Je suis en colère, tu es en colère, ils sont en colère. Les allemands sont en colère, les français sont en colère, les grecs sont en colère, les américains aussi, mais les italiens semblent particulièrement remontés. Oh, en surface, rien n’est pire chez eux que chez leurs voisins européens (mais un peu quand même, surtout avec une coalition de droite menée par la Ligue), et d’ailleurs, si l’envie vous prenait d’aller jouer les touristes transalpins, gageons que vous ne remarqueriez rien de particulier. Non, l’agitation est plus sourde, et plus underground puisqu’il faut bien utiliser le terme. Le peuple a peur, peur de l’avenir, celui d’une Europe qui se désagrège sous le regard impuissant d’Angela, celui d’une Europe que le gouvernement français verrait bien en start-up géante et autonome (mais sous la coupe de la BCE évidemment), et surtout celui d’une humanité qui n’en est plus que de nom, et qui se dirige tout droit vers une impasse économique et écologique. Alors, oui, ils ont des raisons d’avoir peur, tout comme nous d’ailleurs, tout comme toi, tout comme eux. Et cette peur se transforme petit à petit en rage, celle des insoumis, qui finalement, préfèrent le chaos à l’absence de révolte. Et cette révolte se manifeste de façon artistique par la pratique du coup d’état (en français dans le texte, même transposé en Italie), via la parution de pamphlets aussi virulents qu’un pavé lancé à la tronche de la répression. De fait, musicalement, c’est le bordel. Le Hardcore se taille donc la part du lion, lui qui a toujours été le moyen d’expression préféré des agitateurs salutaires. Rien d’anormal donc de constater que le nouvel album des DISCOMFORT est aussi puissant qu’une colère grondante émergeant des rangs serrés d’une manifestation.       

Les vrais savent qu’ils n’en sont pas à leur coup d’essai, et que Fear n’est que le fruit d’un long cheminement interne/externe. Après avoir subi les attaques justifiées de Scorn en 2013, puis de Worst en 2015, les fans se doutaient bien qu’une nouvelle étape allait les faire franchir un nouveau palier, transformant le pire en mépris, puis le mépris en peur. Et cette peur-là tient de la réaction naturelle d’un animal sauvage pris au piège d’un destin inéluctable, qu’il tente par tous les moyens d’éviter, en jetant toutes ses forces dans la bataille. Et même perdue d’avance, elle ne le sera pas sans effusion de sang, sans cris, et sans blessures infligées à l’ennemi. C’est en tout cas ce qu’essaient de nous dire ces dix nouveaux morceaux qui ne rentrent absolument pas en contradiction avec le passé, mais qui capitalisent sur son expérience pour tenter de porter la douleur à une dimension supérieure. On y retrouve l’urgence de l’ultraviolence, le chaos des coups de boutoirs portés, les estocades qui trouent les chairs, et surtout, les sons qui vrillent les tympans. Toujours à cheval entre Hardcore lourd et Chaotic Core sourd, les italiens de DISCOMFORT cherchent justement à sortir l’auditeur de sa zone de confort pour lui prouver qu’il existe une troisième voie, pas forcément diplomatique, mais beaucoup plus réaliste et concrète. Pour la dessiner, ils utilisent des éléments de Hardcore moderne, de Grind contemporain, mais aussi de Mathcore assez peu démonstratif dans le fond, pour tenter de tirer un trait d’union entre les mouvements, et concrétiser cette terreur qu’ils essaient de susciter au sein des factions opposées. Lesquelles ? La société, le mal-être ambiant, l’ordre établi, la fatalité, qui en prennent un coup, tremblent mais ne semblent pas s’effondrer.

Pourtant, l’effort est notable, dense, et impressionne. Perfectionnant encore plus leurs recettes, les italiens se rapprochent des CONVERGE, de BOTCH, mais aussi de CANDIRIA, des UNSANE, des NAILS, de CULT LEADER, des PRIMITIVE MAN, tout en lâchant quelques grimaces de circonstance aux MELVINS et à NEUROSIS, histoire d’appuyer pile là où ça fait très mal. Cette musique qui ne supporte pas vraiment la comparaison avec une quelconque pâleur de ton, assourdit, laisse alangui, presque hagard, mais terriblement conscient des réalités. On y sent la véhémence de ceux qui ne fuient pas en avant, mais qui affrontent leur époque avec les armes adéquates. Alors, beaucoup de gravité évidemment, quelques stridences pour l’inspiration, mais aussi des ralentissements, sournois, à l’image sonore de cet insidieux « Longing », placé en fin de parcours pour tester notre résistance et qui porte à ébullition la marmite mise à chauffer à blanc dès l’intro « Fear ». Dualité vocale digne d’un Grind anglais de tradition ou d’un Crust américain en unisson, guitare maladive qui lâche ses riffs les plus contradictoires, tâtant de l’épaisseur pour mieux effiler son tranchant d’impudeur, rythmique polyvalente qui se fixe parfois, pour appuyer les dires, mais qui aime l’équilibre instable de mesures qui inspirent, et le tout sonne comme un cauchemar conjoint entre toutes les références déjà énoncées, sur fond de bande sonore d’une apocalypse programmée. Quelques mélodies anémiées sont disséminées pour rappeler que l’espoir se meurt, mais qu’il halète encore de peur (« Divide », final en Némésis/Catharsis avec une simple guitare en accords de sueur qui s’époumone pour accrocher la demi-heure), mais l’essentiel s’articule autour d’une cohésion titanesque entre tous les acteurs de jeu (« Cold », entrée en matière qui juxtapose une rythmique et une ambiance purement Death à une expression nihiliste typiquement Loudcore), qui témoigne d’une vitesse qui concrétise l’urgence autour d’un Chaotic Core au corps à corps (« Unborn », bruyant, redondant, mais tellement intelligent dans ses répétitions hachées).

