Vous pouvez faire confiance aux allemands d’Iron Bonehead pour dénicher les groupes les plus evil de la création. Un simple coup d’œil à leur catalogue suffit pour comprendre que le mainstream, l’extrême « raisonnable » et le tout-venant ne sont pas le genre de la maison, chose que vous avez assimilée depuis longtemps si vous êtes un fidèle lecteur de mes chroniques…Une fois encore, le label d’outre-Rhin s’est surpassé dans le pelletage de terre païenne en dénichant un concept polonais des plus traumatiques. Aussi mystérieux dans le fond que véhément dans la forme, le projet TEMPLE DESECRATION est en effet blasphématoire à plusieurs niveau, et cache autant son identité que ses desseins artistiques. Fondé en 2011, ne disposant d’aucune page officielle ou non, et cachant son line-up comme un secret inavouable, ce présumé trio selon les photographies promotionnelles n’est que fiel et bile, et son premier longue-durée, Whirlwinds of Fathomless Chaos porte si bien son nom qu’on devine sans l’écouter qu’il est consacré à la frange la plus imbuvable de la fange Death/Black européenne. N’ayant à son actif qu’une démo (Abhorrent Rites en 2012) et un EP (Communion Perished en 2014), le collectif de Tychy a su susciter suffisamment d’intérêt pour voir son premier album distribué dans l’underground, et après écoute des cinq pistes en question, il n’est guère étonnant de retrouver ce label en soutien, tant leur bordel glauque et soutenu s’inscrit parfaitement dans la logique de déconstruction ambiante. Très difficilement cernables, les TEMPLE DESECRATION pratiquent un genre de Death primal très diffus et très sombre, qui pourrait se concevoir comme un mélange d’outre-tombe des cadavres de GRAVE, REVENGE et ENCOFFINATION, le tout joué à une vitesse déraisonnable, et relativement empreint de bestialité sud-américaine.

Si la comparaison vous sied, jetez-vous sur Whirlwinds of Fathomless Chaos. Vous tomberez en effet en plein milieu d’une tornade de chaos sans fin, comme une spirale menant directement du purgatoire en enfer. Se reposant sur des structures simples, répétitives et hypnotiques, les polonais ont pris le parti de privilégier des riffs indiscernables, bloqués sur des fréquences ne permettant pas de les distinguer de la basse, laissant la batterie voguer à sa propre cadence, et enrobant le tout dans un chant sépulcral égrenant ses litanies de mort avec une belle conviction Death/Black. Ils sont à ce point persuadés du bien-fondé de leur ignominie qu’ils ne prennent même pas la peine de travailler sa diversité, les trois premiers morceaux semblant former une longue suite homogène, perturbée de cris, de soudaines accélérations et de breaks aussi lourds qu’un orage d’été. Il faut donc attendre le véritable gros morceau de l’album, « Covenant » et ses douze minutes mélangeant Doom poisseux et Death nauséeux pour apprécier une digression sur les dogmes développés. Envisageable comme une sorte d’adaptation du cauchemardesque « Triumph of Death » des HELLHAMMER dans un vocabulaire contemporain, ce morceau aussi peu évolutif qu’il n’est subtilement progressif s’engonce dans le marigot de l’inhumanité musicale pour n’en retirer que les aspects les plus repoussants de l’extrême. Lent, lourd et processionnel, ce mantra pour âmes perturbées nous emmène aux confins d’un Death/Doom incantatoire, et réveille les fantômes de dISEMBOWELMENT, d’INCANTATION, de FUNEBRE et de WINTER, pour les convoquer à la table des ENCOFFINATION, l’exagération en moins, et une certaine forme de musicalité dans les chœurs désincarnés en plus. S’il est tout à fait possible de trouver ça un brin excessif, s’il est tout à fait concevable d’en être écœuré au bout de trois ou quatre minutes, la tentative de matérialiser le dégoût de la vie n’en est pas moins palpable et remarquable, et atteint presque son but à force de résignation grave et de pesanteur asphyxiante.

Le final « Blood Offering », reprend peu ou prou les recettes développées sur les trois premiers morceaux, avec sa rythmique toujours aussi hors de contrôle, mais appuie un peu plus sur les aspects les plus craspecs de l’optique, pour achever de développer une philosophie nihiliste rappelant les débuts du Death scandinave, amplifiés d’un extrémisme de l’est assez peu complaisant dans son refus de la raison. On se demande alors si on se trouve en terrain Death, Black ou Noise, puisque la guitare ne bénéficie toujours pas d’un traitement plus médium, mais la folie de l’ensemble permet de se raccrocher à une version hypothétique de bestial Black à la brésilienne, sans vraiment savoir si l’influence est réelle ou fantasmée. Certains passages nous tirent même de leurs répétitions vers un Indus post-mortem, refluant les mêmes thèmes de façon concentrique, pour mieux nous propulser vers un final aux samples envahissants, et à la basse plus grave qu’une sentence de mort. Exercice de style ou réel avancée musicale ? La question reste en suspens, mais la réponse paraîtra évidente aux plus raisonnables d’entre vous, tandis que les maniaques de l’extrême loueront les qualités d’intégrité d’un groupe qui refuse toutes les conventions harmoniques pour extirper le bruit de sa condition finale. En travaillant leur image autant que leur musique, qui reste pourtant viscéralement crue, les polonais de TEMPLE DESECRATION nous offrent donc un joli mystère à percer, si tant est que vous en ayez envie. Pas forcément plus viable artistiquement que n’importe quelle autre signature Iron Bonehead, mais pas non plus moins intéressant que le reste de leur catalogue, ce premier album permet de rajouter une pierre au mausolée bruitiste, sans trop le faire grandir.

       

Titres de l'album:

                             1. Nameless Hordes

                             2. Entering the Void

                             3. Dominion of Darkness

                             4. Covenant

                             5. Blood Offering


par mortne2001 le 19/07/2018 à 18:16
70 %    388

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

The Odious

Vesica Piscis

Kirk Windstein

Dream in Motion

Passion

Passion

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Lindemann

21/02 : L'olympia, Paris (75)

+ Neptrecus + Manzer

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Photo Stream

Derniers coms

Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !


nos pulsions les moins inavouables ... donc les plus avouables ?
(oui y en a qui lisent les chroniques ^^)
et oui ... à presque 50 ans on écoute encore du metal extrême ... parce que c'est bon !


Excellent !


Merci Simony d'avoir partagé cette new sur ce groupe qui est très cher à mon petit coeur ;)
Impatient d'avoir ce nouvel album, ça s'annonce très bon.


Personne n'a fait mieux depuis...


Je fais aussi partie de la team "indifférence polie" vénérant l'époque Max, mais en me disant quand même que la soupe que Max nous sert depuis des dizaines d'années est carrément imbuvable (les tribus, les guerres, blabla, toujours pareil, va te laver les cheveux), bref autant je continue de (...)


Quelle belle chronique ! Je peux en contresigner toute la longue introduction, n'ayant pas lâché Sepultura après le départ de Max et défendant assidûment le travail du groupe, en dépit de certains choix et de quelques vraies déceptions bien malvenues dans un contexte où il leur était si fa(...)