diplomatique, mais beaucoup plus réaliste et concrète. Pour la dessiner, ils utilisent des éléments de Hardcore moderne, de Grind contemporain, mais aussi de Mathcore assez peu démonstratif dans le fond, pour tenter de tirer un trait d’union entre les mouvements, et concrétiser cette terreur qu’ils essaient de susciter au sein des factions opposées. Lesquelles ? La société, le mal-être ambiant, l’ordre établi, la fatalité, qui en prennent un coup, tremblent mais ne semblent pas s’effondrer.

Pourtant, l’effort est notable, dense, et impressionne. Perfectionnant encore plus leurs recettes, les italiens se rapprochent des CONVERGE, de BOTCH, mais aussi de CANDIRIA, des UNSANE, des NAILS, de CULT LEADER, des PRIMITIVE MAN, tout en lâchant quelques grimaces de circonstance aux MELVINS et à NEUROSIS, histoire d’appuyer pile là où ça fait très mal. Cette musique qui ne supporte pas vraiment la comparaison avec une quelconque pâleur de ton, assourdit, laisse alangui, presque hagard, mais terriblement conscient des réalités. On y sent la véhémence de ceux qui ne fuient pas en avant, mais qui affrontent leur époque avec les armes adéquates. Alors, beaucoup de gravité évidemment, quelques stridences pour l’inspiration, mais aussi des ralentissements, sournois, à l’image sonore de cet insidieux « Longing », placé en fin de parcours pour tester notre résistance et qui porte à ébullition la marmite mise à chauffer à blanc dès l’intro « Fear ». Dualité vocale digne d’un Grind anglais de tradition ou d’un Crust américain en unisson, guitare maladive qui lâche ses riffs les plus contradictoires, tâtant de l’épaisseur pour mieux effiler son tranchant d’impudeur, rythmique polyvalente qui se fixe parfois, pour appuyer les dires, mais qui aime l’équilibre instable de mesures qui inspirent, et le tout sonne comme un cauchemar conjoint entre toutes les références déjà énoncées, sur fond de bande sonore d’une apocalypse programmée. Quelques mélodies anémiées sont disséminées pour rappeler que l’espoir se meurt, mais qu’il halète encore de peur (« Divide », final en Némésis/Catharsis avec une simple guitare en accords de sueur qui s’époumone pour accrocher la demi-heure), mais l’essentiel s’articule autour d’une cohésion titanesque entre tous les acteurs de jeu (« Cold », entrée en matière qui juxtapose une rythmique et une ambiance purement Death à une expression nihiliste typiquement Loudcore), qui témoigne d’une vitesse qui concrétise l’urgence autour d’un Chaotic Core au corps à corps (« Unborn », bruyant, redondant, mais tellement intelligent dans ses répétitions hachées).

Et même s’ils gardent la foi (« Faith », lien entre hier et demain pour un faux rythme main dans la main), même s’ils tentent le coup du siège comme ultime désespoir (« Siege », blasts, harmonie de guitare acide, et changements fréquents pour ne pas laisser la routine s’installer), s’ils comptent les corps une fois l’aube levée pour ne pas se leurrer (« Bodies », UNSANE et BRUTAL TRUTH en infirmiers qui ne pansent aucune plaie), les DISCOMFORT finalement, ne font que matérialiser un destin funeste qui nous attend tous à l’arrivée. Un destin qui accepte la peur comme ultime motivation, mais qui connaît ses desseins aussi bien que n’importe quel oracle. Et de fait, Fear reste certainement l’implication la plus fidèle de musiciens envers leur époque, qu’ils conchient, contre laquelle ils se dressent, mais qui aura raison d’eux comme de nous. Une raison de plus d’être en colère.

                     

Titres de l’album:

                      01. Fear

                      02. Cold

                      03. Siege

                      04. Trapped

                      05. Bodies

                      06. Unborn

                      07. Faith

                      08. Deprive

                      09. Longing

                      10. Divide

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 13/06/2018 à 14:02
80 %    308

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Picture

Wings

Birdeatsbaby

The World Conspires

Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Diocletian

Amongst the Flames of a Burning God

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Enorme la pochette. Et l'album sans être une tuerie, s'écoute ma fois sans sourcilier...


JTDP +1.
Tu m'as d'ailleurs devancé de quelques minutes car tu as posté pendant que j'écrivais justement ceci :
Limite surprenant que l'on déblatère autant de la presse papier spécialisée sur la toile non ?
Preuve que cette dernière a encore tout son sens je trouve.
P(...)


Dernière phrase pleine de bon sens, mon cher. C'est quand tu vois les mags étrangers que tu comprends mieux les écarts.


"Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses"

Ah ben, je crois même que la grande majorité ne se payent pas du tout...

Pour Rock Hard et la "Metaltèque Idéale", si je ne me trompe pas, c'est surtout une opération com(...)


Clair que les 2 points faibles de Metallian sont la compétence des chroniqueurs et les questions aux ITW, faites par mail à 90%. Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses. Pour les kros, c'est pourtant pas compliqué en quelques lignes (d'aille(...)


@JTDP, +1 concernant Metallian et son aspect fanzine.

C'est clair que certaines interviews sont mal branlées et que celles du ou des groupe(s) en tête d'affiche ne sont pas plus volumineuses que d'autres.

Ce qui me dérange le plus, ce sont les chroniques d'albums.
(...)


Dans l'éternel débat des mag' papiers encore existant, de mon côté, New Noise et Rock Hard sont le haut du panier.
New Noise pour leur éclectisme qui fait vraiment du bien (j'ai, par exemple, découvert BRUTUS grâce à eux, une de mes plus belle rencontre musicale et mon meilleur concer(...)


Perso je trouve les premieres années de Rock Hard vraiment excellente, apres le magazine n'a plus innové.


J'ai acheté Metallian il y a quelques mois. Des années que je n'avais acheté un magazine papier. J'y ai lu 3 ou 4 interviews corrects (les groupes que j'aime). Ce torchon, bien fichu, a toujours le chic pour interviewer les groupes les plus nazes de la scène métal. Il empeste toujours l'extensi(...)


S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0


Les mags étrangers, lisant difficilement l'anglais, tu comprendras que je m'en cogne avec une certaine force.

Oui j'ai connu Noise Mag', du temps d'Alex Citram mais je préfère RockHard, même si sa ligne éditoriale penche il est vrai trop sur un certain Hard Rock provenant d'Austral(...)


Ça n'étonnera personne. Ça devait bien arriver un jour. J'ai pas vu d'image mais apparemment il serait carrément tombé de la scène... franchement c'est une bonne chose, c'était au delà du pathétique sur scène (déjà au Motoc l'année dernière). En espérant qu'il soigne vraiment son turb(...)


Ah ben faut pas être trop difficile, à mon humble avis, surtout si on compare avec les mags étrangers (purée, z'avez lu Deaf Forever, Legacy mag, voire en France Noise mag, bien plus complet, même si ça cause pas de metal exclusivement loin de là ? C'est autre chose, niveau qualité et conten(...)


Non, du tout. Les deux groupes se partagent la couverture, c'est tout.


Trust a fait un truc avec Airbourne j'ai pas suivi ?


Je suis fan de ce mag' pour plusieurs raisons, même si je reconnais le côté soft de bien des groupes et un certain penchant virant parfois à l'obsession pour AC/DC (que je n'aime pas particulièrement).

Mais pour peu qu'on ne soit pas un die hard de Metal Extrême (y a Metallian pou(...)