Encaissant les livraisons Thrash old-school comme les fleuristes les brins de muguet du 1er mai, et refusant l’entrée de l’entrepôt à toutes les formations un peu trop portées sur le Groove, j’avais fini par refermer le rideau de fer sur lui-même et penser qu’en dehors du vintage, il n’y avait point et plus de salut. Tournant en rond comme un riff de Gary Holt dans un quatre-pistes fatigué, je me contentais de recenser les sorties du mois, donnant régulièrement mon avis, mais restant persuadé que la chose avait déjà tout dit depuis longtemps. Et c’était un postulat en partie vrai, mis à part qu’il occultait la possibilité d’un entre-deux, privilégié par des groupes à l’aise dans le passé, mais déambulant librement dans le présent. Une sorte de Crossover entre le Thrash de papa et de celui de fiston, autrement dit un numéro de funambule de la violence sans barre de stabilisation, mais avec une réelle vélocité de ton. Je le concède, le Thrash dit « moderne » (dans le sens late 90’s du terme) n’a jamais été ma Lucky Lager préférée. Trop bondissant, trop joyeux, un peu trop jumpy à mon goût, il me remémorait les LAMB OF GOD et autres chantres d’une transition pas forcément bien opérée, et me lassait de ses tics les plis irritants et irritables. Du coup, certains combos que je reliais de facto au mouvement passaient à la trappe, sans qu’ils n’aient une chance de prouver leur talent. Et c’est ainsi que les espagnols de CRISIX tombèrent dans mes oubliettes personnelles, faussement convaincu qu’ils appartenaient à une caste dont je ne me sentais pas proche. Oh, j’avais écouté sommairement et de loin certains de leurs albums, tout du moins quelques parties, mais le cerveau embrumé par une subjectivité déplacée, je décidais en toute conscience de ne pas les aborder de front, certain qu’ils n’avaient pas grand-chose à m’offrir. Et quel fou j’étais. Parce que dans cette musique à cheval entre les époques et les modes se trouvait l’alternative que je cherchais désespérément. Et il aura fallu attendre leur quatrième longue durée pour le réaliser. Mais que celui qui n’a jamais péché me jette la première édition de Pleasure To Kill en cassette…

Pour les néophytes, les CRISIX nous en viennent donc de Barcelone, et se sont formés en 2008 sous le nom de baptême de CRYSYS, pavillon sous lequel ils ont navigué pendant trois ans. Depuis, le quintette au line-up stable (Juli Bazooka: chant - Javi Carry: batterie - B.B. Plaza & Albert Requena: guitares et Dani Ramis: basse depuis 2013, seul petit nouveau) n’a eu de cesse de prouver le bienfondé de sa démarche Thrash en multipliant les sorties, enfilant les longue-durée sur un collier de perles Thrash avec une régularité désarmante. The Menace en 2011, Rise…Then Rest en 2013, From Blue To Black en 2016, et finalement, cet Against The Odds cette année, pour compléter une discographie impeccable, et un parcours presque sans faute. Autant le dire tout de suite, pas grand-chose n’a changé pour les barcelonais depuis leurs débuts, puisqu’ils sont resté fidèles à une optique Thrash plurielle, délocalisant la Bay Area sur le territoire suédois des mid 90’s, en opposant la rage scandinave à l’énergie typiquement californienne, sans rester le cul entre deux chaises ou les roubignolles au-dessus des deux continents. Pour faire simple, et depuis The Menace il y a sept ans, le quintette prend un malin plaisir à vous affirmer musicalement que c’était mieux avant mais que c’est aussi très bien maintenant, un peu comme si un organisateur de concert cérébral montait un festival dans leur tête, offrant celle d’affiche aux VEKTOR, et le reste du timing aux LAMB OF GOD, EXODUS, AT THE GATES et DEATH ANGEL. En gros, une synthèse, un pont tendu entre les époques, permettant de passer de l’une à l’autre sans paraître le moins du monde opportuniste ou incongru. En résulte une grosse demi-heure de Thrash old-school/new-school, qui ne renie aucune des deux théories, mais qui n’en met pas une en avant plus que l’autre. Férocité, vélocité, goût prononcé pour la mélodie, les breaks intelligemment agencés, le tout formalisé par une technique prononcée qui permet toutes les audaces les plus ou moins culottés.

