Les Acteurs de l’Ombre continuent leur entreprise de salubrité publique en dévoilant leurs dernières nouveautés, nouveautés ayant la lourde tâche de s’ajouter à une discographie déjà très riche et quasiment inégalable. Inutile de recenser ici tous les chefs d’œuvres underground distribués par Gérald et ses associés, puisque si vous êtes coutumier de ces colonnes, vous les connaissez déjà. Ayant la chance de me voir offrir la primeur de leurs sorties, j’ai donc le plaisir de prendre mon clavier pour vous prévenir de celle déjà disponible de ce Split dont les pistes sont une fois encore partagées par des groupes nationaux, avec d’un côté les TIME LURKER, et de l’autre, CEPHEIDE. Aucune prise de risque prise par la célèbre maison de disques à l’esthétisme raffiné, mais un choix osé, celui de confronter deux figures de la scène BM française, leur laissant un libre arbitre artistique le plus total. Et autant dire que les deux groupes ont saisi cette occasion au vol, transformant l’exercice de style assez ingrat au départ du split en réussite fulgurante, ajoutant une nouvelle pierre à leur édifice sombre, se posant même comme l’avenir de styles qu’on pensait figés depuis longtemps. Si le nom de TIME LURKER ne vous est pas inconnu, c’est tout simplement parce que leur premier long éponyme fut abordé sur ce site il y a un peu moins de deux ans, récoltant au passage des louanges tout à fait mérités. Pour replacer les choses dans le contexte, quelques éléments de biographie qui vous éviteront une recherche poussée, puisque TIME LURKER n’est autre que le (presque) one-man-band de Mick, musicien mystérieux et énigmatique qui en 2014 décida de lancer son projet de BM rude mais atmosphérique, se réclamant des influences conjointes d’ALTAR OF PLAGUES, WEAKLING, YELLOW EYES, KRALLICE ou encore LEVIATHAN.

Nous le retrouvons ici avec deux nouveaux morceaux, pour un petit quart d’heure d’inédits, l’homme n’ayant rien produit sous ce nom depuis 2017. Et c’est un réel plaisir de pouvoir écouter les deux pavés de haine que sont « No One is Real » et « Unstable Night », qui ne trahissent en rien la confiance qu’on a pu lui accorder après écoute de Time Lurker, l’homme reproduisant la formule lui ayant garanti notre attention il y a deux ans. Sommets de violence sourde bénéficiant d’une production alliant les supercouches de Devin TOWNSEND et la folie emphatique d’EMPEROR, ces deux titres permettent de constater que le musicien n’a rien perdu de son talent pour accoucher d’œuvres sans concessions, toujours à la limite du chaos (spécialement « Unstable Night », véritable fournaise de brutalité noire comme un incendie infernal), mais si intelligemment agencées et jouées qu’on l’évite de peu tout en le frôlant. Plaisir exquis pour torture délicieuse, le BM aux forts relents atmosphériques de TIME LURKER est toujours aussi effectif et excessif, se basant sur des riffs qui plaquent au sol, sonnant parfois comme des chœurs post-mortem tassés dans un linceul d’harmonies larvées. Rythmiquement imperfectible, la symphonie de destruction de TIME LURKER est l’une des plus assourdissantes du marché actuel, ridiculisant la concurrence Noise en pointant du doigt ses travers de facilité, tout en tirant le style vers le haut, en lui conférant des qualités techniques insoupçonnées. Outre Mick, saluons aussi la performance terrifiante de Thibo au chant, qui consume ses poumons de lignes vocales sourdes et tremblantes, accordant son timbre aux caprices bestiaux de son compositeur. Un petit peu moins d’un quart d’heure passé avec l’un des musiciens les plus inventifs de son créneau multiple, qui plus qu’un simple hors d’œuvre en attendant le prochain plat principal, est un véritable festin de dégénérescence mélodique en plein tourment de violence. Une façon unique de concevoir le Black comme un genre extensible et déformable, sans l’expurger de ses tics les plus ténébreux et répulsifs. La beauté dans la laideur, et la séduction dans la violence, la dualité ultime, mais assurément un indicateur important de la direction à suivre. Dire qu’on a hâte est donc un léger euphémisme…

Pour équilibrer ce Split, les Acteurs ont donc choisi les franciliens de CEPHEIDE, dont l’approche colle de près aux préceptes de leurs collègues du jour, avec toujours en exergue un BM âpre, rugueux, dur à l’oreille, mais toujours riche et complexe. Fondé en 2013 à Paris, CEPHEIDE est un duo (Gaetan - chant/guitare/batterie, et François - guitare/basse) ayant déjà exprimé ses vues via une première démo (De Silence et de Suie, 2014), un EP (Respire, 2015), mais surtout un LP (Saudade en 2017), et qui bénéficie d’une réputation tout sauf usurpée. Poussant les principes de leurs comparses au maximum, les deux instrumentistes proposent une piste unique, ce « Lucide » qui s’aventure sur les terres du BM atmosphérique modéré, non dans la brutalité, mais bien dans le rendu. Avec presque vingt minutes au compteur, ce morceau en dit long sur l’appétit des deux complices, dont on attend toujours qu’ils nous offrent un second LP. Mais c’est justement ce que « Lucide » se propose d’anticiper, jouant la longueur mais pas l’ennui, et se posant comme un nouveau chapitre de la saga très crédible. En se montrant intenses, mais variés et acceptant les digressions sans trahir leurs dogmes, les CEPHEIDE signent une ode à la crudité la plus absolue, superposant les lignes de chant pour obtenir des textures vocales effrayantes (et le mot est faible, comme si les chœurs féminins des GOBLIN se travestissaient en incubes pour se rapprocher de la terreur d’ABRUPTUM et de GNAW THEIR TONGUES), accompagnant le tout de riffs issus du Post Black, arides mais harmoniques, cruels mais complaisants, et le mélange des deux aboutit à cette mixture incroyable qui a de faux airs de BM symphonique emphatique, mais très concret. Le tour de force n’en est que plus remarquable, puisque les deux hommes se refusent aux breaks contemplatifs, ne nous offrant qu’un final plus nuancé mais tout à fait justifié, et évitant les astuces un peu faciles et contemplatives du Post BM. Une vraie réussite, et une immersion dans la psyché torturée de deux instrumentistes qui sont allé étancher chez Dante Alighieri leur soif de purgatoire musical.

