Le tabac. Cet ennemi bien visible qui pollue l’air et les poumons. Cet ennemi contre lequel se déchaînent les différents organismes de santé, bien décidés à s’en débarrasser une bonne fois pour toutes. Alors, quelle solution. Sensibiliser ? Vain. Développer des alternatives moins dangereuses, comme la cigarette électronique ? Les effets secondaires restent encore à déterminer. Augmenter constamment le prix du paquet ? Dissuasif, mais éminemment hypocrite. L’état se gavant de taxes au passage, il est difficile de n’y voir qu’un problème de santé publique. Et aujourd’hui, on parle d’interdire toute allusion à la consommation de nicotine et de goudrons dans les films, quelle misère…Et pourtant. Vous imaginez Uma Thurman sans clope au bec sur l’affiche de Pulp Fiction ? Non, et pourtant, les américains l’ont fait. Je vais vous dire, moi je fume, j’ai réduit ma consommation parce que j’en ai marre de cramer des billets dans le vide, mais je ne m’arrêterai pas de sitôt. Parce que j’aime ça. Comme le Punk et le Hardcore. Aucun rapport ? Et pourtant si, le premier EP des enragés de RAUCHEN, et leur patronyme en lien. Et surtout, une splendide pochette qui m’a orienté vers eux, et l’assurance de me délecter de hurlements féminins comme accompagnement.

Le résultat ?

Une tuerie, à peu près aussi galvanisante que la première bouffée qu’on tire le matin juste avant de prendre son petit déjeuner. L’inhalation qui met les poumons et la gorge à l’envers, mais qui remplit le cœur et le cerveau d’un bien-être fatal. Point à la ligne, fumons et sevrons-nous de violence musicale puisque là est le propos.

Ce qui tombe bien, parce que contrairement aux multiples mises en garde figurant sur les paquets de cigarettes, les pages concernant nos amis allemands sont plutôt chiches en renseignements. Un Bandcamp sommaire, avec une seule sortie, celle de cet EP Tabakbörse, pas de line-up, pas de lien externe, et une simple date de parution virtuelle en dématérialisé. Alors, sachons nous contenter de ce qu’on nous offre, à savoir dix bonnes minutes de Punk Hardcore à l’allemande, tassé, compressé et sans filtre, qui vous ramone les tuyaux en tirant parfois (très légèrement il faut bien l’avouer) vers le Powerviolence light à l’occasion de quelques breaks. Rien de plus, mais une production honnête qui sert des guitares prestes, et une rythmique alerte, se fixant sur un mid tempo particulièrement efficace. Niveau chant, la demoiselle au micro donne de l’élan avec son allant, et vitupère comme une activiste anti-tabac devant une Civette communale. On le sait, l’adjonction de vocaux féminins au Hardcore à tendance à le dynamiser encore plus, et le rendre vraiment dangereux à l’écoute, et une fois est encore coutume, c’est le cas ici, avec des slogans hurlés au-delà du raisonnable d’une voix écorchée, comme enflammée par une surconsommation de produits toxiques en bâtonnet qu’on allume avec un briquet.

RAUCHEN, c’est un peu le petit matin blême post hangover, lorsqu’on tente de retrouver ses esprits en avalant un vieux reste de gin tiède et en grillant un mégot pas complètement consumé qui traîne dans le cendrier. Difficile de trouver comparaison plus musicale, puisque l’optique du groupe reste assez générique, malgré l’utilisation de quelques riffs un peu Doom sur les bords durant les instants les plus pesants.

Quelques accélérations pour varier le propos, mais une linéarité de tempo qui donne le frisson, et qui parvient à éviter la redite par quelques astuces de percussions assez bien trouvées. Des mélodies anémiées, mais surtout, une énergie de tous les diables pour convaincre l’auditeur de la pertinence de la démarche, et un investissement global intégral, qui met quand même en avant le duo batterie/chant, celui que l’on remarque le plus facilement. Un cogneur qui ne lésine pas sur les frappes et qui distille de petits fills sympathiques, et une vocaliste qui fait fi des riffs tricotés pour continuer à vociférer sans discontinuer, formant ainsi une courte litanie qu’on retient plus facilement qu’un discours du ministère de la santé. Quelques sonorités Post-Punk pour accenteur la froideur de certaines atmosphères, et des titres en clin d’œil, « Junggesellenabschied » (Enterrement de vie de garçon), « Schrebergarten » (jardin ouvrier), ou « All-You-Can-Eat-Buffet », qui restent plus ou moins opaques quant à leurs thématiques, pour un final outrancier, « Je Suis Auto », mystérieux mais bien agacé, avec son intro à la RAGE AGAINST THE MACHINE nous trimbalant ensuite entre poussées de feedback et allusions Crust/Powerviolence affirmées.

Du bon ?

Oui, en globalité, mais grâce à un format court et une basse terriblement Crust qui abuse de sa distorsion pour nous frapper les bonbons.