Against the Odds est donc, en substance, le meilleur résumé possible de la carrière des espagnols, tout en prospectant pour trouver de nouvelles voies. On y retrouve tout ce qui a toujours fait leur charme unique, cette exubérance de ton et cette franchise de fond, mais aussi ce côté ludique qui leur permet des inserts purement Hardcore et Néo-Metal, sans pour autant diluer leur Thrash dans une tendance fluctuante. Ici, c’est la franchise qui domine, et de guitares qui n’ont de cesse de s’agiter, au chant très éraillé et Core de Juli Bazooka, en passant par des rythmiques bombastic, tout est fait pour vous entraîner dans une sarabande de joyeuse violence, de celle que les EXODUS ont toujours prônée, jusqu’à changer d’optique il y a quelques années. Joyeux, mais pas mielleux ou grotesque pour autant. Tout est traité avec le plus grand des sérieux, et si la quasi intégralité des arguments est présentée sans ambages dès l’ouverture explosive de « Get Out Of My Head », la variété reste de mise, et l’imbrication des idées modulée pendant une grosse demi-heure. Que le tempo se veuille rapide comme l’éclair ou médium sans en avoir l’air, la portée est maximale, et parfois, subtilement D-beat sur les bords (« Leech Breeder », sorte de Punk Thrash absolument irrésistible), s’autorisant parfois des accélérations typiques de la philosophie allemande (« Technophiliac»), sans pour autant sombrer dans l’excès. Homogène autant qu’il n’est versatile, ce quatrième effort fait sans conteste partie du meilleur d’une production réputée pour ses qualités, et lorsque l’atmosphère dévie et se veut moins portée sur la folie, on adhère au propos comme un médiator à la main gauche de James Hetfield, pour un « Perseverance » qui ose l’immédiateté du Heavy Metal dans un contexte résolument rageur. On pense à une extension de la philosophie américaine dans une décennie dominée par l’art suédois, et une union tacite entre le Néo-Death des 90’s et le Thrash 80’s, pour une succession de thèmes qui s’enchaînent sans faiblir…

Tout ça laisse rêveur, et permet de croire enfin que le(s) temps peu(ven)t être réuni(s) dans une même envie. Entre saccades indispensables et mesurées au millimètre (« Xenomorph Blood », avec encore en exergue ces chœurs revanchards), et inspiration lyrique et emphatique (« The North Remembers »), Against the Odds affronte les problèmes et propose des solutions, toutes plus valides les unes que les autres. Un disque sans complexes pour un groupe qui mérite bien mieux que la semi-indifférence dans laquelle l’underground le plonge, et qui pourrait bien révéler l’existence d’un Thrash refusant toute barrière. Du moderne d’hier ou du nostalgique d’aujourd’hui, mais il est inutile de choisir son camp, puisque les deux sont représentés, avec brio et enthousiasme entêté.


Titres de l'album:

  1. Get out of My Head
  2. Leech Breeder
  3. Technophiliac
  4. Perseverance
  5. Xenomorph Blood
  6. Prince of Saiyans
  7. Leave Your God Behind
  8. Cut the Shit
  9. The North Remembers

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 09/04/2018 à 14:49
85 %    224

Commentaires (3) | Ajouter un commentaire


Bidule
@90.126.197.249
10/04/2018 à 21:45:40
La baffe thrash de ces dernières années pour moi avec les derniers acid drinkers (dans une moindre mesure). Biberonné à Exodus depuis 1993, il n'y a guère que les grosses sorties qui m'ont fait tourner le sang, et encore jamais très longtemps. là, depuis 3 albums (je n'ai pas accroché au premier), c'est tarte sur tarte. quelle patate, quel enthousiasme !

Humungus
membre enregistré
12/04/2018 à 05:47:03
Mouais...
Bien interpellé par cette chronique, je me suis alors dit "Pourquoi pas essayer ce truc que je ne connais pas encore"...
Bah j'ai pas accroché du tout. Rien d'old-school pour moi là dedans. Au contraire, bien trop moderne et Hardcore pour moi tout cela. Dommage donc. Trop puriste peut-être je suis (running gag L'Apache hé hé hé).
Ma dernière claquasse en la matière reste donc définitivement le tout dernier POWER TRIP.