Split donc, dans les faits, mais véritable album au final, cette confrontation entre TIME LURKER et CEPHEIDE n’offre qu’un seul vainqueur, toi lecteur, qui constatera deux choses au passage. D’abord que les Acteurs de l’Ombre ont une fois encore frappé un grand coup, et ensuite que la scène BM française est décidément l’une des plus créatives et effectives du monde. Ce qui n’est pas rien.  


Titres de l’album :

                           1.Time Lurker - No One Is Real

                           2.Time Lurker - Unstable Night

                           3.Cepheide - Lucide

Facebook Cepheide

Bandcamp Cepheide

Facebook Time Lurker

Bandcamp Time Lurker


par mortne2001 le 07/05/2019 à 17:45
85 %    363

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Worm

Gloomhole

Myrkur

Folkesange

Solarys

Endless Clockworks

Power Theory

Force of Will

Testament

Titans Of Creation

Konvent

Puritan Masochism

Murder One

Live In Lembarzik

Harem Scarem

Change the World

Dreamlord

Disciples of War

Denial

Antichrist President

Trepalium

From The Ground

Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Très bonne chronique qui me donne envie d'en écouter plus, encore une signature Iron en plus...


Ah pour moi "Fiction" est un chef d'oeuvre. Mais il est vrai que les 3 derniers albums du groupe ne m'ont pas convaincu, c'est rien de le dire. Curieux donc de voir ce que la suite va donner...


@Le Moustre : après il est de notoriété publique que les musiques énervées ont un autre écho en Allemagne et en Suède...
Et quant à l'éternel question du choix éditorial de Rock Hard, il est dans le titre en fait. Effectivement, les musiques extrêmes ne sont pas forcément leur coe(...)


"Prends Sabaton dont on cause, ça y est tout le temps, idem pour AudreyHorne, qui y figure encore dans ce numéro. Ou des trucs type Rush, Opeth, ces trucs là... "
On est complétement d'accord, je me cherche juste quelques "excuses" pour justifier le fait que je l'achète encore de temps en(...)


+1 RBD


@LeMoustre : non sur la compile, c'est le EP No Comment de 1990 avec des titres bonus en live ou en studio, dont certains issus d'Antichrist President, mais il n'y a pas l'album.

Et si plus de chroniques comme celle ci vous intéresse, j'en ai plein ma musette ;)


Y'a pas l'album, sur la compile No Comment ?


En partie d'accord avec toi, JdC. Ok sur le côté "faut assurer le coup pour payer être à l'équilibre financier", normal, et je me dote bien qu'une couv' avec Nightwish ou Metallica sera toujours plus vendeuse qu'une autre avec un groupe extrême que 15 gus connaissent en tout en France. idem po(...)


Chez Rock Hard, financièrement ça doit pas être tous les jours facile je pense (c'est indépendant, c'est une musique de "niche", les ventes papiers diminuent pour tout le monde, eux compris...). Donc si ils veulent continuer, je pense qu'ils n'ont pas vraiment le choix : il faut causer de ce qui(...)


Vu en téléchargement ce numéro. Ça faisait bien 5/7 ans que j'en avais pas lu un. Eh ben, ça donne pas envie du tout. Le choix éditorial mou comme un pet de vache folle et toujours bloqués dans les mêmes sempiternels trucs soit de vieux soit pleins de camphre (Sabaton, non mais ils ont des p(...)


Une bien bonne chronique à laquelle je souscris. Un album certes classique, sans prise de risque par rapport au genre, un album charnière aussi (l'abandon des parties BM sera définitif maintenant je pense...). Mais un album qui s'écoute bien et qui fait le taf pour moi. Après je peux comprendre(...)


Une tuerie ce morceau de Cattle..., pas loin d'être la meilleure chanson de l'album, pour moi.


La date de sortie de l'album a été repoussée au 12 juin, les précommandes sont toujours ouvertes...


Belle mise ne lumière d'un album méconnu. Merci pour cette chronique


Ah c’est marrant pour moi c’est à partir de fiction, comme quoi chacun a son curseur de tolérance


Le groupe fait de la soupe depuis Damage done, c'est pas glorieux d'y être resté si longtemps.


Je suis abonné à RockHard depuis quelques années et j'ai fais un don hier.

Je ne veux pas voir ce mensuel disparaître.

Et d'accord avec toi concernant Metallian. Je n'aurais pas dis les genoux mais les pieds concernant leurs chroniques d'albums parce que certaines puent(...)


Trepalium m'accompagne depuis que j'écoute du metal. Album après album et sur scène, des claques.
Ils ont su conjuguer une rage instinctive avec le regard décalé du jazz. Il fallait les avoir bien accrochées pour se lancer là-dedans et y parvenir.
Mais cet album, je ne sais pas. J(...)


Impossible de voir ce canard crever des dommages collatéraux du con-vide 19.

Je déteste leur mode de notation des skeuds, mes achats sont assez espacés, mais soutien malgré tout ! (et c'est quand même d'un autre niveau que Metallian, que j'ai racheté hier par hasard et dont pas ma(...)


Déjà ce serait pas mal de virer le clavier et revenir à l'essentiel.