Je me dois de le reconnaître, je ne suis pas coutumier de la chose DBM. J’aime le BM pour sa crudité, sa violence, mais dès lors qu’il module et mélodise, je trouve son impact amoindri. Pourtant, les plus grands groupes du cru ont toujours trouvé le moyen d’injecter des harmonies dans leur agressivité fatale, et des albums comme Storm Of The Lights Bane restent pour moi des acmés de métissage entre noirceur de ténèbres et lumières blafardes.

Alors pourquoi ne pas se laisser séduire par les envolées vénéneuses d’un genre qui a érigé la beauté comme contrepoint parfait de la laideur, et s’obstine à trouver de la mélancolie dans le nihilisme et le refus de l’autre ?

Il me fallait donc prendre un exemple pour essayer d’entamer une thérapie de réconciliation, sans vraiment savoir si cet exemple allait être le bon.

Après tout, mes connaissances sur le sujet étant fort limitées, autant me laisser guider par le hasard et traiter du cas du projet AFRAID OF DESTINY, qui avec Agony nous offre donc son second longue-durée, quatre ans après Tears Of Solitude, qui comme vous vous en doutez, portait très bien son nom. L’agonie donc, celle proposée pendant près de cinquante minutes par R.F. (chant) et Adimere (instruments, composition, paroles), multi-instrumentiste qui depuis sa Démo 2013 a composé bon nombre d’œuvres, dont plusieurs splits, EP, et singles, disséminés sur quatre années.

Quelle est donc cette souffrance que le groupe/duo italien nous étale sur les huit morceaux de son second LP ? Une souffrance tangible, palpable, s’exprimant au travers de longues plages de solitude musicale romantico-morbide ? Une sècheresse de son se nourrissant de l’absence de larmes ? Des envolées synthétiques soutenues par une rythmique purement BM, mais plombées par des riffs noirs comme la nuit, avec en renfort quelques arrangements vénéneux et venteux, comme l’exige le style ?

Un peu tout ça à la fois, et surtout, une image d’Epinal qui correspond tout à fait à celle que l’on imagine dès lors qu’on raisonne en termes de Depressive Black Metal. Une douleur intérieure qui cogne sur les tempes, et qui ressurgit nuit après nuit, au point de former une lente et longue litanie de torture morale. Toutefois, les AFRAID OF DESTINY ne sont pas les plus extrêmes dans leur créneau, même si leur obstination à développer des plans qui s’étirent en longueur ne leur permet pas une liberté de mouvement et d’esprit totale. Lenteur de tempo, guitare qui se fixe en hypnotisme sur un mantra qui tourne en boucle pendant de longues secondes, voire minutes, et chant qui s’égosille du plus profond de son âme qui saigne, telle est l’explication de la peine personnelle selon Adimere, qui depuis le début de sa carrière n’a pas vraiment dévié de sa trajectoire initiale.

Personnaliser la souffrance en musique, mutiler la nostalgie de hurlements perçants, et donner au destin un tempo résigné, pour en exprimer toute l’inéluctabilité.

Dès lors, quel est l’intérêt majeur d’Agony, en tant qu’album de musique tout d’abord, et d’album de DBM à forte connotation mélodique ensuite ?

Son intérêt se cache surtout en cet équilibre qu’il a su nous offrir entre plainte cathartique et violence en écho. Equilibre qui se manifeste dans une opposition de couplets et breaks, qui manipulent les aspects les plus symptomatiques du BM, tout en les adaptant à un cadre bien précis.

On ne va pas se la jouer, la plupart du temps – lorsqu’on est hermétique au genre – tous les morceaux se ressemblent, et ont des airs de crise existentielle d’ado qui découvre que ses parents ne lui offriront pas le scooter de ses rêves pour son anniversaire. Les AFRAID OF DESTINY, sans non plus se montrer trop hétéroclites parviennent à varier les approches, sans pour autant dénaturer leur propos.