Et même s’ils gardent la foi (« Faith », lien entre hier et demain pour un faux rythme main dans la main), même s’ils tentent le coup du siège comme ultime désespoir (« Siege », blasts, harmonie de guitare acide, et changements fréquents pour ne pas laisser la routine s’installer), s’ils comptent les corps une fois l’aube levée pour ne pas se leurrer (« Bodies », UNSANE et BRUTAL TRUTH en infirmiers qui ne pansent aucune plaie), les DISCOMFORT finalement, ne font que matérialiser un destin funeste qui nous attend tous à l’arrivée. Un destin qui accepte la peur comme ultime motivation, mais qui connaît ses desseins aussi bien que n’importe quel oracle. Et de fait, Fear reste certainement l’implication la plus fidèle de musiciens envers leur époque, qu’ils conchient, contre laquelle ils se dressent, mais qui aura raison d’eux comme de nous. Une raison de plus d’être en colère.

                     

Titres de l’album:

                      01. Fear

                      02. Cold

                      03. Siege

                      04. Trapped

                      05. Bodies

                      06. Unborn

                      07. Faith

                      08. Deprive

                      09. Longing

                      10. Divide

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 13/06/2018 à 14:02
80 %    274

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Coma

Disorder

Hellraiser

Heritage

Obsidian Sea

Strangers

Arides

Sur les Terres Oubliées

Freedom Call

M.E.T.A.L.

Vak

Loud Wind

Ascend The Hollow

Echoes Of Existence

Aziza

The Root Of Demise

Twilight Force

Dawn Of The Dragonstar

Perpetual Among Us

Thy Will Be Done

Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Skeletal Remains + Black March

RBD / 21/08/2019
Beatdown Death

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

+ All In The Small + Dopethrone

25/08 : Le Dropkick, Reims (51)

Iron Bastards + Paranoid Cats + Sweeping Death

31/08 : Millenium, Haguenau ()

Photo Stream

Derniers coms

Sinon ils ne sont pas Suédois non ? J'ai toujours cru.


Ohlàlà, Runemagick ! Des années que j'avais pas écouté ce truc ! Clair que les deux premiers albums sont assez excellents dans leur genre.

M'en vais aller dépoussiérer l'opus, tiens !


@Buck : oui j'ai vu ça... Là ça fout les boules quand même !
Autant je n'aime vraiment pas Megadeth, mais les caler en dessous de cette bouse appelé Five finger machin, c'est juste une honte. Littéralement le monde à l'envers...


La situation à te faire péter un câble...


J'ai en tête un morceau des CLASH, "I'm so bored with the USA" et aussi un titre d'EXPLOITED plus explicite...pour cette chère administration "pussy grabbin" trumpesque :-)


Où Megadeth en première partie de Five finger death punch?


Behemoth qui ouvre pour Slipknot... Et pourquoi pas Metallica en guest de KoRn ou Black Sabbath en 1re partie de Limp Bizkit ?


Slipknot et Behemoth a ouais lol deux salles deux ambiances.


Très bonne chronique pour un très bon disque !


Mon premier groupe Metal vu en concert haha (avec Manigance en première partie, dans la salle communale d'un bled bien paumé!) ! Ça fait un bail, mais que de souvenir ! Même si je n'ai jamais réécouté ce groupe par la suite :D !


Un chef d’œuvre ???
Nouvelle illustration du caractère personnel du ressenti face à une œuvre. Attaché aux premiers albums et au retour en grâce du Heavy Metal auquel ils ont contribué, d'un point de vue médiatique (et aux concerts fabuleux des tournées Legacy of Kings et Renegade (...)


Très bon report. Précis et honnête.
Et bien dommage qu'un groupe du niveau de Skeletal Remains soit si peu communicatif... c'est surtout con pour eux d'ailleurs.


@maxime : je ne comprends pas ???


Cool ! Je suis un héros ! :-)


Très chouette tour-report ! Merci ! Et du coup j'en profite pour découvrir ABYSSIC dont la musique est vraiment cool.


Merci ! Merci de rappeler qu'il suffit juste de savoir lire pour être un héros... ;-)


Celui qui arrive à lire et surtout comprendre ce pavé est un héro...


Je ralais d’être absent pour cette date mais tu m’as remonté le moral. J’ai personnellement du mal avec la non communication (voir le mépris pour certains) des groupes envers leurs fans.. surtout dans des musiques dites de niches..
Sauf erreur de ma part, leur excellent batteur est p(...)


Belle découverte!


Chronique sacrément bien torchée. Chapeau !