Acheron

Virgil

24/11/2022

Source Atone Records

Une citation et un style auraient suffi à m’éloigner de cet album, le laissant se noyer dans l’océan des mails promotionnels reçus chaque jour. En prenant note de la comparaison avec BEHEMOTH, et l’utilisation du terme « Deathcore », mes jambes auraient dû s’activer et mon sens commun m’indiquer la porte de sortie. Pourtant, me voilà à vous entretenir du deuxième album des français de VIRGIL, alors même que je n’en serai qu’un piètre défenseur à la base. Pourtant quelque chose m’a touché dans cette musique violente et compacte au point de mettre de côté mes principes et mes gouts en matière d’extrême. Peut-être est-ce dû à cette superbe pochette, à la référence poussée à Dante, ou bien à cette accroche futée :

La formation Nordiste a rapidement dessiné les contours d’un univers suffocant et dans lequel l’obscurité règne en maître.   

 

Deux ans après son premier longue-durée, Divina Infernum, le quintet des Hauts-de-France revient donc les bras chargés de poisons et de fiel, pour nous contaminer de son nihilisme anti-mélodique et de ses attaques rythmiques impitoyables. En premier lieu, le son. Avec une production profonde et grave, Acheron (fleuve côtier d'Épire, en Grèce) stimule les sens dès ses premières secondes, et pave une voie royale à la brutalité la plus sourde, et la violence la moins complaisante. Mixé par Simon Herbaut (THE LUMBERJACK FEEDBACK) et masterisé par Olivier T’Servrancx à l’Electrik Box Studio (Black BOMB A, AS THEY BURN, DARKNESS DYNAMITE), Acheron s’insinue dans votre organisme pour y laisser des séquelles irréversibles. Evidemment assez proche de ce que BEHEMOTH peut proposer de plus compact et écrasant, ce deuxième né nous entraîne encore plus loin dans les bas-fonds de l’humanité, pour en ramener les histoires et légendes les plus noires.

Avec un tracklisting rappelant les années Grunge et ces fameux titres en un seul mot, Acheron est un concentré de brutalité viscérale et clinique, entre Black/Death moderne et Deathcore allusif, et juste assez dosé pour ne pas rebuter. Charles Konieczna (basse), Julien Baquero & Thomas Fontaine (guitares), Marius Vantomme (chant), et le petit dernier David Blanquart (batterie) continuent donc leur exploration des recoins les moins recommandables de l’âme humaine, et nous aplatissent d’une musique en rouleau-compresseur, uniquement interrompue par quelques interludes mélodiques qui permettent à peine à l’auditeur de reprendre son souffle (« Charon », et sa légère touche de Post-Metal, genre parfois abordé par le groupe avec des pincettes).

Frapper fort, très vite, écraser les doutes et souffler les inquiétudes, éteindre les espoirs et noyer les illusions, tels sont les buts d’un album qui anesthésie les sens, au point de nous laisser dans l’état de cobayes subissant une ultraviolence auditive. Entre passages mid à la double grosse caisse régulière comme un marteau-piqueur, accélérations qui donnent des suées et thématiques noires comme la nuit, VIRGIL fait montre de tout son savoir-faire maléfique, et abat ses cartes dès « Black Feathers », premier véritable morceau qui concasse, compacte, écrase et aplatit dans les grandes largeurs.

Pas question de se planter donc, ni de se planquer derrière le paravent de la sécurité, le quintet nordiste joue franc jeu, et nous défie de son autorité. Et entre une palanquée de riffs durs comme l’acier, une rythmique froide comme la mort, et des aménagements vocaux clairement féroces, VIRGIL occupe chaque interstice, ne laisse aucune case vide, et nous assomme de son Death/Black contemporain, loin des dérives Blackened Death d’une nouvelle génération aux réflexes un peu faciles.

On peut évidemment trouver le tout irrespirable, du fait du manque d’aération du nouveau répertoire, mais là est justement l’objectif : nous prendre par la gorge, resserrer l’étreinte pour nous asphyxier et nous faire voir la réalité en face…de la mort. Le groupe n’a pas troqué sa méchanceté pour un professionnalisme plus convenable, et si les redites et autres paraphrases musicales sont inévitables, l’ambiance globale de l’album est cohérente, et son déroulé logique.

C’est un parti-pris, à prendre ou à laisser, même si j’aurais souhaité plus de variété dans les morceaux, et des titres plus facilement discernables les uns des autres. Mais entre « Mother » qui ose quelques harmonies fatales et des montées en puissance dantesques, et « Soreness » d’une grandiloquence Heavy remarquable, les accroches sont bien présentes et permettent de surnager dans un enfer de flammes et un océan d’acide.

Tout bien pesé, il est évident que je n’écouterai pas ce disque chaque semaine, mais dans son style, il représente une sorte de paroxysme, et titille la perfection brutale en plus d’une occasion. De la violence tout sauf gratuite, et une plongée dans les abysses des traumatismes, à la recherche des Némésis les plus dangereuses. Voilà peu ou prou le voyage proposé par VIRGIL, un trip immersif qui n’est certainement pas fait pour les estomacs sensibles et les cœurs les plus fragiles.