Le parangon de cette affirmation se cachant d’ailleurs dans les presque neuf minutes du majestueux et ample « Autumn Equinox », qui se rapproche d’un BM traditionnel et écorché, sans pour autant se départir des prétentions harmoniques dépressives inévitables.  

D’un autre côté, l’extensible et épique « Rain, Scars, and the Climb » prouve que le créneau a bien plus à offrir que de longues complaintes stériles et contemplatives, ce que démontre à merveille son intro d’arpèges cristallins comme des gouttes de pluie sur la vitre d’une maison triste. Onze longues minutes de crescendo progressif, qui nous rappelle les plus grandes références du genre, et qui osent proposer quelque chose d’un peu différent, presque accrocheur dans ses motifs, et éminemment séduisant dans son interprétation.  

Le talent d’Adimere pour composer des thèmes mémorisables est indéniable, et l’écho funèbre offert par les parties de chant de R.F. en contrepoint apportent cette touche de tristesse et de souffrance que des mélodies pourtant généreuses n’arrivent pas à apaiser.

Et lorsque la rythmique se veut plus appuyée et processionnelle, nous nous heurtons à un mur de résignation, construit des briques agencées de « Hatred Towards Myself », qui contredit tous les clichés de son appellation pour se frotter à un Doom introspectif et mélancolique, quoique proche d’une agonie létale.

Le diptyque « A Journey Into Nothingness » a largement de quoi contenter les fans de ses reflets positifs/négatifs, tandis que le voyage conclusif « Into The Darkness » nous baigne de ténèbres pourtant presque accueillantes, avec une fois encore de petits licks qui pénètrent l’âme pour la convaincre de la futilité de l’existence. Nuancier très intelligent qui de sa palette opposée nous fait plonger dans les abysses de l’auto-analyse et des scarifications émotionnelles, c’est surtout un titre qui rebondit sur des passages assez terrifiants de puissance, proche de l’Ambient le plus opaque, sans tomber dans le piège de l’errance instrumentale.

En conclusion, AFRAID OF DESTINY nous livre sur un plateau une excellente reprise du « Sweet Illness Of Mine » des LIFELOVER, pour un ultime écho Post-Wave adapté BM, nous laissant sur une impression douce-amère, qui finalement, aura été le fil conducteur d’un album décidément très pertinent.

Difficile de savoir si Agony attirera dans ses filets les réfractaires les plus assumés à la cause DBM, mais il a les armes pour prendre dans ses filets quelques cœurs perdus en quête d’absolution harmonique. En ne réfutant pas les principes les plus élémentaires du BM, mais en les transfigurant de mélodies inhérentes à son crédo, il parvient à faire avancer les choses, et surtout, à proposer des titres qui ne se contentent pas de rabâcher le sempiternel message de complaisance.

Ce qui en soi, est déjà une sacrée réussite.

Souffrir oui, mourir inévitablement, mais vivre aussi. Au moins un peu.


Titres de l'album:

  1. Intro
  2. A Journey into Nothingness (Part 1)
  3. A Journey into Nothingness (Part 2)
  4. ain, Scars, and the Climb
  5. Autumn Equinox (Ft. Atom Krieg)
  6. Hatred Towards Myself
  7. Into the Darkness
  8. Sweet Illness of Mine (Lifelover cover)

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 11/08/2017 à 17:55
75 %    465

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Lindemann

21/02 : L'olympia, Paris (75)

Neptrecus + Manzer + Nokturn Gorgon

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

"J'vous ai d'jà dit que j'prêtais d'l'argent à des taux pas dégueulasses ?"


La pochette, c'est un peu ce qui reste sous mon cerisier à une certaine période.


Rooohhhlala !!!
Je viens de voir qu'il y avait actuellement chez NUCLEAR BLAST une preorder pour une box collector de ce futur album avec double vinyles + double CDs + drapeau + slipmat + patchs (autocollants ?)…
Pas bon pour mes finances tout ça bordel !


Dommage que ce soit loin de chez moi...


Miam miam !!!


Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.


C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon


En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)