En définitive, et sous couvert d’une magnifique pochette (encore) qui attire irrémédiablement l’œil, ce Tabakbörse des RAUCHEN est loin d’être mauvais pour la santé, bien au contraire. Une bonne dose de Punk Hardcore aux influences multiples, et qui donne envie d’en savoir un peu plus sur ce groupe cryptique. Espérons un LP plus conséquent la prochaine fois, mais je serai au rendez-vous.

Pour les écouter, leur payer une clope, ou juste discuter, c’est selon.


Titres de l'album:

  1. Männerbünde
  2. Junggesellenabschied
  3. Schrebergarten
  4. Kehrwoche
  5. Esohippies
  6. Opfermythos am All-You-Can-Eat-Buffet
  7. Je suis Auto

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 09/12/2017 à 14:18
75 %    228

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Miscarriage

Imminent Horror

Death Agony

Desiderata : A Devastating Revelation

Damantra

Broken

Walls Of Blood

Imperium

Terre

Terre

Pristine

Road Back To Ruin

Tytus

Rain After Drought

Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Interview avec AEPHANEMER

Acid / 23/04/2019
Aephanemer

Misanthrope Tournée des 30 ans / Sphaera

Simony / 21/04/2019
Gothic Death Metal

SOEN + GHOST IRIS + WHEEL - Backstage By The Mill - Paris

Kamel / 20/04/2019
Backstage By The Mill

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Excellent projet ! Brut et brutal sans parler de l'artwork qui illustre parfatement le coté tumultueux et profond de la musique, tel un orage qui vous surprendrait coincé entre deux barres rocheuses.


Oui, le côté ultra cliché, difficile de pas y succomber. Sûr qu'au Keep It True de ce weekend, le label Cruz Del Sur, qui expose, sera bien dévalisé. La chanteuse amène le petit plus nécessaire pour sortir du lot.


Oui excellent ce truc ! Ultra cliché dans le genre mais ça fonctionne à fond.


Super truc de heavy épique qui renvoie aux espoirs du genre, type Chevalier ou Visigoth. En plus le dessin de Whelan ajoute au charme de l'album. Les vov=calises de la chanteuse sont très efficaces.


groupe de merde


Terrible encore. Putain ce que j'aime ce groupe bordel. Autant pour leur musique que pour ce qu'il représente. DARKTHRONE bordel !!! Super morceau !!! Hail DARKTHRONE !!!
(Mais il me semble que cela a déjà été dit non ?)

PS : Qui plus est, l'idée d'animer cette superbe poche(...)


Super morceau ! Hail Darkthrone !


Terrible encore. Putain ce que j'aime ce groupe bordel. Autant pour leur musique que pour ce qu'il représente. Darkthrone bordel !


1) "Je connais pas Parkway Drive jamais écouté"
Continuez ainsi mon brave !!!
2) "Hellhammer est reformé ?"
Bah alors Monsieur King ! Réveillez-vous !
C'est LA news de 2019 !
Mon érection en tous cas car futur visionnage de la chose en juin prochain au HELLFEST...


Hormis Slayer c'est pas fou les têtes d'affiche, je connais pas Parkway Drive jamais écouté.

J'ai vu l'affiche Hellhammer est reformé ?


Une vrai pépite cet album, comme dit dans la chronique froid, profond et à la fois somptueux.


Jus de cadavre + 1.
Et absolument pour tout ce que tu en dis...
(Sauf que moi j'y ai tout de même fait mon hajj en 2006)


Jamais fais le Wacken, et je ne le ferais sans doute jamais... Pourtant c'était la Mecque ce fest pour moi il y a des années, le truc que chaque metalleux se devait de faire au moins une fois ! Mais aujourd'hui j'en ai plutôt une image vieillote, un fest qui n'évolue pas, qui ne cherche pas à i(...)


Ca sent la revanche !!


(suite et fin)
Mais malheureusement, comme le dit très bien Simony "l'auto-parodie et la surenchère du groupe, et notamment de son chanteur S.A.S de L'Argilière a eu raison de bien des Metalheads qui ont vu en eux un bouc émissaire parfait".
C'est exactement ça en ce qui me concerne(...)


Jamais accroché à ce groupe :
Bien trop Prog et "branlette" pour moi.
Pour autant, je respecte beaucoup la formation pour ce qu'elle est aussi :
Des gars intègres, dans une recherche musicale constante, qui mènent leur barque contre vents et marrées depuis un sacré bout de te(...)


??? ??? ???
C'est seulement maintenant qu'ils annoncent des groupes présents pour août prochain ?!?!
Si oui, c'est vraiment se foutre de la gueule du monde.
Alors, j'ai bien conscience que les billets sont déjà tous vendus depuis des lustres et que le futur public n'a donc aucu(...)


Non cela semble être l'image choisie pour illustrer le trailer, mais sait-on jamais...


C'est ça la pochette ?


Enorme ce 1er Testament.
Avec une prod bien plus écoutable que celle du 1er Exodus, par exemple !