       

         

Titres de l’album :

01. Acheron               

02. Black Feathers                

03. Eternity               

04. Cocyte                 

05. Nil            

06. Immaculate                     

07. Charon                 

08. Hunt                    

09. Martyr                 

10. Mother                 

11. Soreness               

12. Ignis


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 11/11/2022 à 18:08
78 %    121

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : live SAMAEL 1990

Jus de cadavre 20/11/2022

Vidéos

The Cure + The Twilight Sad

RBD 17/11/2022

Live Report

Sepultura + Sacred Reich + Crowbar

RBD 12/11/2022

Live Report

European Tour 2022

Simony 02/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : les flyers

Jus de cadavre 30/10/2022

Vidéos

Alcest + Rïcïnn

RBD 26/10/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Lying Figures + Mourning Dawn + Lux Incerta 10/12 : Le Klub, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
NecroKosmos

Idem. Un grand homme. Et un dernier album formidable.

04/12/2022, 16:08

NecroKosmos

Voici la raison pour laquelle je ne fais presque plus de concerts. Les téléphones portables à perte de vue qui te gâchent la tienne. Et qui foutent l'ambiance en l'air...

04/12/2022, 16:06

Jus de cadavre (pas log)

Je trouve effectivement que le chant d'Anselmo est très bon. Meilleur qu'avec Down même ! Musicalement ça tient grave la route aussi. Heureux de voir que Wylde ne pourri pas tout avec du shred à gogo (comme il le faisait avec Ozzy ou encore pire avec BLS).(...)

04/12/2022, 14:49

Humungus

Soirée chez un pote hier...Visionnage en after ce matin de tout ça : GDB mais smiley prévisionnel (cf. fests d'été).Et effectivement, le coup des portables, c'est plus que flagrant et dérangeant...

04/12/2022, 14:37

Dédé

Oui ils feraient mieux de profiter du concert . Du coup l'ambiance est moindre . C'est comme ça maintenant il faut s'adapter, il fut un temps où t'aurais même pas oser sortir ton téléphone sinon ça finissait en miettes dans la fosse&nbs(...)

04/12/2022, 12:31

Buck Dancer

J'étais peu concerné par cette "reformation" mais j'avoue que, apparemment, ça le fait bien. Anselmo a l'air en voix et le groove est là. Par contre horrible tout ces téléphones. On voit que ça, aucune vie dans (...)

04/12/2022, 12:08

RBD

Je connais le groupe depuis longtemps, sans être un intime. Simony a visiblement pris la peine d'exhumer la première version nommée "Doors of No Return" pour bien saisir l'apport de ce réenregistrement sous un nouveau nom.L'aspec(...)

03/12/2022, 14:34

Tak

Je viens de lire cet énorme pavé et c'est du très beau boulot, sérieux et documenté : un grand bravo au rédacteur !Quelques albums que je connais dans le lot (rhaaa enfin quelqu'un qui estime les excellents Defiance à leur juste va(...)

03/12/2022, 11:50

Humungus

Toujours émouvant pour moi de revoir Lemmy à cette période de sa vie...

03/12/2022, 10:51

Kenlemortvivant

Ça se voit ! 

03/12/2022, 07:24

RBD

Toujours avec une illustration par Luisma, le guitariste de Haemorrhage. 

02/12/2022, 13:17

Jus de cadavre

Je ne connaissais pas du tout ce groupe français... Eh ben, quelle baffe ! C'est super bien fait et la production (même si ça a été remasterisé) est juste excellente pour l'époque ! Comment un tel truc n'a t-il pas eu plus de succ&egr(...)

02/12/2022, 12:36

Gargan

Typiquement moi le vendredi soir

02/12/2022, 07:04

Arioch91

@metalrunner : Du megadeth pas renversant chanté par James.

30/11/2022, 19:57

RBD

C'est vrai que ce riff Speed-Thrash passerait bien chez Megadeth sans le chant. Mais je ne me mets pas du tout à rêver d'un album entier bien pêchu, c'est juste un premier extrait. Le concept du double concert avec premières parties différentes est (...)

30/11/2022, 16:02

Humungus

metalrunner + 1 hé hé hé...Plus sérieusement (quoique...), le post de Jus de cadavre aurait pu être mien.

30/11/2022, 09:51

Sadam Mustaine

Depuis 25 ans c'est une blague.Du moins Metallica est un monstre du Métal en se reposant sur 10 ans de sa vie et 5 albums.Depuis 25/30 ans et les cheveux courts c'est même pas digne d'être top 50

29/11/2022, 21:12

Hoover

C'est atroce...

29/11/2022, 20:19

metalrunner

Du megadeth chanté   par James

29/11/2022, 13:37

Dédé

Le morceau est vraiment bien , oui le chant gâche un peu 

28/11/2022, 22:51