Jus de cadavre
membre enregistré
12/04/2018 à 17:25:59
Ah oui Power Trip c'est quelque chose en effet !

Ajouter un commentaire


Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Musmahhu

Reign of the Odious

Cold Colours

Northernmost

Destiny Ocean

Peace Love & Heavy Metal

Endless Disease

The End of All Life

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Interview HATRED DUSK

JérémBVL / 11/03/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Meshiaak + Overkill

20/03 : Le Trabendo, Paris (75)

Meshiaak + Overkill + Flotsam And Jetsam

20/03 : Le Trabendo, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)


Un album juste incroyable. Une ambiance de fou, des riffs guerriers et mélodiques, une production très claire (limite trop "bonne", ce serait mon seul "reproche"). Le premier morceau est pour moi une leçon de Black épique. Juste excellent !
Un grand bravo au groupe et merci mortne pour ce(...)


Ah oui, bizarre, c'était 18h la semaine dernière.
Comme y'a "que" 3 groupes au lieu de 4, ceci explique cela. Cool, tant mieux !


Sur le site du Trabendo, il est annoncé une ouverture des portes à 19h00...
http://www.letrabendo.net/overkill-2/


Meshiakk a jeté l'éponge, remplacé par Chronosphere sur la tournée mais pas sur la date de Paris, ni en suivant. Dommage, c'était un choix plus cohérent. Du coup, pas de groupe local avant Flotsam n'est annoncé. Quelqu'un sait-il si le premier show démarre juste à l'ouverture des portes, pr(...)


"De Kristian Vikernes ou d’ Øystein Aarseth, qui est le vrai coupable ? On ne le saura sans doute jamais, et c’est tant mieux."

Le vrai coupable ça reste celui qui a tué l'autre.


Hmmm... le nouvel Abnormality n'a pas l'air de dévier et c'est bien ce qu'on demande !


plutot death que thrash. definitivement


mème chose on est loin du 1er album (ah jeunesse)....


Un côté très old school, et autant proche du thrash que du Death.

Morceau sympa, j'attend un peut mieux du reste.


Ah ah ah !
Ouais merde... Putain, je pensais pourtant avoir fait "le tour de la question"...

PS : Il me semble même qu'il escompte adopter avec son compagnon du moment.


Va falloir que je l'écoute en entier cet album, j'ai ignoré quasiment tout le mouvement black de ces années, mis a part ugra karma et ceremony of the opposites.


TU as oublié de préciser qu'il était homo également


Une pierre angulaire du black, un album essentiel, un manifeste à le fois séminal et terminal. J'ai dû l'écouter des centaines de fois depuis mes débuts de metalhead il y a près de 25 ans, et je ne m'en lasse toujours pas...


D'après mes sources, Emory Cohen (Varg Vikernes dans le film) est effectivement juif.
Mais également éthiopien par sa mère, gitan du côté de son père, encarté au Parti Communiste et d'obédience maçonnique.


"Le plus drôle, c'est que l'acteur qui joue Vikernes s'appelle Cohen"

Et encore, il aurait pu être noir !!!


1) "Je ne jurais que par Darkthrone en BM Norvégien"
Rassures-toi, il y a pire comme référentiel hein.
2) "A l'occasion d'un concert (en salle) où le groupe jouait "De mysteriis (...)" en intégralité y a eu le déclic"
J'avais forcément vu le groupe avant en live (claquasse (...)


Oui il est juif, le réal avait vraiment une dent contre Varg je crois, ou alors de l'humour :D ! Ça lui reste en travers de la gorge ce film je pense à Varg, il fait des vidéos ou il commente le film, énumère toutes les erreurs et mensonges (selon lui bien sur)... Je comprends qu'il veuille se(...)


J'ai vu le film est il est super captivant, je retiens pleins de bons point donc je vais dire le peut de "décevant".

1-Certains membre de Mayhem trop en retrait, Necrobutcher viré comme ça en quelques seconde, Hellhammer trop discret, pas une seul fois le nom de Maniac.

(...)